Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 juillet 2010 6 10 /07 /juillet /2010 14:34

canard-gel-s-030109.jpgIl y a deux jours passaient au-dessus de Paris les avions militaires en pleine répétition du défilé du 14 juillet. Vol en triangle, comme les canards, en plus bruyant. Place de la Concorde s'affairaient des ouvriers pour construire les estrades  . J'ai dans l'idée que le défilé militaire, ses pompes et ses oeuvres, coûte infiniment plus cher que la garden-party de l'Elysée et que, tant qu'à faire des économies, il eût mieux valu supprimer celui-là que celle-ci. .. Il est vrai que cette année quelques milliers d'internautes facétieux projetaient de s'inviter à cette garden-party comme à un apéro géant, financé par nos impôts, donc nous appartenant. La suppression de la garden-party relève-t-elle de l'économie ménagère, ou de la crainte de voir les jardins Elysées envahis par des manants non invités? Nul ne le saura... 

guerre1.jpgDe toute façon, question économies, il serait plus radical de se passer d'un sous-marin nucléaire que de supprimer la "niche fiscale" des employés de maison et autres petits emplois-service.  Un sous-marin nucléaire en moins ne nous rend pas plus vulnérable militairement, et un en plus ne nous rend pas plus puissants.  Tandis que des emplois-services en moins, ce sont des chômeurs en plus, des femmes pénalisées parce que la moitié de leur salaire servira à payer la dame qui garde leurs enfants, des  vieux dans l'incapacité de financer les personnes qui leur permettent de rester à domicile dans des conditions décentes. Ils iront en maison de retraite, ce qui est du reste une bonne façon de traiter le dossier desdites retraites: en se débarrassant des vieux plus vite. Statistiquement, les personnes âgées meurent dans les 12 à 18 mois qui suivent leur entrée dans une telle maison. Pas parce que celles-ci sont de mauvaise qualité. Pas parce que les vieux sont malades. Juste parce qu'il est quasi impossible, passé 75 ans, de couper ses racines, de quitter le lieu où on a vécu les trente ou cinquante ans précédents sans y perdre ses repères et son goût de la vie. On ne change pas une plante adulte de pot n'importe comment, il y faut beaucoup d'attention, sinon elle crève. Les humains sont pareils. Pas plus malins, pas plus forts que la nature, dont Jean-Marie Pelt dit  " La nature peut se passer de l'homme, mais l'homme ne peut pas se passer de la nature."  A cause de son orgueil, il la détruit.  Et lui avec.

A ce propos, je suis allée voir, avec retard "solutions locales pour un désordre global" film de Coline Serreau. Un documentaire plus qu'un film de divertissement, mais pas chiant pour un sou. On y détaille la logique prédatrice de l'homme- au sens plus souvent masculin que féminin- qui crée les famines, les sécheresses, l'épuisement des sols et les changements climatiques. On y rencontre aussi, surtout, des gens qui un peu partout commencent à faire autrement, en retrouvant  tout bonnement des savoirs oubliés (ou moqués par la "modernité") Et ça marche! Et ceux qui font autrement ont en commun un regard heureux et une vitalité à l'opposé des rictus coincés ou automatiques de certains puissants de ce monde.  Respecter la nature, les femmes, les humains entre eux, les animaux n'est pas une attitude Bisounours (étrange comme Bisounours est devenu une sorte d'insulte à l'égard des gens tout simplement gentils) mais un bonheur qui rend beau.  Mieux que tous les liftings, crèmes antirides ou autres artifices...

A part cela, mon ordi est en panne: il a chaud, il a perdu ses couleurs et l'affichage des photos, ce qui m'a obligée à rédiger ce billet  sans couleurs dans le texte, en insérant les illustrations à l'aveugle.  Sauf réparation rapide, je vais l'envoyer en congés d'été... et moi avec.

 

 

Repost 0
20 juin 2010 7 20 /06 /juin /2010 20:16

 

poulet1Josyane fixe ses mains crevassées par l’humidité et le froid. A la fois rêches et humides. Et rouges, aussi. Elle n’en a vu de pire que chez les ostréicultrices triant les huîtres sur un plan de travail glacé, en plein vent. L’eau de mer creuse davantage les fissures de peau que l’humidité douceâtre de la chair de poulet. Depuis trente ans, Josyane est découpeuse de poulets : séparer les filets, les cuisses, les pattes… pour les consommateurs qui n’aiment plus les volailles entières qu’ils ne savent pas découper. Une fois cuites, pourtant, c’est fastoche. Tandis que crue, la chair de poulet est élastique, les tendons résistent, et l’odeur de chair morte persiste sur les doigts malgré les multiples lavages à l’eau et au savon citronné. Josyane a mal au dos et des varices, normal quand on travaille debout depuis trente ans. Il y a pire : à force de faire les mêmes gestes sept heures par jour, elle ressent des élancements dans le poignet et l’épaule, à la faire hurler de douleur. Troubles musculo-squelettiques, TMS, lui a dit le médecin du travail en lui conseillant de changer de poste.

poulets3Elle prend son courage à deux mains, va demander au chef d’atelier s’il ne peut pas l’affecter ailleurs, à l’emballage ou à l’administration : après tout, elle a un CAP employé de bureau, et c’est un conseil du médecin du travail qui est prêt à lui faire un certificat.

« Impossible, Josyane ! Tu es gauchère, et tu sais que les gauchères découpent plus vite que les droitières,(détail rigoureusement exact. NDA) on a du rendement à assurer avec la concurrence des poulets de l’Est.

-C’est pas les mêmes que les nôtres, proteste-t-elle, chauvine.

-Pfff… tu crois que le client la voit, la qualité ? Ce qu’il voit, c’est le prix. Et pour baisser le prix, faut du rendement. »

Les larmes montent aux yeux de Josyane. Le contremaître s’en aperçoit, il essaye de l’apaiser :

« Patience, Josyane, dans un an, c’est la retraite. 

-Je n’en peux plus… Si ça se trouve, je serai morte !

-Dis pas de bêtises, tu es encore une belle femme, bien conservée…

-C’est ça, bosser depuis trente ans dans une chambre froide, ça conserve forcément… »

Il la contemple avec appétit. C’est vrai qu’elle reste affriolante avec ses yeux verts et ses boucles auburn. Si elle voulait… Changer de poste ça se mérite. Josyane sursaute, elle esquive le geste protecteur du contremaître qui proteste :

« Fais pas ta mijaurée, j’ai du goût, c’est tout… »

poulet2Quelques jours plus tard, en fin de journée, alors qu’elle finit de ranger l’atelier déserté, Josyane est frappée par le silence. Un compresseur s’est arrêté de fonctionner dans la chambre froide. Si on ne répare pas tout de suite, ce sont plusieurs centaines de poulets qui seront perdus. Elle essaie de décoincer une manette, ses doigts gourds et raidis n’y arrivent pas. Tourner une manette de droitier quand on est gauchère demande une force qu’elle n’a plus. Elle actionne la sonnette d’alarme, le contremaître surgit, la suit dans la chambre froide. Elle lui désigne la manette, il la débloque sans effort et se tourne vers elle : « Tu vois ? Ce n‘était pas si difficile. » Mais elle est déjà partie de l’usine, après avoir claqué la porte de la chambre froide. Déjà qu’elle embauche à la première heure, le matin…

Un jour gris de septembre, le Directeur de la maison mère informe le personnel que le président de la République lui-même vient leur présenter la réforme de la retraite, les convaincre que travailler au-delà de 60 ans quand on vit tellement plus longtemps qu’avant est naturel. Face aux ouvrières à qui la Direction a demandé de se coiffer et de se maquiller avant d’aller à la cantine,  le Président fait un discours de charme : il aime les femmes courageuses comme celles qu’il a en face de lui, reconnaît la dureté de leur labeur et affirme qu’on va réfléchir à un aménagement de postes pour celles qui ont du mal à tenir debout sur leurs jambes variqueuses. « Comme vous le voyez, je suis à l’écoute de vos difficultés, mais j’en ai aussi, croyez-le. » Sur un signe discret du Directeur, toutes applaudissent.

ecran3.jpgComble du comble, le président adore le poulet, il va donc partager le déjeuner des ouvrières. Les femmes de service s’affairent, émues de servir un aussi auguste convive. A sa gauche, on installe Josyane :

« Une de nos plus anciennes ouvrières, précise le directeur placé à la droite du président. Elle a un doigté dans la découpe exceptionnel. »

Le président désigne un magnifique filet :

« Ce morceau là, j’adore le blanc. 

-Je le reconnais, c’est moi qui l’ai découpé, sourit Josyane avec dans l’œil une lueur étrange.

-Que vous disais-je ? s’écrie le directeur. Belle pièce, n’est-ce pas ? Ah, Josyane… Notre ancien contremaître, qui a quitté la région brutalement il y a quelques mois, vous aimait beaucoup, vous savez ?

-Je le comprends, dit le président, la bouche pleine. Vous êtes une belle femme, travailleuse et habile de vos doigts, une perle ! Votre contremaître avait du goût.

-Il en a toujours », conclut Josyane, énigmatique.



 

Humour noir mis à part, Josyane existe… comme des milliers d’autres personnes usées par le travail. C’est pour elles qu’il faut agir le 24 mai.

 

 

Repost 0
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 12:33

mammuth

Les medias sont unanimes : pour  financer les retraites, il va falloir travailler plus longtemps. Ce qui signifie, en clair, baisser le montant des retraites, car aujourd’hui, entre les études longues, les périodes sans emploi non indemnisées, et les employeurs indélicats qui ont « oublié » de  reverser les cotisations sociales inscrites sur votre feuille de paye ( ça m’est arrivé dans les années 80, tout comme le personnage joué par Depardieu dans le film Mammuth…) une foultitude de retraités ne pourront prétendre à un taux plein.

D’ailleurs, de quoi parle-t-on ? De travail, ou d’emploi ? Y a plein de gens qui travaillent mais n’ont pas d’emploi ! Une mère au foyer bosse à plein temps comme éducatrice, cuisinière, femme de ménage, infirmière,  gestionnaire, électricienne, voire couturière ou peintre en bâtiment  dans sa maison… et ne touche pas un rond pour ce travail, car ce n’est pas un EMPLOI. Rien qu’en France, 11 millions de bénévoles font un travail immense. Sans eux, pas de Restaus du Cœur, pas de secouristes de la Croix-Rouge, pas de Sauveteurs en mer, pas de militants pour les Droits de l’homme ou l’écologie, pas de soutien scolaire dans les quartiers défavorisés…  Un grand nombre de ces bénévoles, en tout cas ceux qui y consacrent le plus de temps vu qu’ils en ont, sont des plus de 50 ans licenciés de leur EMPLOI,  mais qui effectuent un travail social indispensable. Jean-Pierre Mocky voulait en faire un film : «  3 millions de chômeurs, 11 millions de bénévoles… cherchez l’erreur ».  

affaires-gens-manger-argent-_-tjo0021.jpgCe qui manque en  France comme ailleurs, ce n’est pas le travail, ce sont les EMPLOIS et ce n’est pas en décrétant que nous devons travailler plus longtemps qu’on va les créer, ces emplois !!!  On va juste augmenter le nombre de chômeurs en fin d’ASSEDIC qui n’ont pas tous droit au RSA et se disaient « Vivement que j’ai 60 ans, pour arrêter de me ronger les sangs tous les mois parce que plus aucun argent ne rentre… »  On va augmenter la misère.

Ce n’est pas en exonérant les entreprises de cotisations sociales, qu’on va combler le déficit. Les exonérations multiples depuis les années 85/90 au motif de « Ca va inciter les entreprises à embaucher » ont peu à peu vidé les caisses de l’Etat, sans créer le moindre emploi : les licenciements se sont même accélérés. Ce n’est pas tellement que les  Etats vivent au-dessus de leurs moyens, c’est plutôt que faute de ressources naturelles- cotisations sociales, impôts- il leur a fallu emprunter à des taux quasi usuraires aux banques (à qui les même Etats ont consenti l’an dernier des prêts à 1% « pour sauver le système financier »).  

Les Etats maintiennent la cohésion sociale en atténuant le choc du chômage grâce aux prestations qu’ils versent, mais ils arrivent au bout du rouleau. C’était  prévu : depuis 1973, la commission Trilatérale en charge de la propagation de l’idéologie néolibérale (car c’est une idéologie autant que l’était le communisme en son temps) a pour objectif le démantèlement des systèmes sociaux à l’européenne, la privatisation des services publics et la création d’une gouvernance mondiale qui se substituerait à la souveraineté des Etats. Est-ce un hasard si la réunion de la Trilatérale s’est tenue début mai Bilderberg, la Trilatérale... et le monde (I) : La Science au XXI ...  et que juste après se profile l’idée de faire approuver les budgets de chaque Etat Européen par les instances européennes, à défaut de gouvernance mondiale ? (quoique l’intervention du FMI pour la Grèce en soit un début…)

peter sutherland

Terminons plus gaiement par deux portraits opposés. Le premier est Peter Sutherland : il préside la branche européenne de la  commission trilatérale et  dirigea dans les années 90 l’Organisation Mondiale du Commerce.   Il est aussi dirigeant de la British Petroleum dont la plate-forme pétrolière en déroute pollue larga manu le littoral américain, et  un dirigeant de la banque Goldman Sachs dont les spéculations hasardeuses ont relancé la crise boursière.  Ce mec là serait caissière chez Wal-Mart, il aurait été licencié depuis belle lurette pour incompétence. Il a 64 ans  et va toucher une retraite dorée…  

 

 

paris.jpgLe second s’appelle Frédéric, je l’ai revu samedi à un anniversaire chez un ami.  Frédéric est agriculteur. Passionné de tango, il profite des mois d’hiver où la terre se repose pour aller à Buenos-Aires apprendre le vrai tango argentin, comme une discipline de vie et d’esthétique. Il a aussi fait une formation en vidéo et réalise quand il le peut des documentaires écologiques et/ou scientifiques. Ce garçon est serein et heureux, ce qui le rend d’ailleurs incroyablement beau. (je ne te l’ai pas dit, Frédéric, mais tu as acquis un charme fou avec les années et les expériences de vie). Un jour qu’il racontait ce qu’il faisait à un copain, celui-ci éructa : «  Tu es intermittent du spectacle ? Système d’assistés, de nantis. Foutez rien et on vous paie… »  Il se trouve que l’éructeur était militaire. Frédéric lui répondit calmement : « Tu es payé toute l’année, depuis des années, sans que tu fasses la guerre, alors que le métier du militaire est de faire la guerre. En somme, tu es un intermittent de la guerre. Permets-moi de me réjouir que tu sois intermittent ! Moi, j’ai choisi d’être intermittent de la culture, tout aussi nécessaire à l’humain que la guerre, mais hélas précaire. Et dis toi qu’avec 1 ou 2% du budget de la Défense, on couvrirait largement toutes les sommes versées aux intermittents du spectacle. »


jerry-pense2.jpg

 

Repost 0
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 18:54

 

 

 

La semaine dernière,  une erreur de saisie, une confusion entre millions et milliards a fait chuter brutalement quelques valeurs et provoqué un mini krach aux USA, avec répercussion immédiate sur les autres places financières. Trop stressés devant leurs écrans, les traders deviendraient-ils hypersensibles ou distraits ? Ce pourrait être attendrissant s’ils n’avaient dans le même temps, le pouvoir d’affoler les Bourses.

On les recrute pour créer des algorithmes compliqués capables de commander à la nanoseconde près des ordres de vente ou d’achat boursiers, qui manipulent les cours sans intervention humaine. Ils le font. Et le font bien. Persuadés dès lors d’être d’excellents professionnels et de mériter leurs salaires et bonus mirifiques, sans se soucier une seconde des conséquences de leur travail sur des millions de citoyens dont ils soupçonnent à peine l’existence. Ils ne sont pas les seuls. Je me souviens d’une  généticienne africaine, primée par l’UNESCO et l’Oréal pour ses travaux sur une banane OGM qui devait être cultivée larga manu en Afrique. Quand je lui fis remarquer que cette banane brevetée rendrait les agriculteurs locaux dépendants de la firme de biotechnologie, la jeune chercheuse ouvrit de grands yeux : « Je ne  m’occupe pas de ces questions, je travaille uniquement sur le plan scientifique. » 

kerviel2Mais les temps changent. Jérôme Kerviel dans son livre, écrit avoir pris conscience qu’il n’était finalement qu’une pute du capitalisme financier, une bonne gagneuse de la Société Générale. Pas très glorieux… Des traders qui se pensaient géniaux comme Fabrice Tourre (« je suis le seul à comprendre ce que je fais », affirmait-il) ont conduit  au désastre la banque Goldman Sachs,  montrant le danger de confier la finance à une poignée de matheux, certes doués, mais pas à l’abri d’une erreur ou d’un « pétage de plombs ». Les services secrets du monde entier savent qu’un trader capable de neutraliser tous les systèmes informatiques boursiers serait  un terroriste infiniment plus efficace qu’une bombe humaine explosant sur le marché de Bagdad.

flore1Cette idée est le point de départ du roman de Flore Vasseur « Comment j’ai liquidé le siècle » (éditions des Equateurs). Flore Vasseur est une petite blonde à l’œil vif qui publia il y a trois ans « Une fille dans la ville »,  récit autobiographique plus que « roman ». Elle y racontait son périple de fille de bonne famille- HEC, salariée d’une grosse entreprise, puis business woman indépendante - qui découvre à la faveur du 11 septembre 2001 et de l’éclatement de la bulle Internet qui la laisse sur le carreau, que ce monde de la frime, de la drogue, de l’argent fou et de l’apparence (  à chaque page, elle cite un café à la mode, une marque de chaussures, de vêtements, de montres…) ce monde, donc, est finalement d’une insupportable vacuité !!!  Bref, elle redécouvre l’eau chaude et le monde réel. L’aurait-elle fait si elle n’avait pas fait faillite ?  Sans doute, mais plus tard, tant elle semble fascinée par le pouvoir, plus sans doute que par l’argent. 

flore2Cette vie sans âme lui a donné du grain à moudre pour son second roman, fort bien documenté: Pierre, trader français surdoué, autiste des maths depuis son enfance (il s’enfermait dans la cave familiale pour résoudre des équations) est contacté par madame Krudson, vieille dame autoritaire à la tête du Groupe Bilderberg qui rassemble une poignée de Maîtres du monde.  Officiellement fondé par David Rockefeller, ce groupe existe réellement : Bilderberg: silence médias sur les réunions de l'élite ...  Cette  américaine amoindrie physiquement mais surpuissante, ne supporte pas l’idée que le capitalisme triomphant échappe à sa patrie, désormais dépendante de la Chine ( on montre du doigt les déficits des pays Européens, mais les Etats-Unis sont infiniment<plus endettés et seraient en faillite immédiate  sans les prêts chinois). Bref, madame confie à Pierre une clé USB contenant un programme appelé « Hello Kitty » capable de détruire le système financier mondial, et lui ordonne de répandre ce virus, avec la menace à peine voilée de l’éliminer s’il faillit à sa mission.

« Comment j’ai liquidé le siècle » ne vaut pas tant par le suspense- Pierre va-t-il ou non remplir sa mission ? Comment  « Hello Kitty » peut-il  détruire le capitalisme ?- un peu bâclé sur la fin… que par la peinture acide du milieu dans lequel évolue le héros : appartements somptueux, fêtes décadentes, drogue, alcool, putes de luxe… Les traders et leur entourage sont des handicapés affectifs, leurs enfants livrés à eux-mêmes ou victimes du divorce sont hyperactifs ou anorexiques, leurs épouses caractérielles… Et eux-mêmes, quand ils arrivent au bout du rouleau, trouvent un salut caricatural dans l’ascèse, la méditation et la nourriture macrobiotique, prosternés devant  leur gourou : « Je n’ai rien inventé, se défend Flore Vasseur, cette anecdote est rigoureusement authentique. D’ailleurs, je reçois des lettres de traders qui m’écrivent que mon roman est en dessous de la vérité.».

fou5.jpgLa stupidité que confère l’argent démesuré est effectivement sans mesure. Il y a quelques années, un ami pubeux avait écrit à ma demande une nouvelle dans laquelle il décrivait une « fête des années 80 » : le couloir menant à la salle de réception  était éclairé par une rangée de candélabres humains des deux sexes en position du poirier, dans le fondement duquel était plantée une bougie allumée. J’avais trouvé que, franchement, c’était « trop ». Il m’avait répondu : « Je l’ai vécu. Les candélabres étaient des intermittents au chômage qui avaient besoin de bosser. »  Aujourd’hui cet ami déprime devant la sécheresse du monde et rêve de littérature, de nature et de sentiments vrais. Comme Flore Vasseur, qui découvre à 37 ans l’amour, les enfants, les amis, la lenteur et l’écriture, qui devaient lui sembler ringardes dans sa vie antérieure. « De plus en plus de traders ressemblent à mon héros, dit-elle. Ils ne se supportent plus et ont envie de tout faire péter. »  Bonne nouvelle ! Croisons les doigts, sourions et guettons les « bugs » inexpliqués.  Le salut viendra peut-être de l’autodestruction du système, rongé par son mal-être intérieur…

serifos2008-9.jpg

 

TIENS, LE SOLEIL REVIENT ET SES FËTES EN TOUS GENRES OU ON SE DEMANDE QUOI OFFRIR A SES HOTES. UN  LIVRE, BIEN SUR, LE PLUS SUR MOYEN DE VIVRE DANS D'AUTRES MONDES,  TELLEMENT PLUS AGREABLES...

 

www.autresmondesdiffusion.fr : "Aimer plusieurs hommes", "le CDI de Dieu" et bientôt un retour, mais chut! C'est une surprise...

Repost 0
6 mai 2010 4 06 /05 /mai /2010 20:17

catastrophes nombre2008, cyclone Nargis en Birmanie, 138 366 morts, séisme au Sichuan 87 476 morts,  et j’en passe. En 2009, tremblements de terre en janvier au Costa-Rica, en avril en Italie,  en août en Indonésie et en Chine,  en septembre aux iles Samoa, en octobre en Indonésie encore, en novembre en Thaïlande, en décembre au Maroc,  et je ne cite que ceux supérieurs à 6 sur l’échelle de Richter. 2010,  séismes en janvier à Haïti et au Japon, en mars au Chili et au Québec,  en avril en Chine…  

catastrophes bilan types

 

Nos dirigeants n’y sont pour rien ? Voire… Selon le site www.notre-planete.info , il serait intéressant de croiser ces données, qui font de la décennie 2000/2009 la plus meurtrière en catastrophes naturelles, avec l’urbanisation galopante, la démographie mondiale, et l’augmentation des températures depuis 1980.  Plus la poldérisation du littoral et la déforestation…

Et que dire de la catastrophe pas naturelle du tout qu’est le naufrage de la Grèce qui préfigure peut-être celui de l’Europe ?

 

aubergeAh, l’Europe ! J’en ai rêvé devant le film « l’Auberge espagnole » qui a plus fait pour le programme Erasmus et l’entente des jeunes européens que toutes les brochures de l’U.E. Mais je n’ai pas voté pour le traité de Maastricht. Parce qu’il  prévoyait une Europe ultralibérale et financière, sans souci du social et de l’écologie.  Le traité constitutionnel européen idem. Sous couvert d’une Union de pays qui plus jamais ne se feraient la guerre, c’est aux peuples européens que l’idéologie de l’UE déclare la guerre. Guerre contre les fondements de notre art de vivre : social, service public, culture, solidarité… C’est tout ce dont les financiers essayent de déposséder la Grèce. Qui a été mal gérée, certes.   Dont les dirigeants ont falsifié les comptes, certes. Mais qui, surtout, fait depuis plusieurs mois l’objet d’attaques spéculatives acharnées.

Les spéculateurs ont d’abord joué avec les entreprises pour s’enrichir. Entreprises qui se soumettent à ce jeu suicidaire. Le Canard Enchaîné a raconté récemment comment France Telecom, largement bénéficiaire, s’est endettée pour payer à ses actionnaires un dividende de 15%, totalement irréaliste dans une économie où le taux réel de l’argent (celui du livret A) est autour de 1%. Mais les actionnaires exigent des rendements à 2 chiffres et pour les satisfaire on suicide les entreprises et ceux qui y travaillent (chez France Telecom, cette expression imagée est hélas réelle…)

Mais les entreprises ne leur suffisent plus, à ces toxicomanes de la finance.  Voilà qu’ils attaquent des pays entiers- d’abord les pays pauvres d’Afrique et d’Amérique Latine, et maintenant les pays les moins riches d’Europe- mis en faillite, puis contraints à « la rigueur », mot pudique pour  « liquidation de toute velléité sociale ».  Pour le seul bénéfice d’une poignée de malades. Car il faut être malade pour amasser des richesses que ces gens là ne dépensent même pas.

proglio2« Tout le monde a envie d’être riche, me dit un homme de droite, alors arrête de taper sur ceux qui ont du fric ! »  Bien sûr, tout le monde a envie de plus d’argent : pour réaliser quelques rêves, un voyage, une maison, pouvoir se soigner sans se ruiner et ne plus bosser comme un malade (les Grecs, le saviez-vous, sont les plus gros travailleurs en Europe, car ils cumulent très souvent deux métiers dont un au noir pour arriver à joindre les deux bouts) mais tous, fort heureusement, ne souhaitent pas cent millions d’euros sur leur compte comme certains traders même pas heureux. Qui noient leur mal de vivre et leur carence affective dans des lignes de coke qui les font saigner du nez, et sont assez pervers (ou inconscients) pour saboter la vie de milliers de gens qui voudraient simplement vivre heureux sur une terre apaisée.

La toxicomanie financière crée de la violence : trois morts à Athènes, à cause d’une crise économique !  Un ami qui en revient me dit « ça y est, on ferme sa maison à clé même sur les îles, à cause de la délinquance qui augmente ». Les Grecs, inventeurs de l’hospitalité qui se dit chez eux philoxenia (amour de l’étranger) développent désormais une paranoïa contre les Albanais.

Partout ce système fou génère les mêmes maux : chômage, anxiété, violence, xénophobie, obsession sécuritaire. Même mon banquier a peur : « Ca va éclater, madame, les spéculateurs sont allés trop loin. Si l’Espagne tombe en faillite- elle y est quasiment, avec 20% de chômage- c’est 200 milliards d’euros qu’il faudra lui prêter, et là, tout va exploser car ce n’est plus possible, même avec de l’argent virtuel. »  En passant, il remarque que l’Irlande, en faillite aussi, n’est pas contrainte par l’UE à un plan de rigueur… privilège du paradis fiscal.

Et c’est là que NS est coupable : par son adhésion totale à un système qui le fascine, comme un insecte aveuglé par les projecteurs du pouvoir et de la phynance.  Entraînant à sa suite  la droite décomplexée, les spéculateurs et les pubeux amateurs de Rolex versus le pauv’con qui doit se « casser », et l’environnement « qui commence à bien faire. »

P1010369.jpg

Repost 0
28 avril 2010 3 28 /04 /avril /2010 16:54

Individuellement, le militaire peut être charmant et humain : il n’aime pas la guerre, il aime son pays. Il n’est pas agresseur, il défend la Nation (le ministère est celui de la Défense, pas de la guerre, pudeur sémantique…) Sur le terrain, il agit et obéit, c'est une mécanique formée pour cela : « Réfléchir avant de tirer, m’a dit l’un d’eux, c’est risquer de se faire tuer par l’ennemi qui tire sans réfléchir. » L’état d’âme retarde l’action… Mais il faut les voir après le conflit. Pas tellement les Gueules cassées ou les estropiés physiques dont on s’occupe parce que ça se voit, mais les âmes cassées et les estropiés du psychisme, dont les civils pensent qu’ils ont eu de la chance de revenir sans une blessure…

film_joeyx_noel_2.jpgCeux que la Grande Muette a conditionnés à se taire ne peuvent dire l’horreur des combats et des tortures, l’horreur de voir des enfants éventrés en Bosnie, des familles massacrées en Irak, des bombardements sur des villages (oups! quelle malheureuse bavure !) et l’horreur de participer à des guerres dont ils savent qu’elles ne sont pas  « justes » ni même justifiées par autre chose que des intérêts économiques : « Derrière chaque guerre, cherchez le pétrole ou les matières premières. » Ces soldats là, pas ceux de l’Etat-major, reviennent meurtris et muets, incapables de partager ce qui est de toute façon irracontable à qui ne l’a pas vécu. Ils cauchemardent, dépriment et parfois pètent les plombs… Cassés.  La casse commence dès l’engagement.

mil3.jpgAu cours de mes pérégrinations SNCF d’avril, j’ai passé trois heures assise par terre dans un wagon, en compagnie de jeunes engagés d’un régiment d’infanterie. Des gamins- 18 à 22 ans à vue de nez- tous pareils avec leur coupe rase et leurs muscles tatoués, tous fascinés par ce qu’on leur enseigne à coup de trique, subjugués et craintifs devant la hiérarchie militaire. Celui qui a déjà fini ses classes, avertit les autres : «A l’inspection de ton fusil, ils trouveront toujours un truc qui cloche. J’ai usé 200 cotons tiges à nettoyer le fût du canon, le sergent y a gratté son ongle et ramené deux grains de poussière. Il a gueulé : « Tu recommences, minable ! »  Surprenant comme ces gamins, qui se seraient sans doute insurgés contre l’autorité des profs au collège se laissent humilier sans broncher par les militaires…

guerre1.jpgUn jeunot raconte la leçon de marche au pas en chantant. Refrain raffiné de l’exercice : « Ma baïonnette dans ton cul », à répéter crescendo, sur un rythme belliqueux. « Au début, on n’y arrive pas, on commence toujours trop aigu, alors le sergent nous traite de gonzesses : « Sucez des cailloux et buvez des bières, vous deviendrez des hommes ». On chante comme un homme quand ça donne des frissons à tout le régiment, le chef l’a dit : « Certains d’entre vous vont même en pleurer… - De toutes façons, dit celui qui a déjà fait ses classes, on doit tous pleurer, ils nous l’ont dit. Soit de fatigue physique, soit de ras-le-bol quand on en a marre d’être insultés. Faut qu’on craque… »  L’autorité militaire a pour mission de casser les fortes têtes. Logique, car comment imposer autrement les horreurs de la guerre ? Aux jeunes du train, on a déjà dit que certains iront en Afghanistan, d’autres au Yémen. L’armée française s’attend à ce que ça pète par là, avec contagion possible vers le Pakistan. « En somme, dis-je, vous êtes là pour en chier ? – Bien sûr, madame, c’est notre boulot. –Et sans ce boulot, conclut l’un d’eux, on n’en aurait pas d’autre. » La guerre, remède au chômage… 

Lundi, conférence sur le désarmement nucléaire à la mairie du 2è, quelques jours avant la conférence sur le Traité de non-prolifération qui se tiendra à New York à partir du 3 mai prochain sur le constat suivant: une poignée de chefs d’Etat, dont on ne peut garantir totalement la santé mentale, ont droit de vie ou de mort sur la planète et ses habitants. En France, 24h sur 24, notre président peut déclencher l’arme nucléaire en une demi-heure. Ca fout les jetons, non, des fois qu’il se réveillerait du pied gauche ? (quoique gauche, il y a peu de risques)

A la tribune, un général ancien chef des armées explique qu’il a signé avec Michel Rocard un appel au désarmement nucléaire. Pour des raisons pratiques : la dissuasion chère au général de Gaulle ne serait plus adaptée aux conflits d’aujourd’hui, et elle coûte très cher. Personnellement, entendre un homme politique annoncer que son pays possède « de quoi détruire cinq fois la planète » me laisse rêveuse. Pourquoi 5 fois ? Parce que, dit le général, « posséder l’arme nucléaire est un signe de puissance. » Et celui qui en a une plus grosse que l’autre est content, c’est connu. Au risque de détruire toute vie sur terre. 

lego_guerrier2.jpgCependant, le général est plein de contradictions : il pense que la violence est inhérente à l'humain, puis soutient ensuite qu'il est possible d'imposer des règles de "bonne guerre" aux Etats. Il soutient que nucléaire civil et nucléaire militaire sont deux questions différentes, puis reconnaît que tous les pays qui se sont dotés de l’arme nucléaire ont commencé par construire des centrales nucléaires civiles (d’où les angoisses au sujet de l’Iran). Normal: les armes nucléaires sont fabriqués à partir de déchets nucléaires civils: l’uranium appauvri pour garnir des têtes de missiles utilisés en Irak, le plutonium pour les bombes. Depuis plus de 30 ans qu’elle cherche, l’industrie atomique ne sait toujours pas comment éliminer les déchets nucléaires : armes ou intégration de boues radioactives dans des matériaux de construction, rien de satisfaisant. Elle ne sait pas non plus quoi faire des centrales arrivées à bout de souffle. Le coût du démantèlement, vertigineux, n’a pas été intégré dans le coût du Kwh nucléaire qui cesserait aussitôt d’être rentable si on le faisait. ( il y a plus de 20 ans que les ingénieurs du nucléaire le savent…)

mort.jpgBref, le général est plus qu'ambigû à l'égard du nucléaire. Et aussi de la guerre. C'est son métier. Quand je lui suggère que supprimer l’armée, comme l’a fait le Costa-Rica qui n’a plus connu de guerre depuis 1947, ou comme cela existe en Islande, qui a des armes volcaniques assez efficaces mais pas d’armée non plus, il s’insurge : « Madame, vous comprendrez que je sois opposé à la suppression de l’armée. Vous rendez-vous compte ? Les militaires sont les seuls hommes qui ont le droit de tuer légalement. Si on supprime l’armée, ce sera le désordre, tout le monde aura le droit de tuer.

" Tout le monde? Et pourquoi pas personne?"


La logique militaire est décidément particulière…

 

coccinelle.jpg 

 

 

LE SITE www.autresmondesdiffusion.fr évolue, avec plein de nouvelles choses à lire, plus de clarté sur les moyens de paiement et un extrait du "CDI de Dieu" à découvrir avant d'offrir ou de s'offrir le livre. N'hésitez pas à vous y balader.

Repost 0
1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 17:32

bolino.jpg

 

Je ne sais pas si ça existe encore, les Bolino. Des bols en plastique remplis d’un mélange déshydraté, qui une fois humecté d’eau bouillante était censé nous faire déguster des pâtes bolognaise, macaronis forestière et autres « bons petits plats ». Un tas d’internautes ont adoré la pub Bolino sur l’air de « Bambino », Dailymotion - 1982 - bolino - une vidéo    tout en rappelant à quel point la chose était mauvaise, immangeable  et chère pour le peu d’ingrédients sans intérêt nutritif qu’elle contenait. Comme disait un pote : « Un Bolino, ce n’est pas de la nourriture, c’est autre chose, indéfinissable... »

 

Des Bolino culturels ou politiques, il y en a des tas aujourd'hui. Qui feront ici l'objet de tests comparatifs: livre numérique et livre papier, mariage et PACS, sex-toy et humain, OGM et plantes naturelles, etc...


En voici un premier, très sérieux, pour faire un "clic" utile avant le week-end:

Ecologie et greenwashing

 

avedon9.jpg

(photo Richard Avedon)

La Banque Mondiale multiplie les déclarations en faveur des énergies renouvelables. Pourtant, d’après Greenpeace, le montant des prêts de la BM en faveur des énergies fossiles a atteint 2,2 milliards de dollars entre 2007 et 2009, contre 783 millions de dollars dédiés aux énergies renouvelables.  

La Banque Mondiale finance le Fonds pour l'Environnement Mondial, dédié au développement durable. Pourtant, elle va bientôt se prononcer sur un prêt pour la construction d’une méga centrale à charbon à Medupi, en Afrique du Sud : 25 millions de tonnes de CO2 par an (5 % des émissions françaises totales), des pollutions majeures au soufre et au mercure, et l‘ouverture de 40 nouvelles mines de charbon pour l’alimenter.http://www.cyberacteurs.org/actions/presentation.php?id=82
Les Etats-Unis s’abstiendront lors du vote, la France risque de soutenir le projet pour défendre Alstom, impliqué dans la construction de la centrale.

Les Amis de la Terre lancent une cyberaction sur ce projet ultra polluant, à faire circuler pour obtenir 5000 courriers, d’ici le 8 avril ! http://www.cyberacteurs.org/actions/form.php?id=82pinocchio.jpg


 

Prochain test en rubrique EROS :)

 

Repost 0
28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 21:28

lego_monstre2.jpgJeudi 25 mars. Un com’ sur ce blog raconte un démarchage musclé d’un représentant de Poweo. Ce n’est pas le premier. En 2009, le maire de Houdain (Pas de Calais) a même pris un arrêté interdisant à Poweo de démarcher à l’intérieur de sa commune à cause de ses mauvais procédés. Alors répétons-le: quand un quidam se faisant passer pour un envoyé d’EDF vous réclame vos factures d’électricité sous le prétexte de vérifier vos consommations, foutez-le dehors. Un vrai agent EDF connaît vos consos, par définition…

chaos-plan-taire.jpg25 mars, soir : conférence de Xavier Renou, du collectif des Désobéissants

www.desobeir.net  à la librairie « Résistances ».  Bavard, Xavier, il aime visiblement parler, mais pas pour ne rien dire. Intéressante, sa distinction entre les actions « classiques » et la désobéissance civile. Le vote délègue à des élus le soin d’agir à votre place, au mieux des intérêts du peuple. Ce serait bien s’ils le faisaient, mais hélas, une fois élus, ils ont tendance à oublier qu’ils ne sont que des mandataires… La manifestation est une supplique adressée aux élus : « on n’est pas contents, changez de politique ». Là encore, on est dans la plainte et non dans l’action, et on voit le résultat… La grève coûte cher à ceux qui la font…

La désobéissance civile non violente- « ce n’est pas dans notre logique d’imposer de la souffrance, dit avec humour X. Renou, même à un adversaire » - n’est pas seulement médiatique et ludique, même si elle a ces deux caractéristiques utiles (faire connaître une revendication) et sympathiques (le mode ludique suscite mieux l’adhésion de l’opinion que la violence). Désobéir  est une stratégie d’action : définir un objectif, analyser les difficultés, repérer les points faibles de l’adversaire, et s’appuyer sur ces divers éléments pour choisir une action susceptible de faire avancer les choses.  Intelligent de remettre la stratégie et l’action au centre de la réflexion.

lutin1.jpgEn sortant de la Librairie, un membre du collectif « Jeudi Noir » www.jeudi-noir.org   me salue. Marrant, je ne l’ai jamais vu, mais lui m’a reconnue.  Il trouve que la démarche des « Amours plurielles » participe au désir de « changer le monde » en s’interrogeant sur les a priori qui gouvernent notre vie amoureuse : appropriation, pouvoir, normes imposées.  Enfin une analyse qui se démarque des questions sempiternelles: « Vous n’êtes pas jalouse ? L’idée que votre mari pourrait vous quitter ne vous fait pas peur? Si on a ce qu’il faut à la maison, pourquoi aller voir ailleurs ? etc, etc. Toutes ces questions me sont à nouveau posées vendredi 26, lors de l’enregistrement d’une émission pour Europe 1 : « Et si c’était ça le bonheur ? » (Diffusion mardi 30, de 15h à 16h) J’y réponds avec l’impression de saturer, de radoter, mais le sujet semble encore iconoclaste, dirait-on …

Samedi 27 : la « no Sarkozy Day »- sur le modèle du No Berlusconi Day qui avait mis 350 000 italiens dans la rue- a rencontré peu d’écho dans les medias. La pétition signée par près de 400 000 internautes sur Facebook, ne s’est concrétisée que par quelques milliers de manifestants. Plaisir tout de même d’entendre un manifestant- cadre ex-sarkozyste- dire qu’il ne supporte plus de voir se creuser le fossé entre les riches et les pauvres depuis qu’un de ses amis, qui a un travail, est néanmoins obligé de dormir dans sa voiture. La misère devient réelle quand elle frappe un proche. Qu’il y ait peu de monde était peut-être le signe de l’envie de passer un jour sans même penser à NS.

27 mars, soir : que signifie éteindre quelques minutes la Tour Eiffel et d’autres bâtiments « contre le réchauffement climatique » quand on vient de faire capoter Copenhague et de renoncer à la taxe carbone ? Du foutage de gueule. Du coup, j’ai pas éteint ma lumière, marre des symboles qui ne servent à rien !

caf_.jpgDimanche : champagne et moult zakouskis chez moi pour fêter Noël (oui, on a le Noël tardif avec un de mes frères, c’est une tradition ma foi bien sympathique).  A la réflexion, je trouve le champagne une boisson surfaite. Le Pomerol 1991 oublié à la cave et savouré jeudi avec des amis m’a procuré plus d’émotion. 

 

P.S. J’ai sympathisé avec la libraire de « Résistances », et du coup, si vous avez envie de feuilleter « Aimer plusieurs hommes », vous en trouverez des exemplaires chez elle. ( 4 Villa Compoint, 75017 PARIS, M° Guy Mocquet ou Brochant) Plus des milliers d’autres livres intéressants, des conférences et rencontres diverses, une salle de lecture et une ambiance calme et chaleureuse.

 

resistances.jpg

Repost 0
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 10:21

stress_femme.jpgA la sécu, les employés sont désespérés. Aux impôts également. Il suffit qu’après avoir poireauté vingt minutes entre les 36- ou 08.., les "tous nos agents sont occupés" et les "appuyer sur la touche étoile" pour obtenir une réponse, je dise à l’agent « je ne vous en veux pas à vous,  je sais que tout est fait pour casser le service public » et les vannes s’ouvrent. La dernière fois, j’ai partagé le ras-le-bol d’un agent pendant bien 10 minutes !  Au Pôle Emploi, ils craquent à cause d’un boulot kafkaïen.

Un seul exemple : en janvier 2009, pour faire de modestes économies, le gouvernement a supprimé l’allocation équivalent retraite (AER), qui permettait de donner trois francs six sous à des chômeurs en fin de droits ayant  validé tous leurs trimestres de retraite mais ne pouvant pas la prendre faute d’avoir 60 ans.  Des conseillers ont fait remarquer au prince que ça allait laisser des milliers de personnes sans ressources, avec risque de tension sociale. Pas bon avant les européennes !  Du coup, l’AER a été rétablie en mars 2009 et tous les allocataires priés de remplir un nouveau dossier, car cette alloc se calcule par rapport aux revenus des 12 mois précédant la demande et non des revenus de l’année civile précédente. Ordre fût donné aux agents de Pôle Emploi, déjà débordés par l’afflux de nouveaux chômeurs, de refaire tous les calculs d’AER… pour 6 mois seulement car l’AER n’avait été rétablie qu’à titre expérimental !

fou4.jpgEn octobre 2009, plus d’AER et panique des quasi seniors à nouveau démunis.  Les mêmes conseillers font remarquer au même qui nous gouverne que de nouveaux fins de droits âgés se profilent, et qu’avec le dossier « retraites » et les élections régionales prochaines, pas bon de laisser tomber des milliers de presque sexagénaires. L’allocation a donc été rétablie début 2010… avec même mission pour les allocataires de refournir un dossier complet et aux agents de Pôle Emploi de tout recalculer…. Plus la prise en compte des arriérés à payer vu que le temps de traiter les dossiers et de recevoir les circulaires d’application, les chômeurs presque vieux mais pas tout à fait assez ne toucheront rien avant avril 2010. D'où des détresses indescriptibles pour certains.

Quand je serai grande, je ferai psychothérapeute des agents de services publics… s’il en reste. ( LES COULISSES DU SPECTACLE...)  Faut avouer qu’on les pousse à péter les plombs. Pas étonnant quand on découvre qu’un des grands acteurs et auteur d’un rapport sur la « modernisation de services publics » est Didier Lombard. Oui, le même qui, à France-Telecom a appliqué les principes de modernisation conduisant au suicide de nombre de salariés. modernisation de l'Etat et des Acteurs publics

 

 album-400844.jpg

Tout à fait autre chose : si vous n’avez pas le temps de lire la presse ou l’argent pour l’acheter, le site Résistance Inventerre déjà dans mes favoris mérite le détour pour découvrir des infos qui ne font pas la Une des JT. Au passage, coucou amical à son coordonnateur qui commente souvent ici.

 

 

Repost 0
16 mars 2010 2 16 /03 /mars /2010 13:26

Icare.jpgTout le monde ou presque a entendu parler de l’expérience du psychosociologue américain Stanley Milgram, popularisée par le film « I, comme Icare » de Henri Verneuil (avec Yves Montand dans le rôle principal). Donc, au début des années 1960, Stanley Milgram avait élaboré une expérience destinée à évaluer le degré de soumission à l’autorité. Recrutés par petites annonces, des hommes ordinaires participaient à une recherche pour, leur disait-on, déterminer les effets d’une punition sur la mémorisation. Ils devaient envoyer un choc électrique à un apprenant chaque fois que celui-ci se trompait en essayant d’apprendre une liste de mots. Chaque choc était plus fort que le précédent et pouvait atteindre 450V, soit une intensité mortelle. Les deux hommes ne se voyaient pas, mais celui qui envoyait les chocs électriques entendaient les cris de douleur de l’apprenant. Cris de douleur factices, en fait, puisque l’apprenant était un comédien, les chocs électriques étaient un leurre, et le but de l’expérience était de vérifier si une personne ordinaire en situation d’en torturer une autre était capable de le faire jusqu’au bout. Si elle hésitait à poursuivre l’expérience, l’expérimentateur garant de la scientificité de la procédure lui ordonnait de poursuivre…

Les résultats de l’expérience furent stupéfiants : aucun participant ne s’arrêta en-dessous de la décharge censée envoyer 300V, et 66% allèrent jusqu’à 450V.

mai68.jpgOui, direz-vous, mais c’était dans les années 60, à une époque où le respect de l’autorité et de la hiérarchie évacuait toute idée de rébellion. Depuis, il y a eu mai 68, les rebelles seventies et la disparition de l’autorité ! Que nenni, mes amis, car l’expérience, renouvelée une vingtaine de fois dans le monde avec quelques variantes, a toujours donné la même proportion de soumis, à savoir 60 à 66%.

Mercredi 17 mars- c’est-à-dire demain, pour une fois restez devant votre TV ou allez regarder celle du voisin, ou laissez-vous enfermer dans un magasin plein de TV allumées pour regarder le documentaire de Christophe Nick « le jeu de la mort » qui reprend, en l’adaptant,l’expérience de Stanley Milgram. Il ne s’agit pas de vérifier la soumission à l’autorité- quelle est l’autorité d’une animatrice télé ?- mais la soumission au media TV, si fascinant- je l’ai déjà écrit ici VU A LA TELE...  que « passer à la TV » donne plus d’aura qu’aucune autre activité professionnelle.

Dans ce jeu télévisé factice- mais auxquels les participants croyaient dur comme fer, 80% des questionneurs vont jusqu'au bout à mesure qu'il se transforme en séance de torture. Seulement 16 des candidats ont abandonné le jeu, résistant à l'autorité de la télévision, incarnée par une jeune animatrice connue, Tania Young. La TV se révèle plus forte que l’autorité scientifique pour imposer des comportements répréhensibles…

"Les questionneurs ne sont pas dominés par un rapport hiérarchique mais sous l'emprise du pouvoir de la télé. Un système qui écrase, un totalitarisme tranquille", conclut Jean-Léon Beauvois, chercheur en psychologie sociale, qui a participé à l'expérience. Les questionneurs n'osent pas affronter l'animatrice en qui ils ont confiance - la télé ne peut pas faire ça ! - et face à laquelle ils sont seuls. Or "un être seul confronté au pouvoir devient l'être le plus obéissant qui soit".  "En démarrant l'expérience, on ne pensait pas que la télé avait autant de légitimité", confie Christophe Nick. La télé, quand elle décide d'abuser de son pouvoir, peut faire faire n'importe quoi à quasiment n'importe qui.

OK, elle n’est pas encore allée jusqu’au jeu de la mort, mais elle réussit déjà à convaincre des participants de manger des vers de terre (Koh-Lanta),  de jouer avec des araignées alors qu’ils en ont la phobie (Fort Boyard) de baiser sous les caméras (Loft Story) ou de regarder benoîtement leur copine se faire sauter par un séducteur (l’Ile de la Tentation.)

capitalisme-malade.jpgLueur tout de même dans cette glauquitude d’un media qui ne se contente pas de vendre des parts de cerveau disponibles mais vide au préalable ces parts de cerveau de tout esprit critique : comme dans l’expérience de Stanley Milgram des années 60, les participants osent se rebeller et refusent de torturer autrui si un quidam extérieur vient dire qu’il trouve l’expérience inadmissible. Comme quoi, il suffit de quelques rebelles, d’un petit contre-pouvoir, d’une poignée d’activistes capables de dire « non » pour freiner l’innommable. Et c’est pourquoi mieux vaut être belle et rebelle que moche et remoche.

 

rebelle_fran_oise_1973.jpg

 

 Actualité "Aimer plusieurs hommes": le site fonctionne, Paypal aussi (pas aussi vite que les chèques malgré les apparences...) et si Nadine Morlot lit ceci, qu'elle me renvoie son adresse, son livre m'est revenu pour cause d'adresse introuvable! 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture