Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 13:28

De mes 19 ans- âge de mon premier salaire- jusqu’à aujourd’hui, j’ai toujours scrupuleusement payé l’impôt sur le revenu … sauf en 2010, car j'avais gagné si peu en 2009 que je me suis retrouvée non-imposable pour la première fois de ma vie. J’aurais dû crier « Youpi ! Pas d’impôt! » et en fait pas du tout. 2009 avait été une année de merde où je devais faire attention à chaque dépense, renoncer à partir loin en vacances moi qui adore les voyages, éviter les restos et les bars, les boutiques de fringues et les cinoches. Encore avais-je la chance, petite fourmi que je suis, d’avoir économisé durant mes années fastes, mais comme je ne savais pas combien de temps dureraient les vaches maigres, je faisais super gaffe à ne pas trop puiser dans mon cochon-tirelire.

coccinelle.jpgBref, comme on dit sur Canal+, j’ai trouvé qu’il était infiniment plus agréable de gagner correctement sa vie et de payer des impôts que l’inverse. Parce que d’une façon générale, si l’argent ne fait pas le bonheur,  il aplanit bien des soucis. Le nier serait irréaliste et l’écrire n’empêche pas d’être de gauche. Cette remarque pour répondre aux tracts nauséabonds qui circulent en cette dernière ligne droite de campagne électorale, dénonçant le fait que certaines personnalités de gauche  nageraient dans l’or et le caviar. Sous-entendu : si on est riche, on doit être de droite. Ou alors : seuls les gens de droite ont le droit d’être riches. Foutaise ! Ce n’est pas une question d’argent, c’est une question d’attitude de vie. Effectivement, certains tenants de la gauche « caviar » ont dérivé vers la droite et jusque dans les bras du futur ex-président, tout comme certains soixante-huitards sont devenus des bourges réactionnaires. Mais pas tous, heureusement.

picsou.gifEtre de gauche n’oblige pas à être miséreux, il existe d’ailleurs des miséreux de droite ou d’extrême-droite. Cela signifie vouloir rendre le monde plus juste, plus égalitaire, plus tolérant, plus fraternel. Et notamment payer des impôts en fonction de ses moyens. Ce qui est loin d’être le cas actuellement. Notre système fiscal toutes taxes confondues aboutit à un résultat surprenant. En 2010, un ménage gagnant 1700 € par mois payait une taxation totale (tous prélèvements confondus) d’environ 45%, contre 35% pour un  ménage déclarant 63 000 € par mois. Comment ce fait-ce ? Tout simplement parce qu’en France, seul l’impôt sur le revenu est progressif : de 0 à n, on paye tant%, de n à p, on paye un peu plus, de p à x, un peu plus, et ainsi de suite.  Toutes les autres taxes ou cotisations sont au même taux par tout le monde : cotisations sociales, CSG/RDS…, taxe sur les produits pétroliers, etc.  Même les non-imposables ne sont pas exempts de  taxation : ils paient  la TVA (au même taux que les milliardaires) sur tout ce qu’ils achètent, et la TVA est l’impôt le plus important : à peu près 50% des recettes de l’Etat, contre moins de 20% pour l’IR.

La seule façon de réduire les inégalités est donc d’augmenter le taux supérieur de l’IR, et de multiplier les tranches pour le rendre plus progressif. En revanche,  baisser l’I.R comme l’a fait NS et augmenter la TVA de 5 à 7%, c’est-à-dire sur les produits de première nécessité (et les livres…), c’est délibérément appauvrir les plus modestes et favoriser les plus aisés.

Il a été calculé que 10% des ménages les plus aisés ont profité de 70% des baisses d’impôt et niches fiscales (source : Observatoire des inégalités)

jambon.jpgAugmenter l’IR permet à l’Etat de mieux financer les aides sociales, ce qui permet à leurs bénéficiaires d’assumer leurs dépenses. Eh oui, quand ils ont quelques sous, les pauvres consomment, et ça stimule l’économie. Les riches placent leur argent et spéculent, vu qu’il y a un stade de revenus où on arrête de consommer, faute de besoins à satisfaire. En d’autres termes, l’augmentation de l’impôt sur le revenu pour les tranches les plus élevés est un des meilleurs moyens de sortir de la crise en relançant la croissance pour ceux qui en ont besoin.

einstein.jpgOn me dira : « Ouais, mais y a pas de raison que les riches paient toujours pour les pauvres » (qui sont comme chacun sait des assistés, des paresseux, des profiteurs, des français qui ne se lèvent pas tôt sauf les éboueurs, les boulangers, les postiers du tri, le personnel soignant J, les ouvriers en 3x8 et j’en passe… ). Que nenni mes seigneurs, vous bénéficiez aussi du partage des richesses! Les équipements publics servent à tous sans distinction de revenus. Routes, hôpitaux, écoles, administrations, police, justice, transports sont au service de tous les citoyens. Cerise sur la forêt Noire : l’Etat subventionne largement des équipements culturels –Opéra, théâtre, musées- dont profitent davantage les foyers aisés ou moyens que les plus pauvres. Pour amener un gamin au BEP, l’Etat aura déboursé 100 000 €, 200 000 € pour un élève de grande Ecole, majoritairement issu de familles aisées. Elèves qui sont rémunérés durant leurs études s'ils font l’ENA, Polytechnique ou Normale Sup, tandis que de nombreux étudiants en fac doivent trouver un boulot pour financer leurs études. Appelle-t-on ces gosses de riches des assistés ?

 tax_collector.jpgDans une vie antérieure, j’étais Inspecteur du Trésor et Valery Giscard d’Estaing Président de la République pas précisément de gauche. En ce temps là, la tranche supérieure de l’IR était à 60% (41% aujourd’hui) et  les niches fiscales n’existaient quasiment pas. L’impôt sur les sociétés était à 50% (33,3% aujourd’hui) et tout le monde s’en trouvait bien, entreprises et salariés.  

En 2011, grâce  aux délocalisations dans les paradis fiscaux et à diverses manips comptables, l’impôt sur les sociétés réellement acquitté est en moyenne de 3,3% pour les entreprises du CAC 40- sauf les quatre où l’Etat est actionnaire- et de 15 à 33,3% pour les autres entreprises, les PME payant davantage que les grosses sociétés, et on ne parle que de licenciements, de réduire les salaires et d’austérité. Cherchez l’erreur ! 

Jeudi, 19 avril, dernier billet jusqu’au 6 mai. Ce blog reprendra ensuite… peut-être. Ca dépendra de mon humeur après le 6 mai.  En attendant, je vais humer l’air du temps : cahier et stylo, amours, délices et crustacés, livres et balades changeront de cet écran.


lutin2.jpg

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Dindorf Michel 05/05/2012 16:17


Bonjour.


Je ne viens pas vous lire suffisamment, à chaque fois, c'est une bouffée d'oxygène, merci.


Après le 6 mai, il y aura du boulot, quel que soit le résultat... il sera dur ou dur dur dur, mais il y aura des choses à faire...  des choses à dire !


Bye


MD

marin 25/04/2012 16:29


A l'intérieur du systeme capitaliste, vous avez raison, et belle et simple est vôtre démonstration. Seulement le même système rapporte toujours les mêmes effets.


Ce qu'il faut , c'est changer de système et donc de mentalité. Changer lesfaçon de gérer ls entreprises et le travail, produire pur satisfaire les besoins et non cett e course infernal à la
chimère par la consommation compulsive. Favoriser la culture et ses pratiques par tous. Le reste nous rammènerai toujours cycliquement à la crise.


Hollande n'est pas la solution, disosns qu'il ralenti cette marche au pognon suffisament pour nous permettre , peut etre, de réfléchir et de changer nos comportement pour aure chose. Lui conduit
ce système, j'admets de façons plus démocratique, mais au fond rien ne change dnas la caverne... c'est l'énarchie qui règne, pas l'imagination.


 

Daniel 20/04/2012 07:05


Bonnes vacances!


 


... et j'espère qu'on aura le plaisir de vous lire encore après votre retour, ici ou ailleurs.

Andiamo 19/04/2012 17:03


Que dire ? J'ai toujours payé et je paie encore, très cher effectivement en regard de mes revenus, mais ne rien payer c'est effectivement la misère !


Pour le reste, je te souhaite de bonnes vacances au sens le plus complet.


Repose toi bien Princesse, et reviens... HEIN ?

Saoul Fifre 19/04/2012 16:51


Depuis l'age de mes 12 ans et de mon premier salaire (des vendanges au noir, déjà !) je culpabilise à donf de n'avoir jamais payé d'impot sur le revenu. Merci Françoise de me rappeler que je paye
de la TVA, de la CSG, des timbres-amendes et... des impots locaux ! Je me suis occupé bénévolement de la chose publique (politique locale) pendant une dizaine d'années, peut-être pour compenser
mon désengagement financier ?


 


En tout cas, bravo pour cet article clair et didactique, qui nous change du boulgui-boulga-langue de bois qu'on entend partout dans cette fin de campagne d:-(

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture