Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 mai 2010 3 26 /05 /mai /2010 11:04

aleph2C’est l’histoire d’un mec au bout du rouleau. Patrick a tout perdu : boulot, femme, maison… et décide d’en finir en se jetant à l’eau. Raconté comme cela, on pressent le truc glauque, bien plombé, sur la crise et ses laissés-pour-compte et on se demande si on a bien choisi sa soirée détente.

Sauf que… sauf que lorsque la Compagnie Aleph s’empare d’un thème social, elle a l’art de le traiter avec fougue, joie de vivre, musique, danse, énergie, bref avec TALENT ! Le talent, c’est le don + le travail, et les joyeux comédiens de la troupe ont abondamment les deux qualités, j’en ai déjà parlé ici : Qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse!

aleph1Alors l’IVRESSE DES PROFONDEURS, leur dernière création, vous mettra le cœur autant en joie que IN TEMPO RUBATO, que j’avais vu 9 fois, quand j’aime je ne compte pas. Et je les aime, ces comédiens, qui savent agir dans le social (stages de théâtre pour des jeunes en difficulté, des vieux délaissés, des malades…) et s’engager politiquement à travers les subtils messages de leurs pièces, mais tout ceci dans la joie, la bonne humeur et le rêve, sans s’invectiver, sans chercher la petite bête, sans s’attaquer à ceux qui leur ressemblent au lieu de s’unir pour attaquer les vrais « méchants ».

Ma fréquentation des assoces écolos et libertaires ou la lecture d’un journal à l’idéal duquel je souscris (la Décroissance) me navrent, tant ces militants gaspillent de temps à se déchirer entre eux pour savoir qui est le plus pur, le plus dur, et qui est le traître : « Quand on va à la cantine, dit une militante, on fait super gaffe à ce qu’on met dans son plateau, parce qu’on risque de se faire lyncher si on a choisi un légume hors saison ou pas bio. Et si me maquille un tant soit peu, on me traite de pourrie de la société de consommation ! ». Pendant ce temps perdu à des attaques dérisoires, BP pourrit l’Atlantique, les travailleurs fatigués voient s’éloigner la possibilité de souffler un peu avant de mourir et les grands fraudeurs fiscaux rigolent…

La Compagnie Aleph, c’est de l’humanité + de l’énergie. Plusieurs comédiens sont d’origine chilienne. Leurs parents ont fui Pinochet et survécu grâce à une énergie et un optimisme chevillés au corps, et un amour de la fête chevillé au cœur.

L’IVRESSE DES PROFONDEURS se joue les vendredis et samedis juqu’au 3 juillet à l'espace DUENDE, 86 rue Marat à Ivry sur Seine (M° Mairie d'Ivry)

Si vous y allez de ma part vous bénéficierez du tarif réduit (10 €)

C’est un spectacle recommandé par des personnalités internationales.


Je profite de cet hymne à la joie de vivre pour vous reparler du CDI de Dieu, toujours disponible sur notre site www.autresmondesdiffusion.fr Là aussi, avec humour, inventivité et poésie, Harro Baz, le héros, nous fait rêver d’un autre monde où la mer, l’amour et la magie sont omniprésents. Si vous avez lu et aimé ce livre, merci d’en parler autour de vous. Comme disent les comédiens d’Aleph : notre meilleure pub, c’est vous ! Et si vous ne l’avez pas encore lu, il faut le faire cet été, ce livre est plein de vitamines qui font la peau dorée et l’œil tendre.

couv century3 copie           

 

 

Partager cet article

commentaires

Marin 27/05/2010



Vous écrivez que le spectacle de "militant" s'entredéchirant sur de futil sujet, vous nâvre, c'est ici la même chose. Je me suis longtemps demandé pourquoi  ils étaient ainsi, puéril sur de
gravesujet, avec des réponses souvent totallitaires et avec la force de l'adulte. Je n'ai pas vraiment de réponse, juste une observation dont je ne veux pas faire théorie, un ressenti : j'ai
constaté que ce que je voyais habituellement, étaient les mêmes qui dans nos jeunes années, à l'écoles foutaient le bordel et se marginalisaient du "comportement scolaire moyen" attendu et
s'affrontait avec le corps professoral. L'école ne s'adapte pas à l'individu, hormis dans quelques rares lieux comme Freinet, et une part des élèves sont poussés par le système à se marginaliser.
Les individus que je voyais toujours à se déchirer ainsi, étaient de ceux ci, il suffisait de leur faire parler de leur école ... Ils ne font que vivre sselon leur expérience du réel et se
débattent avec leurs expériences de vie.


Je crois qu'ils en va ainsi pour beaucoup et cela explique aussi le manque de vote, de combativité des gens : ceux qui avaient le "comportement moyen attendu", l'ont toujours avc un comportement
fortement passif en terme de comportement démocratique. Finalement, souvent, ce sont dont les parents, la famille avait une action sociale, ou politque qui arive à mener des combats structurés et
à se mobiliser efficacement.


En même temps, ces personnes toujours en rebeliol contre tout  et rien, force à une fraîcheur, ils enpêche les ronronnement d'appareil? si individuellement ils ne portent pas loin,
collectivement ils sont une richesse. Ils sont bercé dans l'illusion que le groupe, la société nuit à l'individu, l'anarchie ne vaut que par le groupe ; sinon, c'est une forme déguisée de
fascisme.


 



Andiamo 27/05/2010



Bien vu et bien écrit, mais c'est TOUJOURS la même affaire : on traque les petits riens, au profit des grosses saloperies que l'on étouffe.


Harro sur le baudet... Comme d'hab.



Françoise 27/05/2010



à TB: je suis heureuse que ce livre t'ait plu. L'auteur en a écrit un second, que je n'ai pas encore découvert. A suivre...


à Blutch: ça énivre, le pétrole?


à marin: je suis OK avec vous, les réactions sur Internet sont souvent excessives, agressives, obsessionnelles... Comme si l'anonymat relatif de la toile permettait de libérer sa violence.
Certains "trolls" se font une spécialité de pourrir les blogs de commentaires violents ou sexuels. J'en ai eu récemment, j'ai eu tort d'y répondre. Il parait qur'il vaut mieux ne rien dire et
effacer leurs com', ce que je ferai désormais. Dommage de devoir en arriver là...


à Andiamo: heureusement que quand on se connaît "en vrai", on s'apprécie!



Gustavio Bozzi 28/05/2010



"Le CDI de Dieu", un livre qu'il faudrait pouvoir lire les yeux fermés. Juste pour se laisser  engloutir dans les rêves qu'il suggére. Un vrai délice.  A lire de toute urgence pour une
ballade en apesanteur.


Gustavio



TATIE 23/06/2010



Le CDI de Dieu, ce titre ressemble à sonauteur. Un vrai bonheur cette verve à la fois poétique, imaginative et décalée. cela me rappelle nos vacances lecquoises inoubliables complètement
déjantées.


Merci pour cette madeleine marine et pleine de tendresse.


Tatie



Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture