Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 20:11

Du temps que j'étais élève à l'ENST, École Nationale des Services du Trésor, éminente fabrique d'Inspecteurs du même nom, futurs percepteurs et Trésoriers payeurs, nous avions des cours destinés à inculquer dans nos âmes juvéniles le sens du service public : servir l'Etat et les collectivités locales et non les intérêts privés, assurer la continuité du service public et l'égalité des citoyens: ça devait marcher tout le temps et pour tous.

SW light 2Pour illustrer cette noble mission, on nous citait des exemples vécus dont les plus âgés d'entre vous se souviennent sûrement : les agents d'EDF-GDF annulant leurs vacances d'hiver pour venir rétablir le courant ou le gaz chez les usagers -pas encore des « clients »- privés d'énergie du fait d'une tempête de neige. Les personnels des hôpitaux publics faisant la grève sans interrompre le travail, avec juste un brassard « en grève », qui leur faisait perdre une journée de salaire alors qu'ils bossaient comme d'habitude, l'institutrice attendant jusqu'au soir à l'école que les parents d'un élève daignent venir le chercher.

Mais notre histoire préférée était celle « d'Ifi la ficelle Paris », absolument authentique.

postiers2.jpgUne lettre était arrivée dans un bureau de poste du 9ème arrondissement, avec la mention « M. Mohammed Benmachmoud (je réinvente le nom, je l'ai oublié), Ifi la ficelle, Paris 9ème.

Perplexe, le préposé interrogea chacun de ses collègues sur cette adresse incompréhensible, jusqu'à ce qu'un collègue Algérien, lui dise : « Ben oui... Ifi la ficelle... il bosse dans un bar comme plongeur. » Ifi la ficelle, c'était « Il fait la vaisselle », avec l'accent de là-bas.

Subjugué et obstiné, le facteur fit le tour des bars du quartier en demandant s'il n'y avait pas un plongeur du nom de Mohammed Benmachmoud. La chance fut avec lui, il le retrouva en trois jours et lui remit la précieuse lettre. « Normal , dit-il, c'est mon boulot. »

poste.jpgIl y a deux mois, une enveloppe d'expédition de livres d'Autres Mondes m'est revenue vide, réexpédiée par la Poste. Si elle l'avait réexpédiée vide, c'est qu'elle l'avait trouvée dans ses bureaux ou au centre de tri. Mais où était passés les livres ? Réclamation déposée, lettre immédiate du service « clientèle Pros » m'assurant que tout allait être mis en œuvre pour élucider le mystère, seconde lettre dix jours plus tard pour m'informer qu'une enquête était en cours, et troisième lettre un mois plus tard pour me dire que la recherche n'avait pas abouti et qu'aucun dédommagement n'était dû puisque l'envoi n'était ni en recommandé, ni assuré. « Veuillez trouver ci-joint nos tarifs d'assurance » fut la conclusion de ce « suivi clientèle ».

Hier, retour d'un livre expédié le 4 décembre vers Bruxelles. Sept semaines pour me renvoyer un livre alors que l'adresse d'Autres Mondes figure toujours au dos des enveloppes, c'est surprenant. Le motif de non-distribution l'était encore plus : adresse incomplète. Il y avait pourtant le nom du destinaire, le nom de la rue, le numéro de l’immeuble, le code postal et la ville: Bruxelles. J'ai mis quelques secondes à réaliser que l'incomplétude était d'avoir oublié d'écrire « BELGIQUE ».

Je ne ferai pas l'injure aux salariés du tri de penser qu'ils ignorent que Bruxelles se trouve en Belgique. C'est juste que le tri est désormais fait par des lecteurs optiques qui, eux, ne connaissent pas la géographie. Tout comme les correcteurs orthographiques ne savent pas tout et vous proposent « potable » si vous écrivez « bootable », et « polyamine » à la place de « polyamour ».

Cela étant, le cerveau commandant la main humaine qui a collé l'étiquette de retour à l’expéditeur et inscrit la mention « adresse incomplète » devait savoir, lui, que Bruxelles est en Belgique. Mais il s'en foutait.

Alors les gens persuadés que privatiser un service public est gage de qualité et d'efficacité me font d'autant plus rire que j'ai déjà écrit, ici, que les fonctionnaires ont également des qualités que le stress de la compétition économique ne permet pas de cultiver !

 

baiser_rodin.jpg

 


Partager cet article

Repost 0
Published by - dans Humeur
commenter cet article

commentaires

françoise 08/02/2013 10:49


à Alex: superbe histoire, le souvenir ému que vous en avez montre bien que l'esprit "service public" n'était pas seulement bénéfiqsue pour les usagers, mais qu'il apportait du bonheur à ceux qui
le pratiquaient. D'ailleurs, la seule corporation à le pratiquer par définition, c'est-à-dire les pompiers, garde une excellente image de marque (même après quelques dérapages...)

alex 07/02/2013 23:06


Je souhaite partager une expérience que j'ai eu lorsque j’étais facteur dans une vie antérieure, (il y a environ 15 ans)


Un jour de travail, je reçoit une mystérieuse enveloppe qui n’a pas été fermée à distribuer, sur l'enveloppe aucun timbre, simplement le cachet
de la poste indique que le courrier vient d’un petit village des Vosges dont j’ai oublié le nom, l'adresse du destinataire a été écrite par une main d'enfant, une simple adresse correspondant à
une entrée d’immeuble dans laquelle se trouve une 50 aine de boites aux lettres, aucun nom aucun numéro de boite au lettre, comment connaitre le destinataire parmi la 50aine de possibilité ? Je
regarde à l'intérieur pour voir si je trouve des indices et je découvre le plus beau des trésors : une lettre de petite fille pour sa grand mère. Elle est en colonie de vacance et lui envoi un
dessin, un bisou et un bonbon qui se trouve toujours à l’intérieur ce qui est incroyable compte tenu de toutes les manipulations que subit une lettre lors de son acheminement. Je remets le tout
dans l'enveloppe que je glisse parmi mes courriers recommandés bien décidé à retrouver cette mystérieuse grand mère.


En arrivant dans le hall d’immeuble, personne, je commence à distribuer ma grosse liasse et avant que je termine, deux dames d'un certain âge
arrivent, je leur pose donc la question si elles connaissent une dame qui pourrait avoir une petite fille en vacance dans le petit village des Vosges...


_non pas du tout,


Je leur explique ma recherche et leur montre le courrier qu'elles ouvrent, lisent et commentent très touchées "c'est dommage qu'il n'y ait pas
le nom …" tout d’un coup, l'une d'elle se fige, le regard dans le vide pendant un court moment, avant de s'illuminer : "c'est ma petite fille !", sa voix a changé, elle regarde au fond de
l'enveloppe, « et elle a même mis un bonbon !" le sourire plein d'émotion sur son visage est extraordinaire !


Un pur moment de magie. Ce jour là car ce jour là, j’ai eu la sensation d’avoir joué un rôle essentiel dans une relation d’amour d’une petite
fille et de sa grand-mère, C’est c’était comme si j’étais rentré dans ce courrier pour devenir toute la gentillesse et l’amour contenue dans ce courrier. Chaque lettre est importante, mais
celle-ci vaut son pesant de cacahouète.


La Poste, ce n’est pas uniquement un service de livraison de courrier, ce sont des gens dévoués qui donnent le meilleur, une proximité, de la
chaleur et parfois, des moments de magie comme celui-ci, c’est un petit facteur qui passe au domicile de chaque français 6 jours par semaine, de l’or en barre et également une entreprise qui a
choisi de tirer un trait sur cette proximité sur ce lien avec les usagers au nom de la rentabilité, (malgré les bénéfices engrangés chaque année!) qui a engagé une mise en place de
déshumanisation, une mécanisation de la distribution, qui marche dans les traces de France Télécom.


Personnellement, je refuse de comprendre cette logique de progrès mais je garde le souvenir incroyable de ce courrier distribué à bon
port,

Nurja 01/02/2013 16:56


Je vis depuis plus de 6 ans au même endroit, mais il n'y a un numéro de boite que depuis peu. J'oublie régulièrement de signaler le numéro de boite et ça m'a posé une ou deux fois problèmes
(mais, le plus souvent le facteur dépose quand même le courrier)

Françoise 01/02/2013 16:44


à Claire: le coup du papier dans la boîte plutôt que de sonner et attendre trente secondes qu'on ouvre, on nous le fait régulièrement. Je reçois également plein de courrier destiné aux autres
numéros de la rue, à charge pour moi de le distribuer sans doute :)


à Daniel: le baiser de Rodin, c'est en référence au billet dont j'ai mis le lien, qui parlait du fort potentiel érotique du fonctionnaire :)


à Andiamo: Zizine et 5 chameaux noirs, c'est carrément surréaliste!


à Reynald: il y a une quinzaine d'années, un préposé a trouvé dans une boîte à lettres publique mon portefeuille (on m'avait volé mon sac la veille dans un magasin) sans l'argent, mais avec tous
les papiers. Il a fait le tour du bureau de poste en égrenant mon nom et mon nom de jeune fille, jusqu'à ce qu'un agent PTT reconnaisse dans ce dernier celui d'une de ses usagères (ma mère en
l'occurrence). Il appela maman, qui lui confirma que c'était bien moi la propriétaire du portefeuille et je fus supercontente de ne pas avoir à refaire mes papiers.


à Nurja: je crois que c'est vraiment l'oubli du nom de pays qui a joué, tout le reste y était, j'avais recopié l'adresse telle qu'elle m'avait été donnée par un ami Belge... pour qui évidemment
préciser que Bruxelles est en Belgique semblait superflu.

Nurja 01/02/2013 15:09


Bonjour Françoise,


Bon, la poste, qu'elle soit belge ou française n'est plus ce qu'elle était. cela dit, je ne serais pas trop étonnée qu'en fait ce soit le numéro de boite qui manque sur le livre qui a été
retourné.


 


Je me souviens, il y a une dizaine d'années, d'un facteur qui se désespérait des changements d'organisation annoncés: il n'aurait plus le temps d'aller chercher le pain d'un petit vieux
grabataire... (je me souviens aussi que , quand j'ai perdu mon chat, il a demandé dans le quartier).

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture