Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juin 2010 7 20 /06 /juin /2010 20:16

 

poulet1Josyane fixe ses mains crevassées par l’humidité et le froid. A la fois rêches et humides. Et rouges, aussi. Elle n’en a vu de pire que chez les ostréicultrices triant les huîtres sur un plan de travail glacé, en plein vent. L’eau de mer creuse davantage les fissures de peau que l’humidité douceâtre de la chair de poulet. Depuis trente ans, Josyane est découpeuse de poulets : séparer les filets, les cuisses, les pattes… pour les consommateurs qui n’aiment plus les volailles entières qu’ils ne savent pas découper. Une fois cuites, pourtant, c’est fastoche. Tandis que crue, la chair de poulet est élastique, les tendons résistent, et l’odeur de chair morte persiste sur les doigts malgré les multiples lavages à l’eau et au savon citronné. Josyane a mal au dos et des varices, normal quand on travaille debout depuis trente ans. Il y a pire : à force de faire les mêmes gestes sept heures par jour, elle ressent des élancements dans le poignet et l’épaule, à la faire hurler de douleur. Troubles musculo-squelettiques, TMS, lui a dit le médecin du travail en lui conseillant de changer de poste.

poulets3Elle prend son courage à deux mains, va demander au chef d’atelier s’il ne peut pas l’affecter ailleurs, à l’emballage ou à l’administration : après tout, elle a un CAP employé de bureau, et c’est un conseil du médecin du travail qui est prêt à lui faire un certificat.

« Impossible, Josyane ! Tu es gauchère, et tu sais que les gauchères découpent plus vite que les droitières,(détail rigoureusement exact. NDA) on a du rendement à assurer avec la concurrence des poulets de l’Est.

-C’est pas les mêmes que les nôtres, proteste-t-elle, chauvine.

-Pfff… tu crois que le client la voit, la qualité ? Ce qu’il voit, c’est le prix. Et pour baisser le prix, faut du rendement. »

Les larmes montent aux yeux de Josyane. Le contremaître s’en aperçoit, il essaye de l’apaiser :

« Patience, Josyane, dans un an, c’est la retraite. 

-Je n’en peux plus… Si ça se trouve, je serai morte !

-Dis pas de bêtises, tu es encore une belle femme, bien conservée…

-C’est ça, bosser depuis trente ans dans une chambre froide, ça conserve forcément… »

Il la contemple avec appétit. C’est vrai qu’elle reste affriolante avec ses yeux verts et ses boucles auburn. Si elle voulait… Changer de poste ça se mérite. Josyane sursaute, elle esquive le geste protecteur du contremaître qui proteste :

« Fais pas ta mijaurée, j’ai du goût, c’est tout… »

poulet2Quelques jours plus tard, en fin de journée, alors qu’elle finit de ranger l’atelier déserté, Josyane est frappée par le silence. Un compresseur s’est arrêté de fonctionner dans la chambre froide. Si on ne répare pas tout de suite, ce sont plusieurs centaines de poulets qui seront perdus. Elle essaie de décoincer une manette, ses doigts gourds et raidis n’y arrivent pas. Tourner une manette de droitier quand on est gauchère demande une force qu’elle n’a plus. Elle actionne la sonnette d’alarme, le contremaître surgit, la suit dans la chambre froide. Elle lui désigne la manette, il la débloque sans effort et se tourne vers elle : « Tu vois ? Ce n‘était pas si difficile. » Mais elle est déjà partie de l’usine, après avoir claqué la porte de la chambre froide. Déjà qu’elle embauche à la première heure, le matin…

Un jour gris de septembre, le Directeur de la maison mère informe le personnel que le président de la République lui-même vient leur présenter la réforme de la retraite, les convaincre que travailler au-delà de 60 ans quand on vit tellement plus longtemps qu’avant est naturel. Face aux ouvrières à qui la Direction a demandé de se coiffer et de se maquiller avant d’aller à la cantine,  le Président fait un discours de charme : il aime les femmes courageuses comme celles qu’il a en face de lui, reconnaît la dureté de leur labeur et affirme qu’on va réfléchir à un aménagement de postes pour celles qui ont du mal à tenir debout sur leurs jambes variqueuses. « Comme vous le voyez, je suis à l’écoute de vos difficultés, mais j’en ai aussi, croyez-le. » Sur un signe discret du Directeur, toutes applaudissent.

ecran3.jpgComble du comble, le président adore le poulet, il va donc partager le déjeuner des ouvrières. Les femmes de service s’affairent, émues de servir un aussi auguste convive. A sa gauche, on installe Josyane :

« Une de nos plus anciennes ouvrières, précise le directeur placé à la droite du président. Elle a un doigté dans la découpe exceptionnel. »

Le président désigne un magnifique filet :

« Ce morceau là, j’adore le blanc. 

-Je le reconnais, c’est moi qui l’ai découpé, sourit Josyane avec dans l’œil une lueur étrange.

-Que vous disais-je ? s’écrie le directeur. Belle pièce, n’est-ce pas ? Ah, Josyane… Notre ancien contremaître, qui a quitté la région brutalement il y a quelques mois, vous aimait beaucoup, vous savez ?

-Je le comprends, dit le président, la bouche pleine. Vous êtes une belle femme, travailleuse et habile de vos doigts, une perle ! Votre contremaître avait du goût.

-Il en a toujours », conclut Josyane, énigmatique.



 

Humour noir mis à part, Josyane existe… comme des milliers d’autres personnes usées par le travail. C’est pour elles qu’il faut agir le 24 mai.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

marin 26/06/2010 09:35



Oui pour les pavés. En plus  en arrachant les pavés, vous pourrez construire l'édice pour prendre l'image pieuse ? Puis il y a aura ainsi une autre déconstruction symbolique (mais pas
commérmorative du passé), sorte de faite des déconstructeur- constructuer. Mais cela me semble un peu un Everst pour des "volem rien à foutre al païs. Il ne faudrait pas construire un mur, non
plus, avec les pavés jeté, y ey celui des Allemagnes, celui de Palestine ... non plus de murs. Etfairea tention d pas créer non plus  des stèles à quiconque, quiconque est un grand mchant
singe des homo sapiens sapiens. Et finalement, c'est pas facile de jeter un pavé sans construire n'imorte quoi lors de sa chute. Et pour une image pieuse, faut il vraiment des pavés ? Pourtant
elles sont magnifiques, ces église occitane, à la dfois religieuse et immeuble de défense - j'affectionne particulière celle d'Agde, souvenirs d'enfance avant qu'ils ne construisent plus avec des
pavés, mais avec du béton. Tiens oui, avec lebéton, on peut plus rien jeter. Vive le pavé tradi, en pouzzolane.



Françoise 25/06/2010 19:38



à Arthemisia: c'est sûr, la dureté du travail ne date pas d'hier, mais justement, que ça ait si peu changé en 30 ans est effrayant. On ne progresse plus, on régresse.


à SF: penses-tu, il ne veut pas partir, son petit boulot est une de ses drogues!


à Uscalde: le vieux contremaître en poule au pot bien mijoté... jusqu'à ce que l'un d'eux, nommé Ravaillac, se révolte contre le monarque.


à TB: bonne idée, avec bac+6 bio, découpeuse de poulets ça s'impose...


à Marin: j'aurais été d'accord avec vous avant-hier, mais vu l'état de mes pieds après avoir mis quatre heures pour parcourir République/Nation (même pas pu arriver au bout tant il y avait de
monde), je me dis qu'il y a encore un peu d'esprit collectif. Dommage que ce soit qq jours par an seulement. Vous aurez une image pieuse pour récompense de votre sagesse, OK?


à Blutch: en SDuisse aussi il se passe des choses bizarres, notamment au niveau du fichage des étrangers (on en parlera en dehors de ce blog)


à Andiamo: les touristes sont cons, la merde de mouettes (guano) comme celle de pigeons est à la base d'un onguent souverain pour faire pousser les cheveux. Marin-pêcheur, c'est un métier
terrible et trompeur: on rêve d'espace, de silence et de parfum d'iode, on se retrouve sur un rafiot dans le vacarme des moteurs des frigos (on congèle le poisson oà bord), l'odeur de fioul et de
poisson...


à Marin: mais pour qu'on nous laisse profiter tranquillement des câlins, ne faudra-t-il pas balancer les pavés?



marin 24/06/2010 16:14



A Kemper sans FO ça a été mieux que duad ils était là, lors de la grande manif unitaire, c'est opur dire comment les gens sont décidés à exprimer leurs mal-être ,leurs peurs et leurs courroux.
Mais le nimbot préfère recevoir le champion du monde du fric et sans toucher au but. Mais "Because you eric worth it !".


Ce gouvernement au mieux reculera pas, au mieux, il retardera l'échéance. J'espère seulement que cela donnera au pays l'envie d changer de majorité, qu"à la gauche de fabriquer une équipe
gouvernemental acceptable par le peuple de France et que cette équipe mette en place les vraies réformes sociales que nous avons besoin pour le vivre ensemble. Des réforme qui nous fasse évoluer
dans nos mentalités pour humaniser cette société : sous les pavés, les câlins.



Andiamo 22/06/2010 13:39



Je viens de passer une semaine en Normandie, je voyais rentrer les pêcheurs, préparant les poissons. Toujours au traquet, en attendant que s'ouvre l'écluse leur permettant d'entrer au port de
pêche, que l'on a déplacé à l'entrée de la ville et non plus au plus près de la mer comme auparavant.


Le prétexte : le poisson attire les mouettes et ça gêne les touristes... Parceque Mesdames et Messieurs les mouettes chient !


Alors les pêcheurs perdent une heure environ à se geler les couilles afin que nos chers touristes ne soient pas incommodés !


Penses-tu Princesse que ces marins ne méritent pas une retraite anticipée ?


Au fait le port en question c'est Le Tréport, petit port charmant au demeurant !



Blutch 21/06/2010 19:28



Re traite:= Nouvelle traite des français !
Blutch.



Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture