Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 16:40

Cher Dieu,

communion privéeQuand j'étais petite, j'aimais tellement aller au catéchisme que je fréquentais deux cours, celui des petits et celui des moyens et allais à confesse chaque semaine raconter des broutilles du genre « j'ai oublié ma prière du matin ou du soir » ou « je me suis disputée avec mon frère», car à part cela, je n'avais guère à me reprocher, petite fille plutôt sage et sans histoires. Quel ne fut pas mon étonnement d'entendre le prêtre me poser des questions sur « les vilaines choses » que j'aurais pu commettre, et m'interroger longuement sur ma « pureté », concept dont à 7 ans j'ignorais tout. Ma mère, furieuse, alla engueuler le curé car elle ne comprenait pas qu'il pût mettre des idées vicieuses dans la tête des enfants. Eh oui, le sexe dansles années 60 était le vice absolu, à tel point qu'une de mes camarades, pensionnaire dans un collège de bonnes soeurs se voyait ordonner le jeudi à la promenade, lorsque le cortège des filles en rang croisait celui des garçons en rang : « Baissez les yeux, mademoiselle, voilà le péché qui passe ». J'ai donc su très tôt que la religion catholique- et les autres aussi, mais je l'ai su plus tard- sont obsédées par le sexe et profondément misogynes, à l'encontre des enseignements du Christ (que celui-ci ait été homme ou Dieu, peu importe) qui ne négligeait pas la compagnie des femmes, de préférence filles de joie.

communion solennelleEn 15 ans, j'ai tout fait : baptême, communion privée, confirmation, communion solennelle aujourd'hui appelée « renouvellement des promesses du baptême » et même renouvellement du renouvellement l'année suivante. Plus un chouïa de scoutisme avec la promesse des Guides prononcée face au drapeau français : « Sur mon honneur et avec la grâce de Dieu, je m'engage à servir de mon mieux Dieu, l'Eglise et la patrie, à aider mon prochain en toutes circonstances, à observer la loi des guides. » Loi qui nous enjoignait d'être... pures, évidemment, mais également loyales et généreuses, ce qui me plaisait davantage. 

 guidouille renouvellementTout ceci pour vous dire que je n'avais a priori rien contre vous. En revanche, je ne comprenais pas qu'on présente comme infiniment bon un Dieu si incapable de pardonner qu'il préfère faire tuer son fils pour « racheter le péché d'Eve », et méprise totalement le désarroi dudit fils pleurant au Jardin des oliviers à l'idée d'être crucifié. S'il était si bon et puissant, il lui suffisait de dire « allez, on efface tout et on refait un monde paradisiaque, non ? » Ce genre de rebellion énervait l'aumônier, qui m'enjoignait de « croire et arrêter de raisonner ». J'en conclus que le péché suprême, pour eux, ce n'était pas de tuer ( cf les guerres de religion, croisades, meurtres de l'Inquisition, sorcières brûlées et autres fous de Dieu qui assassinent l'infidèle au mépris du tout premier commandement : « Tu ne tueras point. ») mais d'essayer de comprendre, de savoir. Le savoir, c'est le pouvoir, d'où la volonté des gens d'Eglise de le garder. Longtemps ils furent les seuls à savoir lire et écrire.

verneuil4En Afrique, j'ai été bouleversée par le racisme de religieuses tapant l'une contre l'autre deux têtes de petits africains qui avaient raté leur dictée : « Ca sonne creux dans ces têtes noires! ». En histoire, j'ai lu avec frissons les massacres des Indiens qu'on embrochait par douze (en souvenir des douze apôtres, si, si!) lorsqu'il refusait de se convertir à la religion chrétienne. En philo, j'ai constaté la misogynie crasse d'hommes vénérés comme St Paul, St Augustin et à peu près tous les papes... « A 16 ans, enfin, constatant que j'allais à la messe essentiellement pour retrouver les copines, leur raconter mes chagrins d'amour et pleurer tout mon saoul dans l'ombre discrète des piliers de l'église, j'ai cessé de pratiquer... et constaté que cela ne changeait absolument rien aux valeurs de tolérance, d'ouverture, d'honnêteté et de justice qui sont les miennes et que j'ai retrouvé chez moult personnes ni religieuses ni même baptisées, mais passionnées par l'être humain et la vie sur terre. Quel soulagement, enfin, d’œuvrer pour le bonheur ici bas au lieu de glorifier sans cesse la souffrance sur terre et la résignation au nom d'une hypothétique vie éternelle dans l'au-delà ! Quel plaisir que la laïcité vraie, qui reconnaît à chacun le droit de croire ce qu'il veut, pourvu que cela reste du domaine privé et ne soit pas contraire à la loi laïque commune.

Aujourd'hui, je suis donc simplement laïque et déplore qu'il n'existe aucune émission consacrée à la laïcité et à ceux qui croient en l'être humain plutôt qu'en un ou des dieux. (L'union Rationaliste n'est pas agnostique, mais athée, ce qui peut devenir une autre forme de religion...) Je voudrais à ma mort un rituel joyeux et républicain que j'arrangerais comme je le souhaite, avec des textes et de la musique choisis par moi, et je déplore qu'aucune salle municipale n'existe à cet effet : on s'enterre à l'Eglise si on souhaite que les amis viennent vous saluer, sinon, c'est la quasi clandestinité d'un funérarium sinistre... Mes filles ne sont pas baptisées, mais je leur ai toujours raconté les aventures du petit Jésus, sauce évangile bon teint ou sauce Cavanna, selon mon humeur.

4589940873 471b8afed5 o (2)Tout ça pour dire- mais chacun l'a deviné- que je n'en peux plus d'être envahie journellement par les religions dans les médias, dans les rues où se font les prières et dans les églises qui s'équipent de haut-parleurs et infligent leurs cantiques à tout le quartier... Chrétienne, juive ou musulmane pour ne parler que des principales, toutes les religions ont vocation à la conquête, toutes cherchent à asseoir un pouvoir, toutes accumulent des richesses données par de pauvres gens à qui on promet le paradis après leur mort, toutes cherchent à soumettre les femmes au besoin par la force, toutes, dans l'histoire- exception faite de quelques religieux « rouges »- ont pris le parti du roi plutôt que du manant, en inculquant au manant la résignation à son sort. Le peuple français a choisi d'être laïque en 1789, dans les années 1970, la religion restait présente dans les familles mais avait quitté le domaine public et voici que depuis quelques années, rien ne se décide en haut lieu sans qu'une religion ou l'autre pousse des hauts cris : voile à l'école, mariage homosexuel, contenu des manuels scolaires... elles veulent intervenir sur tout, lobbies d'autant plus puissants que les critiquer est aussitôt qualifié de blasphème.

Si Dieu existe, cela ne me dérangerait aucunement, ce serait une affaire entre lui et moi et je gage qu'il préférerait une pécheresse comme moi à tant de bons bigots de tous bords qui ont semé le sang et le désespoir. Et s'il n'existe pas, ce qui ne me dérangerait pas davantage, quel malheur de faire des guerres, de s'entretuer et de s'empêcher de vivre heureux pour une illusion ! 

 

img_0128.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans Humeur
commenter cet article

commentaires

Yogi 13/01/2013 18:41


Tsk tsk tsk ... avec votre cursus vous devriez quand même savoir que le "tout premier commandement" n'est pas «Tu ne tueras point» mais «Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de
toute ton âme et de tout ton esprit». Il est suivi de «Le nom du Seigneur est saint» puis de «Le septième jour est le sabbat consacré au Seigneur» ; le «Tu ne tueras point» arrive en 5 ou 6ième
position.

Faut quand même garder le sens des priorités ! ;-)

Sam 28/10/2012 20:04


Maugis, pour ma part, je m'arrêterai là sans rancune aucune pour ma part. 


Le meilleur à toi et à tous :)

MAUGIS 26/10/2012 22:09


Merci à Sam pour son long commentaire, mais qu’il me pardonne, je ne suis malheureusement pas du tout d'accord avec son
délire philosophico-artistique qui frise le charabia. Le rapport entre l’Homme et la Nature est un sujet trop important pour laisser dire n’importe quoi. Je reconnais que de très nombreux
cerveaux sont embourbés dans un intellectualisme de bon aloi et politiquement correct. Mais cela est voulu. La masse doit patauger. Seule l’élite se permet de dominer, et cela par tous les
moyens. Le principal outil est bien entendu l’argent, la financiarisation du Monde. Aujourd’hui, tout s’achète, même l’art, l’intelligence et la culture. Pardonne moi encore, cher Sam, mais il
faut être aveugle ou mentalement dérangé pour dire : « je n'ai pas envie de me laisser effrayer ». Il n’y a pire aveugle que celui qui ne veut pas
voir. Et ce n’est pas en faisant l’autruche que l’on évite le danger. Non, la question n’est pas de savoir si tu as envie ou pas de te laisser effrayer, mais de savoir si oui ou non, la réalité
est effrayante. Arrêtez, intellectuels fatigués de tourner autour du pot pour ne pas poser les bonnes questions, sinon vous allez vite passer pour des complices de la mafia qui actuellement
dirige le Monde.


François.

Sam 25/10/2012 04:37


Salut Maugis,


le besoin de câlins du nourrisson venant du besoin d'être rassuré, il s'agit donc bien de peur.


Nos différences de perspectives viennent probablement du fait de considérer ou non, un besoin légitime derrière les religions. À mon sens l'art fait face à ces mêmes besoin, à cette différence
que l'art se comporte semblablement à un enfant qui sait qu'il joue, là où la religion me laisse l'impression d'un enfant qui confond le jeu et la réalité. En anthropologie, les religions peuvent
être, par exemple, définie comme des "grands récits", soit analysé sous la forme d'une activité poétique. Le "progrès" peut aussi s'analysé comme tel. 


Ces dernières décennies, le "jeu" fait de plus en plus de percées dans l'univers des sciences humaines. Les raisons sont multiples, pour ma part, celle que je préfère, c'est
que d'expérience, le jeu nécessite le respect de ses partenaires : 


- Tu veux jouer avec moi ? / Je peux jouer avec toi ? (Consentement)


- Je ne veux plus jouer avec toi, parce que ... (Consentement)


Pour reprendre l'intituler de ce blog, les enfants jouent au monde pour l'expérimenter, le comprendre, le partager, mais aussi se découvrir et nouer des liens. Les religions me
semblent participer de ce même besoin de jouer, mais de jouer sans admettre que c'est un jeu ... probablement parce que c'est plus rassurant. Sinon, quelle que soit le jeu, il y a toujours des
enfants pour vouloir dominer et imposer leur jeu - freak control !


"So when religions freak out for control" - easier in english, sorry - actuellement, je préfère penser qu'il y a un besoin fondamental derrière, même si la réponse à ce besoin est
loin d'être juste dans tous les sens du terme. (Par exemple, le fait de s'apparenter davantage à des revendications identitaires qu'à un acte de foi.) La possibilité qu'elles ajustent leurs
réponses me semble nécessiter la reconnaissance des besoins auxquelles elles pensent devoir répondre. Et, finalement, si j'opte pour une perspective moins effrayantes des religions, c'est que je
n'ai pas envie de me laisser effrayer : "People freaking out are freaking and I don't want let them make me freaking !" 


Sinon, pour la réalité terrestre, quand bien même ce serait le paradis sans les folies dans lequels s'égarent l'esprit humain, cela me semble d'autant plus fort qu'elle supporte ces folies...
sans juger bien que dangereusement exposée.


 

MAUGIS 20/10/2012 23:09


Non, mon cher Sam (commentaire 14), je ne crois pas que la création de Dieu par l’homme soit uniquement due à sa soif d’être
aimé. Pour moi, c’est à 99 % dû d’abord à la peur (peur que le ciel tombe sur la tête des hommes préhistoriques – mais beaucoup de phénomènes naturels ont fini par perdre leur mystère) puis
peur, angoisse, devant tout ce que l’homme ne peut comprendre ou expliquer (la raison de notre présence sur terre, les insondables mystères de l’origine de la vie, quelles explications à cette
incroyable biodiversité terrestre, les mystères que nous cachent encore l’infiniment grand et l’infiniment petit, etc.). Cette espèce de singe stupide qui a trouvé le moyen (parait-il, en
modifiant son alimentation) de faire grossir son cerveau, est devenu un boulimique d’émotions et de sensations. Il veut tout savoir, tout dominer, tout comprendre. C’est parce qu’il n’est pas
parvenu à tout comprendre que, par colère ou désespoir, il a créé Dieu. Une folie ! Pour ce qui est des religions, c’est tout à fait autre chose. Dans la majorité des cas, la religion,
s’appuyant sur la crédulité des humains ordinaires, a permis à d’autres humains plus malins de dominer, d’exploiter, de tyranniser à leur profit leurs propres congénères. Cela coutait moins cher
que les guerres. Ce qui n’empêchait pas de compléter l’action religieuse par l’action militaire si le besoin s’en faisait sentir. 


Tout à fait d’accord avec vous pour dire que la réalité suffit largement à nourrir les esprits raisonnables. Mais combien
sont-ils à s’être égarés ? Pourquoi, au lieu de rechercher Dieu, ne nous contentons-nous pas d’avouer qu’il y a des choses qui nous dépassent. Il y a donc dans l’homme lui-même une part
d’irrationnel. Un mystère de plus dans cette Nature qui nous submerge et que nous avons bien du mal à comprendre. Pour ma part, je la trouve si belle que je pense que cette espèce
d’autodestruction programmée de l’espèce humaine par la Nature n’est qu’un moyen pour elle de sauver sa peau. Imaginez un instant la planète Terre sans humain. Ce serait le Paradis ! Etrange
non ?


Paco – La Réunion, 20/10/2012.

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture