Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 19:16

 

mari_s4.jpgSi Michel Houellebecq ne m’avait pas inspiré ce jeu de mots, j’aurais titré « le secret des couples qui durent »… et attiré ainsi une foultitude de  personnes. De quoi s’agit-il ? D’une constatation faite à maintes reprises : des couples « Carpe » et « Lapin », qui ne se ressemblent en rien, n’ont quasiment pas d’intérêts communs et même de sérieuses oppositions, vivent ensemble  depuis  10,20, 30 ans ou plus. Je ne parle pas de ceux qui, amoureux dans leur jeunesse, se sont peu à peu installés dans une confortable et tendre routine, mais de couples dont on se demande ce qu'ils font ensemble, et qui avouent parfois d’emblée : «Avant même de l’épouser, je savais qu’elle n’était pas faite pour moi », un peu comme Proust concluant dans « A la recherche du temps perdu » que l’Odette qu’il a tant aimée pendant des années « n’était pas du tout son genre. » Je pense à une femme disant à son mari,  éloigné d’elle pendant des années pour raisons professionnelles « Qu’est-ce que j’étais heureuse quand tu partais ! » mais qui vit toujours avec lui aujourd’hui, et lui avec elle.

dos_a_dos.jpgPlus souvent, c’est vrai, l’aveu que cette Carpe et ce Lapin n’auraient jamais dû s’unir si on reste dans la logique des inclinations amoureuses émane de l’homme.  Serait-ce pour cela que les demandes de divorces viennent à 70% des femmes ? « Elles sont plus courageuses, affirme une copine. Quand un compagnon ne  leur correspond pas, elles préfèrent rompre alors que les hommes sont prêts à tous les compromis pour garder leur confort conjugal. » Mooui… sauf que les compagnes des hommes dont je parle, les Carpes de ces Lapins là, restent aussi. Sans y être forcée, sans être dépendantes financièrement, juste par choix. Et, disent certaines, parce qu’elles s’ennuieraient avec un homme qui leur ressemble trop. Les extrêmes s’attirent puis se complètent, et ce serait plus stimulant, plus enrichissant que de contempler chaque jour son semblable au féminin… 

lolaPour ma part, et ce n’est pas que pour justifier le titre, je me demande si la Carpe et le Lapin n'ont pas tout simplement résolu le problème du territoire dans le couple :

« C’est une vérité soigneusement cachée, on préfère parler d’amour et de partage,(mais) la grande escroquerie du couple c’est de ne pas révéler qu’en fusionnant, chacun s’est amputé d’une part de lui-même et n’aura de cesse de la retrouver  au prix d’un affrontement quotidien avec l’autre, tout être humain n’a qu’une obsession : se sentir exister, l’ego est mille fois plus puissant que l’amour,  ne s’en détachent vraiment que les saints ou Bouddha, mais pour y parvenir, la plupart ont vécu solitaires !  (« Ce qui trouble Lola », mon livre du Grand Tout bientôt introuvable, déjà épuisé en poche)

bato.jpgPar nature, la Carpe et le Lapin  convoitent des territoires différents puisqu’ils ont des goûts quasi opposés, ce qui les conduits à ne pas vivre leur union comme un combat pour trouver leur place et exister en tant qu’individu (combien de femmes, combien d’hommes divorcent avec juste pour argument « je n’existais plus, je faisais partie des meubles » ou « j’avais besoin d’espace, de respirer… »)  Carpe et Lapin ne sont pas « faits l’un pour l’autre », quel soulagement !  Cela leur laisse toute liberté d’aimer et de désirer l’autre et surtout de s’y intéresser, non par prédestination, mais par choix. Les voici libres d’exprimer leur ego sans réflexe de défense genre « arrête de t’enrouler dans la couette, j’ai froid », "raccroche, j'ai besoin caverne.jpgde téléphoner" (ils ont deux lignes) donc sans agressivité.  Finie la guerre territoriale,  chacun vaque dans son son domaine et retrouve l’autre sur le territoire commun, qui n’est plus alors l’objet de luttes de pouvoir mais un lieu de connivences à partager .  « Aimer c’est partager ce qu’on a envie de partager, et pour le reste, que chacun mène sa vie comme il l’entend. »  dit Benoite Groult Cette féministe rigoureusement indépendante a vécu plus de 40 ans avec Paul Guimard et m’avait dit « avec les années c’est de mieux en mieux. » Elle aimait la pêche, lui non. Il aimait les manoeuvres à la voile, elle pas du tout. Ils se retrouvaient sur leur bateau, chacun dans son domaine de prédilection.

 

P1000302.jpg 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans EROS
commenter cet article

commentaires

Françoise 18/11/2010 12:31



à SF: et je complèterais en disant que les qq hommes qui m'ont inspiré de la passion se sont estompés dans ma vie, alors que les liens les plus solides restent avec ceux que j'appelle
"amis/amants", qui souvent étaient très différents de moi.


à Denis: et au peintre que tu es, je n'apprendrai rien en disant que pour apprécier une oeuvre, il ne faut pas avoir le nez collé dessus!


à Uscalde: merci pour ce commentaire qui replace ce billet Eros dans une perspective sociale et politique. Effectivement, la façon dont on vit ses affects influe sur la structure sociale, et
inversement.


à Blutch: certes, la peur de la solitude et de l'inconnu explique la durée de certains couples, mais c'est de moins en moins vrai pmuisque 45% des mariages se soldent par un divorce aujourd'hui.
Donc, rester ensemble, ça veut dire autre chose, et c'est cela qui est intéressant, ce n'est pas une question de fusion mais plutôt de juste distance.


à Andiamo: le temps n'est pas seulement un grand conciliateur, il est aussi un liant qui consolide les liens. As-tu remarqué combien les copains d'enfance, quand on en a gardé, sont plus intimes
que les amis qu'on se fait à l'âge adulte? Peut-être parce qu'on a les mêmes souvenirs... Peut-être parce qu'on se voit avec des lunettes infra rouges qui débusquent sous les traits d'aujourd'hui
l'enfant qu'on a été et qui vit encore en nous?



Andiamo 18/11/2010 10:20



Et puis le temps ce grand conciliateur, vous fera croire que tout a été pour le mieux, la preuve on est encore ensemble.


Ensemble : est-ce que l'ensemble ne peut pas être plus fort, que la somme des parties qui le compose ?



Blutch 17/11/2010 12:59



Dans un couple qui dure, il y a soit une grande tolérence et de la curiosité, soit la routine et la peur de l'inconnu. La première alternative reste rare.....
Etres différents et être différent est important pour évoluer. Comment avancer si aucun des deux ne sait conduire? Ou n'accepte de laisser le volant, c'est pareil.


L'amour et l'égo:
Guitry (ce grand spécialiste) avait dit que les blessures d'amour sont bien souvent des blessures d'amour....propre.

Cà me trouble (même si je ne suis pas Lola) avec la carpe et le lapin de ne pas comprendre par où peut se faire le lien. Où se situe l'accroche? Par quoi communiquer? La peur de la solitude me
semble tout de même un peu réductrice.
Blutch.



usclade 17/11/2010 12:03



J'aime beaucoup cette image de fusion/amputation, comme si finalement on choisissait de devenir "siamois" par amour alors que nos instincts (et notre médecine) au contraire nous conduisent à être
indépendant et autonome dès la naissance.


Nous avons le schéma monogame profondément gravé dans le crâne, comme est gravé en nous le schéma de propriété matérielle, individuelle, en gros la propriété privée.


Nous acceptons de sacrifier une part de notre liberté, de devenir objet d'appartenance, pourvu que nous puissions également posséder. La propriété nous procure le sentiment de sécurité, car
l'illusion du confort garanti (j'ai la jouissance totale et permanente de ce qui m'appartient) C'est un fantasme si fort que, - et c'est à l'image de la société de consommation - , nous sommes
prêts à sacrifier la majeure partie de notre existence pour accéder à la propriété (ou nous octroyer ces moments de jouissance garantie).


Au final, l'orientation vers la monogamie ou les amours plurielles est avant tout de pondération entre le besoin de sécurité et celui de liberté. Nous sommes majoritairement plus portés sur la
sécurité que sur la liberté par héritage historique et culturel.


Tout cela est, de façon complexe, intuitivement lié à la question de la confiance en soi et d'appréhension de son potentiel propre.


Nous retrouvons une analogie au niveau des contrats de travail, où en général les employés défendent bec et ongle le CDI, que les employeurs et certains autres, qui ont en général des boulots
gratifiants et une belle carrière assurée, voudraient remettre en cause au nom de la flexibilité et de la performance (un ancien dirigeant du Medef n'avait-il pas exprimé son mépris à l'égard du
salarié, attaché à son emploi, en le comparant à une moule accrochée à son rocher?). Où l'on voit qu'avant d'exhorter les gens à se jeter à l'eau, il faut déjà éviter de se comporter en requin !
:-)


Pour que la sécurité ne soit plus une préoccupation, l'environnement doit forcément promouvoir le respect et la confiance à tous les niveaux (soit tout le contraire de l'époque actuelle)


Je suis en tous cas convaincu que les évolutions dans les relations sociales et dans la connaissance de soi, si elles se font dans le sens du progrès (au profit donc du respect mutuel, de la
confiance) et si elles entrainent donc une élevation globale du niveau de "sécurité" dans l'existence, entraineront de facto un déplacement du curseur vers la liberté et l'épanouissement. Donc la
disparition du concept de "propriété privée" dans l'humanité, et notamment celui du contrat de mariage monogame, façon CDI rigide et exclusif.


Je vois ça come un phénomène lent, avec de possibles reflux ponctuels, mais un phénomène inéluctable...



seignez denis 17/11/2010 11:53



Je suis entièrement d'accord  avec  toi , Françoise .


Personellement j'ai besoin de respirer  , j'ai besoin de liberté et je suis entrain de faire ce qu'il fautcela !



Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture