Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 février 2007 1 12 /02 /février /2007 19:12

Le silence d'un quartier piéton, ponctué de voix tranquilles venant d'une fenêtre ouverte, l'odeur du foin coupé, un verre de vin frais avec des amis, la quiétude d'un retour à vélo sur les quais déserts un soir d' août à Paris , le plaisir de se sentir plus tonique à force de marcher ou de monter les escaliers, le rituel d'éteindre dans chaque pièce les lumières inutiles, la sensation moelleuse d'un pull mohair qui permet de baisser le chauffage de 2° et d'économiser plus de 12% d'énergie, tout ceci ne donne pas le sentiment d'être un écologiste en lutte, mais d'être plus vivant, plus sensuel, plus harmonieux. 

Ou encore : 

En ouvrant l’œil ce matin, j’ai entendu les pas  des ânes gravissant à grand peine le chemin vertigineux qui mène du port au village et les encouragements rudes des  âniers, jurant et frappant les bêtes lourdement chargées pour les pousser à franchir  les virages les plus escarpés. Juste sous ma fenêtre, l’exclamation joyeuse d’une femme  « Kali mera, Kostas, ti kanis ? »[1]. L’homme a dû répondre d’un geste car je n’ai pas entendu sa voix, mais j’ai retrouvé instantanément le bonheur simple des sons quotidiens qui donnent dès le réveil un vrai plaisir de vivre. L’air embaumait le parfum des immortelles dont je connais aujourd’hui le nom, Helichrysum Italicum, petites fleurs douées de propriétés antivieillissement, paraît-il, stimulantes à coup sûr, car leur odeur suffit à me mettre en joie. 

Après le petit déjeuner sur le balcon où deux chats tigrés roux avaient déjà établi leur quartier pour la sieste, j’ai passé la matinée à marcher à travers les collines, seule. (extrait de « Les latitudes amoureuses », Blanche/ Pocket)  

 

Voilà de quoi j’ai envie quant tout s’agite autour de moi, voilà ce qui fait courir les milliers de touristes fascinés par la Grèce, le sud de l’Italie, la Croatie, la Corse, les îles … Est-ce si compliqué qu’on y renonce onze mois par an ?

 

 

 

 

 



[1] « Bonjour Kostas, comment vas-tu ? »

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans CHANGER
commenter cet article
6 février 2007 2 06 /02 /février /2007 19:48

Je suis surprise de n’avoir eu aucun commentaire au post où je parlais d’Alain Dinin, PDG de Nexity qui a renoncé à ses stock-options en ces termes : «Il faut être raisonnable, je suis déjà actionnaire à hauteur de 5% d’une société évaluée à 1,8 milliard d’euros, il me semble normal aujourd’hui de faire profiter mes collaborateurs de ces distributions d’actions». 

Vous ne l’avez peut-être pas réalisé, mais Alain Dinin a pris pour lui-même une mesure qui, si elle était généralisée, pourrait changer la face du monde : fixer un revenu maximum acceptable (RMA) tout comme il existe un revenu minimum.  Cette idée est défendue depuis des années par Patrick Viveret , conseiller à la cour des comptes et agrégé de philosophie : 

« Quand la fortune de 225 personnes est égale au revenu de deux milliards et demi d’êtres humains (chiffres officiels du PNUD[1]), écrit Viveret , le cocktail explosif de l’humiliation et de la misère constitue un réservoir de choix pour les fondamentalismes, les intégrismes et les terrorismes de toute nature. Problème d’ordre public, donc, mais aussi de santé mentale. En effet, au delà d’un certain niveau de fortune il se met en place un phénomène psychique de déréalisation…Les personnes atteintes sont incapables de gérer rationnellement leur argent. Ce processus se produit chez nombre de sportifs, d’artistes, de PDG, de présentateurs de TV etc. qui "disjonctent" et, circonstance aggravante entraînent souvent les collectifs ou les entreprises dont ils sont membres ou responsables dans leur propre délire. Le cas Messier-Vivendi en est un exemple patent.

Outre des raisons de justice sociale évidentes (rien ne peut justifier que des êtres humains soient à la rue quand d’autres ne savent pas quoi faire de leur argent) une réforme de ce type devrait être proposée conjointement par le ministère de l’intérieur et le ministère de la santé. »

 

 

 

Or, excepté Marie Georges Buffet qui y a fait allusion, aucun candidat n’a osé proposer ce RMA qui pourrait pourtant : 

Réduire mécaniquement les inégalités. Si, au lieu d’un rapport de 1 à 400, comme actuellement en France, on limitait l’écart des revenus de 1 à 50 (et franchement, avec 50 000 euros, on a de quoi faire !), les inégalités seraient tout de suite huit fois moins importantes. 

L’argent ainsi libéré pourrait être investi dans les entreprises pour créer des emplois et développer la recherche, et dans le social pour rémunérer les emplois de services et d’animation pour l’instant non payés : en France 12 millions de bénévoles occupent des tâches qui devraient normalement constituer des emplois à temps plein ou partiel.

 

 

Pas de risque d’évasion fiscale, puisqu’il ne s’agirait pas d’imposer davantage les plus riches, mais de les payer moins. 

Certes, ils feraient grise mine dans un premier temps, mais pas trop ouvertement car d’une part il serait indécent de pleurer misère avec 50 000 euros par mois, et d’autre part, comme tous leurs semblables seraient logés à la même enseigne, ils n’auraient plus cette obsession de la compétition (il ne suffit pas que je sois riche, il faut que je le sois plus que les autres) qui pousse à ajouter des zéros à un compte en banque pour jouir de posséder… jusqu’à l’overdose qui fait péter les plombs, avoir un infarctus, ou sniffer de la coke. 

Enfin, comme les normes de consommation sont toujours impulsées par les plus riches (voir la théorie de la « classe de loisir développée par Hervé Kempf dans son excellent bouquin « Comment les riches détruisent la planète » éd. Seuil), si les riches, en l’étant moins, réduisaient leur consommation, cela induirait naturellement une baisse de la consommation chez tous ceux qui ont assez de biens pour vivre agréablement et n’achètent que pour frimer. 

Au final, la croissance profiterait préférentiellement aux plus démunis et n’aurait plus besoin d’être effrénée comme aujourd’hui, d’où une solution (partielle) aux problèmes écologiques d’épuisement des ressources, de pollution et d’effet de serre.  

 

Vous rendez-vous compte ? Une seule mesure, simple, qui aurait autant d’effets bénéfique sur le Bonheur Intérieur Brut ? (pas Brute, brut… et doux). 

 

Qu’est-ce qu’on attend pour l’exiger des candidats ?

 

 

 

 

 

 

 

 



[1] Programme des nations unies pour le développement

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans CHANGER
commenter cet article
1 février 2007 4 01 /02 /février /2007 00:46

N'oubliez pas: ce soir, 1er février, éteignez vos lumières, vos appareils électriques, les veilles des ordinateurs, chaînes, téléviseurs... bref, cessez de consommer de l'électricité pendant 5 minutes, entre 19h55 et 20h. Juste pour montrer que le réchauffement de la planète vous sensibilise. Ces cinq minutes ne vont certes pas refroidir la planète, mais permettront de mesurer l'importance que les citoyens accordent à ce problème sur lequel discutent des envoyés du monde entier à l'UNESCO en ce moment.

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans CHANGER
commenter cet article
24 janvier 2007 3 24 /01 /janvier /2007 00:15

Dernière info de France Info : l’usine Peugeot de Sochaux s’arrêtera de travailler mercredi, car les camions qui apportent les pièces sont en rade sur l’autoroute. Et comme l’entreprise travaille en « flux tendus » (autrement dit, elle commande des pièces quand il n’y en a plus, sans envisager la moindre possibilité de retard dans le transport) elle se trouve fort démunie si la météo, ou tout autre événement inattendu contrarie son absence de planification.

 

 

Le flux tendu, que pratiquent la majorité des grandes entreprises, est efficace quand tout va bien mais il suffit d’un grain de sable pour tout déstabiliser: une grève, du froid, de la chaleur, un accident du transporteur, une épidémie de gastro-entérite, une panne Internet, etc. Et alors les belles prévisions économiques s’écroulent… Bref, l’obsession de la rentabilité maximale se traduit par des pertes et du gaspillage dès que tout ne va pas pour le mieux.

 

 

Ce monde est devenu d’une extrême fragilité, d’une incapacité chronique à supporter l’inattendu à une époque où, vu les changements climatiques, l’instabilité politique et les conflits incertains, la première qualité pour survivre devrait être la souplesse et la capacité d’adaptation.

 

 

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans CHANGER
commenter cet article
22 janvier 2007 1 22 /01 /janvier /2007 10:42

Les 300 habitants d'un quartier de Mougins (Alpes-Maritimes) ont entamé des démarches pour être rattachés à la commune voisine, Mouans-Sartoux. Ils entendent ainsi protester contre le projet d'implantation, proche de leur quartier, d'un centre commercial de 32 000m2 : « Circulation, pollution, bruit, ça va nous pourrir la vie », disent-ils. De plus, Mouans-Sartoux est plus proche de leur quartier que le centre de Mougins, et la plupart des habitants vont y faire leurs emplettes sans voiture. C'est aussi une commune écologique modèle, une sorte de village d'Astérix contre l'urbanisation galopante.

 

 

Son maire, André Aschieri, a refusé de confier la gestion de l'eau à une société privée type Suez ou Véolia. Résultat : l'eau municipale, d'excellente qualité, coûte bien moins cher que les eaux gérées par le privé. Les impôts de Mouans-Sartoux sont peu élevés, et le maire a mis en place une cantine scolaire bio.

 

 

J'ai côtoyé André Aschieri lorsque j'écrivais l'Algue fatale » (sur la prolifération de la Caulerpa Taxifolia en Méditerranée), puis dans divers colloques scientifiques. Il a eu le courage de s'élever- malgré les menaces et les pressions- contre les lobbies de l'industrie chimique, a écrit un livre terrifiant à ce sujet « la France toxique », et a été, avec d'autres, à l'origine des groupes de travail parlementaires sur « Santé et environnement ». Bref, c?est ce qu'on appelle un brave homme, simple et chaleureux, et un homme brave, obstiné et courageux.

Bravo, les Mouginsois, faites sécession pour la douceur de vivre ! Les centres commerciaux ont tous les mêmes enseignes, la même bizarre odeur de frites et de détergent pour carrelages,  les mêmes lumières à colorer la viande pour la rendre plus appétissante alors qu'à l'inverse on se retrouve blafard(e) dans les cabines d'essayage ! C'est simple : quand je veux me faire un coup de blues, j'y passe deux heures.

 

 

 

 

PS. Merci de tout coeur à celles et ceux qui m'ont souhaité Bon anniversaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sympa, Mouans-Sartoux, non?

 

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans CHANGER
commenter cet article
18 janvier 2007 4 18 /01 /janvier /2007 16:26

Quand j’étais petite, il y avait une émission style " Intervilles " où les téléspectateurs de chaque ville participante étaient invités à allumer simultanément chez eux le maximum de lumières et de machines pour provoquer une brusque hausse de la consommation d'électricité mesurable par EDF, partenaire de l'émission. Le signal de gaspillage était donné par Guy… Lux (fiat lux, évidemment !) et le gagnant était la ville la plus consommatrice de Kilowatts.  

 

A présent que nos aînés se sont bien amusés à foutre en l’air l’énergie dans les années 60, voici un nouveau jeu, tout aussi facile mais plus intelligent.  

 

LE PREMIER FEVRIER ON ETEINT TOUT de 19h55 à 20h00

L’Alliance pour la Planète www.lalliance.fr (groupement national d’associations environnementales) lance 5 minutes de répit pour la planète, un appel simple à l’attention de tous les citoyens : 

Le 1er février 2007 entre 19h55 et 20h00, éteignez veilles et lumières. 

Il ne s’agit pas seulement d’économiser 5 minutes d’électricité ce jour-là,  mais d’attirer l’attention des citoyens, des médias et des décideurs sur le gaspillage d’énergie et l’urgence de passer à l’action !
Pourquoi le 1er février ? Ce jour-là sortira, à Paris, le nouveau rapport du groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) des Nations unies.

Cet événement aura lieu en France : il ne faut pas laisser passer cette occasion de braquer les projecteurs sur l’urgence de la situation climatique mondiale.

Et à propos de bougies, nous sommes à Jour J - 3. Le 21 janvier, c'est mon anniversaire. Pitié, ne me dites pas comme 90% des gens:! "C'est aussi le jour de la mort de Louis XVI." Ce côté "sans-culottes" ou "monarchistes nostalgiques" est vraiment stupéfiant. Non, c'est juste mon anniv, na!



 

 

 

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans CHANGER
commenter cet article
10 janvier 2007 3 10 /01 /janvier /2007 20:32

Avril 1991 : sauver le littoral, Juillet 91 : incendies : la forêt en danger

Novembre 97 : La pollution de l’air ,Mai 98 : asthme et qualité de l’air  

Octobre 99 : dossier environnement/ santé : l’air, l’eau, l’alimentation  

Juin 2001 : l’écologie urbaine, l’exemple de Metz et la Rochelle   

Juin 2001 : Le réchauffement climatique  

Novembre 2001 : violences au travail, violences sociales   

Janvier 2002 : poulet et salade bio contre poulet et salade industriels  

Juillet 2002 : Des étudiants s’engagent contre l’effet de serre  

Septembre 2002 : faites du vélo en ville, Novembre 2003 : triez vos déchets 

Avril 2004 : l’eau, un enjeu pour l’avenir,Novembre 2004 : les OGM  

Pendant des années, avec Nathalie Szapiro et Pierrick Bourgault , j’ai fait des papiers écolos dans AVANTAGES (magazine du groupe Marie - Claire ) à une époque où les magazines avaient encore pour mission d’informer. Comme me l’avait fait remarquer un responsable des études marketing : « C’est étrange, vos lectrices sont extrêmement sensibles aux thèmes écologiques ». C’était le résultat de quinze ans de travail. 

Est arrivée une année où on m’a demandé de faire plus court, genre  « un encadré de dix lignes sur le développement durable » au motif que les femmes n’aiment pas lire trop long. (C’est illettré les femmes !!!)  Exit aussi l’info du genre  « les métaux lourds qui s’accumulent dans la chair des gros poissons  peuvent nuire au développement du fœtus » où je conseillais aux femmes enceintes de manger plutôt des sardines (peu polluées, pas chères et bourrées d’acides gras bénéfiques) plutôt que du thon ou du bar. Mes conseils étaient anxiogènes ! J’ai fait remarquer que c’était infiniment plus anxiogène d’accoucher d’un bébé anormal parce qu’on n’a pas été informée du risque… et je m’énervais, et ça nuisait grave à ma santé, moi qui n’ai jamais fumé …  

Le problème, c’est que les questions écologiques « prennent la tête », et ne laissent plus assez de part de cerveau disponible, cette part joyeuse et insouciante qui pousse aux achats d’impulsion irréfléchis. Le problème, c’est que la réflexion écologique pousse généralement à moins acheter, vu la quantité de choses inutiles, voire nuisibles pour l’environnement qu’on nous propose. 

Conclusion: l’écologie est incompatible avec un système économique qui pousse à toujours consommer plus et avec la publicité (210 milliards d’euros de dépenses publicitaires en 2006 dans le monde) qui soutient cette incitation à surconsommer. C’est pourquoi Nicolas (Hulot) ne te laisse pas griser par ces politiciens qui sont prêts à te manger dans la main pour glaner quelques voix, puisque leur programme ne remet quasiment pas en cause ce système prédateur !   

Je ne travaille plus dans ce magazine, choix d'indépendance qui me vaut une certaine insécurité matérielle, mais m'a permis, sans médicaments, de juguler hypertension et troubles du rythme cardiaque, ce qui prouve que mettre en harmonie ses convictions et son mode de vie est bon pour la santé.

en cadeau, cette photo de givre qui risque de devenir rare, et qui est pourtant si joli

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans CHANGER
commenter cet article
3 janvier 2007 3 03 /01 /janvier /2007 15:39

« Pour une société écologique et sensuelle » (en opposition à la société « guerrière et puritaine » induite par le néolibéralisme) c’était le titre d’une interview que m’avait donné Patrick Viveret [1] dans le Nouveau consommateur. Cette formule m’amusait d’autant plus que j’ai lancé le concept de « biodiversité amoureuse » pour couper court au sempiternel débat « Fidèle/ Infidèle » qui se cristallise autour de l’exclusivité sexuelle sans s’interroger sur sa signification.  Je m’explique : 

 

On sait qu’il est urgent, pour sauver l’ humanité, de diversifier les énergies, préserver la variété des plantes et des espèces, s’enrichir de toutes les cultures et se garder de la pensée unique : tout nucléaire, tout génétique, tout économique. Pourquoi veut-on imposer à tous la monogamie, sorte de monoculture amoureuse, alors qu’on sait que la monoculture appauvrit et dessèche  le milieu où elle sévit? 

L’idée que la biodiversité amoureuse est écologique m’a été confirmée par nombre de correspondant(e)s séduit(e)s par mon livre « Aimer plusieurs hommes  »: « Aimer au pluriel, m’a écrit l’un d’eux, remet en cause l’appropriation du vivant par un individu : de l’épouse par l’époux et de l’époux par l’épouse. Comme on s’élève contre l’appropriation du vivant lorsqu’une firme veut breveter le génome d’une plante ou un gène humain. »  

 

Au-delà de la sphère privée, choisir d’aimer au pluriel aurait donc un effet plus global ? Sans doute, car l’organisation sociale n’est que le reflet d’une somme de comportements individuels qui, ensemble, fondent une conscience collective. Remplacer le goût de la possession par celui du partage, s’intéresser à l’Autre pour ce qu’il ou elle EST et non pour l’AVOIR, cultiver des relations affectives et sensuelles durables, c’est sortir de la société qui s’approprie et qui jette. 

Il ne s’agit pas d’être dogmatique mais d’expérimenter sur le terrain, de progresser pas à pas et de sortir des « petites cases » mentales qui nous conditionnent depuis des décennies. Mais bien sûr, quand on voit comme certains ont du mal à prendre le train plutôt que la voiture et à éteindre leurs appareils en veille (30% d’économie d’électricité quand même !), on conçoit qu’il faut du temps pour modifier ses comportements amoureux.  

 

Bonne année 2007, joyeuse, écologique et sensuelle !

 

 

 

 

 



[1] Auteur de « Pourquoi ça ne va pas plus mal ? » chez Fayard

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans CHANGER
commenter cet article
8 décembre 2006 5 08 /12 /décembre /2006 16:15

Au fond, la seule vraie question est peut-être: comment croire qu'un seul candidat ou candidate, un seul dirigeant ou dirigeante a vraiment l'intention de changer (ou d'améliorer) un monde qui lui a permis d'arriver là où il (elle) est? Un monde qui lui a donné pouvoir, bien-être, argent et plaisir. 

Est-ce qu'on scie la branche sur laquelle on est assis?

D'ailleurs, comment imaginer une seule seconde que les plus riches aient vraiment envie de donner une part de leur richesse aux plus pauvres, que les machos aient une seule seconde envie de donner une part de leur pouvoir aux femmes qu'ils oppriment?

Ils ont à y perdre. C'est donc à ceux qui ont à y gagner à impulser les changements qui leur permettraient, à leur tour, d'être heureux.

A colorier si vous savez le faire avec la souris, moi j'en suis restée aux crayons de couleur.

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans CHANGER
commenter cet article
10 novembre 2006 5 10 /11 /novembre /2006 14:06

Pourquoi les compagnies d’assurances refusent-elles d’assurer les risques éventuels des OGM et des téléphones portables alors qu’on nous assure que ces innovations sont sans danger ?

Pourquoi ne récupère t-on pas- après les tests indispensables- le sang prélevé sur les personnes souffrant d’hémochromatose soit plusieurs milliers de litres par mois, pour en extraire les plaquettes et autres éléments dont manquent cruellement les banques du sang ? (L'hémochromatose est un excès de fer génétique dans le sang, qu'on traite par prises de sang réguières)

Pourquoi ne pas supprimer les suremballages, au lieu de mettre des containers à l’entrée des supermarchés pour jeter ces suremballages qui coûtent cher à recycler ?  

 

 

 

En France, l’amélioration des conditions de vie (eau potable, logements salubres, nourriture) a réduit le nombre annuels de décès par rougeole de 5000 avant la guerre de 1914 à une trentaine dans les années cinquante. Les vaccins ont fait passer les décès annuels de 30 à 10. Pourquoi en Afrique préfère-t-on vacciner les enfants plutôt qu’améliorer leurs conditions de vie ? (sources: INSERM et INED) 

 

 

 

Pourquoi confier la surveillance des plages aux CRS, l’éducation sexuelle aux enseignants, les conseils d’hygiène de vie  à divers organismes… et se plaindre ensuite que les parents n’assument plus leur rôle ?

QUI ME DIRA POURQUOI CE FOUTU ORDINATEUR PORTABLE REFUSE OBSTINEMENT LES COULEURS ET LE DESSIN QUE J'AVAIS PREVUS POUR CE POST????

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans CHANGER
commenter cet article

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture