Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 juin 2008 5 06 /06 /juin /2008 13:52

En 1999,  le Québécois Christian Laurence fonda KINO, mouvement de jeunes vidéastes dont la devise est « Faites bien avec rien, faites mieux avec peu, mais faites le maintenant. » Le rien et le peu, c’est l’argent, évidemment. Les Kinoïtes redécouvrent donc les vertus de la SOLIDARITE en se prêtant leur matériel, en participant bénévolement au montage du film d’un autre kinoïte, en faisant l’éclairage, la lumière, l’acteur… Les vertus de la CREATIVITE en s’obligeant à imaginer, écrire, réaliser et projeter en public un court-métrage par mois. (ceux qui s’y sont engagés et ne le font pas ont pour gage de produire un film avec contrainte de thème, de conditions, etc.) Les vertus de l’AUDACE en tournant partout sans remplir des tonnes de demandes d’autorisation : un sourire, un complice sur place et hop, ça tourne. Et ça tourne bien, puisqu’il existe aujourd’hui des cellules KINO un peu partout dans le monde, aux USA, en Australie, France, Belgique, Finlande, au Bénin, à La Réunion, au Sénégal ou en Allemagne.

 L’été 2007, ma fille Lauranne a passé six semaines au Québec, stagiaire au Festival International de microcinéma où elle a rencontré moult kinoïtes, dont Christian Laurence. En rentrant à Clermont-ferrand, elle a fondé Volkino- le KINo des VOLcans- aujourd’hui fort d’une quarantaine de passionnés qui réalisent et projettent leurs films chaque mois tout en poursuivant leurs études ou en travaillant, car pour l’instant- et c’est navrant- aucune structure officielle, aucun producteur installé ne les aide. En France, on a du mal avec les francs-tireurs qui sortent des sentiers balisés.
Alors ça leur rapporte quoi ? Le plaisir de maîtriser de mieux en mieux la caméra, de voir leur public grandir chaque mois, de s’exprimer et de FAIRE, surtout : « Au lieu de rêver au plan d’enfer qui nous permettrait de trouver un prod’ ou une subvention, on réalise, on créée… et on a des arguments concrets pour prouver notre motivation et déposer un dossier de financement. »
Voilà. Ils font partie des D’jeunz qui ont tout compris, en particulier que la dynamique de groupe est plus féconde que la compétition individuelle et l’enthousiasme plus moteur que la peur et le ressentiment. Ils ont aussi appris à surfer sur les nouvelles technologies pour se faire connaître et recruter, et rêvent évidemment du sort du clip « Marly Beaumont », devenu tube pour un coût de 220 €.  

Au Québec, Patrick Peris, (sur la photo en train de se faire couper les cheveux par Lauranne) ex-ouvrier du bâtiment, est aujourd’hui vidéaste sollicité pour réaliser des clips par des chanteurs renommés, Olivier Gilbert est passé de la banque à la vidéo, et Martine Asselin, l’un des piliers de KINO Québec, a réalisé plusieurs longs et moyens métrages diffusés à la télévision, dont le documentaire « la grande amoureuse » tourné avec moi. Aucun n’est riche- d’ailleurs rêvent-ils de l’être ?- mais tous vivent de leur passion.
Dans le même esprit, j’ai rencontré à Paris 
Florent NOUVEL, prof de lycée de moins de 30 ans, auteur-compositeur- interprète et excellent pianiste. Il a écrit une chanson sur le Vélib que LCI a diffusée, lui donnant une notoriété inattendue. Je l’ai rencontré, on a sympathisé, et je lui ai demandé d’essayer de mettre en musique mon texte « 40 ans le bel âge ». Il s’apprête à produire son premier album.  Allez le voir sur scène, il sera demain samedi 7 juin à 21h au 24 bis rue Gassendi (75014) et c’est vraiment un très grand artiste : il mesure 1m99 !

 

 Martine, Olivier et le tee-shirt KINO

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans bonheur
commenter cet article
4 juin 2008 3 04 /06 /juin /2008 12:25


Avec ma double casquette scientifique et érotique, je reçois des lettres de femmes ou d’
hommes voulant savoir comment réussir leur couple, désespérés parce qu’ils (elles) ont été trompés, traumatisé(e) s parce qu’elles sont folles du livreur de pizzas et veulent tout plaquer pour lui ou parce qu’ils ont omis de se protéger lors d’une escapade et ne savent comment dire la chose à leur épouse et même s’ils vont la lui dire. Il y a aussi des lettres d’hypocondriaques m’envoyant l’ordonnance de leur médecin pour avoir mon avis, demandant des précisions sur  telle maladie, tel bobo, quémandant des adresses de médecins et de guérisseurs, des informations sur la recherche.  Sans parler de ceux et celles qui veulent me faire lire leurs écrits et me rencontrer « pour discuter », sans doute aussi pour voir à quoi ressemble une dame capable d’écrire les textes sur lesquels ils se sont fait plaisir (j’ai parfois reçu le kleenex garni ou la page souillée…)

A part aux cinglés dangereux et amoureux délirants- et encore, je me fends d’un mot distant pour les remercier de leur courrier-je réponds à tous, surtout lorsque je sens une vraie détresse. Côté « bon Samaritain » que je traîne depuis l’adolescence, même si je me suis améliorée depuis que j’ai réalisé que les gens tourmentés ne sont pas forcément « plus intelligents et profonds » comme on le croit romantiquement à 20 ans, mais presque toujours plus chiants. En fait, je réponds parce qu’il me semble inconcevable de négliger quelqu’un qui s’est donné la peine d’écrire et attend une réponse. Ca prend du temps. Parfois beaucoup, quand il faut de multiples échanges pour dissuader le mari trompé de trucider la femme et l’amant et de se suicider ensuite. J’ai sans doute évité quelques faits-divers…Ensuite, plus rien. Silence. Plus de nouvelles des désespérés une fois qu’ils sont sauvés, des couples inquiets une fois qu’ils sont heureux. Ce qui me donne la désagréable impression d’être un tube de Lexomil qu’on jette après usage. « Ben oui, résume placidement mon cher et tendre, tu fais psy ou docteur, on n’est jamais ami avec son psy ou son docteur. »  Et il conclut,  pragmatique : « La prochaine fois, fais toi payer. Ca rétablira l’équilibre dans l’échange. » Il n’a pas tort… J.

J’ai cependant remarqué une chose : la tendance à ne pas donner signe de vie- y compris chez certains potes ou amis- est essentiellement masculine. Mon camarade l’admet d’ailleurs. Pour lui, un coup de fil est utilitaire, pour demander quelque chose ou prendre rendez-vous. Appeler son meilleur ami juste pour prendre de ses nouvelles ne fait pas partie de sa culture. Chez les filles, si. On s’appelle pour savoir ce que l’on devient, entretenir le lien, bavarder. Sans utilité à la clé. On se découvre, et on aime poursuivre l’échange.  Ce qui nous donne une grande solidité, celle de savoir qu’en cas de blues on dispose d’une ou plusieurs oreilles attentives, alors qu’un homme, dans le blues, se trouve bien démuni. Pas un hasard s’ils se suicident davantage que les femmes. Plusieurs lectrices sont ainsi fidèles depuis des années : on se contacte périodiquement, et c’est bigrement intéressant de voir évoluer nos vies.
Je me demande si la différence essentielle entre hommes et femmes ne réside pas dans cette aptitude ou non à entretenir le lien. Si la majorité des guerres économiques ou militaires ne vient pas de cette inaptitude masculine à considérer l’autre en dehors de son potentiel utile (auquel cas un monde dirigé par les femmes serait forcément différent) Si la majorité des conflits entre hommes et femmes ne vient pas de ce que l’une attend de petites attentions alors que l’autre n’y pense même pas. Comme disait mon père à ma mère lorsqu’elle souhaitait des mots d’amour : « je t’ai dit je t’aime, et je t’ai épousée. Tant que je reste, c’est que je n’ai pas changé d’avis. » Ca va sans dire, mais ça va tellement mieux en le disant… Qu’est-ce que ça me ferait plaisir qu'on m'appelle simplement pour me dire : « Je voudrais savoir si tu vas bien. »

Lueur  tendre dans ce monde de brutes : beaucoup de mes lecteurs sont jeunes. Cette génération  20/trentenaire n’a pas peur d’exprimer des valeurs dites féminines, au contraire : elle revendique le droit aux sentiments, aux états d’âme et à la spontanéité des échanges, sans souci de conquête, juste pour le plaisir. Ceux-là prennent le temps de donner de leurs nouvelles et de me demander comment je vais. Ils donnent espoir dans un avenir plus sympathique.  Avenir qu’ils ont envie de se construire très différent du présent, mais ceci est un autre épisode.  

 

 

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans Humeur
commenter cet article
30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 12:48


J’avais fait mon bagage trop vite : « Zut, m’écrié-je le soir, j’ai oublié mes culottes ! Pas grave, je vais laver celle que je porte. » Sauf que, temps maussade oblige, j’ai dû l’enfiler humide le lendemain matin, ce qui est d’un désagréable !!! J’ai donc acheté une petite culotte de secours, et mon séjour s’est fort bien passé en les lavant alternativement. Le vital, c’est donc 2 petites culottes.   Pareil pour la toilette : le vital, c’est le minimum que j’emporte en voyage qui me permet de rester propre et même avenante
sans alourdir mon sac.  Voyager ramène aux besoins élémentaires. Les nomades ont le sens du vital, c’est en devenant sédentaire que l’humain  est devenu possédant.

Ainsi, chez moi,  j’ai une collection de petites culottes, car n’ayant ni le goût ni l’usage des soutiens-gorge et autres guêpières, je place ma coquetterie intime dans les culottes achetées en solderie ou sur les marchés. (Ailleurs, le prix au centimètre carré de tissu dépasse largement le cours du pétrole). Ce n’est pas vital mais essentiel dans le rapport coût/plaisir que j’entretiens avec la Vie.  Tout comme, même si je n’en mourais pas, je trouverais la vie bien terne sans livres, huile de massage ou carnets à spirale alors que j’ai la même voiture depuis 15 ans,  ma combishort fétiche depuis 37 ans (je rentre toujours dedans, yeah) ma chaudière depuis 21, et mon téléphone mobile qui ne sait que téléphoner vient de fêter ses 5 ans.

La parabole de la petite culotte nous amène donc à distinguer :

« Les besoins vitaux » sans la satisfaction desquels on meurt à plus ou moins brève échéance » : alimentation, soins médicaux, logement (avec ou sans chauffage suivant la latitude), quelques vêtements. La planète a largement les moyens d’assurer à tous la satisfaction de ces besoins. Elle ne le fait pas.  Un enfant sur 3 en Afrique meurt avant d’être adulte, faute de nourriture ou de soins.

« Les besoins essentiels » qui font que la vie vaut la peine d’être vécue, même si leur absence ne tue pas. Ils varient d’une culture à l’autre, d’un individu à l’autre. Livres,  films, œuvres d’art, téléphone, vêtements, cosmétiques, repas au resto, voiture, ordinateur, voyages…   A noter, en ces temps où on sucre les subventions culturelles :  l’art semble universellement essentiel. L’homme préhistorique, malgré la fatigue après une journée de chasse au mammouth, prenait le temps de faire des dessins sur les parois de la caverne, sans même l’espoir de les vendre J, les enfants dessinent sur le sable des œuvres par essence éphémères, les peuplades les plus primitives inventent des instruments de musique.  Le statut des artistes, loin d’être une préoccupation de « nantis », me semble essentielle tant l’art est ce qui nous éloigne de la sauvagerie et nous fait humains, sensibles. De même la mer, qui devrait appartenir à tout le monde. Hippocrate disait : « pour rester en bonne santé un homme ne doit avoir que trois pas à faire pour voir la mer. »

« Le superflu » : tout le reste.

Réfléchir à ce qui nous est essentiel pour réduire ou éliminer le superflu donne du pouvoir d’achat pour le vital et l’essentiel, supprime le surendettement, le casse-tête des déménagements où on se demande comment on a pu s’encombrer de tant d’inutilités, les états d’âme des héritiers devant les  tonnes de bibelots entassés par leurs parents décédés et qu’ils n’osent pas jeter,  l’épuisement prématuré des ressources de la Terre, l’arrogance  des possédants, l’envie des pauvres, le snobisme des cons et surtout la dépendance aux objets. Oublier le superflu donne de la liberté, du temps, de l’espace, toutes choses devenues rares et qui ne s’achètent pas.  Toutes choses qu’ont les peuples nomades.

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans CHANGER
commenter cet article
29 mai 2008 4 29 /05 /mai /2008 11:30


Un gynécologue se targuait de prédire à coup sûr le sexe d’un enfant à naître. A la future mère il disait « Vous aurez un garçon », et notait sur un papier : « Mme D : fille ». A la naissance d’un garçon, il se félicitait « Je vous l’avais bien dit », à la naissance d’une fille, il répondait à la mère qui lui reprochait son erreur : « Pas du tout, tenez, j’avais marqué ce que je vous avais dit dans votre dossier : « madame D : fille. » Infaillible.

Ce coup du gynéco est repris par NS qui affirme « Nous ne toucherons pas au 35h », tandis que Xavier Bertrand ou Patrick Devedjian proclament « Il faut supprimer les 35h ». Ainsi, quelle que soit l’issue, ils pourront dire « on vous l’avait bien dit, suivi de l’inévitable « Je fais ce que je dis, je dis ce que je fais. »

Foutage de gueule. Je n’en détaillerai pas d’autres, lisez le Canard Enchaîné de cette semaine, c’est un florilège excellent des mensonges, semi-vérités, absurdités et autres arrogances des gens qui nous gouvernent ou voudraient bien nous gouverner.  Heureusement qu’il y a le Canard pour fournir à prix raisonnable (1,20 € ) l’antidote au matraquage TV.

Internet et bien d’autres journaux le font, certes, mais il faut fouiner, surfer, et acheter des journaux (Politis, le monde Libertaire, le Sarkophage, Courrier International) dont l’indépendance a un prix. Heureusement aussi que certains- entendu au vol en zappant de ci de là- posent des
questions qui montrent que tous ne sont pas dupes.

A propos de Daniel Bouton PDG de la Société Générale : « Ou vous le saviez et vous vous accommodiez fort bien des imprudences lucratives de Jérôme Kerviel, ou vous ne le saviez pas, et vos systèmes de contrôles sont nuls ! » (un petit actionnaire)

A propos du prix du poisson : « Il faudrait savoir pourquoi le poisson acheté 3€ le kilo aux pêcheurs est vendu 15 ou 20 € dans les grandes surfaces ? » (Michel Barnier)

200 milliards de fraude fiscale en Europe ! Il y a là un gisement financier qu’il suffirait de récupérer pour disposer de crédits sans créer la moindre taxe (Benoït Hamon, député PS européen)
A quoi servirait le PS s’il revenait au pouvoir sans aucun projet cohérent à présenter ? C’est la question que peuvent se poser les Français. (le même, décidément bien lucide)

Pourquoi demande-t-on des efforts à tous les salariés et admet-on que les revenus des grands patrons français aient progressé en moyenne de 58% en un an ? (tout le monde)

Pourquoi le fils d’un noble Hongrois et d’une avocate, élevé à Neuilly, adopte-t-il un parlé systématiquement vulgaire ?  Pour faire peuple (quel mépris pour le peuple !) ou parce qu’il a été mal éduqué ?

Pourquoi ne dit-on pas que la productivité des travailleurs français est une des plus élevées d’Europe et que la France est le 3ème pays où les entreprises étrangères viennent investir ? (un manifestant à Paris)

Je terminerai par une angoissante question qui m’a traversé brutalement l’esprit :
Qu’est devenue Stéphanie de Monaco ? Avez-vous remarqué que depuis l’avènement de la politique « people éblouis par le fric » », la princesse qui osait avoir un amoureux poissonnier du nom de Mario Jutard, épouser son garde du corps Ducruet (avec qui elle a eu l’intelligence de rester en bons termes) faire un enfant hors mariage avec un autre garde de son corps, épouser un acrobate, vivre dans une roulotte, susurrer que l’amour est un Ouragan, nous valant cette fine plaisanterie d’un chansonnier : « La princesse chanteuse a un pied à Paris, l’autre à Monaco, les Lyonnais s’inquiètent », bref Stef de Monac’, la Princesse qui voulait vivre comme tout le monde a disparu ou presque des gazettes, au profit de gens qui veulent vivre comme des princes.

Jamais nous n’aurions pensé regretter un jour Jacques Chirac, me disait un syndicaliste. Jamais je n’aurais pensé regretter les frasques de  Stef’ de Monac !

Dans le prochain billet, nous parlerons du nomadisme de la petite culotte… (je soigne mes teasers J )

 

 

 Seul le plus haut placé ne prend pas de fiente sur la gueule...

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans En vrac
commenter cet article
26 mai 2008 1 26 /05 /mai /2008 14:44

John-Flaherty Cox est un auteur de textes érotiques dont les personnages récurrents-  Diane, Etienne, Paul-  se livrent à d’excitants ébats tout en y mettant du sentiment, ce qui permet de plaire à un public aussi bien libertin que romanesque, même si, parfois, la propension des héroïnes à  dire « je t’aime, je vous aime tous » aux mâles qui les font jouir prête à sourire. Ce n’est pas là-dessus que j’épiloguerai, mais sur le fait que JFC n’imagine que des personnages riches, habitant de superbes loft ou des villas splendides, portant robes et bijoux de marques, conduisant des bolides luxueux et travaillant dans la finance ou les galeries d’art.  « Fais-moi plaisir, lui ai-je demandé un jour, fait baiser Diane avec un livreur de pizzas dans ton prochain bouquin. » Il me l’avait promis, ne l’a pas fait : « J’ai essayé, je n’y arrive pas », m’a-t-il avoué.

Je raconte l’anecdote à l’ami avec qui nous avons parlé de la Révolution (nos sujets de conversation sont très éclectiques), un homme adorable et d’une simplicité totale. Pourtant, il hoche la tête : « Je comprend qu’il n’ait pas pu. Moi-même, quand j’ai des fantasmes, je visionne de superbes créatures en robe du soir, j’associe spontanément l’érotisme au luxe. » Effectivement, je reçois pas mal de textes d’auteurs en mal de publication, et presque à chaque fois, les personnages sont sinon riches, au moins aisés et surtout formatés pour consommer les objets censés se faire pâmer les femmes : « Il a l’argent, il a la voiture, il aura la femme » disait une publicité pour je ne sais quel bolide.  Dans l’inconscient masculin, les femmes sont attirées par l’argent, le luxe et le pouvoir, et comme me disait un ami : « Les hommes ne pensent qu’aux femmes, ils ne cherchent l’argent et le pouvoir que pour les séduire. » D’où la compétition permanente, l’ambition démesurée, le narcissisme médiatique, et  la misère affective de ceux  « qui aimeraient bien avoir l’air, mais qu’ont pas l’air du tout » comme chantait Jacques Brel.

A ceux là, frustrés et persuadés que l’érotisme est un luxe qui ne se conquiert qu’avec du luxe, la société marchande vend des montres, des Palm, des voitures, des parfums, des gadgets qu’ils achètent pour essayer d’au moins ressembler à ces héros et ces puissants capables d’avoir une superbe créature à leur bras malgré leurs rhumatismes, leurs rides, leur gros bide et leur prostate défaillante.

Casser ce couple infernal érotisme/luxe, rappeler que le désir et le plaisir peuvent être libres, joyeux et gratuits pour peu qu’on s’intéresse à la personne plus qu’au personnage, aux êtres plus qu’aux masques, c’est sans doute ce qui m’a amenée à écrire des textes érotiques, comme je l’expliquais dans « Autres désirs, autres hommes ».

« Pas envie des stéréotypes où on a l’impression que la sexualité est une activité à part, réservée à des oisifs qui n’ont rien d’autre à faire, des pétasses du 16è trompant l’ennui en trompant leur mari, des femmes soumises ne sachant jouir que la honte aux joues et la tête dans les feuilles mortes. (Car bien entendu leur Maître, toujours beau et fortuné, les attache en pleine nuit au pied d’un chêne séculaire pour mieux les enculer).
L’EROTISME EST AU COIN DE LA RUE !
Je dédie ce livre aux gens comme vous et moi, qui avons en mémoire des instants où le désir nous est tombé dessus comme un cadeau surprise, des partenaires d’une sensualité devenue torride par la seule brûlure de notre regard sur eux, et même des scénarios érotiques où on joue à se faire peur tout en s’amusant comme des fous car le sexe, on ne le dit jamais assez, est un plaisir parfois d’une drôlerie irrésistible."

On y croise des petits Beurs amoureux, un comédien au chômage, un bachelier homosexuel, une étudiante thésarde, un conseiller culturel, une quincaillière, un  publicitaire, une chercheuse scientifique, un aubergiste corse, un ouvrier mécanicien, un coopérant, une secrétaire ivoirienne…


Dans « Ce qui trouble
Lola » : un photographe, un presque SDF, un étudiant en lettres, des peintres en bâtiment, un barman, une confiseuse, un cancérologue, un informaticien, un décorateur, un représentant en lingerie et godemichés, des rockers, un balnéothérapeute,

Dans « Les latitudes amoureuses » : un médecin, un commercial, une artisane en bijoux, des fêtards parisiens, des musiciens et étudiants cubains, une infirmière, un architecte, un aventurier australien.  

L’érotisme n’est alors plus un luxe, ni une conquête, mais une exploration d’univers infiniment variés et multiples, où le désir et le plaisir sont finalement accessoirement sexuels et beaucoup plus jubilatoires, liés à l’alchimie de rencontres dont chaque personnage, outre des organes sexuels en parfait état, a aussi un cerveau,  une culture, un passé, un métier et des questionnements qui en font un être unique et précieux. Indépendamment de son statut social et de son argent.

Ca n’a pas l’air, mais c’est extrêmement politique…

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans EROS
commenter cet article
24 mai 2008 6 24 /05 /mai /2008 23:43


Jeudi dernier, jour de manif, j’étais en province. Soleil radieux, temps doux.
Cent mètres avant l’arrivée au point de rendez-vous, des jeunes, des vieux, des avec drapeaux, des avec banderoles, des les mains dans les poches, convergent vers la place où règne cette atmosphère très particulière des jours de manifestation, faite de sourires et de gravité, de regards qui s’éclairent en reconnaissant tel ou tel, du plaisir de voir que nous sommes nombreux, très nombreux (13 000 apprendrons-nous le lendemain), de la sono qui  grésille tandis que les couplets entonnés au micro sont repris par la foule.

J’écoute distraitement les slogans qui défendent les retraites, les salaires, les sans-papiers ou réclament plus de justice, moins de précarité, plus d’avenir pour les jeunes. « C’est étrange, me disait avant-hier un ami : plein de gens ont envie de vivre autrement, plein de gens en ont marre de ce monde de folie, mais il manque la petite étincelle pour que ça explose ». Je revois les images d’un documentaire récent sur les paradis fiscaux : rien qu’en France, 50 milliards d’euros placés par des particuliers échappent à l’impôt, plus que la dette du pays.  Du côté des banques, entre Crédit Agricole 5,7 milliards, Société Générale 5,4 milliards, BNP/Paribas, 3,7 milliards d’euros… Presque 15 milliards d’euros ont été perdus dans la crise des subprimes tandis que des milliers de gens rament dans des boulots sous-payés. Travailleurs pauvres, la nouveauté de la décennie. Pourquoi supporter un tel gâchis ?

Me revient brusquement à l’esprit cette phrase que m’avait dit en 1977 Michel D’Ornano, Républicain Indépendant (= Giscardien) donc pas précisément dangereux gauchiste :
« Tout système a une capacité limitée à absorber des réformes. Si on veut changer de système, il faut une révolte ou une révolution. »
J’avance vers la blonde militante qui marche derrière le camion sono du syndicat Sud- la gauche de gauche-  en scandant ses slogans au micro : «Pourquoi ne dis-tu pas tout simplement : « Une seule solution, la Révolution ? » 

Elle me regarde, stupéfaite : « La Révolution ? Je ne sais pas ce que c’est. »
« C’est quand ce que tu demandes ne PEUT PAS être obtenu parce que c’est contraire à la logique du système existant. Quand un système est tellement  pourri qu’il vaut mieux en
changer La fille me regarde, hésite, puis me tend brusquement le micro comme s’il la brûlait : « Tiens, dis-le toi-même. » Ce que je fais une fois, deux fois, dans un curieux silence autour du camion. Mais à la troisième, puis la quatrième fois, des dizaines de personnes reprennent en chœur.
C’est pas que ça enrichisse, mais ça soulage.

 

 

 










                                                Révolution chez les souris.

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans CHANGER
commenter cet article
21 mai 2008 3 21 /05 /mai /2008 12:31


La frite à four surgelée ! Idéale pour qui ne possède pas de friteuse. Elle est précuite- comme celles pas à four d’ailleurs- et il suffit de la passer au four une quinzaine de minutes pour obtenir une frite dorée, un peu sèche, mais peu grasse… Pas mal, la vie de la ménagère moderne dispensée d’éplucher les patates, de les couper et de supporter les effluves d’huile bouillante particulièrement tenaces sur les cheveux.

Sauf que… il y a frites à four et frites à four.

Frites à four Picard : pommes de terre Bintje (bonne espèce pour les frites) huile de tournesol, dextrose de blé.
Frites à four Champion : pommes de terre (si, si, il en reste !) huile de palme non hydrogénée, farine de blé, farine de riz, amidon modifié de pomme de terre ou tapioca, amidon de maïs, sel, diphosphate disodique, carbonate de sodium, gomme xanthane, extrait de paprika, curcuma.
Ouf ! Avec tous ces merveilleux ingrédients, doivent valoir cher les Frites à Four Champion. Ben non, justement, car ces additifs qui ne servent qu’à donner du volume, de la satiété et de la couleur ne coûtent pas cher et permettent d’économiser sur la qualité et la quantité de pommes de terre.  Et l’huile de palme est évidemment moins chère que celle de tournesol.

Du coup, j’ai lu attentivement les étiquettes, pour constater que les produits discount qui font le bonheur des pauvres budgets, sont aussi ceux qui contiennent massivement du sirop de glucose et/ou fructose (même dans une boîte de haricots rouges au naturel, et on se demande d’où vient « l’épidémie d’obésité » !), et surtout DES GRAISSES HYDROGENEES.

Les graisses hydrogénées sont des graisses portées à haute température dans lequel on introduit de l’hydrogène, ce qui leur donne une consistance épaisse plus facile à travailler que l’huile et une plus longue conservation, d’où moins de pertes, donc une meilleure rentabilité pour le fabricant. Pour le consommateur, l’hydrogénation des graisses transforme les acides gras naturels en ACIDES GRAS TRANS qui augmentent le mauvais cholestérol et diminuent le bon, majorant d’environ 20% le risque d’accident cardiovasculaire.

Mieux : une étude publiée en avril 2008, menée depuis 1995 sur 100 000 femmes par l’INSERM et la MGEN- du lourd et du solide, donc- a montré que les acides gras trans DOUBLENT LE RISQUE DE CANCER DU SEIN. On se demandait pourquoi ce cancer était en constante augmentation chez les femmes occidentale, et bien voici un facteur de risque massif, plus massif sans doute que les hormones, même si celles-ci n’arrangent sans doute pas les choses.

L’étude conclut aussi que les Omega 3 dont les industriels agroalimentaires ne cessent de nous vanter les effets anticancéreux semblent n’avoir aucun effet sur la survenue d’un cancer du sein.

On m’objectera que le pouvoir d’achat passe avant la santé du consommateur et que les graisses hydrogénées permettent de sortir des produits certes cancérigènes et nocifs, mais pas chers. Et que les pauvres, s’ils meurent, cessent d’être à la charge de la société. Que s’ils meurent de cancers, au prix des traitements, ils coûtent cher à la Sécu, mais rapportent à la médecine et à la pharmacie, selon le mot du regretté Professeur Schwartzenberg : « Le cancer fait vivre plus de gens qu’il n’en tue. »

Trêve de cynisme. Une marque pas chère, « Reflets de France » fait de notables efforts pour proposer des produits simples et sains.
Galettes Bretonnes « Reflets de France » : farine de blé, beurre frais 26%, sucre, œufs, sel, lait en poudre écrémé.
Pâté au piment d’Espelette : gorge, foie et lard de porc, blanc d’œuf pasteurisé, oignons hâchés, sel, ail, sucre, piment d’Espelette et poudre, poivre. A part le sucre, rien à dire. Donc c’est possible, c’est bon et ça doit quand même rapporter puisque « Reflets de France » (je précise que ce n’est pas une pub, je ne touche pas un centime pour en parler) ne semble pas en faillite.
Alors pourquoi les autres, et même des grandes marques comme LU, nous fourguent-elles des graisses cancérigènes et des additifs
sans intérêt, voire nocifs ?

Bon appétit, et lisez bien les étiquettes, en sachant que même sur les marchés artisanaux, le charcutier ne sait pas toujours comment a été élevé le porc avec lequel il prépare ses délicieuses cochonnailles. (dixit mon charcutier préféré).

 

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans CHANGER
commenter cet article
19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 21:35


Juste pour le fun, un dessin envoyé par un ami Grec, preuve que si les athéniens s'atteignirent et les Satrapes s'attrapèrent, La France est devenue un grand sujet de rigolade européen.


Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans Images
commenter cet article
18 mai 2008 7 18 /05 /mai /2008 16:43



DE L’HUILE DE MOTEUR DANS LA MAYO !  Le titre du Canard Enchaîné (encore en kiosque jusqu’à mardi) m’a sauté aux yeux, vu que je traînais les séquelles d’une intoxication alimentaire …  Donc, raconte le Canard, 40 000 tonnes d’huile de tournesol coupée au lubrifiant pour moteur ont été distribuées en Europe. Utilisée par les industriels de l’agro-alimentaire, cette huile frelatée s’est retrouvée dans moult plats cuisinés, mayonnaises et autres vinaigrettes.  Au passage, les Unkrainiens auraient fait un bénéfice d’environ 504 000 dollars : eh oui, même en période de baril de pétrole prohibitif, l’huile de moteur aux hydrocarbures coûte toujours infiniment moins cher que l’huile alimentaire…
 Les produits frelatés ont été retirés discrètement des rayonnages, mais pas tous,  car « en l’absence de toxicité aigue », la DGCCRF (Répression des fraudes) n’a pas jugé bon de rappeler les produits contenant moins de 10% d’huile frelatée, vu qu’un homme de 60kg peut supporter d’avaler 1,2 grammes d’huile de moteur par jour. Miam ! C’est d’ailleurs le même raisonnement chez les tenants des OGM : c’est pas poison, donc c’est pas dangereux ! Et voila comment on laisse les industriels nous faire avaler de l’huile de moteur, alors que soi dit en passant, la DGCCRF a pour mission de réprimer toute fraude, sans fixer de barre « acceptable » d’escroquerie !  

Par contre, quand il s’agit de culpabiliser le consommateur, ça y va… On nous harcèle de recommandations pour ne pas manger de beurre cuit (lequel ne présente aucune toxicité aigue), ne pas dépasser deux verres de vin par jour (alors qu’un demi-litre n’a jamais provoqué la moindre toxicité aigue sur un adulte), et ne pas fumer (alors que la cigarette n’a aucune toxicité aigue et qu’il faut en général fumer plusieurs années avant de voir se développer un cancer)

Bref, de la même façon qu’un chômeur est aujourd’hui décrit comme un flemmard assisté et non comme la conséquence d’une économie devenue financière et non plus productive (qui utilise donc moins de bras et  les plus mal payés possible, car l’actionnaire exige son dividende à deux chiffres), le cancéreux est aujourd’hui présenté comme quasi « responsable » de sa maladie. On lui demande : « Fumez-vous ? Buvez vous de l’alcool ? Faites vous assez de sport ? Vous alimentez-vous correctement ? » mais rien ou presque sur son environnement, les solvants ou autres cancérigènes manipulés au travail,  en bricolant ou en jardinant, les pollutions aux hydrocarbures, les toxiques des colorations pour cheveux et des médicaments, le stress (qui ne crée pas de cancers mais en favorise l’explosion en réduisant les défenses immunitaires,  lesquelles n’arrivent plus à détruire les cellules anormales que tout être humain fabrique de temps à autre), bref : l’ENVIRONNEMENT.

En une trentaine d’années, les cancers du cerveau ont plus que doublé, et les cancers chez les sujets jeunes (moins de 50 ans) ne cessent d’augmenter. Les mauvaises statistiques- 280 000 nouveaux cas par an,  chiffre en constante progression- ne sont donc pas dues au seul vieillissement de la population. Il y a autre chose, et cette autre chose, les politiques de santé refusent de la voir, car cela met en cause des intérêts économiques gigantesques : il a fallu attendre plus de 50 ans entre la constatation que l’amiante était cancérigène et son interdiction. Pas par ignorance, mais parce que les industriels de l’amiante formaient un lobby puissant, infiltré jusque dans le comité « amiante » de l’Académie des Sciences, chargé de dire si le produit était ou non dangereux. Aujourd’hui, le lobby le plus riche et le plus actif est celui de l’industrie chimique (y compris pesticides et engrais), et comme me le disait le député européen Paul Lannoye : « derrière chaque député européen il y a deux lobbyistes qui lui tiennent le stylo ».

Bien sûr,  les traitements anticancéreux ont fait des progrès, mais quiconque  a subi une chimiothérapie ou une radiothérapie sait que sa vie sera à jamais différente. Comme dit le Dr Geneviève Barbier, auteur de « la société cancérigène » : « On s’est focalisé en France sur les traitements, pas sur la prévention. Or ce que je souhaite à mes enfants, ce n’est pas de recevoir des traitements anticancéreux modernes, c’est de vivre sans cancer. »

Dans mon prochain billet, je vous parlerai de … la frite à four ! En attendant, lisez les étiquettes des produits alimentaires, c’est édifiant !

 

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans Humeur
commenter cet article
15 mai 2008 4 15 /05 /mai /2008 19:13

C’est une infirmière dévouée travaillant dans un service de soins palliatifs, présidente d’une association de parents d’élèves, militante contre la misère sociale et qui trouve encore le temps d’aider ses voisins et de faire la quête pour diverses ONG. Une femme solide,  mère de deux fils, mariée à un militant aussi actif qu’elle. Qui un jour la trompe avec une étudiante rieuse et écervelée dont elle dit : « Ce n’est pas qu’il la baise qui me navre, il a connu d’autres écarts, c’est de penser qu’il a craqué pour une écume de fille qui ne lui apporte rien que du vent léger. Est-ce donc cela dont il avait besoin ? »

Et elle ajoute : « Je travaille dans un service où il meurt deux patients par semaine, je m’occupe de cas sociaux à la mairie où je côtoie d’épouvantables misères, je lis le bulletin d’Amnesty International où on raconte d’horribles atteintes aux droits de l’homme. Tout ça me hérisse, me révulse, me révolte, mais la seule chose qui m’a fait mordre mon oreiller en pleurant,  avec l’envie de mourir là, tout de suite et sans regrets, c’est l’idée que mon mec en aime une autre. Non, même pas, je dis une bêtise. C’est l’idée qu’il a manqué de quelque chose que je n’ai pas su lui apporter. Dérisoire, non ? On ne souffre vraiment que lorsqu’on a son petit ego mis en cause. »

J’ai créé ce personnage dans un roman (non encore publié) à force d’entendre ce genre de récits. Le chagrin d’amour a ceci de particulier, me disait le dessinateur Reiser, qu’on souffre comme un malade sans l’avoir mérité. On ne comprend pas pourquoi on a été aimé et pourquoi on ne l’est plus. Parce qu’il n’y a aucune explication. On n’a rien fait de merveilleux pour être aimé, rien fait d’épouvantable pour ne plus l’être. Généralement. (Il y a des exceptions).   

« Le premier chagrin d’amour est une abomination parce qu’il oblige à faire le deuil de l’absolu à un âge où on est généralement épris d’idéaux. Certaines personnes poursuivent cet idéal impossible toute leur vie. Pour l’adolescente que j’étais, ce fût comme lorsqu’on révèle à un enfant que le Père Noël n’existe pas. Il n’y croit plus jamais mais continue d’aimer Noël, la fête et les cadeaux. Au sortir de ce chagrin, je ne croyais plus au Prince charmant, mais j’ai continué à aimer l’amour et ses cadeaux…. Je suis en fait tombée très vite amoureuse d’un autre, puis d’un autre, et d’un autre encore… et cela me ravissait à chaque fois de constater que le cœur, que l’on croit blessé à mort au moment du chagrin, ressuscite si vite, avec un enthousiasme intact… Je me suis émerveillée de ma capacité à rebondir et au fil des chagrins, j’ai appris à ne pas lutter contre le désarroi, à le laisser m’envelopper comme un manteau d’abord très lourd, puis de plus en plus léger, jusqu’à ce que tout simplement il s’envole…. (Aimer plusieurs hommes p. 19/20)

Voilà Caroline, ce que vous pouvez dire à votre amie : « On croit souvent mourir d’amour, mais on survit généralement ».  Et dans un mois, dans un an, elle se demandera comment elle a pu se mettre dans un état pareil pour un homme qui ne LA méritait pas.

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans EROS
commenter cet article

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture