Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 20:25

 

honk0Honk  est un documentaire distribué dans quelques salles seulement, qu’il faut aller voir très vite avant qu’il ne disparaisse des écrans. HONK, ça veut dire « klaxonner ». Comme le fait chaque jour la mère d’un condamné à mort en passant devant la prison de Huntsville, au Texas, où son fils attend depuis 14 ans d’être exécuté, et perd peu à peu les potes qu’il s’est fait en prison, exécutés avant lui. Ca doit faire bizarre de chercher un copain le matin et d’apprendre sa mort, quand on a si peu de relations humaines. Comme dit sa mère : « J’aimerais lui caresser la joue pour le réconforter mais je n’ai pas le droit. Je n’aurai le droit de le toucher que quand il sera mort. »

honk2Ethnologue et sociologue, les deux réalisateurs Arnaud Gaillard et Florent Vassault filment les gens, les laissent parler, n’ajoutent aucun commentaire. La réalité est suffisamment éloquente. On voit honk1d’abord trois femmes partir la nuit pour assister à l’exécution d’un condamné qui, des années auparavant, a tué un homme qui était le fils de la première, le mari de la seconde et le père de la troisième. La plus jeune est toute excitée à l’idée de « voir quelqu’un mourir », la seconde est émue car elle a fait piquer son chien la semaine précédente et l’exécution lui rappelle ce chagrin. La mère note, mélancolique : « Je pensais être contente, mais ça ne va pas me rendre mon fils et en définitive je ressens de la tristesse… » Il y a donc la mère du condamné, qui klaxonne chaque jour au volant de sa belle voiture achetée à crédit tandis qu’elle vit dans un taudis miséreux.

honk3Enfin il y a le personnage le plus attachant du film, un condamné qui a passé 22 ans en prison, dont 19 dans le couloir de la mort, avant d’être innocenté par des tests ADN. Il est traumatisé, ne sait plus ouvrir seul une porte parce que durant 22 ans il n’a pas eu le droit d’en ouvrir, mais malgré tout lucide, généreux, lumineux, et on se dit « Bon Dieu, heureusement qu’ils n’ont pas tué un type pareil ! »  Troy Davis, qui clamait son innocence (la plupart des témoins qui l’accusaient se sont récusés) n’a pas eu cette chance. Hans Skinner, qui devait être exécuté ce mercredi 9 novembre, a un sursis de 48h. Lui aussi a demandé des tests ADN mais n’est pas sûr de les obtenir pour des raisons de procédure. Lui aussi clame son innocence. C'est ainsi que les Etats-Unis se classent au 5ème rang en nombre d’exécutions, derrière la Chine, l’Iran, la Corée du Nord et le Yémen. Que des démocraties exemplaires…

La force de HONK est de montrer la réalité de la peine de mort dont les méthodes- chambre à gaz ou injection létale- ont été empruntées aux nazis. On voit le bourreau expliquer qu’il faut 7 seringues de 50ml pour une exécution. 3 de produits toxiques, et entre chacun d’eux, deux seringues de solution saline pour rincer la perfusion car il n’est pas propre et même dangereux de mélanger les produits entre eux. On s’apprête à tuer un homme, mais faut le faire hygiéniquement. Absurdité glaçante de la peine capitale " cette schizophrénie d’une société persuadée de tirer des bénéfices dans le fait de tuer pour montrer qu’il ne faut pas tuer."  

Au-delà de la peine de mort, HONK montre l’extrême misère de la middle class américaine. On est à dix mille lieues du rêve américain, ou disons que ce « rêve américain » assis sur le mythe de 1ère puissance mondiale n’a enrichi qu’une infime minorité, tandis que la dette colossale, l’endettement des particuliers, la spéculation, les guerres inutiles… appauvrissaient la majorité des habitants de l’Amérique profonde : misère matérielle, paysages en friche, urbanisme hideux, individualisme violent, obésité omniprésente,  vide intellectuel, affectif, spirituel… C’est glaçant.

En sortant, on ne sait peut-être pas exactement de quelle société on rêve mais on sait exactement de quelle société on ne veut pas.

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by - dans Images
commenter cet article
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 14:42

reverb_re.jpgHier, je suis allée en fin d’après-midi écouter de la musique au quartier Latin avec une nouvelle amie.  Musique  latino américaine d’abord, puis changement de crèmerie : piano-bar tendance classique et de temps à autre chanteuse asiatique à la voix extraordinaire, mezzo-soprano ou alto je ne suis pas assez spécialiste pour  en être sûre, en tout cas veloutée, modulée,  extraordinairement apaisante. Elle devait correspondre aux vibrations qui me conviennent. Conversation vive et paisible à la fois avec cette nouvelle amie, plaisir de découvrir une nouvelle personnalité, nos points communs, nos divergences, sans le moindre esprit de rivalité ou de rapports de force, juste de l’intérêt l’une pour l’autre, c’est délicieux dans ce monde agressif où la moindre conversation tend à devenir confrontation plutôt qu’échange.

vie_simple.jpgEn sortant, nous avons un peu traîné dans les rues autour de St Michel : il faisait étonnamment doux, les gens flânaient, tranquilles, certains étaient attablés en terrasse comme un soir de septembre, d’autres s’enlaçaient amoureusement, des  sons résiduels nous parvenaient d’autres lieux, autres caves mythiques. Plus l’odeur estudiantine des kebabs et autres chawarma… La vraie vie,  comme un monde parallèle à l’étrange univers plein de bruit, de fureur et de drames des medias, mais loin, si loin des aspirations des gens.

tinaJe suis rentrée dormir dans ma planète perso, havre de paix sans Internet ni infos, ai mis de la musique douce  « matin d’hiver » de Henri Salvador, un album de Léonard Cohen, puis j’ai fait le silence pour lire plus d’une heure un roman de la collection Rouge et Or Spirale de quand j’étais petite. Incroyable ce que ces romans prétendument destinés aux 12/14 ans étaient bien écrits et empreints de culture et de réflexions  dont dominique.jpgbien des adultes d’aujourd’hui pourraient s’inspirer. Je ne sais pas si la collection Rouge et Or existe encore (il y avait les « Souveraine » pour les ados et les « Spirale » pour les pré-ados qu’on n’appelait pas encore ainsi,  avec un bon à découper en dernière page qui permettait, au bout de dix bons, d’avoir un livre gratuit) et aussi Idéal-Bibliothèque. Mais si vous en avez, ça vaut le coup de les relire et de les offrir. Comme une madeleine au goût vanillé. Un peu de douceur dans ce monde de brutes. 

BARS 001Et pour découvrir des bars musicaux sympas et pas chers, je ne saurais trop vous recommander le livre de mon ami Pierrick Bourgault (préfacé par la grande Sophie) "150 bars-concerts, bons plans musique live" (éditions C. Bonneton), illustré de belles photos prises par l'auteur. C'est LE guide qui manquait à ceux qui se disent "oussqu'on pourrait bien aller passer une chouette soirée sans se ruiner?" Le guide idéal pour rencontrerde nouveaux talents ou d'autres plus confirmés, tester des genres musicaux de toutes sortes et même pousser la chansonnette dans certains bars, accompagné par des musiciens chevronnés. 150 adresses à tester, selon son rythme de sorties, ça fait de 1 à 3 ans de belles escapades musicales!

 

BARS 

 Olivier Lancelot, roi du piano stride, qui n'a pas 24 doigts mais c'est tout comme...

Repost 0
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 19:00

indignés NY afp Le chaos actuel suscite des milliers de réflexions et d’idées, avec une soif de  démocratie réelle. Comme disait à peu près Nietzsche « Il faut le chaos pour accoucher des étoiles ». Mais contrairement aux austères Maos des années 70, la recherche d’Autres Mondes possibles se fait plutôt entre bons vivants, qui aiment manger et boire- bio et sain, mais bon et joyeux- refaire le monde autour d’une table, et agir. J’en  ai déjà parlé ici et là.   Tout fait feu pour opposer au There is no Alternative de Margaret Tatcher le There Is Others Alternatives .

Le Mouvement pour la Paix lance une pétition afin que les députés ne votent pas le budget de la Défense? Que peut donner une telle pétition avec un parlement majoritairement de droite (et à gauche aussi, y a plein de militaristes)… Or, il se trouve que depuis deux mois, je cogite sur une façon de favoriser à la fois la démocratie et le refus d'un budget militaire inutile. Rappelons que le Costa-Rica et l’Islande n’ont pas d’armée, s’en portent très bien et ne sont pas envahis pour autant.

cr4.jpgAutrefois, l’ antimilitariste pouvait être objecteur de conscience pour ne pas accomplir le service militaire. Parcours du combattant ( !) mais enfin, c’était possible. La suppression du service militaire ne permet plus d’exprimer son désir de paix et de dépenses plus utiles qu’un sous-marin nucléaire.  D’où mon idée de proposer une OBJECTION FISCALE hyper simple à mettre en œuvre. 1) Vous déclarez vos revenus. 2) Vous recevez l’avis avec la somme à payer. Jusqu’ici, rien de changé. 3) Vous payez et c’est là que tout change. L’objection fiscale permettrait à tout citoyen de répartir lui-même son impôt entre les postes qui lui semblent importants.  Il lui suffirait d’inscrire les sommes qu’il souhaite affecter à l’éducation, aux hôpitaux, à l’entretien des routes, au logement, etc…   On peut envisager une ventilation par grands postes : Santé, Education nationale, Logement… Ou affiner en distinguant dans Santé : recherche,  hôpitaux,  assurance-maladie. Enseignement : création de postes, construction de lycées, etc. Mieux vaudrait ne pas entrer trop dans le détail pour ne pas compliquer la déclaration, quoiqu’il semble indispensable, au secteur Industrie et énergie, de pouvoir affecter des sommes aux énergies nouvelles et pas au nucléaire (ou l’inverse si on préfère les centrales nucléaires). Avec le paiement par Internet, cette objection fiscale est est très facile à mettre en œuvre, et le calcul des sommes affectées serait automatique.

J’entends d’ici les objections: « Les gens ne donneront rien pour l'administration fiscale parce qu’ils n’aiment pas les percepteurs, alors qu’il faut des contrôleurs pour éviter la fraude." Possible, mais il y a aussi des gens intelligents- toi qui me fais cette remarque par exemple- pour le comprendre et affecter des sommes à ces postes. « On a des élus, ils sont là pour nous représenter ». Sauf que les députés, depuis des années ne représentent plus la population réelle (combien d’artisans, d’ouvriers ou de chômeurs députés ?) d’où le sentiment de n’être plus en démocratie mais en oligarchie de privilégiés.

En fait, c’est bien de Démocratie qu’il s’agit. L’objection fiscale aurait ’une influence modeste sur le budget de l’Etat car l’Impôt sur le revenu représente moins de 17% de ses ressources. En revanche, en choisissant où affecter leur impôt, les citoyens seraient plus enclins à les payer car ils en verraient l’utilité, et les décideurs disposeraient d’un reflet grandeur réelle (finis les échantillons bidon !) des vraies aspirations des français. Autant d’économisé sur les Instituts de sondage!

usine chinoiseOn en parle énormément ces jours-ci, car elle représente plus de 50% des ressources de l’Etat. La TVA. Faut-il l’augmenter, la supprimer pour les produits de première nécessité, moduler les taux ? Ca a l’air ennuyeux mais c’est passionnant, car la TVA touche chaque individu dès qu’il achète quelque chose. Et c’est vrai qu’il est agaçant de voir un ticheurte produit à 2 € en Chine supporter seulement 39 centimes de TVA (j’arrondis) alors que son prix de revient suppose des gens mal payés et aucune contrainte environnementale ni sociale malgré des transports polluants. Ca incite à la délocalisation. Le vice est payant, la vertu coûteuse.

album7-1498.jpgD’où l’idée développée par Reynald Masini, blogueur qui intervient souvent ici, d’une TVA à taux flottant. En deux mots : sur une base de TVA élevée,  on applique des réductions en fonction du respect par les entreprises de critères sociaux, environnementaux et non-spéculatifs. Les plus vertueux pourraient arriver à un taux proche de zéro, alors que le ticheurte chinois précité supporterait un taux de 80, voire 100% de TVA. Ce qui réduirait le différentiel entre son prix de vente et le prix de vente d’un ticheurte produit en France dans des conditions convenables. Et  pourrait donc inciter à relocaliser.

De cette idée on a discuté vigoureusement avec Reynald depuis six mois : faisabilité, risque d'inflation, contrôle sur les entreprises étrangères,  angélisme à propos de l’affirmation selon laquelle patrons et salariés sont sur le même bateau (yes, mais certains sont dans la cale…) comment éviter la corruption, paradoxe consistant à asseoir une réforme qui vise à plus de justice sur l'impôt le plus injuste, puisque la TVA frappe sans discernement les pauvres et les riches... A ces objections et à bien d'autres, Reynald Masini répond dans un "plaidoyer" développé sur près de 80 pages, à l'adresse des patrons comme des salariés, et bien évidemment ouvert à toute suggestion. Il s’agit de partager des idées et faire se frotter ensemble des cerveaux pour qu’en jaillisse des étincelles. Voilà pourquoi il devient partenaire d'Autres Mondes pour le faire connaître. 

Et comme la musique adoucit les mœurs et permet de finir une soirée en chantant, c’est un plaisir pour Autres Mondes d’accueillir Philippe de Preissac, ami de 30 ans, clarinettiste talentueux et homme capable de changer de vie pour réaliser ses rêves.

 

jazz-feeling-trio.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 17:19

 

Olivier Nakache et Eric Toledano  ont fait leurs premières armes de réalisateurs au festival du court métrage d’humour de Meudon.  Du coup, ils ont promis de toujours présenter leurs films en avant-première dans cette ville. Ce sont des mecs reconnaissants, à qui le succès n’a pas donné le melon. Simples, sympas, humains (pourvu que ça dure).

affiche intouchablesLeurs précédents  long-métrages  étaient de jolies comédies sensibles et bien scénarisées. Le dernier « Intouchables », crève le plafond avec une histoire improbable bien que vraie : l’amitié nouée entre un aristocrate tétraplégique (dans la vraie vie, c’est le comte Philippe Pozzo di Borgo, grosse, grosse famille…) et un loubard de banlieue (dans la vraie vie, c’était un Beur, dans le film c’est un africain interprétée ô combien magistralement par Omar Sy).  Choc des cultures, de la santé insolente de l’un face à l’infirmité de l’autre, de la richesse insolente de ce dernier face aux galères à répétition du loubard. Sujet casse gueule s’il en est,  avec risque de manichéisme genre  les Groseille et les Le Quesnoy dans «  la vie est un long fleuve tranquille », ou moralisateur politiquement correct, prenant le parti du loubard contre le riche ou celui de l’aristocrate bien élevé contre la vulgarité du d’jeun de cité.  Risque de forcer sur la corde comique et de devenir irréaliste car  c’est une comédie, mais pas que… Risque de devenir compassionnel et ennuyeux.  

fume filmRien de tout cela ! « Intouchables » est d’une vérité qu’on n’atteint que lorsqu’on est assez sensible pour ne pas prendre parti, juste observer les gens avec intérêt et amour. Toutes les répliques font mouche car elles sont d’une justesse exceptionnelle. Du coup, comme dans la vraie vie, on rit, on s’émeut,  et on s’agace aussi devant ces photo fauteuil coursedeux personnages capables, malgré leurs différences, voire leur opposition, d’être aussi touchants et insupportables l’un que l’autre. Ajoutons à cela  des personnages secondaires remarquables et un traitement de l’image et du son qui prouvent une totale maîtrise technique et artistique.  Le tandem Toledano/Nakache a atteint une maturité stupéfiante en dix ans.

Un acteur est né, tous les medias vont en parler : Omar Sy dont l’exubérance  et le sourire ravageur  sont entièrement au service d’un jeu sensible, vif et drôle mais sans rien de trop. Superbe performance.

regards filmQuant à François Cluzet, respect : cloué sur un fauteuil bras et jambes inertes, il arrive à exprimer toute la gamme des sentiments-  mélancolie, arrogance, colère, joie, amusement, agacement- juste avec son regard qui frise ou s’embrume et une voix qu’il a dû travailler quelques tons plus bas que la sienne pour qu’elle soit celle d’un véritable tétraplégique (eh oui, faute de pouvoir respirer à fond, la paralysie totale change la voix). Franchement, ça mériterait un Prix d’interprétation  aux Césars ou à Cannes.

Bon, en gros, j’ai adoré ce film, en salles le 2 novembre. Courez-y, il est tonique  et ça fait du bien par les temps actuels!

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 23:17

 

autres_d_sirs.jpgLors d’une séance de dédicaces, une dame d’environ 80 ans voulut m’acheter « Autres désirs, autres hommes. » Compte-tenu de son âge, je lui précisai qu’il s’agissait de textes érotiques dont elle n’avait peut-être pas l’habitude. Elle chuchota à mon oreille : « Justement ! Je n’ai connu qu’un homme, mon mari, et je ne veux pas mourir idiote. » Je n’insistai pas. Après tout, la dame était largement majeure. Quelques semaines plus tard,  elle m’interpella à l’entrée d’un cinéma : « Bonsoir petite coquine ! », m’agrippa par le bras et se tourna vers baiser_rodin.jpgun ami : « Je te présente madame Simpère, elle écrit des horreurs pornographiques. –Il faudra me les faire lire », répliqua le monsieur. La  dame se récria, arguant qu’il risquait d’en faire une attaque.  Bizarre, bizarre… D’ordinaire, on trouve mes textes érotiques, certes, sans tabous sans doute, mais joyeux, pas vulgaires, et je me demandais ce que la dame appelait  « horreurs pornographiques ».  Elle me souffla alors à l’oreille une description de fellation effectivement assez  trash… si ce n’est que jamais je n’en ai écrit de telle dans mes livres !. 

COUV Franoise SimpreMême mésaventure avec un lecteur qui m’attribuait des pages scatologiques fort peu ragoûtantes… mais tout aussi imaginaires.  Tous deux, dont le point nue-couple-courant-neige-_-is900-206.jpgcommun était  leur  expérience sexuelle réduite, avaient fantasmé des scènes sordides et culpabilisantes, comme si, pour  s’absoudre du péché de lecture érotique, il leur fallait se salir et éprouver honte et dégoût. D’ailleurs, les textes écrits sur le Net par des amateurs décrivent souvent des maris ravis de faire prendre leur femme par une horde de mâles affamés, jusqu’à ce que la malheureuse, copieusement traitée de « grosse salope » tandis que les hommes se répandent sur elle, s’écroule de fatigue sans avoir eu son mot à dire, avec une capacité à enchaîner des orgasmes d’autant plus puissants, semble-t-il, qu’on la traite comme une serpillière. Relents de machisme, relents de pouvoir…

diableQue dans un monde soi-disant libéré, le sexe demeure sulfureux et plus ou moins cradingue, ou qu’on l’exonère de tout mystère, de tout affectif, en payant pour une relation sexuelle réduite à une prestation de service, n’est pas un hasard. Le désir est un des plus puissants leviers de la liberté ou de l’aliénation selon qu’il est libre ou contraint. C’est sans doute pourquoi tous les gouvernants et toutes les religions limitent la liberté amoureuse des citoyens en édictant des interdits (variables d’une religion à l’autre, d’un Etat à l’autre)  tout en laissant se développer le sexe marchand. Ils savent que la frustration engendre l’aliénation, tandis que des êtres libres dans leurs têtes et leurs corps deviendraient rapidement ingouvernables.

nus.jpg 

 

 

 

Repost 0
Published by - dans EROS
commenter cet article
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 15:39

 Ca usine dur, dans les différents partis, pour concocter des programmes  séduisants, soit en promettant « avec nous, vous serez plus heureux qu’aujourd’hui » (au minimum, sinon à quoi bon ?) ou « vous allez en chier, mais ça prouve qu’on est sérieux et crédibles ». Ca, chaos-plan-taire.jpgc’est l’argumentaire UMP : pour les UMPistes, être sérieux et crédible, c’est faire suer les peuples et leur faire payer les égarements (pour ne pas dire connivences) entre Phynance et Politique qui aboutissent au paradoxe que sur une planète qui déborde de richesses, pour certains indécentes, on ne propose aux générations futures que du sang, des larmes et de la pollution. Et on s’étonne que quelques-uns en deviennent violents !

martine_fuit_le_cap.jpgSeule façon de se faire une opinion précise : examiner dans le détail si ce que les candidats proposent permettrait de, réellement, sortir du bourbier dans lequel on se trouve et de la logique de croissance/accumulation/spéculation à l’origine de la crise. Pour l’instant, aucun des deux candidats présumés être au second tour ne propose sérieusement de sortir du système capitaliste, ni de mettre l’écologie au cœur de la vie publique. Pourquoi serait-on obligé de voter pour eux ? Qu'est-ce que c'est que le "vote utile" sinon un piège antidémocratique qui zappe le premier tour au profit du second. Pas envie de panser un monde pourri, plutôt de penser un monde nouveau. 

J’ai donc lu le programme du Front de Gauche publié chez Librio (2 €). Il y faut du courage, car le style, loin des envolées lyriques de Mélenchon, a le rythme lancinant d’un discours du parti communiste. Certes, les propositions sont séduisantes: qui refuserait d’augmenter les bas salaires, mettre la culture au cœur de la politique, ou donner la priorité à l’éducation, restaurer la démocratie ? Mais ce catalogue de résolutions vertueuses oublie de préciser, en face de chaque mesure, comment elle serait financée et quel type de société, de rapports humains, elle dessine. Ca en parle un peu en conclusion, mais de façon vague et pas enthousiasmante. Dommage… J’ai ensuite lu le discours d’Eva Joly  présentant son budget écologique 2012, puis le budget proprement dit. Je ne le détaillerai pas ici bien qu’il ne soit pas interminable et se lise facilement, mais vous le trouverez  sur son site :

Budget écoloDe toutes les déclarations d’intention lues ou entendues, ce document est le premier  vraiment sérieux et crédible, clair, lucide et capable d’ouvrir la voie à une société plus juste et équilibrée. Un seul exemple, pour le reste, vous lirez vous-mêmes. Alors que l’UMP table dans son projet de budget sur une croissance de 1,75% tout en avouant d’emblée que c’est sans doute optimiste, tandis que le projet socialiste se base sur 1,7 (2,5% dans sa première mouture), Eva Joly, rappelant que les prévisions les plus pessimistes annoncent 1% de croissance, a bâti son budget sur une croissance de 0,8%

de façon à avoir plutôt une marge de manœuvre qu’un déficit inattendu. 

eva jolyCertains la trouvent austère, pas drôle, pas glamour, pas charismatique.  C’est vrai qu’à force de dire que pour être Président(e) il faut y penser chaque jour depuis 25 ans et que seul(e)s ceux qui ont cette obsession réussissent, on en viendrait à élire les plus perturbés au lieu des plus compétents. En payant durant des années la psychothérapie que leur offre le pouvoir.

Mais il n’est pas trop tard pour changer…

 

 

Repost 0
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 15:11

 

 "On ressent quoi – même si c’est bien payé – quand on n’a (même) pas 20 ans et qu’on attend son tour pour aller se coucher sous un vieil équidé en sueur ? Qui veut voler votre jeunesse, votre avenir et votre beauté parce que lui n’en a plus?" interroge ce mois-ci le magazine Causette "plus musclé du cerveau que du capiton" à propos de Berlusconi. Ca change des féminins encensant "le courage d'Anne Sinclair"!

causette.jpgCausette a débuté tout petit à quelques milliers d'exemplaires, bimestriel, avec des articles énergiques et drôles à l'opposé de la gnangnantise ou de la branchitude modeuse de tant de féminins. Bref, ça avait tout pour échouer et d'ailleurs peu de monde y croyait. " Le féminisme, en 2010, c'est ringard, vous êtes plus que nos égales, c'est vous qui dirigez tout en sous-main, vous les femmes. Refrain masculin connu..." Personnellement, j’explore avec passion la planète des hommes parce que je trouve leur univers infiniment plus rigolo que celui dévolu traditionnellement aux femmes, et je rejoins Benoîte Groult lorsqu’elle dit qu’il ne faut rien s’interdire au motif qu’on est une femme. Reiser, le dessinateur, qui était féministe dans l’âme sinon dans tous ses dessins, considérait qu’une femme devait pouvoir roter et péter autant qu’un homme sans en être gênée. Je comprends l’intention, mais trouverais plus plaisant que les hommes se retiennent de roter et péter en public. ..

Pour revenir à CAUSETTE,  ce n’est pas le genre à écrire : "Si vous faites l'amour en étant sur Jules, pensez, dès 30 ans, à lui tourner le dos afin qu'il ne soit pas choqué par vos seins qui pendent". (Authentique!) Forcément, à 30 ans, on a le nichon flasque si on n'a pas utilisé telle ou telle crème miraculeuse, voire des injections de ci ou de ça ou de la chirurgie. Mais tout de même, quel remède au plaisir que de se dire en pleine action: deo.jpg"Faut que je me tourne, sinon mes seins vont balloter au nez de ce type fabuleux à qui je dois apparaître parfaite, épilée, peau de pêche..."  Les mecs n'y sont pour rien, la majorité des rédactrices sont des femmes.  Qui écrivent n'importe quoi- je me souviens d'une chef de rubrique "Beauté" ridée comme une reinette de fin de saison qui osait écrire "cette crème vous miracule littéralement la peau" - juste pour raisons publicitaires, faut bien faire rentrer l'argent! 

"Tout ce qu'on vend aux femmes exalte leurs défauts, des produits pour une ligne parfaite, une beauté sublimée, un corps de rêve, un bronzage impeccable, sous-entendu qu'est-ce que vous êtes moche au naturel, mais cette perfection à quel prix, mon Dieu, à quel prix! Si l'amour d'elles-mêmes est payant, comment pourraient-elles croire que l'amour des autres peut être gratuit?" (Ce qui trouble Lola, à la fois féministe et bissexuel, j’adore ce roman même s’il est de moi J )

COUV Franoise SimpreCausette parle autrement aux filles, et il faut croire que cela leur a parlé puisque le magazine a aujourd'hui une diffusion de plus de 90 000 ex, qui l'autorise à passer mensuel, yessss!!! Pour fêter ça, le magazine organise ce samedi 15 octobre une interminable Tea-Party (ça fait un peu vieille dame sentant la poudre de riz cet intitulé, mais bon...) où je serai, avec quelques autres, pour débattre du couple: "Couplables, forcément couplables?"  Pas pour sauverle couple ni pour en médire, pas pour en rêver, juste pour s'interroger sur cette prégnance de la notion de "couple" qui rend les humains si incapables d'inventer d'autres voies amoureuses. Et là, je passe encore la parole à Lola: " Le couple, c'est 50 millions d'enjeux trop forts, un projet de vie, de l'argent, des enfants du pouvoir... La grande escroquerie du couple c'est de ne pas révéler qu'en s'unissant, chacun s'est amputé d'une part de lui-même et n'aura de cesse de la retrouver au prix d'un affrontement quotidien avec l'autre, tout être humain n'a qu'une obsession, se sentir exister, l'ego est mille fois plus puissants que l'amour, ne s'en détachent vraiment que les saints ou Bouddha, mais pour y parvenir, la plupart ont vécu solitaires!"

groult.jpgPour couper l’herbe sous le pied à ceux et celles qui objecteront que je me suis mariée à 21 ans, je précise que la veille du mariage je voulais tout annuler, persuadée que ce n’est pas parce qu’on aime un homme qu’il faut l’épouser et que j’étais une erreur de casting évidente dans l’institution du mariage. Si nous sommes encore là aujourd’hui, c’est peut-être, justement, pour ne pas nous être définis comme « couple » mais comme individus, et je cède la conclusion à Benoîte Groult : « J’ai longtemps pensé dans ma jeunesse que s’aimer, c’était fusionner. Je ne le pense plus. Il me semble aujourd’hui qu’aimer c’est rester deux, jusqu’au déchirement. » (Les vaisseaux du cœur, roman que j’ai dû relire douze fois !)

mari_s2.jpg

 

 

 

Repost 0
Published by - dans EROS
commenter cet article
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 17:06

Je suis bien contente pour vous, d'ailleurs, comme beaucoup de mes amis, j'ai voté pour vous dimanche. Mais pas pour le PS . Pour le candidat qui présentait des idées capables de réellement changer le système à bout de souffle qui nous épuise, et pour le candidat qui n'a pas (encore?) de casseroles et de scandales attachés à son nom. Je me demande même si j'aurai envie de retourner voter le 16 octobre... 

montebourgJ'ai lu votre interview dans Libération. Visiblement, vous êtes heureux d'être devenu le "faiseur de roi" courtisé par les deux "impétrants", comme vous dites. C'est normal,ça fait du bien à l'égo. En revanche, par deux fois vous évoquez "la condescendance et le mépris" dont auraient fait preuve à votre égard François Hollande et Martine Aubry. C'est possible, c'est même probable, le PS est un panier de crabes. La politique est un panier de crabes. Néanmoins, j'aimerais que votre succès actuel ne soit pas juste pour vous une revanche d'ego blessé. Servir de psychothérapie au narcissisme d'un homme politique , merci, ça fait 5 ans qu'on le paye cher!!!

A vrai dire, je ne comprends pas ce que vous faites au PS. A la Fête de l'Humanité, vous aviez visiblement plus d'affinités avec Jean-Luc Melenchon. Qui a quitté le PS parce qu'il ne s'y reconnaissait plus. Je doute que vous vous y reconnaissiez encore. Et si vous preniez la peine de la connaître, vous découvririez aussi que pour combattre la corruption, réguler la finance et imposer le respect de la loi à tous, aussi puissants soient-ils, la candidate la plus qualifiée n'est pas Martine Aubry, mais Eva Joly. Qui chaque jour m'épate un peu plus par son intelligence, sa force de travail et surtout son courage et son intégrité, qualités rarissimes en politique. 

eva jolymelenchonCe n'est qu'un rêve, mais je l'exprime ici, car "Jouer au Monde", cela signifie le rêver autrement, et de toutes ses forces essayer de faire coller la réalité à ses rêves. 

Je rêve, dès avant le 1er tour de la présidentielle, d'un rapprochement Joly/ Melenchon/Montebourg (ordre alphabétique) car à lire vos propositions, vous avez beaucoup de points communs dans les idées, et beaucoup de complémentarité dans le tempérament et la personnalité. C'est un rêve, car il faudrait ensuite choisir parmi vous trois le ou la candidate définitive, et là.... les ego reparleront. Il n'empêche: une telle force de proposition et de renouvellement, donc une telle possibilité de changement me fait rêver.

Que les internautes qui passent par là et font le même rêve n'hésitent pas à  "liker" et faire circuler ce billet, cela vous donnera au moins une indication. Vous en avez déjà une: à la surprise des sondagiers, des medias et des états-majors des partis, les écologistes ont préféré Eva Joly, plus engagée que Nicolas Hulot, et les votants à la primaire vous ont apporté moult suffrages inattendus, à cause et grâce à votre engagement.  Des millions de Français ont envie d'un vrai changement, il serait temps de les écouter. 

 

imagination-au-pouvoir.jpg 

 

 

 

Repost 0
10 octobre 2011 1 10 /10 /octobre /2011 11:50

 indignes-NY-afp.jpgOutre les « indignés » qui gagnent même les Etats-Unis-  10 000 américains défilant en disant « Non à Wall Street », ( photo AFP-E. Dunant) c’est nouveau- le score d’Arnaud Montebourg à la primaire socialiste montre que l’exaspération et le désir d’un changement qui ne soit pas qu’un ravalement montent. Ce à quoi les têtes d’œufs formatées par un seul modèle économique hurlent à l’archaïsme ou « l’abracadabrantesque » des solutions autres que leur éternels plans d’austérité qui partout où ils ont sévi  ont causé d’immenses dégâts.                                                       

troc venezuelaEt si on regardait ailleurs ? En Amérique Latine, par exemple, dont on se soucie peu en Occident, excepté pour en raconter les faits-divers tragiques et les règlements de comptes entre cartels de la drogue. Pourtant, il s’y passe plein de choses. La crise économique, ils l’ont eu dans les années 80, très dure. Evidemment Zorro/FMI est arrivé et leur a prescrit les mêmes plans d’austérité qu’à l’Europe aujourd’hui… avec les mêmes conséquences. Tout ceci est bien expliqué ICI  sivous avez un peu de temps pour lire.   Jusqu’au jour où l’Argentine, le Brésil et d’autres ont refusé la potion du Dr FMI et cherché d’autres solutions, racontées par TAOA,  blog et salvadorassociation fondés par trois jeunes français – à qui j’emprunte ces deux photos- qui ont quitté leur emploi pour parcourir l’Amérique Latine pendant 12 mois et y découvrir d’autres solutions que celles du FMI autour de l’échange et la monnaie. Coopératives financières en Equateur, monnaies solidaires non spéculatives au Brésil (monnaie garantie par l’Etat), au Salvador, au Honduras, clubs de troc au Venezuela… J’avais déjà raconté ICI comment le maire de Bogota, en Colombie, avait préféré la culture à la police pour lutter contre la délinquance… avec succès. Bref, ça bouge, ça fonctionne, ça améliore le niveau de vie des plus déshérités et surtout cela remet les populations au centre des initiatives, même s’il reste bien des problèmes à résoudre, évidemment. On ne crée pas un autre monde en six mois, mais toutes ces initiatives prouvent qu’on peut raisonner différemment et que ça marche. En Europe, d’ailleurs, diverses monnaies solidaires fonctionnent déjà.  

affiche-light-2-.pngTout à fait autre chose mais tout aussi innovant : en Australie, pays/continent dont on ne parle guère chez nous, il est possible depuis septembre dernier de se déclarer « de sexe indéterminé » sur son passeport en cochant une case X au lieu des M (male) ou F (female)

Mine de rien, cette case en plus a des retombées majeures. Plus de problèmes pour un transsexuel qui, se sentant homme dans sa tête malgré un corps de femme (ou l’inverse) ne souhaite cependant pas supporter les traitements et opérations destinés à uniformiser sexe physique et sexe mental : il se déclarera de sexe indéterminé. Plus de tracasseries pour retirer un courrier au nom de Monsieur lorsqu’on a une allure très féminine, on sera X sur sa pièce d’identité.

Au-delà des questions administratives et médicales, admettre que la séparation binaire de l’humanité en hommes/femmes ne rend compte que de l’aspect sexué biologique mais aucunement de la part de féminité que porte tout homme ni de la part de masculinité que porte toute femme à des degrés divers et variés, bref du genre psychologique et social, ce fait là, donc, remet en cause un fondement essentiel des guerres  et des religions : l’opposition hommes/femmes, avec la domination masculine d’ un côté, source d’abominations diverses, et de l’autre la femme soumise mais cependant présentée comme mère de tous les péchés et éternelle tentatrice. On sort du manichéisme pour entrer dans la nuance et la complexité, bases de la tolérance.

 

orni3 

 Pourquoi un ornithorynque ici? Parce qu'un mammifère qui pond des oeufs, a un bec de canard, des griffes à l'avant, des palmes à l'arrière, ça n'existe pas, ça n'existe pas... Ben si, ça existe! Alors, si l'ornithorynque existe, d'autres mondes sont évidemment possibles! 

Repost 0
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 14:16

 

flics 2

 

25 septembre, ma fille et son compagnon se font arrêter à l’entrée de  Bordeaux dans la 306 automatique héritée de ma mère, autant dire pas une voiture de caillera.

« Contrôle de police, les papiers du véhicule  s’il vous plaît. »

Jusque là, pas de problème, tout est en règle. Soudain  l’un des flics aboie: « Donnez-nous la drogue, tout de suite ! »

-La drogue, quelle drogue ?

-Faites pas les innocents, on sait qu’il y a de la drogue dans cette voiture, allez, donnez !

 

 

flics 4L’autre flic demande son sac à ma fille pour le fouiller, elle hasarde : « Vous êtes sûr que vous avez le droit de fouiller mon sac ? –On a tous les droits ! » Il fouille, trouve entre autres babioles féminines un morceau de saucisson, un bout de fromage (oui,  c’est de famille, le casse-croûte vigoureux) un morceau de pain et un canif qu’il brandit triomphant : « Et ça, hein, c’est pour quoi faire ? –Pour préparer mon sandwich, rétorque-t-elle avec bon sens. – Ouais, ouais, mais ça ne sert pas qu’à ça. »  Mon presque gendre, évoquant le déjeuner familial à la campagne qu’ils viennent de quitter ajoute  innocemment : « Ca peut servir aussi à découper le poulet. »  Le policier sursaute, bafouille, déglutit : « Attention, si vous le prenez sur ce ton, ça va  vous coûter cher ! » 

flics 5On frôle l’outrage à agent pour une simple remarque culinaire…

Le premier flic revient à la charge : « Bon, c’est  pas le tout, vous la donnez cette drogue ou on vous fait un test salivaire ? – Allez-y, faites le, ce test, vous verrez bien, ou demandez à vos chiens de chercher la drogue ! »

L’un des flics ricane en tournant autour de la voiture : « Ah ! ah ! Si on vous envoie les chiens, ils vont vous déchiqueter la bagnole tellement elle pue la drogue !!! »  Ca menace de s’éterniser, quand tout à coup le flic rend les papiers  et maugrée : « Bon, circulez, vous avez du pot de vous en tirer comme ça, la prochaine fois  ce sera pas pareil. -Non, non, on veut le test salivaire, insiste mon presque gendre qui en a marre de se faire traiter de drogué sans raison. Le flic hausse les épaules : « On peut pas, on n’est pas équipé. »

Flic ou cow-boy ? Les deux mon capitaine. Quand on demande à des flics de « faire du chiffre » à tout prix, ils se prennent pour des justiciers et visent tout ce qui dépasse, en l’occurrence le pantalon indien bariolé de ma fille, les cheveux longs de son compagnon et l’immatriculation 92 de la voiture ( et encore, ça n’était pas 9-3 !)

flics basFlic ou voyou ? Les  deux mon commandant, Michel Neyret , flic par ailleurs très efficace, ne cachait pas sa fascination pour « le milieu » des truands, l’idée qu’entre flic et voyou la frontière est fine comme un fil de funambule et qu’il ne tient qu’à peu de choses de basculer d’un côté ou de l’autre. Mais comment s’en étonner quand on entend Charles Pellegrini, ex-patron de la Répression du grand banditisme,  répondre sur France –Inter à la question : « Qu’est-ce qu’un bon flic ? » « Un bon flic, c’est celui qui sait outrepasser la loi juste ce qu’il faut pour arriver à ses fins. » 

Outrepasser la loi juste ce qu’il faut…  ça veut dire quoi ? Qu’on accepte un  domaine trouble entre légalité et banditisme, celui qui mène aux fameuses « affaires » qui ébranlent le monde politique et font dire à Eva Joly : « Plus de 60% des français pensent que les politiciens sont corrompus, comment voulez-vous qu’ils aient un lien de confiance avec leurs dirigeants ? »

Tout ça me donnerait  follement envie de franchir une ligne jaune en côte et de répondre au policier : « Comme dirait Pellegrini, j’ai outrepassé la loi juste ce qu’il faut pour arriver à l’heure à mon rendez-vous…. »  histoire de voir la tête qu’il ferait. Mais je ne le ferais pas,  juste pour ne pas  leur ressembler.

police.jpg 

 

 

 

Repost 0
Published by - dans Humeur
commenter cet article

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture