Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 18:24

Faut-il avoir peur de l’Islam ? Faut-il  supprimer la fessée des enfants ? Faut-il coucher les bébés sur le ventre ou le dos ? A longueur de pages de magazines et d’émissions, la vie se conjugue sur le « mode d’emploi ». Donnez-nous des recettes de vie! Or, les recettes de vie sont extrêmement sensibles  à l’air du temps, à la mode, contrairement aux recettes de cuisine qui traversent allègrement les décennies et font qu’un lapin à la moutarde sera toujours un lapin à la moutarde- encore que les intitulés culinaires modernes soient des chef-d’œuvre de Shadockeries,  rebaptisant un simple poulet/ Purée à l’huile d’olive en «  La- très important, l’article qui ennoblit le plat- la, donc, volaille fermière et son écrasée de pommes de terre à la Joël Robuchon ». Mais enfin, dans l’assiette, ça a le même goût et la même consistance.  

artTandis que « l’Art d’accommoder les bébés », ( titre d’un livre hélas épuisé) a donné lieu à des revirements vitaux. Dans les années 80, j’ai religieusement couché mes filles sur le ventre, position imposée par les médecins pour éviter les régurgitations qu’on soupçonnait à l’origine de la mort subite du nourrisson. Gasp ! Depuis l’an 2000, volte-face et retournement, il faut coucher les bébés sur le dos, exactement pour la même raison, le bébé sur le ventre risquant, paraît-il, la mort subite en s’étouffant, le nez contre le matelas.

mari_s2.jpgAujourd’hui, c’est l’art du couple. MON  COUPLE est devenu une entité en soi qu’il convient de protéger, cultiver, arroser avec juste ce qu’il faut d’engrais amoureux et de recettes assénées par des psys avec une assurance qui m’esbaudit. Comment donner la recette du couple amoureux, du couple qui dure, du couple fou de désir… comme d’une entité formatée alors que c’est une alchimie unique entre deux êtres de même sexe ou de sexe différents, donc forcément entité à repenser avec chaque partenaire. Mais non, faut des recettes, péremptoires. Faut-il avouer une infidélité ? Surtout pas ! répondent quasi unanimement les psys. Pourtant, ma collection de lettres reçues depuis dix ans, et mes vagabondages sur Internet me donnent à penser qu’aujourd’hui, le mensonge est plus mal vécu que l’acte sexuel extérieur. « Ce n‘est pas qu’elle ait fait l’amour avec un autre qui me gêne le plus, c’est qu’elle m’ait menti quand je lui ai demandé si elle avait quelqu’un d’autre ».  Le mensonge angoisse au moins autant de gens qu’il en rassure.

Faut-il rechercher son premier amour ? Non, c’est une preuve d’infantilisme et d’incapacité à accepter le temps qui passe, tranche le psy de service. Pourtant, le nombre de personnes sur Facebook, Copains d’avant ou autres sites nostalgiques qui racontent, émerveillées, qu’elles ont renoué avec leur premier amour, pas forcément de façon amoureuse d’ailleurs, tendrait à prouver qu’il n’y a pas que la vérité psy qui compte, et que dans un monde pas toujours très drôle, partager des bouts d’adolescence avec quelqu’un qui a vécu la même peut être bigrement réconfortant.

Longtemps, les divorcés ont été montrés du doigt et les homosexuels considérés comme des malades ou des pervers.  Aujourd’hui, ils font partie du paysage amoureux, avec encore des poches d’intolérance…  La recette d’aujourd’hui n’est plus « comment sauver son couple à tout prix ? » mais « comment sauver son couple et, à défaut, réussir son divorce. »

baisers2.jpg« Comment bien vivre les amours plurielles » ? Pas une semaine sans qu’on me pose la question. Mais comment donner une recette, alors que les amours plurielles créent une alchimie encore plus complexe qu’un couple, avec plus d’ingrédients ?  Comment modéliser une façon de vivre encore balbutiante et marginale, qui va sûrement évoluer au fur et à mesure qu’elle deviendra plus courante ? J'ai donc répondu :

« Impossible de donnr une recette, mais je crois que ce qu'il faut développer pour réussir le pluriamour- terme que je préfère définitivement à polyamour- à savoir écoute de l'autre et des autres, respect, sens des responsabilités, évaluation des conséquences de ses choix, humour,  curiosité intellectuelle, sensualité, autonomie... permettrait sûrement à bien des monogames de réussir leur monogamie :) » 

A la réflexion, ces principes pourraient s’appliquer à bien d’autres domaines. 


fleurs.jpg


 

 

Repost 0
Published by - dans EROS
commenter cet article
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 12:33

mammuth

Les medias sont unanimes : pour  financer les retraites, il va falloir travailler plus longtemps. Ce qui signifie, en clair, baisser le montant des retraites, car aujourd’hui, entre les études longues, les périodes sans emploi non indemnisées, et les employeurs indélicats qui ont « oublié » de  reverser les cotisations sociales inscrites sur votre feuille de paye ( ça m’est arrivé dans les années 80, tout comme le personnage joué par Depardieu dans le film Mammuth…) une foultitude de retraités ne pourront prétendre à un taux plein.

D’ailleurs, de quoi parle-t-on ? De travail, ou d’emploi ? Y a plein de gens qui travaillent mais n’ont pas d’emploi ! Une mère au foyer bosse à plein temps comme éducatrice, cuisinière, femme de ménage, infirmière,  gestionnaire, électricienne, voire couturière ou peintre en bâtiment  dans sa maison… et ne touche pas un rond pour ce travail, car ce n’est pas un EMPLOI. Rien qu’en France, 11 millions de bénévoles font un travail immense. Sans eux, pas de Restaus du Cœur, pas de secouristes de la Croix-Rouge, pas de Sauveteurs en mer, pas de militants pour les Droits de l’homme ou l’écologie, pas de soutien scolaire dans les quartiers défavorisés…  Un grand nombre de ces bénévoles, en tout cas ceux qui y consacrent le plus de temps vu qu’ils en ont, sont des plus de 50 ans licenciés de leur EMPLOI,  mais qui effectuent un travail social indispensable. Jean-Pierre Mocky voulait en faire un film : «  3 millions de chômeurs, 11 millions de bénévoles… cherchez l’erreur ».  

affaires-gens-manger-argent-_-tjo0021.jpgCe qui manque en  France comme ailleurs, ce n’est pas le travail, ce sont les EMPLOIS et ce n’est pas en décrétant que nous devons travailler plus longtemps qu’on va les créer, ces emplois !!!  On va juste augmenter le nombre de chômeurs en fin d’ASSEDIC qui n’ont pas tous droit au RSA et se disaient « Vivement que j’ai 60 ans, pour arrêter de me ronger les sangs tous les mois parce que plus aucun argent ne rentre… »  On va augmenter la misère.

Ce n’est pas en exonérant les entreprises de cotisations sociales, qu’on va combler le déficit. Les exonérations multiples depuis les années 85/90 au motif de « Ca va inciter les entreprises à embaucher » ont peu à peu vidé les caisses de l’Etat, sans créer le moindre emploi : les licenciements se sont même accélérés. Ce n’est pas tellement que les  Etats vivent au-dessus de leurs moyens, c’est plutôt que faute de ressources naturelles- cotisations sociales, impôts- il leur a fallu emprunter à des taux quasi usuraires aux banques (à qui les même Etats ont consenti l’an dernier des prêts à 1% « pour sauver le système financier »).  

Les Etats maintiennent la cohésion sociale en atténuant le choc du chômage grâce aux prestations qu’ils versent, mais ils arrivent au bout du rouleau. C’était  prévu : depuis 1973, la commission Trilatérale en charge de la propagation de l’idéologie néolibérale (car c’est une idéologie autant que l’était le communisme en son temps) a pour objectif le démantèlement des systèmes sociaux à l’européenne, la privatisation des services publics et la création d’une gouvernance mondiale qui se substituerait à la souveraineté des Etats. Est-ce un hasard si la réunion de la Trilatérale s’est tenue début mai Bilderberg, la Trilatérale... et le monde (I) : La Science au XXI ...  et que juste après se profile l’idée de faire approuver les budgets de chaque Etat Européen par les instances européennes, à défaut de gouvernance mondiale ? (quoique l’intervention du FMI pour la Grèce en soit un début…)

peter sutherland

Terminons plus gaiement par deux portraits opposés. Le premier est Peter Sutherland : il préside la branche européenne de la  commission trilatérale et  dirigea dans les années 90 l’Organisation Mondiale du Commerce.   Il est aussi dirigeant de la British Petroleum dont la plate-forme pétrolière en déroute pollue larga manu le littoral américain, et  un dirigeant de la banque Goldman Sachs dont les spéculations hasardeuses ont relancé la crise boursière.  Ce mec là serait caissière chez Wal-Mart, il aurait été licencié depuis belle lurette pour incompétence. Il a 64 ans  et va toucher une retraite dorée…  

 

 

paris.jpgLe second s’appelle Frédéric, je l’ai revu samedi à un anniversaire chez un ami.  Frédéric est agriculteur. Passionné de tango, il profite des mois d’hiver où la terre se repose pour aller à Buenos-Aires apprendre le vrai tango argentin, comme une discipline de vie et d’esthétique. Il a aussi fait une formation en vidéo et réalise quand il le peut des documentaires écologiques et/ou scientifiques. Ce garçon est serein et heureux, ce qui le rend d’ailleurs incroyablement beau. (je ne te l’ai pas dit, Frédéric, mais tu as acquis un charme fou avec les années et les expériences de vie). Un jour qu’il racontait ce qu’il faisait à un copain, celui-ci éructa : «  Tu es intermittent du spectacle ? Système d’assistés, de nantis. Foutez rien et on vous paie… »  Il se trouve que l’éructeur était militaire. Frédéric lui répondit calmement : « Tu es payé toute l’année, depuis des années, sans que tu fasses la guerre, alors que le métier du militaire est de faire la guerre. En somme, tu es un intermittent de la guerre. Permets-moi de me réjouir que tu sois intermittent ! Moi, j’ai choisi d’être intermittent de la culture, tout aussi nécessaire à l’humain que la guerre, mais hélas précaire. Et dis toi qu’avec 1 ou 2% du budget de la Défense, on couvrirait largement toutes les sommes versées aux intermittents du spectacle. »


jerry-pense2.jpg

 

Repost 0
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 18:54

 

 

 

La semaine dernière,  une erreur de saisie, une confusion entre millions et milliards a fait chuter brutalement quelques valeurs et provoqué un mini krach aux USA, avec répercussion immédiate sur les autres places financières. Trop stressés devant leurs écrans, les traders deviendraient-ils hypersensibles ou distraits ? Ce pourrait être attendrissant s’ils n’avaient dans le même temps, le pouvoir d’affoler les Bourses.

On les recrute pour créer des algorithmes compliqués capables de commander à la nanoseconde près des ordres de vente ou d’achat boursiers, qui manipulent les cours sans intervention humaine. Ils le font. Et le font bien. Persuadés dès lors d’être d’excellents professionnels et de mériter leurs salaires et bonus mirifiques, sans se soucier une seconde des conséquences de leur travail sur des millions de citoyens dont ils soupçonnent à peine l’existence. Ils ne sont pas les seuls. Je me souviens d’une  généticienne africaine, primée par l’UNESCO et l’Oréal pour ses travaux sur une banane OGM qui devait être cultivée larga manu en Afrique. Quand je lui fis remarquer que cette banane brevetée rendrait les agriculteurs locaux dépendants de la firme de biotechnologie, la jeune chercheuse ouvrit de grands yeux : « Je ne  m’occupe pas de ces questions, je travaille uniquement sur le plan scientifique. » 

kerviel2Mais les temps changent. Jérôme Kerviel dans son livre, écrit avoir pris conscience qu’il n’était finalement qu’une pute du capitalisme financier, une bonne gagneuse de la Société Générale. Pas très glorieux… Des traders qui se pensaient géniaux comme Fabrice Tourre (« je suis le seul à comprendre ce que je fais », affirmait-il) ont conduit  au désastre la banque Goldman Sachs,  montrant le danger de confier la finance à une poignée de matheux, certes doués, mais pas à l’abri d’une erreur ou d’un « pétage de plombs ». Les services secrets du monde entier savent qu’un trader capable de neutraliser tous les systèmes informatiques boursiers serait  un terroriste infiniment plus efficace qu’une bombe humaine explosant sur le marché de Bagdad.

flore1Cette idée est le point de départ du roman de Flore Vasseur « Comment j’ai liquidé le siècle » (éditions des Equateurs). Flore Vasseur est une petite blonde à l’œil vif qui publia il y a trois ans « Une fille dans la ville »,  récit autobiographique plus que « roman ». Elle y racontait son périple de fille de bonne famille- HEC, salariée d’une grosse entreprise, puis business woman indépendante - qui découvre à la faveur du 11 septembre 2001 et de l’éclatement de la bulle Internet qui la laisse sur le carreau, que ce monde de la frime, de la drogue, de l’argent fou et de l’apparence (  à chaque page, elle cite un café à la mode, une marque de chaussures, de vêtements, de montres…) ce monde, donc, est finalement d’une insupportable vacuité !!!  Bref, elle redécouvre l’eau chaude et le monde réel. L’aurait-elle fait si elle n’avait pas fait faillite ?  Sans doute, mais plus tard, tant elle semble fascinée par le pouvoir, plus sans doute que par l’argent. 

flore2Cette vie sans âme lui a donné du grain à moudre pour son second roman, fort bien documenté: Pierre, trader français surdoué, autiste des maths depuis son enfance (il s’enfermait dans la cave familiale pour résoudre des équations) est contacté par madame Krudson, vieille dame autoritaire à la tête du Groupe Bilderberg qui rassemble une poignée de Maîtres du monde.  Officiellement fondé par David Rockefeller, ce groupe existe réellement : Bilderberg: silence médias sur les réunions de l'élite ...  Cette  américaine amoindrie physiquement mais surpuissante, ne supporte pas l’idée que le capitalisme triomphant échappe à sa patrie, désormais dépendante de la Chine ( on montre du doigt les déficits des pays Européens, mais les Etats-Unis sont infiniment<plus endettés et seraient en faillite immédiate  sans les prêts chinois). Bref, madame confie à Pierre une clé USB contenant un programme appelé « Hello Kitty » capable de détruire le système financier mondial, et lui ordonne de répandre ce virus, avec la menace à peine voilée de l’éliminer s’il faillit à sa mission.

« Comment j’ai liquidé le siècle » ne vaut pas tant par le suspense- Pierre va-t-il ou non remplir sa mission ? Comment  « Hello Kitty » peut-il  détruire le capitalisme ?- un peu bâclé sur la fin… que par la peinture acide du milieu dans lequel évolue le héros : appartements somptueux, fêtes décadentes, drogue, alcool, putes de luxe… Les traders et leur entourage sont des handicapés affectifs, leurs enfants livrés à eux-mêmes ou victimes du divorce sont hyperactifs ou anorexiques, leurs épouses caractérielles… Et eux-mêmes, quand ils arrivent au bout du rouleau, trouvent un salut caricatural dans l’ascèse, la méditation et la nourriture macrobiotique, prosternés devant  leur gourou : « Je n’ai rien inventé, se défend Flore Vasseur, cette anecdote est rigoureusement authentique. D’ailleurs, je reçois des lettres de traders qui m’écrivent que mon roman est en dessous de la vérité.».

fou5.jpgLa stupidité que confère l’argent démesuré est effectivement sans mesure. Il y a quelques années, un ami pubeux avait écrit à ma demande une nouvelle dans laquelle il décrivait une « fête des années 80 » : le couloir menant à la salle de réception  était éclairé par une rangée de candélabres humains des deux sexes en position du poirier, dans le fondement duquel était plantée une bougie allumée. J’avais trouvé que, franchement, c’était « trop ». Il m’avait répondu : « Je l’ai vécu. Les candélabres étaient des intermittents au chômage qui avaient besoin de bosser. »  Aujourd’hui cet ami déprime devant la sécheresse du monde et rêve de littérature, de nature et de sentiments vrais. Comme Flore Vasseur, qui découvre à 37 ans l’amour, les enfants, les amis, la lenteur et l’écriture, qui devaient lui sembler ringardes dans sa vie antérieure. « De plus en plus de traders ressemblent à mon héros, dit-elle. Ils ne se supportent plus et ont envie de tout faire péter. »  Bonne nouvelle ! Croisons les doigts, sourions et guettons les « bugs » inexpliqués.  Le salut viendra peut-être de l’autodestruction du système, rongé par son mal-être intérieur…

serifos2008-9.jpg

 

TIENS, LE SOLEIL REVIENT ET SES FËTES EN TOUS GENRES OU ON SE DEMANDE QUOI OFFRIR A SES HOTES. UN  LIVRE, BIEN SUR, LE PLUS SUR MOYEN DE VIVRE DANS D'AUTRES MONDES,  TELLEMENT PLUS AGREABLES...

 

www.autresmondesdiffusion.fr : "Aimer plusieurs hommes", "le CDI de Dieu" et bientôt un retour, mais chut! C'est une surprise...

Repost 0
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 01:00

Je cherchais depuis longtemps une préparation pour idlis, des gâteaux indiens de farine de riz qu’on sert au petit déjeuner (avec du lait de coco sucré) ou salés, pour accompagner un curry. J’en ai trouvé dans une boutique indienne.  Voici la recette en trois langues : anglais original, ma traduction, la traduction fournie sur le sachet :

Put in warm water with 2 teaspoons sugar and leave 5 minutes

Mettez (le mélange) dans l’eau tiède avec deux cuillères à thé de sucre et laisser reposer 5 minutes.

Traduction sur le sachet : Mettez dans la tasse d’eau tiède avec deux sucres de petites cuillères et la feuille pour 5 minutes

Temper chopped onions, chillies pieces, mustard seeds in little oil and add to the batter.

Faire revenir des oignons hachés, des morceaux de piment, des graines de moutarde dans un peu d’huile et ajoutez à la pâte

Traduction sur le sachet : l’humeur a coupé des oignons, des morceaux de chillies, la semence de moutarde dans le petit pétrole et ajoute à la pâte

Used grease idly plates and fill half plate and steam for 10-15 minutes

Utilisez des moules à idlis graissés, remplissez les à moitié de pâte et cuisez à la vapeur pendant 10 à 15 minutes

Traduction sur le sachet : A utilisé à graissé les plaques d’idlis et remplit la demi-plaque et la demie vapeur pour 10 à 15 minutes.

Conclusion 1: mieux vaut les cours d’anglais du lycée qu’un traducteur informatique.

Conclusion 2 : … certes c’est moins hilarant

Conclusion 3 : … mais plus rassurant si le mode d’emploi concerne non plus une recette d’idlis mais le pilotage d’un avion.

Conclusion 4 : consolation pour les nuls en anglais: les modes d'emploi surréalistes des produits venus d'Inde ou de Chine ne nuisent aucunement à la puissance économique de ces deux pays.

coucher_soleil.jpg


Repost 0
Published by - dans Humeur
commenter cet article
6 mai 2010 4 06 /05 /mai /2010 20:17

catastrophes nombre2008, cyclone Nargis en Birmanie, 138 366 morts, séisme au Sichuan 87 476 morts,  et j’en passe. En 2009, tremblements de terre en janvier au Costa-Rica, en avril en Italie,  en août en Indonésie et en Chine,  en septembre aux iles Samoa, en octobre en Indonésie encore, en novembre en Thaïlande, en décembre au Maroc,  et je ne cite que ceux supérieurs à 6 sur l’échelle de Richter. 2010,  séismes en janvier à Haïti et au Japon, en mars au Chili et au Québec,  en avril en Chine…  

catastrophes bilan types

 

Nos dirigeants n’y sont pour rien ? Voire… Selon le site www.notre-planete.info , il serait intéressant de croiser ces données, qui font de la décennie 2000/2009 la plus meurtrière en catastrophes naturelles, avec l’urbanisation galopante, la démographie mondiale, et l’augmentation des températures depuis 1980.  Plus la poldérisation du littoral et la déforestation…

Et que dire de la catastrophe pas naturelle du tout qu’est le naufrage de la Grèce qui préfigure peut-être celui de l’Europe ?

 

aubergeAh, l’Europe ! J’en ai rêvé devant le film « l’Auberge espagnole » qui a plus fait pour le programme Erasmus et l’entente des jeunes européens que toutes les brochures de l’U.E. Mais je n’ai pas voté pour le traité de Maastricht. Parce qu’il  prévoyait une Europe ultralibérale et financière, sans souci du social et de l’écologie.  Le traité constitutionnel européen idem. Sous couvert d’une Union de pays qui plus jamais ne se feraient la guerre, c’est aux peuples européens que l’idéologie de l’UE déclare la guerre. Guerre contre les fondements de notre art de vivre : social, service public, culture, solidarité… C’est tout ce dont les financiers essayent de déposséder la Grèce. Qui a été mal gérée, certes.   Dont les dirigeants ont falsifié les comptes, certes. Mais qui, surtout, fait depuis plusieurs mois l’objet d’attaques spéculatives acharnées.

Les spéculateurs ont d’abord joué avec les entreprises pour s’enrichir. Entreprises qui se soumettent à ce jeu suicidaire. Le Canard Enchaîné a raconté récemment comment France Telecom, largement bénéficiaire, s’est endettée pour payer à ses actionnaires un dividende de 15%, totalement irréaliste dans une économie où le taux réel de l’argent (celui du livret A) est autour de 1%. Mais les actionnaires exigent des rendements à 2 chiffres et pour les satisfaire on suicide les entreprises et ceux qui y travaillent (chez France Telecom, cette expression imagée est hélas réelle…)

Mais les entreprises ne leur suffisent plus, à ces toxicomanes de la finance.  Voilà qu’ils attaquent des pays entiers- d’abord les pays pauvres d’Afrique et d’Amérique Latine, et maintenant les pays les moins riches d’Europe- mis en faillite, puis contraints à « la rigueur », mot pudique pour  « liquidation de toute velléité sociale ».  Pour le seul bénéfice d’une poignée de malades. Car il faut être malade pour amasser des richesses que ces gens là ne dépensent même pas.

proglio2« Tout le monde a envie d’être riche, me dit un homme de droite, alors arrête de taper sur ceux qui ont du fric ! »  Bien sûr, tout le monde a envie de plus d’argent : pour réaliser quelques rêves, un voyage, une maison, pouvoir se soigner sans se ruiner et ne plus bosser comme un malade (les Grecs, le saviez-vous, sont les plus gros travailleurs en Europe, car ils cumulent très souvent deux métiers dont un au noir pour arriver à joindre les deux bouts) mais tous, fort heureusement, ne souhaitent pas cent millions d’euros sur leur compte comme certains traders même pas heureux. Qui noient leur mal de vivre et leur carence affective dans des lignes de coke qui les font saigner du nez, et sont assez pervers (ou inconscients) pour saboter la vie de milliers de gens qui voudraient simplement vivre heureux sur une terre apaisée.

La toxicomanie financière crée de la violence : trois morts à Athènes, à cause d’une crise économique !  Un ami qui en revient me dit « ça y est, on ferme sa maison à clé même sur les îles, à cause de la délinquance qui augmente ». Les Grecs, inventeurs de l’hospitalité qui se dit chez eux philoxenia (amour de l’étranger) développent désormais une paranoïa contre les Albanais.

Partout ce système fou génère les mêmes maux : chômage, anxiété, violence, xénophobie, obsession sécuritaire. Même mon banquier a peur : « Ca va éclater, madame, les spéculateurs sont allés trop loin. Si l’Espagne tombe en faillite- elle y est quasiment, avec 20% de chômage- c’est 200 milliards d’euros qu’il faudra lui prêter, et là, tout va exploser car ce n’est plus possible, même avec de l’argent virtuel. »  En passant, il remarque que l’Irlande, en faillite aussi, n’est pas contrainte par l’UE à un plan de rigueur… privilège du paradis fiscal.

Et c’est là que NS est coupable : par son adhésion totale à un système qui le fascine, comme un insecte aveuglé par les projecteurs du pouvoir et de la phynance.  Entraînant à sa suite  la droite décomplexée, les spéculateurs et les pubeux amateurs de Rolex versus le pauv’con qui doit se « casser », et l’environnement « qui commence à bien faire. »

P1010369.jpg

Repost 0
2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 19:29

P1010076Une lettre à envoyer, dans une enveloppe rapportée de chez moi, je veux dire de la maison de mon enfance à présent vendue … Instantanément, l’odeur de cette enveloppe fait ressurgir le bureau de mon père avec tous ses détails, les étiquettes sur les meubles, l’agencement des étagères, le bruit de la porte sur laquelle il fallait donner un coup de pied pour l’ouvrir…  Tout comme l’odeur d’un foulard de ma mère ressuscite le tiroir de son armoire, puis dans un travelling mémoriel, l’armoire elle-même, la chambre, la fenêtre d’où elle saluait ses voisines, et rêvait  mélancoliquement lorsque l’une d’elles disparaissait et que ses volets, en face, restaient fermés.

« Tout d’un coup le souvenir m’est apparu. Ce goût, c’était celui du petit morceau de madeleine que le dimanche matin à Combray (parce que ce jour-là je ne sortais pas avant l’heure de la messe), quand j’allais lui dire bonjour dans sa chambre, ma tante Léonie m’offrait après l’avoir trempé dans son infusion de thé ou de tilleul. La vue de la petite madeleine ne m’avait rien rappelé avant que je n’y eusse goûté. » A la recherche du temps perdu, Marcel Proust.

caf_.jpgLa madeleine de Proust est affaire d’odeur plus que de goût. Le goût est limité : sucré, salé, acide, amer, voici tout ce que nos papilles sont capables de distinguer. Ce qui donne du goût aux plats, du caractère aux vins, ce sont leurs effluves, et c’est pourquoi les gens atteint d’anosmie (perte de l’odorat) ne trouvent plus aucune saveur à ce qu’ils mangent et boivent. L’odorat est une mémoire subtile, quelques molécules parfumées suffisent pour que s’enclenchent les images :

-l’odeur de petits-beurre écrasés, limite rances : le fond de mon cartable rouge en carton bouilli du CP, quand j’y oubliais des miettes de gâteaux.

homme_nu.jpg-L’odeur tiède d’un homme, si semblable à la mienne que j’ai su d’instinct que nos peaux aussi se reconnaîtraient, comme des jumelles tactiles.

-Et celle d’un autre qui m’a incommodée bien avant que je réalise que je ne le désirais plus.

-Le parfum des Hélichryses italiennes, fleurs d’immortelles aux effluves d’anis et de curry qui m’avertissent avant la sirène du ferry que nous approchons de « mon » île grecque.

-Les senteurs mêlées d’encens et de bougies de ma petite planète, comme une douche mentale apaisante, dès que j’ouvre la porte.

P3.jpg-Les senteurs de deux ou trois eaux de toilettes masculines, réminiscence immédiate d’une démarche et d’une grâce portées par des molécules de vétiver ou d’ambre. Je me retourne désormais sur les hommes qui les portent.

photo Lars Stephan

-L’odeur des livres neufs qu’on hume avant de lire la première ligne.

-Celle d’amande amère des petits pots de colle blanche : cours de travaux manuels à l’école, on l’étalait avec une minuscule spatule striée qui laissait des traces poisseuses sur les doigts.

-L’odeur du feu de bois dans les rues des villages en hiver : quiétude, silence de rues sans aucun éclairage, longues nuits, lourdes couettes surpiquées.

tom___lou-anh_france_30_oct_2007_-_003_copie.jpg-Odeur vacancière des viandes grillées au barbecue…

-Odeur de lait caillé, de sueur dans les plis, d’eau de Cologne fraîche mêlée d’un peu de vomi : ça pourrait faire gerber et pourtant quel plaisir, cette odeur sure des bébés !

-Odeur des maisons, de n’importe quelle maison, chacune reconnaissable les yeux fermés, rien qu’en ouvrant la porte.

-Soupe de légumes et désinfectant, terrible odeur des couloirs d’hôpital à 18h.

-Odeur de cire et de pommes : escaliers parisiens, immeuble Haussmann. Je n’ai jamais su pourquoi les pommes…

-Odeur miellée de l’Amsterdamer que fumait mon prof de philo, dans le sillage de laquelle s’élançaient ses élèves féminines envoûtées comme par le petit joueur de flûte.

-Odeurs de soi : humer sa petite culotte, secouer les draps quand on pète. Ces parfums là sont comme les enfants : on n’aime que les siens !

dsc01377_cavepanayota__c__aj.jpg-L'odeur de néoprène, celle des combinaisons de plongée, qui me fait voyager dès que j'ouvre l'armoire où elles passent l'hiver.

-Celle d'eau de javel, associée pour moi non aux tâches ménagères mais aux vestiaires joyeux de la piscine.

-Et sur les lèvres, goût et parfum confondus, les embruns et le sel de la mer…

Ce monde ci est plein d’odeurs, ferment de tant d’images et de sensations. C’est peut-être pour cela que je n’aime pas le monde virtuel : je ne peux pas le sentir.

 

album-400843.jpg

 

Site livres: http://www.autresmondesdiffusion.fr


 


 

 

 

 

 

Repost 0
28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 16:54

Individuellement, le militaire peut être charmant et humain : il n’aime pas la guerre, il aime son pays. Il n’est pas agresseur, il défend la Nation (le ministère est celui de la Défense, pas de la guerre, pudeur sémantique…) Sur le terrain, il agit et obéit, c'est une mécanique formée pour cela : « Réfléchir avant de tirer, m’a dit l’un d’eux, c’est risquer de se faire tuer par l’ennemi qui tire sans réfléchir. » L’état d’âme retarde l’action… Mais il faut les voir après le conflit. Pas tellement les Gueules cassées ou les estropiés physiques dont on s’occupe parce que ça se voit, mais les âmes cassées et les estropiés du psychisme, dont les civils pensent qu’ils ont eu de la chance de revenir sans une blessure…

film_joeyx_noel_2.jpgCeux que la Grande Muette a conditionnés à se taire ne peuvent dire l’horreur des combats et des tortures, l’horreur de voir des enfants éventrés en Bosnie, des familles massacrées en Irak, des bombardements sur des villages (oups! quelle malheureuse bavure !) et l’horreur de participer à des guerres dont ils savent qu’elles ne sont pas  « justes » ni même justifiées par autre chose que des intérêts économiques : « Derrière chaque guerre, cherchez le pétrole ou les matières premières. » Ces soldats là, pas ceux de l’Etat-major, reviennent meurtris et muets, incapables de partager ce qui est de toute façon irracontable à qui ne l’a pas vécu. Ils cauchemardent, dépriment et parfois pètent les plombs… Cassés.  La casse commence dès l’engagement.

mil3.jpgAu cours de mes pérégrinations SNCF d’avril, j’ai passé trois heures assise par terre dans un wagon, en compagnie de jeunes engagés d’un régiment d’infanterie. Des gamins- 18 à 22 ans à vue de nez- tous pareils avec leur coupe rase et leurs muscles tatoués, tous fascinés par ce qu’on leur enseigne à coup de trique, subjugués et craintifs devant la hiérarchie militaire. Celui qui a déjà fini ses classes, avertit les autres : «A l’inspection de ton fusil, ils trouveront toujours un truc qui cloche. J’ai usé 200 cotons tiges à nettoyer le fût du canon, le sergent y a gratté son ongle et ramené deux grains de poussière. Il a gueulé : « Tu recommences, minable ! »  Surprenant comme ces gamins, qui se seraient sans doute insurgés contre l’autorité des profs au collège se laissent humilier sans broncher par les militaires…

guerre1.jpgUn jeunot raconte la leçon de marche au pas en chantant. Refrain raffiné de l’exercice : « Ma baïonnette dans ton cul », à répéter crescendo, sur un rythme belliqueux. « Au début, on n’y arrive pas, on commence toujours trop aigu, alors le sergent nous traite de gonzesses : « Sucez des cailloux et buvez des bières, vous deviendrez des hommes ». On chante comme un homme quand ça donne des frissons à tout le régiment, le chef l’a dit : « Certains d’entre vous vont même en pleurer… - De toutes façons, dit celui qui a déjà fait ses classes, on doit tous pleurer, ils nous l’ont dit. Soit de fatigue physique, soit de ras-le-bol quand on en a marre d’être insultés. Faut qu’on craque… »  L’autorité militaire a pour mission de casser les fortes têtes. Logique, car comment imposer autrement les horreurs de la guerre ? Aux jeunes du train, on a déjà dit que certains iront en Afghanistan, d’autres au Yémen. L’armée française s’attend à ce que ça pète par là, avec contagion possible vers le Pakistan. « En somme, dis-je, vous êtes là pour en chier ? – Bien sûr, madame, c’est notre boulot. –Et sans ce boulot, conclut l’un d’eux, on n’en aurait pas d’autre. » La guerre, remède au chômage… 

Lundi, conférence sur le désarmement nucléaire à la mairie du 2è, quelques jours avant la conférence sur le Traité de non-prolifération qui se tiendra à New York à partir du 3 mai prochain sur le constat suivant: une poignée de chefs d’Etat, dont on ne peut garantir totalement la santé mentale, ont droit de vie ou de mort sur la planète et ses habitants. En France, 24h sur 24, notre président peut déclencher l’arme nucléaire en une demi-heure. Ca fout les jetons, non, des fois qu’il se réveillerait du pied gauche ? (quoique gauche, il y a peu de risques)

A la tribune, un général ancien chef des armées explique qu’il a signé avec Michel Rocard un appel au désarmement nucléaire. Pour des raisons pratiques : la dissuasion chère au général de Gaulle ne serait plus adaptée aux conflits d’aujourd’hui, et elle coûte très cher. Personnellement, entendre un homme politique annoncer que son pays possède « de quoi détruire cinq fois la planète » me laisse rêveuse. Pourquoi 5 fois ? Parce que, dit le général, « posséder l’arme nucléaire est un signe de puissance. » Et celui qui en a une plus grosse que l’autre est content, c’est connu. Au risque de détruire toute vie sur terre. 

lego_guerrier2.jpgCependant, le général est plein de contradictions : il pense que la violence est inhérente à l'humain, puis soutient ensuite qu'il est possible d'imposer des règles de "bonne guerre" aux Etats. Il soutient que nucléaire civil et nucléaire militaire sont deux questions différentes, puis reconnaît que tous les pays qui se sont dotés de l’arme nucléaire ont commencé par construire des centrales nucléaires civiles (d’où les angoisses au sujet de l’Iran). Normal: les armes nucléaires sont fabriqués à partir de déchets nucléaires civils: l’uranium appauvri pour garnir des têtes de missiles utilisés en Irak, le plutonium pour les bombes. Depuis plus de 30 ans qu’elle cherche, l’industrie atomique ne sait toujours pas comment éliminer les déchets nucléaires : armes ou intégration de boues radioactives dans des matériaux de construction, rien de satisfaisant. Elle ne sait pas non plus quoi faire des centrales arrivées à bout de souffle. Le coût du démantèlement, vertigineux, n’a pas été intégré dans le coût du Kwh nucléaire qui cesserait aussitôt d’être rentable si on le faisait. ( il y a plus de 20 ans que les ingénieurs du nucléaire le savent…)

mort.jpgBref, le général est plus qu'ambigû à l'égard du nucléaire. Et aussi de la guerre. C'est son métier. Quand je lui suggère que supprimer l’armée, comme l’a fait le Costa-Rica qui n’a plus connu de guerre depuis 1947, ou comme cela existe en Islande, qui a des armes volcaniques assez efficaces mais pas d’armée non plus, il s’insurge : « Madame, vous comprendrez que je sois opposé à la suppression de l’armée. Vous rendez-vous compte ? Les militaires sont les seuls hommes qui ont le droit de tuer légalement. Si on supprime l’armée, ce sera le désordre, tout le monde aura le droit de tuer.

" Tout le monde? Et pourquoi pas personne?"


La logique militaire est décidément particulière…

 

coccinelle.jpg 

 

 

LE SITE www.autresmondesdiffusion.fr évolue, avec plein de nouvelles choses à lire, plus de clarté sur les moyens de paiement et un extrait du "CDI de Dieu" à découvrir avant d'offrir ou de s'offrir le livre. N'hésitez pas à vous y balader.

Repost 0
24 avril 2010 6 24 /04 /avril /2010 14:12

Fini le temps où les femmes répondaient  à la question « as-tu un vibromasseur ? » par : « Pas besoin : j’ai mon mec ! » comme si l’un valait l’autre, ou l’inverse. Aujourd’hui baptisés sex-toys pour faire tendance, les ex godes, vibromasseurs ou vibreurs font la une des magazines féminins, des sites sexy glamour et autres appellations destinées à « déculpabiliser » l’utilisatrice. Pourquoi déculpabiliser ? Est-ce coupable de se faire plaisir ?

Néanmoins, qu’on se le dise : un homme et un vibromasseur, ce n’est pas pareil.

phallus2.jpgESTHETIQUE : l’homme a un sexe qui ressemble à ça. En moins volumineux. En résumé, une tige surmontée d’un casque de poilu, quoique le terme « poilu » soit de moins en moins adapté, vu la tendance épilatoire actuelle.

Un vibreur (terme plus court à écrire que vibromasseur) ressemble à ça… vib petit paulvib pingouin

ou ça….

Ou ça…. vib tordu

Avantage au jouet pour la variété des formes, mais bémol important : autour du vibreur, il y a une boîte en carton ou un package qu’on jette. Autour du pénis, il y a un homme. Agréable bonus ! (quoique tous ne ressemblent pas à Lars Stephan

lars4.jpg

TEXTURE : peau pour l’homme. Latex, silicone, plexiglas, matières plastiques diverses pour le vibreur, parfois agrémentés de rainures, reliefs et autres mignardises destinées à mieux titiller la dame. Les risques d’allergie sont moindres avec l’homme, mais la variété des textures et des matières plus stimulantes avec les vibreurs.

PRIX : un homme est parfois prêt à payer pour vous, mesdames. Un vibreur doit être payé par vous. Coût raisonnable : le petit dauphin à tête aussi vibratile que les battements d’ailes d’un colibri- et donc d’une efficacité redoutable- coûte moins de 15 euros. Inutile de se ruiner dans des sex-shops snobs, un vibreur acheté dans un supermarché du sexe est aussi efficace que sa version signée par un designer. A noter : il y a des vibreurs neufs soldés en fin de saison, jamais d’homme soldés, même de seconde (ou troisième) main.

paris.jpgAVANT : l’avant est le meilleur moment de l’amour avec un homme. Cela s’appelle la séduction, le désir, le fantasme, bref l’imaginaire qui participe bien plus que le titillement au plaisir des femmes, à ne pas confondre avec l’orgasme. C’est là que l’Homme a toutes ses cartes à jouer, et non dans sa technique coïtale qui ne fait pas un pli face à l’efficacité du vibreur.

L’avant, avec un vibreur, est réduit à sa plus simple expression : on le sort de la boîte, on s’installe sur son lit ou dans un bon fauteuil et en voiture, Simone. Une minute trente plus tard on est heureuse, détendue, et on se dit que l’orgasme est facile, et largement surestimé…

APRES : selon une célèbre boutade, l’homme se tourne vers le mur et s’endort … ou rentre chez lui. Ou allume une cigarette. Ou va faire pipi. Mais il y en a aussi qui vous embrassent, vous câlinent, se confient. Cette intimité est souvent le meilleur moment de l’amour, celui qui crée le lien.

Avec un vibreur, pas d’intimité. On se lève, on le lave, on le range.

VIE SOCIALE : on peut avoir plaisir à présenter l’homme qu’on aime, être fière de ses qualités, le regarder jouer avec les enfants. On présente rarement sa collection de vibreurs, excepté à ses amants joueurs, et on les range de préférence loin du regard des enfants.

douche.jpgDESIR : on peut désirer un homme, aimer sa peau, son goût, son odeur, son intelligence, son humour, sa gentillesse. Le désir ne se confond pas avec les performances kamasoutresques de l’individu : un basique câlin prodigué par un homme désiré est un million de fois plus agréable que les 457 positions pratiquées avec art par un homme qu’on trouve « lourd » (et ce n’est pas une question de poids.)

On ne désire pas son vibreur, on se désire soi-même. Le vibreur est du reste un excellent moyen de faire connaissance avec son propre corps sans complexes ni limites. En ce sens, il permet de développer ses capacités érotiques et de se débarrasser de certaines inhibitions… Il est toujours là quand on en a besoin, il agit là où on le souhaite. Mais on n’a pas envie de le remercier après, ni de l’embrasser, ni de l’appeler « mon amour ». En plus, il ne se lève pas pour vous apporter à boire si vous avez soif.

DIVERSITE AMOUREUSE : excepté les Lutines qui savent que plusieurs hommes se complètent et ne se concurrencent pas, les autres rêvent de l’Homme Unique… et laissent en friche ce que leur sexualité aurait pu découvrir avec d’autres, différents. Ni meilleurs, ni pareils, ni pires : différents.

vib chenilleA l’inverse, les boutiques proposent chaque saison de nouveaux modèles, qui offrent des vitesses et des rythmes de vibrations variés, avec des stimulateurs simultanés de nos moindres recoins intimes. De quoi découvrir ce qu’on apprécie, même si on ne l’avait pas imaginé avant. Vous en connaissez beaucoup, des hommes capables d’alterner dix modes de vibrations et de pénétrations différents sans fatigue?

vib canard noirPARTAGE : votre vibreur ne voit aucun inconvénient à ce que vous conviez d’autres jouets à vos jeux coquins. Il est même prêt à vous partager avec votre compagnon. L’inverse n’est pas forcément vrai : un homme voyant sa compagne jouir en quelques minutes avec son vibreur quand lui-même la laisse insatisfaite peut mal le ressentir. C’est la raison pour laquelle les fabricants ont imaginé des vibreurs en forme de canards, de rouges à lèvres ou de minuscules pénis. La concurrence semble moins rude. Illusion totale : la source du plaisir étant à 80% la vibration et non la pénétration, la taille et la forme du jouet importent peu.  vib rouge a lèvres

EFFICACITE : 87% des femmes ont un orgasme en quelques minutes avec leur vibreur, seulement 50% avec un homme. Normal, car ce sont elles qui dirigent le vibreur et elles connaissent leurs points sensibles. Par ailleurs, elles sont plus détendues qu’avec un homme,  car pas en train de se dire « comment il trouve mes seins ? » « a-t-il vu ma cellulite ? » « Suis-je un bon coup ? » « Aïe ! qu’il est lourd ! » « Il transpire, c’est odieux… »  Que les hommes se réjouissent. La supériorité orgasmique des vibreurs prouve que si une femme tient à vous, ce n’est pas que pour le sexe.

amour.jpgQuant à celles qui gémissent « je l’aiiiiime !!! » dès qu’un homme les transporte au 7è ciel, il suffit de leur offrir un vibreur pour qu’elles découvrent que leur jouissance vient d’elle et de quelques titillements bien placés, et qu’il serait fou de détruire ce qu’on a construit juste parce qu’on jouit. C’est pourquoi je ne saurais trop conseiller aux époux dont la femme a un amant de lui faire ce cadeau. Si elle persiste dans sa liaison, ce n’est pas parce que l’amant « en a une plus grosse » ou « est un meilleur coup » qu’eux, c’est pour autre chose… et cela mérite discussion au lieu de se placer dans la stupide position du combat de coqs.

En conclusion : si vos priorités sont votre orgasme, votre indépendance, votre sexualité et vous-même, optez pour un vibreur. Si vous aimez parler avant et après l’amour, partager, toucher, regarder, choisissez un ou plusieurs hommes.

Nec plus ultra : combinez les deux, vous serez comblée.

 

dakar-1997.jpg

 

 

lien colonne de droite pour commander nos livres sur www.autresmondesdiffusion.fr

Repost 0
Published by - dans EROS
commenter cet article
24 avril 2010 6 24 /04 /avril /2010 14:04

Je reçois régulièrement des messages me demandant comment se procurer les livres édités par « Autres Mondes ».  

première couv  

 

Pour les fans passés et à venir de ce livre qui veulent le toucher de leurs jolis doigts, la version papier est disponible sur le site, www.autresmondesdiffusion.fr  

Pour les fous du numérique, les fauchés ou ceux qui ne veulent pas encombrer leurs étagères :     version téléchargeable au prix de 8 € TTC (TVA de 19,6% sur les livres numériques !) permettant deux téléchargements.  Si un bug casse le fichier, vous pouvez le retélécharger. Pour commander, cliquer sur le lien ci-dessous :

http://www.relay.com/Livre/aimer-plusieurs-hommes-par-simpere-francoise-2417.html?origin=F5B04490D2A84829



Deux modes de paiement :

- chèque à l’ordre de F. Simpère, envoyé à F. Simpère, Autres Mondes, 7 rue de la République, 92190 MEUDON.

- sur le site, via Paypal (paiement en ligne sécurisé)

Enfin, quelques livres sont disponibles à la Librairie Résistances, Villa Compoint à Paris 17è, métro Guy Mocquet ou Brochant, à la librairie A la page, rue Sornin à Vichy et à « La Librairie », rue Blaise Pascal à Clermont-Ferrand. (atavisme auvergnat, mais si je vais à  Marseille ou la Rochelle, autres lieux aimés, tout libraire sympathique est bienvenu) ainsi que la librairie "Quand les livres s'ouvrent" à Lorient pour le CDI de Dieu.

couv century3 copie

« Le CDI de Dieu », roman de Jean-Louis Bertoni dont j’ai parlé ici :  LES HISTOIRES D'A... finissent mal, sauf celle-ci  est arrivé. Vous pouvez le commander sur le site et payer par chèque ou Paypal, comme « Aimer plusieurs hommes. » et comme "l'Algue fatale", puis les autres titres qui enrichiront peu à peu le catalogue si les Dieux de l'Ecriture et de la Phynance nous sont favorables.



  bannière copie

Repost 0
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 17:37

train2Le 7 avril, je prends le métro pour rejoindre la gare de Lyon : incident grave de voyageur interrompant momentanément le trafic. Ca veut dire suicide. Drôle d’idée de se jeter sous une rame de métro, car hormis ceux qui assistent, horrifiés, à la mort en direct, les autres voyageurs se contentent d’une oraison funèbre exaspérée : « Putain, fait chier, je vais être en retard ! »  Gare de Lyon, foule immense des jours de grève, mais tout se passe bien. Les voyageurs font preuve d'une philosophie réjouissante.

train3Au retour, une semaine plus tard, même topo. Les trains sont complets, impossible d’acheter un billet, les bornes bloquent.  Les voyageurs des TEOZ prennent d’assaut les voitures 3 et 13, celles des contrôleurs- qui ne contrôlent pas vu la cohue- où on peut s’asseoir sur un strapontin ou par terre. ( mes compagnons de voyage avaient des têtes plus sympathiques que les masques que je leur ai mis pour respecter leur anonymat...) Un militaire s’énerve : « Putain, la SNCF, ils foutent rien, ils bossent jamais, mon beau-frère connaît un contrôleur, il fait un trajet Paris/Lyon et ensuite il a deux jours de repos.   

-C’est marrant, lui dis-je, quand ils font la grève, vous avez vu le bordel ? S’ils ne faisaient rien, on ne s’apercevrait pas quand ils s’arrêtent. »

L’argument le laisse sans voix. Je l’achève en lui disant que les cheminots ont une espérance de vie inférieure à celle des militaires (en temps de paix, bien sûr). La plus grande longévité, ce sont les militaires et les curés.

train1Tout à coup, le train s’arrête. Pour une heure. Un autre train est en panne à quelques kilomètres devant. Rien à voir avec la grève, problème de maintenance. A force de réduire les effectifs, on néglige l’entretien… Un passager s’énerve, le contrôleur aussi : « Ecoutez, je me suis levé à 6h, je ne suis pas gréviste, je bosse pour vous, je ne serai pas chez moi avant onze heures ou minuit, alors m’agressez pas en plus ! » La grève a d’autres motifs que la défense des zavantages-acquis, nous dit-il. C’est aussi pour protester contre le projet de la SNCF d’externaliser sa gestion informatique dans une boîte américaine. Donc de perdre le contrôle des millions de données clients emmagasinées. (qu’elle a déjà tendance à ne pas bien maîtriser, comme l’a expliqué un hacker récemment) Grève aussi contre le fait que le rail n’est plus la priorité : la SNCF est le plus gros transporteur routier de France. Le courrier Paris/Bordeaux est acheminé en camion et non en train, alors qu’il y a le TGV en 3h30 pour Bordeaux…. mais pas de wagon postal, des camions : consommation de carburants, encombrement sur les routes, accidents… On comprend mieux la misère du fret par train : ça n‘intéresse aucunement la ceuneusseufeu. Bonjour les engagements écologiques !

Après une heure, redémarrage. A force de bavasser sur le quai, militaires, syndicalistes, travailleurs du privé criant haro sur « les fonctionnaires » (bien que les cheminots n’en soient pas !) et moi, et moi, et moi… sommes devenus copains. On s’offre les strapontins vacants, on se propose des bonbons… J’apprends que la voix de la SNCF est celle d’une comédienne nommée Simone qui a enregistré toutes les phrases utiles, qu’un logiciel assemble pour fabriquer les messages ferroviaires : « Sur voie numéro 8, attention au départ » ! Le logiciel s’appelle Simone aussi. En voiture, Simone !

train4Arrivée à Paris. Je repars le lendemain. Par train. L’aller se passe bien. Le retour, moins. Le TGV s’arrête en pleine campagne. Après dix minutes d’attente, la voix de la SNCF nous informe que le TGV est arrêté en pleine campagne… juste quand il repart J. Dix minutes plus tard, il s’arrête à nouveau. Silence dans le wagon, interrompu par la même voix douce : « Nous informons les passagers que le TGV est arrêté en pleine voie ». Eclat de rire général. Il paraît que c’est un problème de caténaires.  Arrivée à Montparnasse avec 50 minutes de retard, je me précipite pour attraper le train de banlieue de 21h28. Annoncé avec 10 minutes de retard ! Un autre train est en panne sur la même voie.

Je suis prise d’un fou-rire : quand je pense que Julien Coupat a été mis six mois en prison et suspecté de terrorisme pour un retard de 2 heures sur un TGV !!!!

Mais elle y arrive toute seule, la SNCF, à se saboter !!!

Et pendant ce temps là, le volcan Islandais bloquait tous les avions européens au sol. Y a dû avoir un sacré méchant karma sur les transports la semaine dernière.

 

v-lo.jpg

Repost 0
Published by - dans Humeur
commenter cet article

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture