Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2013 6 02 /11 /novembre /2013 00:28

archi%206Il se croyait invincible, immortel jusqu'à plus de quarante ans. Puis la mort a frappé autour de lui, pas seulement ses parents, ce qui allait dans la logique des générations, mais des gens aussi jeunes, voire davantage que lui. Il a soudain réalisé qu'il était mortel. Comme beaucoup de baby-boomers dotés d'une insolente santé et d'une existence ô combien privilégiée, qui voient  tomber leurs contemporains comme à Gravelotte.

A 14 ans et demi, un beau soir de printemps, j'ai croisé deux copines en larmes : « Tu connaissais Patrick ? » C'était la première fois qu'on me parlait d'un pote à l'imparfait. (le passé n'est jamais simple et l'imparfait, comme son nom l'indique). Le copain avec qui j'avais dansé deux heures plus tôt s'était noyé. Ainsi, on pouvait mourir à 16 ans ! Je le savais, bien sûr, mais entre savoir et toucher du doigt cette réalité, il y a un monde. Comme avait répondu François Mitterrand à un journaliste pas très diplomate qui lui demandait s'il pensait à la mort alors qu'il était en phase cancéreuse très avancée : « Bien sûr, je sais que je vais mourir... mais je n'y crois pas. Tout comme vous d'ailleurs. » C'était un sujet de philo du bac il y a quelques décennies, cette antinomie entre la certitude que nous avons de mourir un jour et l'impossibilité de l'envisager concrètement. 

Je l'ai de nouveau envisagée très concrètement quand un ami proche s'est suicidé à 19 ans, parce qu'il se désespérait de n'avoir pas encore rencontré le grand Amour. Ça fout les boules ce genre de connerie et depuis, je n'ai de cesse de répéter aux amoureux chagrins qu'aucun homme, aucune femme ne mérite qu'on se prive de la vie pour lui, pour elle. Et a fortiori aucun patron : qu'aujourd'hui la crise économique pousse des gens au suicide mériterait qu'on déclare criminels passibles de la cour d'Assises les financiers, industriels et hommes politiques responsables de cette situation. Décideurs qui mourront comme les autres, et vu l'âge avancé de certains, je ne comprends pas qu'ils ne se disent pas chaque matin : « Ça se tire, ça se tire... Bientôt je ne serai plus là. Si je faisais quelque chose de bien plutôt que d'emmerder les autres pour mourir sur mon tas d'or ? »

« La vie, c’est comme une barbe à papa. Au début c’est doux, moelleux, joli, on en mangerait ! Puis chaque jour lui arrache des filaments dans lesquels on s’empêtre et qui collent, et qui poissent, et qu’on ne trouve même plus bons. Mais la vraie angoisse, celle qu’on n’avoue jamais, c’est la certitude qu’à la fin ne reste qu’un bâton à jeter. C’est le contraire du vin : la vie ne se bonifie pas avec les années. »( Jouer au Monde, p. 144)

J'ai écrit cette phrase bien avant de la mettre dans un roman. J'avais un peu plus de 30 ans et m'étais réveillée un matin en larmes à l'idée que je vivais alors le meilleur de l'existence avec des parents vivants, un bébé tout neuf, un boulot enthousiasmant, une santé de fer... mais que tout ça allait se gâter, forcément. La vie comme un gâteau d'anniversaire dont les bougies s'éteignent une à une... Il y a aussi ces trucs agaçants, quand le temps qui passe s'imprime sur la peau malgré toutes les crèmes et la meilleure hygiène de vie possible, que les médecins commencent chaque phrase par « A votre âge il faudrait... » que les gens après le classique « tu fais toujours jeune ! » ( comme si être jeune était une qualité en soi) passent au « Il est bien conservé pour son âge » et finissent par « il (elle) est encore bien conservé(e) ». Les jeunes au chômage, les vieux en conserve...

Avec les années pourtant, loin d'être une angoisse, la conscience de la finitude me donne une vraie sérénité et accentue l'acuité de chaque instant. « Tant qu'à être une poussière minuscule dans l'univers et une milliseconde à l'échelle de l'univers, autant vivre aussi intensément que possible ». Elle permet une distance qui n'enlève rien aux indignations, aux révoltes, au plaisir de vivre et aux enthousiasmes mais enlève beaucoup à la croyance dans les idéologies qu'on a vu naître et mourir parfois au prix de milliers de morts, et au désir d'un ou une sauveuse providentielle (le féminin l'emporte sur le masculin puisque les femmes vivent plus longtemps) tout aussi mortelle que vous et moi.

La mort est démocratique, elle n'exclut personne, mais il conviendrait de lui rappeler qu'elle est injuste lorsqu'elle frappe davantage les pauvres (8 ans d’espérance de vie en moins pour un ouvrier français versus un patron, 42 ans d'espérance de vie moyenne en moins pour un habitant du Zimbabwe versus un français.). C'est la plus scandaleuse inégalité, bien plus que le fait de n'avoir pas encore la 4G dans les villes de province!

La mort a aussi une fâcheuse tendance à épargner plus longtemps les méchants que les gentils, la longévité de beaucoup de dictateurs et ex-nazis est stupéfiante, faudrait voir à ce que ça change, vieille camarde!

A part cela, elle fait partie de la vie. Depuis des décennies elle était occultée, on n'en parlait pas, les enterrements étaient quasi furtifs, mais voici que les réseaux sociaux, bizarrement, l'ont remise au goût du jour, avec des annonces de décès balancées au milieu de blagues à deux balles et de vidéos de toutes sortes. A priori c'est choquant, tant on a eu l'habitude de la mettre à l'écart du quotidien, mais finalement cela rappelle qu'elle est là, et pas seulement sous forme de statistiques. Choquant certes le fait que les profils de personnes décédées restent actifs avec des messages "d'amis" involontairement gaffeurs: « Ouh ! Ouh ! Qu'est-ce tu fous ? Tu ne postes plus ? » Choquant de les voir envahis de publicités pour cause d'inactivité prolongée- faut bien récupérer l'espace, n'est-il pas?- et de lire des com' interminables sur tel ou tel décès qui fait polémique. En revanche, que la faucheuse reprenne sa place dans les conversations a quelque chose de salubre, ça lui enlève son côté caché, presque honteux qui pousse certaines personnes à vous dire "Un tel est parti" plutôt que "Untel est mort" au risque de susciter quelques malentendus...

Une espérance de vie grosso modo de 80 ans se divise en un quart de 0 à 20 ans, un autre de 20 à 40, un troisième de 40 à 60. La particularité du 4ème quart est qu'on en ignore la durée : on peut mourir à 61 ans tout comme vivre jusqu'à 122 ans. D'où l'importance d'en savourer chaque bouchée, chaque plaisir avec gourmandise: « Ne prenons pas la vie trop au sérieux, de toutes façons on n'en sort pas vivant. »

 

camarde1


Et puisqu'on dit "casser sa pipe", une petite chanson appropriée:

 


 

Crobards commis par Andiamo




Partager cet article

Repost 0
Published by - dans Humeur
commenter cet article

commentaires

Celestine 10/11/2013 22:19


Bon je ne suis qu'une pièce rapportée sur la planète Blogbo, mais j'ai quand même un certain nombre de valeurs communes avec la bande des quatre.Et donc avec toi.


Et je vais garder de ton splendide billet la dernière phrase. Qui résume bien la sagesse qui me plait.


La vie est une maladie mortelle sexuellement transmissible, c'est bien connu.


Bises

lysa 04/11/2013 15:54


Je clique je clique ! Des bises !

françoise 02/11/2013 09:58


à SF, TB, Andiamo et Blutch: dans mes bras, vieilles branches, ce n'est pas un hasard si les quatre premiers com' viennent de la planète Blogbo (oui, Blutch, tu t'es laissé satelliser, comme
moi...). Parce qu'on sait déjà que sur cette planète, c'est comme sur la barcasse des copains d'abord: quand l'un d'entre nous sera mort, il manquera encore et toujours. Mais pour l'instant,
trinquons (comme la lune aurait ajouté ma regrettée maman) et espérons que comme dans la chanson vous bandez tous encore. Moi oui :)


aux autres: filez visiter cette planète, vous ne le regretterez pas: blogborygmes elle s'appelle, vous n'avez qu'à cliquez sur Andiamo dans ce billet, puis vous balader.

Blutch 02/11/2013 09:49


La mort est juste un manque de savoir vivre, important pour soi-même, certes, mais collectivement très anecdotique et globalement insignifiant. Ne dit-on pas que les cimetières sont remplis
d'irremplaçables qui le furent sans problèmes, et souvent avec soulagement....
Vu de façon athée, ma mort est très injuste en préservant les méchants, mais si on s'interroge sur le sens de la vie.....

Je n'ai jamais compris le suicide des salariés pour cause de harcèlement patronal. S'il faut faire un mort, autant que ce soit le salaud qui trinque.
Si le premier suicidé de France-Télécom avait défenestré Didier Lombard, il n'y aurait eu qu'un seul mort... Finalement, se suicider dans ces conditions est un acte de pur égoïsme.... Quant à
Lombard, je n'ai toujours pas compris pourquoi il n'a pas encore été déféré devant un Tribunal d'Assises. C'est un sacré sérial killer ce salaud-là.

Le côté "moral" de la vie et de la mort est que tout l'or du monde ne peut acheter le bonheur et la joie (en voyant la tête de B. Arnaud, tu comprends ce que c'est l'angoisse de tout
perdre...).
Lorsque passe la Camarde, l'élu doit tout laisser sur place (en imaginant le bordel que ça fera entre ses héritiers....). Passer sa vie à collectionner les millions et les biens matériels pour
tout abandonner à la fin, ça doit être angoissant. Presque autant que l'angoisse quotidienne de se faire cambrioler :-D
Finalement, je crois que je les plains :-) Mais pas autant que ceux qu'ils ont volé, m'exagérons rien...
Bises 

Andiamo 02/11/2013 09:40


Merci Princesse quel honneyr de m'inviter chez toi !


T-B a dit : "si les salaiuds vivent plus longtemps, c'est parce que ils ménagent leur cœur", le mien est en piteux état, il a beaucoup servi et sert encore ... MERCI la vie !


Si la camarde a la gueule du premier crobard, j'veux bien lui  coller une petite chaloupée avant de tirer(si j'ose dire) ma révérence ];-D 

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture