Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 14:41

cahier.jpgEntre le printemps qui dure deux jours et puis s'en va et la ferme intention de finir mon manuscrit, la tentation fut grande, récemment, de fermer l'ordi et d'aller baguenauder au soleil en emportant un cahier et un stylo. A plume large. Lamy, le stylo des collégiens pas cher et vachement bien. (publicité gratuite mais si M. Lamy la voit, il saura quoi m'offrir:)

De toutes façons, je séchais lamentablement depuis plusieurs jours sur un chapitre dont je savais ce qui devait s'y passer, quels personnages y participaient, le début et la fin. Mais rien à faire, je n'arrivais pas à « entrer dedans ».

photo_092606_022.jpgAssise sur un banc dans un square ensoleillé, j'ai donc sorti cahier et stylo. Et là, je vous jure que c'est vrai, j'ai PHYSIQUEMENT senti les idées couler de mon cerveau, glisser dans mon bras et mon avant-bras, puis dans la main qui actionnait le stylo. Je ne contemplais plus mes personnages, j'étais eux, je ne cherchais plus à décrire un affrontement sur la Gineste, je ressentais la peur du héros, je sentais les herbes chaudes, entendais le bruit de la mer en contrebas... En une heure et demie, j'avais torché mon chapitre. Je l'ai relu, il me plaisait et je me suis dit : « Finalement, c'est tout simple d'écrire ». Le soir, j'ai saisi le texte avec l'ordi sans y changer grand chose. Ce texte sur lequel je butais depuis des jours devant l'écran.

Il me revint alors que j'avais fait une expérience similaire en tant que lectrice en testant les liseuses au Salon du Livre : la page était nette, élégante, mate, rien à dire de ce côté, mais je n'arrivais pas à me passionner pour l'histoire. Je lisais les dialogues mais n'entendais pas les personnages, comme si je les regardais parler à travers une vitre. Et brusquement je m'étais dit : « Évidemment, il y a effectivement une vitre entre nous ! »

Pour répondre aux malfaisants qui diront que tout ceci vient de mon âge canonique et qu'ayant été élevée dans le culte du papier je ne peux me faire aux nouvelles technologies (signalons en passant à ces malfaisants que j'ai commencé à écrire sur ordinateur en 1985, avec un Apricot doté du logiciel Textor!), je relaterai cette expérience faite sur des gamins de maternelle nés avec un ordinateur entre les oreilles.

zo__ordi_bd.jpgOn leur a fait raconter une histoire par leur maîtresse. Puis la même histoire via un film où la maîtresse la leur racontait. Puis la même histoire sans maîtresse mais avec des images pour illustrer le conte. Dans les trois cas les enfants ont été contents... mais les électrodes posées sur leurs chères têtes blondes ont révélé que ce n'était pas les mêmes zones du cerveau qui étaient stimulées selon le mode de transmission du récit.

Il est donc certain que le e-book est différent du livre papier, ce que tout le monde pressent, excepté les marchands de liseuses. Ce qui ne veut pas dire qu'il est mieux ou moins bien, mais à coup sûr différent. La guerre qui consiste à dire que le e-book doit remplacer le livre papier est absurde car ce serait nous priver de faire travailler des zones du cerveau que le papier stimule. Tout comme il serait absurde de prétendre que le livre papier doit être défendu becs et ongles et le e-book combattu, puisque ce dernier stimule d'autres zones du cerveau qui peuvent être utiles.

amis.jpg

 

En somme, la cohabitation des deux objets pourra enrichir notre fonctionnement cérébral si on les utilise à bon escient, sans opposer l'un à l'autre. Elle ouvre des possibles, sans obligation de choisir l'un ou l'autre, de renoncer à l'un à cause de l'autre, de confondre l'un avec l'autre. Bigre ! Cette argumentation rejoint de façon troublante celle du polyamour qui, lui aussi, veut ouvrir les possibles sans obliger à trancher dans le vif, dans la vie. En voici donc une autre plus triviale : le potage maison est incomparable, mais la soupe en sachets peut s'avérer bien pratique. Il est donc absurde de comparer deux denrées aussi différentes, et réducteur d'affirmer que puisqu'elles ne sont pas égales, l'une ou l'autre doit disparaître. Vive la diversité et les différences.

Sur ce, il fait beau, je ferme mon clavier et vais goûter le soleil en emportant cahier et stylo plume.

 

 

 

P1030549



Partager cet article

Repost 0
Published by - dans Humeur
commenter cet article

commentaires

françoise 16/05/2013 18:53


à SF: aujourd'hui, en me relisant, j'ai me suis demandéc omment toute cette histoire allait finir  et je l'ai lue comme le livre de qqn d'autre. Ca aussi, c'est une curieuse impression, très
agréable, signe que la chose commence à vivre sa vie propre.


à Andiamo: c'est bien la preuve que les zones du cerveau en action ne sont pas les mêmes, car sinon il n'y aurait aucune raison que tu n'arrives pas à écrire avec un stylo.. On a dû te bloquer
les neurones amateurs de papier et d'encre :)


à Audren: vous avez raison. Un jour, j'ai entendu un comédien lire sur scène un extrait de "Ce qui trouble Lola" et ça a donné au texte un relief que je ne lui avais jamais trouvé en le lisant à
voix basse.Je l'ai redécouvert.

audren 16/05/2013 07:22


Une autre manière de lire les livres : avec les oreilles. Je passe plusieurs heures en vélo chaque semaine pour aller bosser, et j'écoute souvent des romans audio. L'impression est tellement
différente du papier que j'ai du mal à dire "j'ai lu presque tout Twain, dont deux fois Huckleberry Finn dans deux versions différentes". Je ne peux quand même pas dire "j'ai entendu Huckleberry
Finn", et dire "on m'a lu Huckleberry Finn" n'est pas tout à fait exact non plus.

Andiamo 15/05/2013 09:56


Je suis "canonique" (ta mère aurait ajouté S-F) et pourtant je n'ai jamais écrit auparavant. C'est grâce ou à cause de Blogbo que je scibouille, et je ne sais pas écrire au stylographe, pas plus
qu'au crayon ! Il n'y a que le clavier qui m'aille, et ce en toute modestie.

Saoul-Fifre 14/05/2013 20:34


Mais que se passe-t-il ? Tu n'es pas du tout "square", comme fille, d'habitude d:) ?


 


J'adore cet état d'écriture automatique. Il arrive bien sûr après de longues réflexions, d'insoutenables périodes d'impuissance mais ça vaut le coup d'attendre un peu pour voir ce torrent
fougueux, ce verbe libre vivre sa vie sur la feuille, sans autre aide que quelques uns de nos muscles, se trouvant d'astreinte à cette heure. "Spectacle" et sensation qui les valent tous.


 


Une liseuse ? Quand je serai aveugle, j'en chercherai peut-être une, à la voix douce, mais en attendant, oubliez-moi comme cœur de cible pour ce gadget onéreux.

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture