Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 13:26

manif-CPE-petit-mars-2006.jpgLongtemps je me souviendrai de cette conférence de presse, une conférence comme des dizaines d’autres auxquelles j’avais participé depuis des années. En bas de l’escalier, l’attachée de presse me sauta au cou, elle qui d’ordinaire me saluait à peine : « Françoise, merci d’être venue ». Trois mètres plus loin, deux journalistes qui me disaient d'habitude à peine bonjour me gratifièrent d’une paire de bises chaleureuses : « Quel plaisir de te voir ! ». Un peu ébahie, je poursuivis mon chemin et fût aussi merveilleusement saluée par deux ou trois autres, la dernière me donnant la clé de l’énigme : « On t’a vue à la télé ! »

serifos-1995-bis.jpgOn se voyait « en vrai » depuis plus de dix ans, on avait participé à des voyages de presse favorisant la découverte les unes des autres, elles connaissaient mes articles, elles savaient que je publiais des livres sans rapport avec la médecine, mais peu importe : j’existais à leurs yeux pour quelques minutes d’images (un passage sur « Vie privée, vie publique » si mes souvenirs sont bons).

album2_0117-copie-1.jpgUn autre jour, alors que je faisais du vélo avec des amies le long du canal du midi, j’entrai dans la maison d’hôtes où nous avions réservé pour prévenir de notre arrivée. Une femme attablée non loin de là me regarda fixement, puis hurla « je vous connais, je vous connais, vous êtes Belge! » -Euh, non… Pas du tout. En cherchant un peu, elle réalisa que je n’étais pas belge, mais qu’elle m’avait vue dans une émission de la RTBF… un an et demi auparavant, ce qui l’autorisa à crier en appelant son mari : « Denis ! Viens vite ! Y a là une dame qu’on a vue à la TV » ! L’aptitude physionomiste des téléspectateurs est stupéfiante, car en short, casquette et cheveux attachés, je ne ressemblais absolument pas à la femme « vue à la télé », ce qu’elle me confirma : « Je vous ai reconnue à votre voix. »

chmplain1.JPGDe ce que j’avais pu dire ce jour là, elle ne se souvenait pas vraiment, pas plus que les copines journalistes. Tout comme, depuis le JT de France 2, (30 secondes sur 20 minutes d’entretien, il ne reste pas grand-chose) on me parle essentiellement de mon chapeau ou de « je ne vous imaginais pas comme cela ». Ce qui me fait penser à une voisine qui s’exclama un jour : « Vous êtes journaliste ? Ca alors! Vous avez plutôt une tête de médecin et même… de gynécologue ! » Et comme les photos sur cette page, prises entre 2007 et 2009 le montrent, on change aussi suivant ses occupations...

Voilà pourquoi, la « gloire » de la TV, aussi illusoire que celle d’un article qui le lendemain de sa parution « emballera le poisson », comme dit l’adage journalistique destiné à remettre les choses à leur place, me touche peu. Ce n’est pas de la fausse modestie En revanche, le fait d’écrire des livres que des lecteurs et lectrices apprécient, et encore plus les relations que j’ai pu nouer avec certain(e)s  ici ou ailleurs comblent bien davantage ma fierté.

 img_0122.jpg

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans Humeur
commenter cet article
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 23:40

Comme tous les voyageurs du métro ou du RER j’ai vu les affiches 4mx3m vantant les mérites du navigateur Google Chrome pour améliorer notre vie quotidienne à nous, ces gens là sont pleins de sollicitude. Ca va de « partir en Thaïlande pour pas cher » à « trouver un cadeau pour ma copine ».

Ben en fait, la vie en Google Chrome semble très compliquée. Illustration par l’exemple :


« ENVIE D’UNE TARTE TATIN ».


vie_simple.jpg

DANS LA VRAIE VIE : j’ouvre mon livre de cuisine pour lire la recette, ou j’appelle une copine pour la lui demander. (5 minutes)

Je fais la tarte : 30’ de préparation, 35’ de cuisson four 6/7

On déguste tranquillou avec le vin qui va avec.

Il nous reste du temps pour sortir ou tout autre plaisir.



DANS LA VIE AVEC GOOGLE CHROME ( texte de l’affiche)

1 famille souhaitant manger une tarte tatin

5 membres qui n’y connaissent rien en pâtisserie

886000 résultats pour « recette tarte tatin »

41 minutes passées à comparer les recettes

7 e-mails pour débattre de la meilleure façon de la cuire

16 vidéos trouvées pour « recettes de la tarte tatin » sur You Tube

2 tentatives et demi

137 000 images trouvées pour « Tarte tatin »

0 image qui ressemble à la nôtre !

1 vidéo « tarte tatin brûlée » postée sur You Tube

2 litres de glace à la vanille e train de fondre sur le sol de la cuisine

5 personnes qui regardent 1 labrador en train de se régaler

13 onglets ouverts

0 bug

1 navigateur


fou4.jpgDANS LA VIE AVEC GOOGLE CHROME, donc, on a envie d’une tarte Tatin, on perd près d’une heure à chercher des recettes, on est si angoissé qu’on DOIT demander conseil à des gens eux aussi scotchés à leur ordi puisqu’ils répondent aussitôt aux mails, on passe une heure devant des vidéos, on essaie de faire la tarte,  pendant qu’elle cuit on retourne voir 137 000 images de Tarte Tatin (faut être un tantinet obsessionnel…), ce qui fait que la tarte, la vraie, brûle, ce qu’on s’empresse de faire savoir aux internautes en filmant et postant la cata cramée. Pendant que le Labrador bouffe la glace vanille qui fond par terre. (pourquoi sur le sol de la cuisine ? Mystère ! Par parenthèse, je rappelle que la glace à la vanille sur la Tarte Tatin est une hérésie, dans la vraie recette des sœurs Caroline et Stéphanie- pas celle du Rocher, celle de Lamotte Beuvron où fût inventée cette recette- y a pas de glace ! Pas plus que dans les profiteroles qui doivent se faire avec de la crème Bourdaloue, crème pâtissière montée avec des blancs en neige. La glace est une invention de cafetiers à la noix parce que c’est plus simple de mettre de la glace industrielle que de faire la crème Bourdaloue).


CONCLUSION


DANS LA VRAIE VIE , on a envie d’une tarte tatin, on la fait, on la mange, on est content.

Dans la vie avec Google Chrome, quand on a envie d’une tarte Tatin on y passe la journée, on n’en mange pas, on salope sa cuisine et on fait savoir au monde entier qu’on est un manche: vie de merde (http://www.viedemerde.fr/)


Décidément, je ne dois pas être une bonne geek… MAIS j'ai enfin mon Iphone !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

(merci à la copine qui me l’a envoyé)

 

ail.jpg

 

 

 

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans Humeur
commenter cet article
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 11:35
première couv« Aimer plusieurs hommes » crée du lien. La première édition m’avait déjà valu des dizaines de lettres, souvent émouvantes, d’hommes et de femmes pas forcément amoureux pluriels, mais intéressés par une autre façon de concevoir l’Amour. La nouvelle édition, revue et augmentée de 40 pages (les rajouts sont en italique pour éviter aux premiers lecteurs de tout relire) crée la même dynamique. Rares sont les commandes juste accompagnées d’un chèque. Presque toutes sont accompagnées d’une lettre me permettant de personnaliser chaque dédicace. Tant mieux, car écrire seulement « bien cordialement » n’a aucun intérêt ! Certaines confidences sont très intimes.

Ce père de famille, dont la première édition a, dit-il, « sauvé le couple » qui veut offrir la nouvelle édition à ses enfants pour les aider à mieux vivre leur vie amoureuse.

koala_attitude.jpgCe jeune homme polyamoureux dans l’âme qui l’offre à son amoureuse pour ouvrir la discussion, et cet autre qui m’écrit « votre livre a rassuré mon amoureuse, qui sait maintenant qu’aimer au pluriel ne veut pas dire que je l’aime moins. »

baisers2.jpgCes Lutins et Lutines tendres qui commandent un livre pour chacun(e) de leurs amours, en précisant les détails de chaque rencontre et pourquoi ils (elles) les aiment.

Ces maris ou ces épouses en difficulté qui réfléchissent sur les notions de jalousie, de possessivité,  de ce que veut dire « aimer ».

Ceux et celles qui lisaient ce blog et trouvent une cohérence entre les amours plurielles et la remise en cause d’égoïsmes sociaux et politiques.

baisers3.jpgDes monogames convaincus qu’il n’est pas nécessaires d’être Lutins pratiquants pour s’intéresser à cette façon de penser et d’aimer.

Ceux dont l’adresse d’expédition du livre est différente de l’adresse personnelle, signe d’un questionnement pas forcément partagé par le compagnon ou la compagne, mais qui sait ? Peut-être un jour…


Celles qui sont ravies qu’une femme ait écrit ce qu’elles-mêmes pensent ou vivent depuis longtemps en se demandant si elles sont « normales ».


mari_s4.jpgEt, enfin, celle qui commande en cachette car, dit-elle « mon mari pourrait devenir violent s’il savait que je vous lis ». Oui, en 2010, en France, il existe des femmes qui ont peur de l’homme censé les aimer, homme qui ne supporte pas de ne pas contrôler tout ce qu’elles pensent ou lisent. Voile noir sur leur droit à être une personne autonome…

 

 


 

couv'APHPour prolonger ce lien jusqu’à une date symbolique,  « Aimer plusieurs hommes » restera donc à 14 €, frais de port offerts, dédicace incluse jusqu’au 14 février.

Pour commander, cliquer sur le lien à droite de cette page.

Au-delà de cette date,  les commandes se feront sur le site www.autresmondesdiffusion.fr avec participation aux frais d’envoi.

D’une pierre deux coups : offrir pour la Saint Valentin une vraie déclaration d’amour, et faire des économies avant l’échéance fiscale du 15 février J

 

 

sans_abri2.jpg

                             Pour les hommes,qui ont réclamé une photo de femme...   

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans EROS
commenter cet article
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 23:17

proglio2.jpgLe scandale du double salaire de Henri Proglio a mis le feu aux poudres et le buzz sur Internet si bien que le susdit a dû renoncer à ce double salaire tout en gardant sa fonction de PDG de Veolia. Ce qui équivalait à travailler gratos chez Veolia ? Que nenni, car il a négocié un salaire de président d’EDF 45% supérieur à celui de son prédécesseur, lequel ne pointait déjà pas aux Restos du cœur.  Mais au-delà de ces questions d’argent toujours irritantes, ce que dessinait l’idée de mêler les destinées d’EDF et Veolia, c’est une privatisation progressive EDF via un PDG très libéral et proche du pouvoir. Dans cet im-Proglio politico-économique est en œuvre la même logique, qui a déjà  livré une partie de GDF et abandonné les autoroutes au privé. Or un Etat qui se défait de ses moyens de communications et ne contrôle plus l’eau et l’énergie devient infiniment vulnérable. En temps de paix, mais encore plus en cas de guerre…  

capitalisme-malade.jpgLe statut d’auto entrepreneur a suscité la création de milliers d’entreprises individuelles « en un clic sur le Net ». Sauf qu’une majorité de ces entreprises ont une durée de vie éphémère et laissent l’auto entrepreneur au chômage sans aucune indemnisation, puisqu’il était travailleur « indépendant ». Sauf que de plus en plus d’entreprises détournent le statut d’auto entrepreneur pour ne plus payer de charges sociales et laisser celles-ci entièrement à la charge de travailleurs qui devraient être payés en salaires, même pour un contrat ponctuel.  Lu dans une annonce de recrutement de journalistes pigistes : « le paiement de votre travail est subordonné à la condition que vous ayez un statut d’auto entrepreneur. » C’est illégal : depuis la loi Cressard de 1974, les journalistes pigistes sont des « salariés à employeurs multiples » devant bénéficier des mêmes droits que les autres salariés.  Progressivement, comme les murs rongés par la pourriture,  le Droit du travail disparaît…

einstein.jpgL'Organisation mondiale de la Santé sera sur la sellette au Conseil de l'Europe lors d'une audition sur sa gestion de la "pandémie" de grippe H1N1 et sa transparence. Epidémiologiste très critique à l'égard du traitement contre le virus H1N1, faussement qualifié, selon lui, de pandémie "sous la pression de laboratoires", le Dr Wogard, un socialiste allemand, veut savoir sur quelles bases scientifiques l'OMS a décrété qu'il s'agissait d'une pandémie. En France, une Commission d’enquête sur la campagne de vaccination contre la grippe A (H1N1) devrait prochainement voir le jour. Sauf qu’il a fallu attendre des mois et des millions d’euros ou de dollars gaspillés au détriment d’autres dépenses de santé, pour se poser officiellement ces questions, alors que tant de médecins de terrain et de citoyens lambda le faisaient depuis des mois. Tout comme pour l’amiante. Tout comme on le fera peut-être un jour pour les ondes électromagnétiques.

dsc_6658.jpgDes immigrés clandestins débarqués en Corse sont remis en liberté parce que la procédure n’a pas été respectée. On rigole de cette bévue manifeste… Sauf que Eric Besson veut « revoir la loi pour les cas d’urgence » selon le mécanisme bien connu « la loi ne me plaît pas, je la change ». Certains immigrés ont un statut kafkaïen : « non expulsable (pour des raisons d’asile politique, guerre, etc) /non régularisable (pour des raisons d’objectifs du ministère de l’immigration : plus de 25 000 reconduites à la frontière par an, Riquet, faut les trouver !) Ces gens là sont condamnés à vivre dans la clandestinité et la peur, rejetés par les bonnes gens persuadés que l’étranger vient pour piquer leur boulot, baiser leur femme et profiter des allocations familiales. Sauf qu’aucun individu ne quitte son pays de gaieté de cœur, dans ces conditions souvent épouvantables. S’ils le font, c’est qu’ils n’ont rien à perdre. S’ils avaient un peu à perdre, ne serait-ce que des conditions de vie décentes et une possibilité de vivre en paix avec leurs proches, ils resteraient chez eux. C’est tout l’enjeu du développement et du commerce équitable- pas marginal, généralisé- qui ne devraient pas dépendre de la générosité des individus et associations, mais des gouvernants désireux de réduire les conflits et la violence. Sauf que la guerre est une activité économique prodigieuse, et la violence, l’insécurité, un argument électoral.

lars5.jpg

 

Photo de Lars Stephan qui n'a rien à voir avec le sujet, mais après un billet pareil, j'avais envie d'un petit plaisir.

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans En vrac
commenter cet article
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 12:15
lucky.jpg

Je ne peux vivre que seul, répétait-il à ses amis et amies, fier de sa liberté, dont il disait qu’elle était son bien le plus précieux, tel Lucky Lucke. « Le couple, quelle horreur, je veux vivre sans contrainte », répétait cet autre à sa presque compagne, son amante la plus régulière, à qui il avait même refusé durant des années de dire où il habitait par crainte qu’elle ne s’incruste dans son gîte de Zorro sauvage et ténébreux…. ou le découvre avec une autre.

Lucky Lucke est aujourd’hui en ménage, sa dame a fait le vide autour de lui, tous deux passent des après-midi devant des documentaires sur la fabrique du jus de betteraves en Roumanie orientale, car elle n’aime pas sortir et ne supporte pas qu’il mette le nez dehors sans elle. A 62 ans, Zorro « s’est engagé dans une vie de couple » avec sa compagne, clôt sa maison et filtre ses appels de peur qu’elle ne découvre le secret de polichinelle de ses aventures passées.

Est-ce une épidémie ? Un séducteur de 64 ans, que j’aurais volontiers surnommé le fusil à six coups tant il cumulait d’amours tumultueuses m’avoue l’incroyable : « Je suis fidèle depuis huit mois », tandis qu’un dernier tombe amoureux à l’automne de son existence et s’étonne de n’avoir plus qu’une femme dans sa vie, lui qui avait acquis une réputation justifiée de collectionneur.

Zorro.jpgRien d’étonnant, c’est hormonal, tout comme la passion amoureuse. Les hommes se rangent lorsque leur testostérone s’amenuise. Fidélité prostatique, doublée pour certains d’un sens inné du confort : c’est rassurant d’avoir à domicile une femme capable de vous porter secours en cas de malaise. Après 55 ans, surtout chez les ex-fêtards, les taux de cholestérol et triglycérides, l’hypertension et le surpoids multiplient les risques cardiovasculaires, et ce n’est franchement pas drôle d’avoir un infarctus en solitaire. Sans même parler de maladie, quand la fatigue fait s’endormir dans son fauteuil, qu’il est doux d’entendre une voix féminine murmurer : « Tu devrais aller te coucher, chéri, viens, je vais t’aider à monter … » Les dernières compagnes, tout comme celles qui ont patienté quarante ans pour que leur élu s’assagisse, profitent pleinement de ses 60 à 80 ans ou plus.

sympho-et-jerry.jpg« Tu vois bien, ton histoire de Lutinage, de polyamour, d’amours plurielles, c’est pour les jeunes, ensuite les hommes retournent dans « le droit chemin ». Que non pas, mes seigneurs… Car le Lutinage, contrairement au libertinage et à l’adultère furtif, a une base hormonale très faible, et une base amicale très forte. Découvrir l’Autre et s’intéresser à lui (à elle) plus qu’à la conquête, se séduire en mots, en regards, en affinités électives, en tendresses et en sensualité donne au coït à dominante hormonale la place qu’il mérite : c’est bon, ça fait du bien, mais ce n’est qu’un élément du lien entre deux êtres, fussent-ils de sexes différents. Un lutin peut séduire et aimer à tout âge, et garder toute sa vie des liens très forts avec des femmes qu’il « ne baise plus » mais qui continuent à le toucher.

Ecoutez RMC demain, jeudi 21 janvier. Pour mon anniversaire, mais ce n’est qu’une coïncidence, deux hommes Tristan et Guilain, vont y parler du polyamour. Leur discours est mille fois plus troublant qu’hormonal. Ils parlent des relations qui durent et du plaisir de la rencontre, considérant que l’objectif n’est pas de conclure mais de flâner librement sur la carte fournie des plaisirs amoureux.

Conclusion :

A Zorro qui ne veut que la baise

Le temps est un couperet fatal

Dès que se calme l’animal

Zorro s’endort en charentaises.

Tandis qu’un Lutin malicieux

Curieux de tout, gourmand de vie

Trouvera encore mille jeux

Quand s’amenuisera son vit.

 

 cerise05.jpg

 

 

« Ben les femmes aussi, vous vieillissez ». Oh que oui, mais différemment. Les jeunes femmes conditionnées par les contes de fées et les magazines féminins, plus les oestrogènes qui les poussent à se reproduire cherchent l’homme de leur vie, l’amour-toujours. Leur rapport oestrogènes/testostérone est franchement en faveur des hormones femelles. A la ménopause, celles-ci se tarissent peu à peu, inversant le rapport au profit de l’hormone mâle (d’où la pilosité et la voix plus grave de certaines) qui leur donne un regain de vigueur. Les enfants sont élevés, elles n’ont plus rien à prouver sur le plan professionnel, elles ont entretenu leur corps pour plaire au Prince Charmant et en touchent les royalties aujourd’hui, où les quinquas débordent de vie et de charme. Gestionnaire de la vie quotidienne depuis des décennies, elles n’ont besoin de personne au quotidien. « J’adore la compagnie des hommes, se réjouit l’une d’elles, mais pas tous les jours. » Ma mère disait qu’on a envie de vieillir auprès d’un homme aimé si on l’a connu très tôt, le regard infrarouge de l’amour permettant de retrouver les sédiments de toutes les époques traversées avec lui (elle ne le disait pas aussi poétiquement, je traduis…) mais qu’une fois veuve, pas question de se remettre en ménage « pour servir de bonne à un homme vieillissant ». Une de ses voisines veuve et octogénaire affirmait ne s’être jamais sentie aussi légère que depuis qu’elle pouvait décider seule.

 

 

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans EROS
commenter cet article
16 janvier 2010 6 16 /01 /janvier /2010 16:30

haiti4Mais c’est que ça ouvre l’esprit, une catastrophe naturelle ! Voilà qu’un tas de gens se passionnent pour  Haïti via le tremblement de terre.  Ils découvrent que cette île a été la première des Caraïbes à devenir indépendante et à obtenir l’abolition de l’esclavage, que le président de la FEMIS (la plus prestigieuse école de cinéma en France) est Haïtien et que ce peuple si miséreux regorge de poètes et d’écrivains. « Tu savais, Marcel, que Haïti, c’est sur la même île que  la République Dominicaine ? » s’exclament certains. Oui, là où ils passent leurs vacances dans un club sans rien soupçonner de la vraie vie des habitants vu qu’ils n’en voient aucun, sauf les domestiques des hôtels … 

haitiLes medias adorent les catastrophes, ça remplit un journal TV avec édition spéciale à la clé. Voir le Tsunami, l’ouragan Katrina,  ou les crues dans le sud de la France. Y a qu’en Chine que ça passionne moins, parce qu’ils sont tellement nombreux, les chinois, que le nombre des morts, par dizaines ou centaines de mille, perd de sa charge émotionnelle. Trop, c’est trop. Depuis cinq jours, les mêmes images : interviews de rescapés, description de scènes horribles, explications de sismologues, évaluation morbide du nombre de victimes et mobilisation : appels aux dons, et formidable élan de fraternité qui n’exclut pas une certaine rivalité. Ainsi, les Etats-Unis se posent en champions de l’action humanitaire en envoyant moult vions bourrés de matériels, suivis par le Canada ou la France avec leurs équipes entraînées aux interventions périlleuses. NS annonce solennellement qu’avec son ami Obama il va lancer une grande conférence internationale pour la reconstruction de l'île tandis qu’Eric Besson suspend les expulsions vers Haïti d’immigrés en situation irrégulière. Un tremblement de terre a plus de force qu’une guerre pour freiner ses ardeurs.

IMG_0027.jpgSur place, les ONG qui oeuvrent en tout temps à Haïti réclament qu’on coordonne un peu tout ça, vu que faire atterrir des avions sur un aéroport endommagé par le séisme n’est pas sans risques. Cinq jours plus tard, le bel élan montre ses limites : la population manque de tout et la colère gronde. Il faut dire que les Haïtiens savent ce qu’il en est de la solidarité mondiale, vu qu’ils se sont fadés deux ouragans et une tempête tropicale en 2005, quatre ouragans et une tempête tropicale en 2008, sans compter les pluies diluviennes et autres torrents de boue d’autres années. Ils savent qu’une fois l’émotion passée, on les oublie.

coucher_soleil.jpgTout le monde reconnaît- le sommet de Copenhague est récent - que les cyclones et les ouragans, tout comme les sècheresses et les canicules augmentent en gravité et en fréquence du fait du dérèglement climatique. Ce qui n’a pas empêché les pays riches de s’en laver les mains et de ne s’engager en rien pour freiner cette multiplication des extrêmes climatiques. Leurs pays, grâce à Dieu qui les a situés en zone tempérée, en subiront des conséquences moindres que les  zones tropicales qui sont, est-ce un hasard, les plus pauvres et les plus frappés par les catastrophes naturelles.

salsa.jpg« Eh, oh, Françoise, un tremblement de terre c’est une fatalité, ça n’a rien à voir avec l’activité humaine ou la  pauvreté ! »  Exact, ça peut toucher tout le monde, mais ça n’a pas les mêmes conséquences. Au Japon, depuis le terrible séisme de Kobé, les japonais ont multiplié les constructions capables de résister à des tremblements de terre de forte magnitude. Ils en ont connu quelques-uns, faisant des dégâts mais peu de victimes. A Haïti,  les maisons antisismiques doivent se compter sur les doigts d’une main.  L’habitant vit avec deux dollars par jour, comment financerait-il des logements solides ? Autrefois, le porc noir de Haïti,  costaud et peu exigeant, était la base de la nourriture locale, jusqu’à ce que les Etats-Unis ordonnent leur éradication par peur de la grippe porcine (et aussi pour imposer l’élevage de porcs américains bien gros et bien gras comme les aiment les américains, mais pas les Haïtiens). Ca n’a pas arrangé leur budget quotidien. Pendant des décennies, les dictateurs Duvallier père et fils, qui ont été pour beaucoup dans la décrépitude économique de Haïti, étaient discrètement soutenus par les USA, qui craignaient l’influence communiste de la voisine Cuba.

_tudiants.jpgHeureusement, les catastrophes naturelles réconcilient tout le monde : Cuba- qui envoie des médecins à Haiti même en dehors des séismes- a autorisé les avions américains transportant du matériel de secours, à atterrir à Guantanamo, pour réduire leur temps de transport.  Raul Castro a aussi envoyé du renfort médical à l’île sœur. Les Cubains ont d’excellents médecins, je l’ai déjà dit ici et vécu là-bas, et une grande expérience des catastrophes  climatiques: l’ouragan Gustav qui dévasta Cuba avec sa force 4 n’y fit pas une seule victime, alors que passé à force 2 sur Haïti il y fit 66 morts, et 26 aux Etats-Unis.  Le secret ? Pas une question d’argent, une question d’éducation : les Cubains sont entraînés à réagir en cas de catastrophes naturelle et ont assez de sens collectif pour s’organiser. Là-bas, la priorité est donnée à la préservation des personnes plutôt que des biens. A l’inverse de ce qui se passa en Louisiane, lors de l’ouragan Katrina.

haiti3Les dons qui affluent sont sans doute indispensable dans l’urgence, mais relèvent de la charité comtesse de Ségur qui avait « ses pauvres » mais ne les fréquentait pas. Opter pour des échanges équilibrés entre individus et nations sauverait infiniment plus de vies. Au sens physique et moral.

Laissons le mot de la fin à une amie Haïtienne à qui je demandais précautionneusement des nouvelles de sa famille. Elle a haussé les épaules : « J’ai plus personne là-bas, à part un vieux grand-père de 89 ans. Toute ma famille a fui la dictature il y a plus de trente ans » Je croyais que vous n’aviez qu’un fils ici. –Oui, ici. Le reste de la famille est dispersé entre les Etats-Unis et le Canada. On est allé là où on nous a donné des visas. »

J’avais prévu un billet amoureux et primesautier. Ce sera pour la prochaine fois.

 

cuba_006.jpgPhotos de Haïti et de Cuba, îles soeurs

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans Humeur
commenter cet article
11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 12:01

Stagiaire assistant de production : bac + 4 ou 5, ou en dernière année d’une école de cinéma, vous maîtrisez les logiciels Word, Excel, et les outils Internet. Bonnes connaissances de Final Cut et Avid Express Pro. Excellent relationnel et sens du travail d’équipe. Anglais écrit et parlé. Langue maternelle français. Contrat de 3 à 6 mois.Vous serez en charge de la diffusion des films déjà produits, des dossiers de financements, des demandes d’aides,de l’assistanat sur le tournage,  etc…

 

homme4.jpgBaptiste soupira. Son CV collait pile-poil à cette annonce.  Comme à celles des deux précédents stages qu’il avait effectués depuis son Master. Ca collait aussi pile-poil à sa passion pour ce métier. Tout collait pile-poil, sauf la rémunération : indemnité de 380 € mensuels, plus 50% de prise en charge transport. A 26 ans, comment vivre avec cette somme autrement qu’en squattant chez les parents, et encore ! Sans leur aide financière, il ne pourrait pas couvrir ne serait-ce que les dépenses élémentaires : bouffe, quelques fringues de fripe,  abonnement au mobile …  Il était tard. Baptiste se coucha en se disant qu’il allait postuler dès le lendemain.. Un jour peut-être à force de persévérance, l’un de ces stages aboutirait à une embauche.

 

miroir.jpg… Il marchait sur une route ensoleillée, quelque part en été, et reconnut la campagne de son enfance. Un gamin joyeux venait à sa rencontre en sautillant à cloche-pied. Arrivé à sa hauteur, il s’arrêta et apostropha Baptiste : « Tu ne vas quand même pas rester esclave toute ta vie ?  Baptiste sursauta. Cette tête blonde, ses yeux noisette plein d’énergie et de malice lui rappelaient quelque chose, ou quelqu’un. Il questionna l’enfant : « T’es qui ? » - Ben je suis toi ! Toi il y a quinze ans, quand tu jurais que jamais tu ne te ferais exploiter comme tes parents, que jamais personne ne te pourrirait la vie vu qu’on en a une seule, jusqu’à preuve du contraire ! Toi qui répondais à la maîtresse « qui vit sans folie n’est pas si sage qu’il croit ». Elle était épatée qu’un gosse de 6è connaisse la Rochefoucauld.

 

Baptiste sourit. Il se souvenait de cette anecdote qui l’avait fait classer « rebelle » malgré sa place de 1er de la classe, et il n’était pas peu fier de cumuler les deux casquettes. Il tenta néanmoins de se justifier : « Les temps ont changé, tu sais, petit Moi. Il n’y a plus d’argent… » « Conneries, jura le gamin. Il n’y a jamais eu autant d’argent en circulation dans le monde, tu as vu les résultats de la Bourse ? » « OK, OK, mais il n’y a plus de boulot pour tout le monde ! » « Conneries, réitéra le minot. La preuve qu’il y a du boulot, c’est le nombre d’annonces de stages que tu trouves.  Tu veux que je te dise ce qui a changé depuis ta (ma) naissance ?  L’écart de salaires passé de 1 à 40 à 1 à 400 et même plus ! Alors oui, si tu paies certains 500 fois plus cher que d’autres, il n’y a pas assez d’argent pour payer correctement tout le monde, et on te propose de vrais tafs au tarif stagiaire, en te disant en plus que tu as de la chance car autrefois les stages n’étaient pas payés. Sauf qu’autrefois, ils concernaient des étudiants en début d’études et pas des super compétents comme toi. »

 

prisonnier.jpg« OK, OK, Baptiste junior, mais l’audiovisuel fait rêver tout le monde, ils en profitent.

-Et depuis quand doit-on expier le plaisir de faire un métier qu’on aime ? Depuis quand le travail doit-il être forcément pénible, stressant ou mal payé ?

Le petit garçon, qui n’avait pas cessé de sauter à cloche-pied tout en parlant, ce qui agaçait prodigieusement le grand Baptiste déjà incapable de garder son souffle dans ces conditions, s’arrêta soudain, l’air grave : « Tu sais le pire, Baptiste ? C’est que leur but, n’est pas seulement de mal vous payer. Il est de vous humilier, de vous faire vivre dans la crainte permanente de l’avenir et de la précarité pour vous rendre dociles. Et ils réussissent ! Tu as tellement perdu confiance en toi et en tes capacités que tu viens d’essayer de me justifier LEUR comportement au lieu d’affirmer qu’il est inacceptable de traiter les gens aussi mal. Bientôt tu diras que les suicidés d’Orange sont des gens mal dans leur peau et fragiles, au lieu de te révolter contre la pression au travail qui les a tués.  On vous persuade que vous ne comptez pas et que vous employer est une faveur. Baptiste, souviens-toi de ce que tu as dit un jour à la maîtresse qui s’excusait de t’avoir puni injustement en affirmant qu’elle « t’aimait beaucoup » : « Vous n’êtes pas là pour m’aimer, mais pour m’enseigner et pour être juste ».  Tes patrons ne sont pas là pour t’aimer, ne joue jamais à l’affectif avec eux, ne justifie jamais ta demande de salaire par « je ne veux plus être à la charge de mes parents » ou « j’ai mon loyer à payer ». Dis : « je fais tel travail, je vaux tant ! Point barre. »  - Rigolo, s’énerva le grand Baptiste. Si je fais ça, ils embaucheront quelqu’un d’autre ».

« Tu l’as dit, bouffi, rigola le petit. Non seulement ils te font croire que tu n’es rien, mais en plus ils te font prendre les autres pour des ennemis, à tel point que vous avez tous oublié qu’ensemble, vous pouvez résister !

Et tu proposes quoi, fortiche ?

« Démontrez votre importance par le vide créé par votre absence. Crois-moi, Baptiste, si tous les stagiaires et sous-payés de France s’arrêtent de travailler, ça va gripper sérieusement l’économie française.  Vu ce que vous êtes payés, vous ne perdrez pas grand-chose en cessant le travail deux ou trois jours. Mais eux, à qui chaque journée de votre travail rapporte gros, ils vont découvrir que vous existez, que vous comptez, et qu’ils doivent compter mieux pour vous.

Tu crois ?

De toutes façons, t’as pas le choix. Ou tu agis, ou tu perds définitivement confiance en toi et en ton avenir. Tu as déjà fait deux stages. Si tu continues, tu arriveras à 30 ans et on te dira : « En somme, vous n‘avez jamais VRAIMENT travaillé, n’est-ce pas ?. » Et tu seras un looser, malgré tes études, tes compétences et ta passion pour ce métier. »

 

zo__ordi_bd.jpgLe blondinet regarda son alter ego adulte avec une moue attendrissante :

« Réagis, Baptiste. Réagis.  Tu n’as pas le droit de tuer l’enfant rebelle que tu étais. Fais le pour moi. Pour toi. »

Le lendemain,  Baptiste s’attela à la tâche. Il proposa « à tous les stagiaires et précaires de France » de cesser le travail « comme une bonne blague à la fatalité de la crise, pour faire la preuve de notre importance » le 1er et le 2 avril. Avec grande manif  et pique-nique le 3 avril, place de la Concorde. » Il adressa ce manifeste à tout son carnet d’adresses en leur demandant de le faire circuler, et à tous les sites susceptibles de le répercuter.

Et le 1er avril…..

 

L’idée de ce billet m’est venue en compulsant les annonces sur Internet, de nature à rendre dépressifs tous les 20/30 ans de France.  Faites le circuler, qu’ils se l’approprient, qu’ils le réalisent et retrouvent le goût d’exister plutôt que la soumission. On peut rêver, non ? Et s’il a lieu, sûr que je viendrai pique-niquer le 3 avril place de la Concorde !


lutin1.jpg

 

 

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans CHANGER
commenter cet article
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 22:04

 

POURQUOI CES CANONS? ANTOINE

Pourquoi recouvrir une femme d’une burka, si on installe aux contrôles d’aéroports des scanners corporels, qui permettront de la voir comme si elle était nue ?

Pourquoi le gouvernement a-t-il accepté ( art.9 du contrat avec les labos) de prendre en charge l’indemnisation des victimes éventuelles d’effets secondaires du vaccin contre la grippe A, tandis que les laboratoires n’assumeraient aucune responsabilité ? Pourquoi aucune compagnie d’assurance n’a-t-elle accepté d’assurer les risques éventuels liés à ce vaccin ?

Pour expliquer la modestie de la « pandémie » grippale, on nous dit aujourd’hui que beaucoup de grippés auraient eu la maladie sans aucun symptôme. Certes, certes… Mais pourquoi déclarer une guerre massive contre une grippe qui ne provoque aucun symptôme, guérit toute seule et immunise définitivement le « malade » ?

Pourquoi des millions de personnes continuent-elles à envoyer des SMS le 31 décembre à minuit, alors que cette saturation fera arriver certains SMS trois ou quatre jours après leur envoi ?

Pourquoi les TEXTOistes ne signent-ils pas leur SMS ? J’ai reçu des tas de « bonne année » sans signature, juste un numéro d’appel pas forcément au répertoire ni en mémoire.

Pourquoi ceux qui signent « Julien » « Guillaume » ou « Vincent » oublient-ils que ces prénoms ont été donnés en masse aux bébés qui ont aujourd’hui entre 30 et 40 ans ( il y a trois Julien, six Guillaume, et cinq Vincent  dans mon agenda ) 

Pourquoi la Croix-rouge envoie-t-elle inlassablement des couvertures de survie (j’en ai 4), Handicap International des cartes de vœux ou des béquilles en allumettes, le WWF des étiquettes adhésives avec de zoulis animaux dessus, même quand on prend la peine de leur renvoyer leurs cadeaux en leur demandant de nous rayer de leur listings pour ne pas gaspiller d’argent ?

Pourquoi 90% des gens prennent-ils des résolutions de nouvelle année alors qu’ils ne sont que 12% environ à s’y tenir selon une enquête anglaise?

Pourquoi les journalistes s’obstinent-ils à dire que 2010 est le début de la deuxième décennie du XXIème siècle alors que c’est la dernière année de la première décennie ?

 


 

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans En vrac
commenter cet article
3 janvier 2010 7 03 /01 /janvier /2010 19:53

Tandis que vous profitiez du calme de le semaine des confiseurs, je me collais au même exercice que l’an dernier ( http://fsimpere.over-blog.com/article-26312095.html ) à savoir l’exégèse des vœux du président. Pensum, pensum, qui ne signifie pas « penser, penser », mais « travail ennuyeux, punition », car le bougre, malgré son scribe officiel, a tendance à répéter en boucle ses incantations, voir son discours aux agriculteurs du 27 octobre dernier,  copié/collé  sur celui de février 2009.

 

 

Je me contenterai donc, pour ne pas ennuyer le lecteur de reprendre quelques phrases de ses vœux 2010, et en italique ses pensées secrètes débusquées par ma boule de cristal habituelle. Les photos illustrant ce billet vous sont offertes par l’Elysée, dans un diaporama pure tradition « Point de vue-Images du monde ». Allez y voir, manants, c’est Versaillais en diable, kitchissime et clinquant comme au Fouquet’s.  http://www.elysee.fr/voeux2010/

elysee00Françaises, Français, mes chers compatriotes,

L’année qui s’achève a été difficile pour tous, sauf pour les entreprises du CAC 40 qui annoncent une hausse boursière exceptionnelle de 22%.  La crise économique a imposé de nouvelles peines, de nouvelles souffrances, en France comme ailleurs. Mais pas aux patrons français devenus les mieux payés du monde après ceux des Etats-Unis, y compris quand ils ont mené leur entreprise au désastre avec des spéculations boursières hasardeuses. Je pense en particulier à ceux qui ont perdu leur emploi, 700 000 destructions d’emploi en 2009…

elysee1Cependant notre pays a été moins éprouvé que beaucoupd’autres. Nous le devons à notre modèle social qui a amorti le choc et que pourtant je ne cesse de détruire, à coups d’exonérations de charges sociales pour les entreprises, de non paiement par l’Etat de ce qu’il doit aux organismes sociaux, de réductions des prestations sociales, de radiations de chômeurs qui  n’ont pourtant pas retrouvé un emploi et n’ont aucune chance d’être embauchés, bien des préretraités en fin de droits vont s’en apercevoir en 2010…  aux mesures énergiques qui ont été prises pour soutenir l’activité et surtout pour que personne ne reste sur le bord du chemin., les 353 SDF morts dans la rue en 2009 et les suicidés de France –Telecom, Renault, Peugeot et d’ailleurs ne sont plus là pour me contredire…

elysee7Ensemble nous avons évité le pire. Mais nous avons aussi préparé l’avenir. Au moment où tout laisse à penser que la croissance va revenir, nous voyons qu’au cours de cette année, au milieu des difficultés de toutes sortes, un monde nouveau a commencé à se construire, Oh la, Guaino, c’est quasi du copié/collé de mes vœux 2009 :  « Car de cette crise va naître un monde nouveau auquel nous devons nous préparer »…

Des problèmes qui paraissaient insolubles, comme les bonus extravagants ou les paradis fiscaux, sont en voie d’être résolus. 4 pays en liste noire ! Costa Rica, Philippines, Malaisie et Uruguay, pourtant peu réputés comme paradis fiscaux et les autres paradis fiscaux (Liechestein, Iles Caïman, Andorre…) sur une liste « grise » de  38 pays s’étant engagés à ne pas exagérer, sans aucune sanction ni aucun contrôle sur leurs engagements, quelle moralisation efficace du capitalisme ! C’est ma spécialité. Comme pour les bonus des patrons et les parachutes dorés : un simple engagement du MEDEF à la modération a suffi pour apaiser mon courroux. D’ailleurs, pratiquement toutes les lois que je fais voter sont inapplicables ou inappliquées, elles sont juste prétexte à com-mu-ni-quer, mon vrai talent.   

elysee6Il n’est pas jusqu’au sommet de Copenhague qui n’ait ouvert une porte sur l’avenir en parvenant à faire prendre par tous les Etats des engagements chiffrés de lutte contre le réchauffement climatique: en fait, un vœu pieux- un de plus- pour limiter la hausse des températures, mais pas d’obligation de réduire de tant pour cent les émissions de gaz à effet de serre, et encore moins de sanctions pour les pays qui ne feraient rien.... et en posant le principe d’un financement pour les pays pauvres, qui sera assuré par la taxation de la spéculation financière. Ca, c’est le serpent de mer, ça fait des années qu’on en parle, mais avec le bouclier fiscal qui limite à 50% les prélèvements fiscaux en France, tout ce qui dépasse, c'est-à-dire les revenus des plus riches et notamment les revenus financiers échappent légalement à toute taxation.  La France, a continué à se transformer…. avec une fiscalité plus favorable au travail et à l’investissement grâce à la réforme de la taxe professionnelle qui aboutit surtout à priver les collectivités locales d’une ressource vitale, …  un service minimum dans les transports publics qui fonctionne sauf quand il y a beaucoup de grévistes comme on l’a vu récemment. Le service minimum fonctionne quand la grève est peu suivie, ce qui était déjà le cas avant l’instauration du service minimum, encore une fausse innovation ! le RSA qui encourage la reprise d’activité pour nos compatriotes les plus démunis,  et qui encourage surtout les entreprises à faire travailler les gens au plus bas prix sous prétexte qu’ils touchent le RSA, savez-vous qu’on propose sur Internet des « emplois » payés moins de 500 € par mois à des bac+ 5 ? une carte judiciaire que les juges, les travailleurs de la justice et les avocats ont refusée, c’est la première fois qu’on a vu descendre dans la rue ces professions d’ordinaire consensuelles … elysee5Grâce à la loi Hadopi qui sera mise en œuvre en 2010, nos créateurs et nos artistes vont être protégés. Et j’ai eu un mal de chien à la faire passer, cette loi, les députés avaient voté contre. Qu’à cela ne tienne, j’ai fait revoter. Pareil quand la loi anti OGM a été adoptée : on a refait voter les députés, en prétextant des erreurs de manipulation du vote électronique. Les pouvoirs accrus du Parlement ? Oui, à condition qu’il vote comme je le souhaite…
Grâce au Grenelle de l’Environnement nous allons pouvoir relever le défi de la protection de notre environnement.Quoique, avec mes amis industriels, je me vois mal m’attaquant aux polluants chimiques, aux ondes des téléphones mobiles, auxOGM, aux déchets nucléaires, bref à tout ces risques environnementaux et parfois sanitaires.. C’est un domaine où il est bien difficile de faire évoluer les mentalités et les comportements. Mais je ne suis pas un homme qui renonce à la première difficulté, et la fiscalité écologique qui permet de taxer la pollution et d’exonérer le travail est un enjeu majeur. C’est ce que m’a rappelé le Conseil Constitutionnel qui a retoqué le projet de loi sur la taxe carbone au motif qu’il exonère trop de monde et notamment les plus grands pollueurs : pétroliers, transporteurs, secteur aérien, bref 93% des émissions de gaz à effet de serre n’étaient pas taxés, l’essentiel de la taxe retombant, comme d’hab’ sur les particuliers, les mêmes à qui on dit de fermer le robinet et d’éteindre la lumière…Que voulez-vous, il est difficile de jongler entre l’écologie et l’amitié généreuse- comment croyez-vous qu’on finance les campagnes électorales ?- que me manifestent ces pollueurs. Dès le 20 janvier, le gouvernement présentera un nouveau dispositif afin que les consommateurs soient incités à consommer mieux et les producteurs à produire propre. Je galège ! Avec le système mis en place des « permis de polluer » il est plus rentable pour un industriel d’acheter des « droits à polluer » à un pays pauvre que de produire propre.

elysee2En 2010, il va nous falloir : faire reculer le chômage et l’exclusion, réduire nos dépenses courantes pour nous permettre d’accroître nos dépenses d’avenir, simplifier notre organisation territoriale trop lourde, trop compliquée, trop onéreuse, et cela d’autant plus que les collectivités locales restent majoritairement de gauche, la meilleure façon de les neutraliser, c’est de les priver de moyens , consolider notre système de retraites…  Durant l'année 2009, nous réformerons l'hôpital, la formation professionnelle … notre organisation territoriale, la recherche qui conditionne notre compétitivité.Ca c’était mes vœux de 2009, comme vous le voyez, je me répète un peu.

Mes chers compatriotes, même si les épreuves ne sont pas terminées, 2010 sera une année de renouveau… Dans ce moment si crucial nous devons rester unis comme nous avons su l’être au plus fort de la crise. Quoique… en janvier, mars, avril, septembre, novembre, quelques hurluberlus ont manifesté contre ma politique sociale, la réforme des universités et du statut des enseignants chercheurs, les licenciements…, … Et aux plus vulnérables d’entre nous, à ceux que l’âge a affaiblis, à ceux que les accidents de la vie ont durement éprouvés, je veux dire ce soir qu’ils ne seront pas abandonnés.  Version 2009 : Je ne laisserai pas les plus fragiles se débattre seuls dans les pires difficultés. Après avoir préservé les économies de chacun grâce au plan de sauvetage des banques, ce sont les emplois de tous qu'il faut désormais sauver Vous avez vu les résultats en 2009, vous savez ce que vous pouvez attendre de moi en 2010. .

Mes chers compatriotes,
Vive la Ré
publique et vive la France

elysee 4

 

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans CHANGER
commenter cet article
30 décembre 2009 3 30 /12 /décembre /2009 13:53

première couvJe vous l’avais promis pour fin 2009, c’est ric-rac mais ça y est ! Pour tout dire, j’avais sous-estimé les mille et un tracas du métier d’éditeur : demander et comparer les devis imprimeurs,  choisir le papier, réécriture, mise en page, relecture, corrections, composition de la couverture,   démarches administratives et fiscales, etc.  Mais enfin, nous y voici :

« Aimer plusieurs hommes » épuisé depuis début 2009 reparaît en version revue et augmentée.  Une nouvelle couverture très très belle, une quarantaine de pages de plus… et 3 euros de moins que la version originale parue en 2002, avantage d’avoir travaillé en circuit court.

 

couv'APH

Quarante pages de plus ? Oui, parce que sept ans ont passé et bien des choses évolué depuis la première édition, ne serait-ce que l’âge de mes filles, devenue jeunes adultes, et je sais que la question des enfants compte beaucoup pour les Lutins et Lutines. J'ai développé également les remous et les doutes que peut provoquer le  Lutinage, car la majorité des lettres que j’ai reçues depuis 7 ans, même d’amoureux pluriels convaincus, montrent que « si la montagne est belle, le chemin est parfois rude et escarpé ». Enfin, le temps qui passe et donne du recul permet d'écrire de façon plus complexe et plus nuancée, sans faire l'impasse sur les questions qui se posent inévitablement quand on change de logique de pensée.



Griotte sur le clafoutis, ce livre inaugure une maison d’édition artisanale que nous créons avec mon cher et tendre. Son nom : Autres Mondes. Sa ligne éditoriale : tout texte- fiction, essai, souvenirs- de nature à offrir une autre logique que celle du monde où nous vivons, pour en imaginer d’autres. C’est vaste, et nous avons en projet un roman qui paraîtra au printemps et un autre… quand l’auteur aura fini de le corriger !

Pour les pressés et les fauchés, « Aimer plusieurs hommes » est d’ores et déjà en vente sous forme numérique au prix de 8 € TTC (TVA de 19,6% sur les livres numériques !) permettant deux téléchargements.

http://www.relay.com/Livre/aimer-plusieurs-hommes-par-simpere-francoise-2417.html?origin=F5B04490D2A84829

Pour les fans passés et à venir de ce livre, la version papier sera disponible, avec dédicace personnalisée et frais de port offerts du 7 janvier au 30 janvier. Il vous suffit pour cela de m’envoyer à partir du 4 janvier aux éditions « Autres Mondes »- voir coordonnées ci-dessous- le nom et l’adresse où doit être expédié le livre, la personne à qui le dédicacer,  en joignant un chèque à mon nom de 14 €  par exemplaire souhaité.  

Après le 30 janvier, le livre sera disponible, sans dédicace et avec participation aux frais d’envoi,  sur le site www.autresmondesdiffusion.fr

bannière copie
       F.Simpère/ Autres Mondes/ 7 rue de la République, 92190 MEUDON
Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans Publications
commenter cet article

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture