Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 23:58

coccinelle.jpgUn clou chasse l'autre, une actualité aussi. A peine est-on parti en guerre au Mali que Pistorius tue sa compagne, qu'une famille est enlevée au Cameroun, la croissance prise en otage par les politiques d'austérité, tandis que la viande de cheval remplace le bœuf dont les farines, elles, nourriront les poissons d'élevage avant que ceux-ci ne deviennent fous, mais à quoi reconnaît-on un poisson fou ?

Dans ce salmigondis d'informations, on avait quasiment oublié la crise grecque. Au point qu'on est tout surpris que François Hollande vienne d'y aller, en Grèce, surtout après avoir piteusement renoncé à ses convictions et dit oui à Angela Merkel et à l'austérité, mariage pas très gai.

Qu'on se rassure ! François Hollande était présent en Grèce, pour faire des affaires. « La Grèce a décidé un programme de privatisation. Les entreprises françaises seront présentes ». Car là-bas, tout est à vendre, les services publics, l'eau, l'énergie, les œuvres culturelles, les îles, les fonds marins … Ce qui attire les charognards du monde entier, comme la reconstruction de la Lybie et plus tard de la Syrie ( tiens, on en parle moins alors qu'on s'y massacre toujours beaucoup...) vont « ouvrir des marchés », quel cynisme !

Pendant ce temps, l'austérité, avec sa mine compassée de révérende vous condamnant à expier vos péchés de frivolité, répète aux gens qui bossent et à ceux qui ont le malheur de ne plus avoir de travail qu'ils vivent « au-dessus de leurs moyens ».

photo des comediensPour en revenir à la Grèce, ils ont le sens de l'humour (noir) les Grecs, au point de jouer une pièce intitulée « Vive la crise ! » tous les mercredis et jeudi à 21h30 à la comédie St Michel, 95 bd St Michel (75005). Spectacleproche du café-théâtre, ça commence sur un ton de farce avec des caricatures d' Angela (Merkel) Nicolas (Sarkozy) et Georges (Papandréou) mais un texte historique. Toute la pièce est en effet construite sur la mise en perspective d'extraits de discours de Papandréou,- dont on mesure avec le recul qu'il a vraiment dit n'importe quoi, langue de bois d'olivier massif- avec ce que vivent les Grecs. On y apprend au passage beaucoup sur les jurons grecs et la façon de maudire l'ennemi jusqu'à la 5ème génération, ça peut servir.

Affiche Qdeg A3 Vive la crise brute 2 versions 1Peu à peu, le rire fait place à l'émotion quand une scène tragique, puis une autre, nous rappellent des événements- suicide d'un vieux pharmacien, mort de trois jeunes lors d'une manifestation- qui nous avaient indignés à l'époque et furent vite oubliés, chassés par d'autres faits. Trop d'info tue l'info...

C'est pourquoi existe ce spectacle, comme l'explique l'auteur Alexandre Kollatos : « Nous sommes ici pour que personne n'oublie que la crise continue et que le peuple grec souffre ». Pour rappeler aussi que Georges Papandréou, malgré son échec, a été réélu à l'unanimité président de l'Internationale socialiste en 2012 et que depuis octobre de la même année, il fait des séminaires à Harvard sur la crise politico-économique pour un salaire mensuel de 46.000 euros.

L'austérité avec sa mine de supérieur maniant le martinet, oublie de s'indigner que des dirigeants d'Etats ou d'entreprises qui ont mené ceux-ci ou celles-ci à la faillite se reconvertissent sans difficultés avec des salaires indécents. Pourquoi essaieraient-ils de « sortir de la crise » puisque celle-ci n'a aucun effet dévastateur pour eux ?

L'austérité oublie aussi de dire à Laurence Parisot qu'une phrase telle que celle qu'elle a proféré : « Si l'accord négocié sur le droit du travail n'est pas voté par les députés tel que nous l'avons rédigé, nous le ferons savoir, cela pourrait dissuader les investisseurs étrangers de venir en France» est un chantage et même UN DELIT PENAL qui s'appelle : « Menaces et actes d'intimidation commis contre les personnes exerçant une fonction publique »

Je serais député, je porterais plainte contre madame Parisot, qui n'est en rien élue du peuple et ne représente qu'une minorité de patrons, mais verrait bien le Droit du travail décidé par le MEDEF et une CFDT bien ramollie plutôt que par les députés. Pour moi, vieillasse qui ai connu la CFDT du temps de Edmond Maire, un syndicat combatif, innovant, imaginatif, c'est un crève-cœur de voir ce que Nicole Notat et ses successeurs en ont fait.

Soyons un maximum à signer la pétition contre cet accord qui, s'il est voté, fragilisera définitivement les salariés sans pour autant créer des emplois.www.france.attac.org/articles/signez-la-petition-non-laccord-medef-cfdt et pour lui dire « non » le 5 mars prochain.

b-nin-janvier-06.jpgCe n'est pas grand chose, c'est mieux que rien. Il reste à définir comment rompre définitivement avec ce cynisme et cette brutalité érigée en mode de gouvernance politique ou économique. Parce que c'est injuste, certes, mais aussi extrêmement dangereux. La pauvreté et surtout le sentiment d'injustice sont un terreau idéal pour faire pousser fanatisme et violence. Ce n'est pas par hasard que se développent en Afrique des intégrismes qui n'avaient absolument pas cours il y a trente ou quarante ans. Que les actes violents : terrorisme, enlèvements, délinquance, suicides... se multiplient. Qu'une criminalité mafieuse- notamment blanchiment d'argent sale, corruption massive- s'insinue dans les économies du monde entier, au risque de les faire dépendre non plus de banquiers incapables et de politiciens pleutres, mais de criminels.

Et tout aussi navrant, la brutalité du monde finit par donner des envies de violence à de braves gens pacifiques qui n'auraient d'autres désirs que de vivre heureux et en paix.

 

album-400844.jpg

 

Magnifique chanson grecque, adaptée en français par Georges Moustaki

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

françoise 02/03/2013 17:17


à Isabelle: la dette n'est pas le problème, elle est le prétexte. Voir le billet suivant sur l'islande


à Blutch: ça semble loin, les 30 glorieuses :(


à Andiamo: quand on a connu Edmond Maire, ça donne un coup de vieux, mais c'est un beau souvenir


à Marin: votre com' est tout à fait bien placé ici

Marin à terre 27/02/2013 16:04


L'homme passe, mais l'indignation reste. "Indignez-vous" disait-il, de suite poursuivi par "Engagez-vous".


Passeur d'Histoire et témoin-acteur de ses mots.


Je trouvais logique devenir dire un mot de Hessel, ici.

Andiamo 27/02/2013 11:34


En 1980 (ça ne nous rajeunit pas ) la boîte dans laquelle je travaillais n'avait que des délégués CGT dont je faisais parti (tout le monde peut se tromper... Si, si) aux élections suivantes ce
fut la CFDT qui l'emporta ! Quel dynamisme tu as raison, à l'époque les socialos on y croyait, tellement que Tonton est passé en 81, énooooorme travail de fond dans les entreprises des militants
CFDT. 

Blutch 26/02/2013 14:23


La France a beaucoup plus prospéré lorsque l'inflation était entre 8 et 14%, que le FF se dévaluait au rythme soutenu de la Lire italienne (env. les 2/3 de l'inflation).
C'est à cette époque que le tourisme des européens s'est développé le plus en France (et en Italie)
Nos politocards se sont-ils déjà posé la question de savoir POURQUOI les 30 glorieuses se sont arrêtées?
Non, bien sûr, car c'est emmerdant de savoir que c'est Pompidou et sa loi Rothschild qui a assassiné la prospérité en France.
Les déficits qui se réglaient à coups de planche à billets et de dévaluations successives rendaient l'industrie française à chaque fois plus compétitive sur les plans national et
international...
Vu la situation actuelle, mettre en avant que cette situation péjorait les rentes relèverait d'une dose de mauvaise foi assez phénoménale:-( D'autant plus qu'on peut indexer les rentes de
survie. 

Dites-nous ce dont est-ce que vous avez besoin et on vous expliquera comment faut faire pour vous en passer. (Coluche)
Blutch

Isabelle 26/02/2013 11:43


Crise, endettement... Suivons donc l'exemple de la Bulgarie, qui a appliqué depuis 1997 des politiques d'austérité drastiques, passant de 80% d'endettement en 1997 à 14% en 2009 ! Ils devraient
être heureux, avec ça, non ? Bon, d'accord, le salaire minimal est de 120 euros par mois, alors que les prix frisent ceux du reste de l'Europe (entre 50 et 120% des prix français, d'après mon
estimation personnelle et subjective). Bon, d'accord, les retraités gagnent par mois le montant de leur facture d'électricité (à condition qu'ils aient bien pris soin d'arrêter le chauffage dans
toutes les pièces non indispensables).


"Pour vivre tranquillement, mais sans rien économiser, avec tes deux enfants, il te faut entre 2000 et 3000 lévas (soit 1500-2000 euros) par mois. Mais de toutes façons, aucune entreprise ici ne
te les paiera.". Comment je fais pour vivre si je sais d'emblée que mon salaire ne peut pas couvrir les frais de base ?
Mais voyons les choses du bon côté, les impôts sont de... 10% du revenu. Quel que soit le montant du revenu.
Ah et puis, ici aussi, les gens s'immolent par le
feu.
Alors, le problème est-il vraiment celui de la dette ?

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture