Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 18:55

joueraumonde COUV4bisEn 1975, un jeune homme à l’époque « beau comme un Dieu » me parla longuement du Brésil et m’expliqua ce qu’est la saudade,  sans que j’imagine une seule seconde que 20 ans plus tard ses mots me reviendraient en écrivant « Jouer au monde » 

serifos-1995-bis.jpgA un autre, en 1977, je fis découvrir « la saveur de l’oursin »  ( Autres désirs, autres hommes) sur une plage où il errait, abandonné la veille par son épouse. 15 ans de mariage sans jamais dîner en tête-à-tête avec une autre femme qu’elle, répétait-il, désespéré. –Peut-être est-ce pour cela qu’elle vous a quitté…

caulerpaJe me souviens d’un chercheur, qui me passionna en 1997 en m’expliquant le rôle des mitochondries dans les cellules et me fit caresser du bout du doigt une éponge « rouge et douce comme un clitoris » (dixit ce scientifique ») dans une grotte sous-marine.

D’un autre avec qui je dégustai en 1998 un somptueux coucher de soleil et un verre de liqueur de myrte Corse au pied du phare des Lavezzi, tandis qu’il m’expliquait la vie des Caulerpa taxifolia naturelles et mutées.

Pub.jpgJe me souviens de cet allemand, cheveux au carré, regard rieur, que nous rencontrâmes en 2008, ma fille et moi, dans un pub improbable au cœur du bush australien. Il parcourait à vélo ce désert ô combien hostile, avec une petite tente Quechua et un sourire désarmant qui contrastait avec les autres buveurs aux mains calleuses et aux bières multiples, plutôt « rough » mais très intéressants aussi.

album-400927.jpgUne grecque aux cheveux bouclés de jeune pâtre m’invita en 1996 à une soirée à laquelle je ne pus malheureusement me rendre. Le trouble qu’elle m’inspira avec son regard transperçant me révéla que mes désirs n’étaient pas si univoques que je le croyais et orienta mes réflexions sur le genre…

Voyage de presse en 1977, la Grèce encore. Nous avions pour mission de tester des voiliers en flotille, voyage si heureux qu’il fût le seul où je vis des journalistes pleurer en se quittant, au cours d’une ultime soirée où je saisis au vol le baiser d’un nommé Grigoritos tandis que ma jupe remontait le long de mes jambes,  soufflée par un malicieux meltem.

la prisonnièreEn 1991, un homme me fit battre le cœur en me disant quasi textuellement une réplique du film « la Prisonnière » (avec Laurent Terzieff, que j’aime tant), film dont il n’avait pourtant jamais entendu parler.

Un autre, sur la plage d’Etretat, enroula autour de mon cou une algue brune en 1978,  scène de « la Prisonnière » là encore. Ces synchronicités m’inspirèrent des années plus tard la nouvelle « Elsa fait son cinéma » (Des désirs et des hommes) et la falaise d’Etretat où réveillonnent Antoine et Marine dans « Jouer au monde ».

Choc de découvrir en 2004 une salle de bains quasiment identique à celle que j’avais décrite en 1993 dans la première version de « Jouer au monde », dont le propriétaire, comme l’Antoine du roman, savait retoucher des diapositives au pinceau !

img_0127.jpgUn dîner en 2002 dans un parador clandestin de Santiago de Cuba, m’a inspiré le chapitre  « Cuba Libre » («  les Latitudes amoureuses ») bien que  je n’ai jamais eu d’amant Cubain, ce qui, d’après les amies qui y ont goûté, est une grave lacune. Y remédierai-je un jour ? Je ne sais pas, et tant mieux. Ce qui me plaît n’est pas de programmer des rencontres, mais de les laisser venir et de m’imprégner comme une éponge des émotions qu’elles peuvent susciter. Plus qu’une question d’hommes et d’amours, il s’agit d’une attitude face à la vie. Rester disponible au monde, « open mind » sur les gens, les sensations et les situations qui font vivre plusieurs existences en une, sans les hiérarchiser ni en négliger aucune.  Où le sexe ne constitue ni une barrière interdite, ni l’élément essentiel. Où les hommes et leur univers se révèlent presque toujours passionnants.

Autant dire que le film « les Infidèles » sur lequel j’ai été interviewée ce matin pour France 2 m’a semblé dater. (diffusion jeudi 8 mars vers 22h, émission « Avant-première,  une minute environ sur 30’ d’ITV, donc je développe ici). Les hommes y sont des « queutards » paillards et menteurs, terrifiés à l’idée de perdre leur confort conjugal et un peu paumés parfois. Les maîtresses sont des Bimbo ou Lolitas qui les font fantasmer. Les épouses sont trompées, furieuses ou malheureuses. Le seul sketch réalisé par une femme montre le couple Dujardin/ Lamy dans un essai d’aveu de l’infidélité, qui serait forcément plus douloureux que le mensonge…

Bref, loin d’un film « audacieux, moderne et libre » comme le présentent ses auteurs, on est dans l’adultère bourgeois tel qu’éternellement il fut montré, au mépris de l’évolution des mœurs qui montre de plus en plus d’hommes avides de relations amoureuses et pas seulement sexuelles, de plus en plus de femmes désireuses qu’on ne leur mente pas et ouvertes à des rencontres épanouissantes.

L’atout du film, ce sont les acteurs,  tous bons et parfois assez drôles. Les scènes de sexe n’ont rien de choquant, étant admis que tout adulte ayant fait un jour l’amour sait à peu près comment ça se passe et ne sera pas étonné.  C’est un film de potes et ça se voit, ils ont dû bien s’amuser à le jouer et à le réaliser, mais j’avoue que les films de potes me gonflent un peu.  Comme « les petits mouchoirs » de Guillaume Canet, ça raconte leur vie de bo-bos certes hypersympas et beaux gosses, mais qui ne concerne qu’eux…

VALSEUSE.jpgSHORTBUS.jpgQuand on a si bien joué dans « Le bruit des glaçons » ou « The Artist » pour Jean Dujardin, ou « Ne le dis çà personne » et « A bout portant » pour Gilles Lellouche, on devrait éviter « les Infidèles ». »  Pour l’audace et la liberté de ton, mieux vaut revoir « les Valseuses » « Shortbus » ou «La loi du désir »

 

lars4.jpg

 photo de Lars Stephan, http://www.larsstephan.com  on ne s'en lasse pas! 

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans EROS
commenter cet article

commentaires

françoise 29/03/2012 23:15


à sasha: c'est vrai, Les infidèles reflètent- de façon un peu caricaturale- le mode d'adultère dominant dans nos sociétés. Ce que je conteste, c'est la façon dont J. Dujardin et Lellouche l'ont
vendu comme un film "audacieux" "sans tabous", "qui ose", etc... C'est un film ultra conventionnel, tant dans le fond que dans la forme. Distrayant sur un tiers du temps.

Sascha Moi 29/03/2012 11:08


Bonjour,


Les Infidèles, film commercial, certes, mais qui, à mon sens, reflète bien la façon de vivre et de voir la vie d'une grande majorité de personnes même si beaucoup d'entre eux aimeraient,
peut-être, vivre autrement. 


Celles et ceux ouverts d'esprit que ce soit dans leur vie amoureuse ou uniquement sexuelle sont rares. La notion du polyamour vécu et assumé sans cachotteries n'est pas monnaie courante. C'est
justement plutôt dans l'infidélité que ceci est vécu. Pas obligatoirement de la manière dont elle est décrite dans le film, mais bien présente malgré tout.


Merci pour cet article. Toujours un plaisir de vous lire ici ou ailleurs.


Bonne journée

françoise 07/03/2012 11:36


à Andiamo: waouh, le mouvement de la varlope, et le dextérité du peintre en bâtiment, et l'ingéniosité de l'ingénieur... La vie est comme un film avec des millions de personnages que j'observe
avec bonheur


à Reynald: j'aime bien les promenades dans la mémoire, sans nostalgie, plutot avec la jubilation de me dire "j'ai vécu tout ceci, quelle chance j'ai!" Bonne semaine à toi aussi.


à Vallisneria: je sais, cela me navre aussi d'être ainsi étiquetée, mais l'expérience me prouve qu'il ne sert à rien de discuter avec certain(e)s, qui n'entendent pas et se braquent sur des
étiquettes, des convictions sans comprendfre  qu'il s'agit juste d'ouvrir les possibles, pas d'imposer un mode de vie quel qu'il soit.


à Marin: vous avez raison, ce film reflète peut-être les fantasmes de la majorité, ce qui ne lui donne pas plus de qualités scénaristiques. Commerciales oui, sans aucun doute.


 


 

marin 06/03/2012 09:21


N'est ce pas un film, un cinema nouveau. Au pas nouveau comme Art, mais comme technique. Est ce vraiment ce qui est imprimé sur la pellicule qui est progeté ou une sorte d'image moyenne de la
moyenne des spectateurs. Image d'une de leur réalité vécue ou désirée, voire fantasmée. Sorte de soupe de la grande distribution - un pe u comme ces publicité de fromage qui mime l'authentique,
sorte de "vieux pané".


Oui c'est cela, un documentaire freudien : une arnac quoi !

vallisnéria 06/03/2012 06:52


J'en suis encore à me demander si je vais aller voir le film "Les infidèles", la tendance est à la décroissance (de mon envie) après avoir lu ce post.


Ce qui me saute aux yeux surtout c'est cette manie qu'a la majorité de rattacher votre nom à "l'infidélité", c'est à se demander s'ils ont lu vos livres, et si oui, lesquels ????? (là, je ne sais
pas quel smiley s'impose, un triste ou un gai ? ;-))


Belle journée à vous Françoise

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture