Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 10:26

C'est l'histoire d'une fille aux alentours de la trentaine qui se demande ce qu'il reste à vivre d'intéressant quand on a, comme on dit, « tout pour être heureuse ». Autour d'elle, ses ami(e)s se marient, prennent un crédit, envisagent un bébé... Ce bonheur là ne la tente pas, tant elle trouve stupéfiant que des filles brillantes, drôles et dynamiques concentrent désormais leurs conversations sur le caca du nouveau-né ou les traites à payer.

L'engagement politique ? Elle a déjà donné quand elle était étudiante, et constaté combien le pouvoir corrompt : « Ils avaient des idées mais pas le pouvoir de les réaliser, ils ont le pouvoir mais plus envie de réaliser leurs idées. »

Alors elle regarde le monde avec une lucidité que lui a donné un drame précoce, la mort de son père dans un accident de voiture : Dans son esprit d’enfant, autrefois, n’existaient que ses parents, entité chaude et rassurante sans failles ni défaillances, entièrement vouée à sa protection. Cet univers sûr s’était écroulé un jour d’août brûlant. Depuis, Marine savait la fragilité du bonheur et l’imprudence qu’il y a à trop compter sur lui. »

Dans son exploration du monde, elle rencontre deux émigrés de l'Est rêvant de leur pays comme d'un paradis perdu, une vieille dame fantasque, un italo-grec séduisant, un amant de sa mère devenu un ami fidèle, une copine d'enfance en plein chagrin d'amour, et surtout Antoine, qui, comme elle, cherche à transformer la réalité pour qu'elle colle à ses rêves.

C'est l'amour fou, d'autant plus fou qu'il semble s'arrêter aux portes du désir. Si ce n'est que Marine veut bien « Jouer au monde » avec cet homme, mais pas s'y perdre.

C'est l'histoire d'une fille qui découvre combien il est important d'être acteur de sa propre vie quand autour de soi le monde semble en pleine décomposition. Et pas du tout « un livre pour stimuler la sexualité des couples » comme je l'ai entendu dire à la radio par une journaliste qui ne l'a visiblement pas lu...

Pour l'écrire, j'avais pris plusieurs mois de congé sans solde, au terme desquels, déjeunant avec un médecin collaborateur de ma rubrique, celui-ci m'avait rappelé, inquiet : « Hier, vous m'avez fait peur, vous sembliez dans un autre monde. » J'avais effectivement du mal à réintégrer la réalité déplaisante de cette époque, tout comme je me suis sentie assommée dimanche soir en regardant ce monde de fous qui perdure. Mais en grande partie grâce à ce livre, j'ai heureusement appris à « Jouer au monde », à l'amour, à l'humour, à l'amitié, à la lucidité. Et je regrette infiniment que ce roman, qui arrive en fin de vie- l'édition est un produit de plus en plus rapidement périssable- n'ait pas comme ont dit « trouvé son public ».

Forcément, si les gens ont cru qu'il s'agissait encore d'un manuel érotique ils ont dû être déçus !

 

joueraumonde COUV4bis

 


Repost 0
Published by Jouer au monde - dans Publications
commenter cet article
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 17:39

image-sites-400pxPlus que 15 jours pour commander vos livres à AutresMondes, les derniers envois seront faits le 31 décembre au matin! Est-ce pour cela que depuis quelques jours je reçois des commandes groupées: 5 exemplaires de Aimer plusieurs hommes, 6 exemplaires de Him-li-co? Les lecteurs et lectrices se découvrent-ils pleins d'amoureux ou de petits enfants à qui offrir ces livres? Ou est-ce plutôt un mouvement spéculatif tablant sur l'effet "collectionneurs"?

première couvJe penche pour la seconde hypothèse en voyant sur Amazon- pour ne citer que le géant honni- "Aimer plusieurs hommes" en pocket proposé à... 199,50 euros avec pour argument la rareté de l'ouvrage "absolument introuvable", etc, etc... Je ne sais pas s'il trouvera preneur, mais j'attends pour voir si je suis potentiellement riche, sachant que j'en ai gardé quelques exemplaires chez moi! Cela dit, essayer de vendre un texte obsolète en format poche à ce prix alors que la version actualisée en grand format est actuellement affichée sur AutresMondes à  9 euros (+ frais d'envoi), c'est un peu du foutage de gueule. Comme tout mouvement spéculatif, vous me direz.

J'ai trouvé encore mieux. Ou pire. "Vaincre la peur de l'eau", en collection Marabout de poche est affiché à 264 euros! Et 149 euros pour "Bien dans l'eau, bien dans sa peau".  A la décharge des spéculateurs, ces deux livres là sont épuisés, réellement, très peu d'exemplaires circulent encore. Pas comme la trilogie de mes romans érotiques, encore en vente chez l'éditeur pour 13 euros, et que certains proposent à 50 euros!

jazz-feeling-trio.jpgConclusion: sachant qu'il reste 146 Him-li-co (contes disparus en 1967, réédités à AutresMondes en 2009 et qui ne le seront plus) environ 110 Aimer plusieurs hommes, 4 Frapper les cieux d'alignement et 3 Jazz O' feeling, une commande à Autres Mondes n'est plus une dépense, c'est un investissement

 

 


 


Repost 0
19 mai 2013 7 19 /05 /mai /2013 20:40

joueraumonde COUV4bisLes romans se conservent bien, sauf incendie ou dégâts des eaux, et pourtant sans avoir de date de péremption, leur durée de vie est de plus en plus courte : 3 à 6 mois en librairie, sauf exceptions. Les raisons sont connues : l'éditeur publie beaucoup pour faire de la trésorerie, car chaque nouveau titre, acheté d'avance par les diffuseurs et les libraires (rémunérés par une réduction sur le prix de vente public) lui apporte une belle rentrée d'argent. De son côté le libraire doit vendre vite pour faire face à l'afflux mensuel de nouvelles parutions, et pour récupérer de la trésorerie, car l'avance qu'il a payée à l'éditeur lui sera remboursée sur les invendus, appelés « retours libraires ». Enfin, pour limiter les frais de stockage, l'éditeur pilonne une partie des retours, quitte à rééditer en cas de demande inattendue.


image-sites-400pxcouv century3 copie

 

Ainsi, en un an ou deux, le stock disponible d'un roman non best-seller- c'est à dire 90% de la production- est réduit comme une peau de chagrin, ce qui le rend invisible au lecteur éventuel. Qui ne le trouvera pas chez son libraire (lequel souvent lui affirme à tort que le livre est épuisé) et ne le trouvera chez Amazon que s'il le cherche, en connaît le titre, etc.

 

 

A Autres Mondes, sans aucune envergure éditoriale ni commerciale, nous avons fait le pari d'éditer et/ou diffuser des livres quasi introuvables ailleurs du fait de la faiblesse du stock restant ( Frapper les cieux d'alignement, l'Algue fatale) soit des livres inédits (le CDI de Dieu), soit des livres vraiment épuisés (Himlico, Aimer plusieurs hommes).

 

A parpremière couvt Aimer plusieurs hommes qui sera encore disponible quelques mois, les autres titres vont bientôt être totalement et réellement épuisés et ne seront pas réédités en raison d'un rythme de vente qui a permis de payer l'imprimeur, les auteurs et les responsables du site web, mais pas le travail de gestion, comptabilité et expédition. Or on se lasse du bénévolat, d'autant que ce n'est pas la partie la plus excitante du métier d'éditeur.

dsirsA titre d'exemple, il reste 7 exemplaires seulement de « Autres désirs, autres hommes », dont nous garderons 2 à titre « collector », histoire de voir ce qu'ils vaudront dans quelques années ! Ce livre ayant déjà eu une carrière chez Pocket, il a fait ici sa vie et la finira avec l'épuisement du stock, précipitez-vous !

algue.jpgLes fervents de l'« érotisme au coin de la rue », de ces nouvelles joyeuses dont les héros ne sont pas forcément de riches héritiers, n'auront-ils que leurs yeux pour pleurer ? Peut-être pas, grâce au plan B que vous découvrirez ici...

Que les amoureux des autres titres et les collectionneurs se précipitent car il est peu probable que nous réitérerons ce plan B... excepté pour Aimer plusieurs hommes, en solidarité avec les amoureux.

 

 

Frapper les cieux d'alignement





Repost 0
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 11:23

A l'occasion de la Saint Valentin fête DES amoureux, vous avez pu découvrir sur le site www.autresmondesdiffusion.fr la vidéo originale réalisée par « Douze Films Productions » pour illustrer la découverte des amours plurielles par un couple. C'était un hommage à la tendresse et à la tolérance avec un clin d’œil aux cinéphiles, que nous vous demandions de découvrir pour avoir une chance de recevoir en cadeau une lecture amoureuse.

Ce concours est à présent terminé et AUCUN internaute n'a trouvé le film, et encore moins la séquence à laquelle nous avons voulu rendre hommage. On nous a surtout cité « Jules et Jim » et « Sérénade à trois», plus quelques autres.

Pour connaître la réponse, allez sur le site, vous y verrez la séquence dont s'est inspirée la réalisatrice.

En prime, une photo du film original.

nma.jpeg

 


 




Repost 0
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 13:17

bougies_d__anniv.jpg… mais pour moi ça veut dire beaucoup. La très officielle « Commission paritaire des Publications et Organes de Presse » vient de qualifier « Causette » dont je vous ai déjà parlé ici de « Publication d’information politique et générale ». Une première pour un magazine féminin ! Et un beau cadeau d’anniversaire pour les trois ans de ce magazine né le 8 mars 2009 que de plus en plus de lectrices (et pas mal de lecteurs) aiment toujours davantage, preuve, n’en déplaise à Beigbeder, que l’amour ne dure pas trois ans, mais peut commencer sérieusement à partir de 3 ans J

Si cette nouvelle me plaît, c’est parce que j’aime ce journal, certes, mais surtout parce qu’il a réussi en prenant systématiquement le contrepied de ce qu’on propose d’ordinaire en matière de projet de presse.

Paradoxe 1: ce magazine féminin a été initié par un homme, Gregory Lassus Debat, qui fut journaliste à L’Huma, à France 5 et autres medias généralistes et voulait répondre à sa copine et aux copines de sa copine qui ne se reconnaissaient pas dans les féminins qui « les prenaient pour des Quiches ». Belle idée, il n’était pas le premier à l’avoir eu, je connais plein de gens de presse qui ont souhaité un jour faire un féminin  « intelligent » et se sont cassé le nez sur les impératifs budgétaires et les diktats des pubs cosmétiques et modeux. Lui, Gregory et son copain Gilles Bonjour (qui bossait dans une banque) se sont endettés : 90 000 euros en prêt à la consommation à un taux indécent, je veux dire cher, c’est dire si aucune banque ni groupe de presse n’étaient prêts à investir dans leur projet. Ils ont aussi choisi de se passer de pub dans un premier temps- de toutes façons, les annonceurs ne se bousculaient pas !- et de s’en tenir dans un second temps aux pubs exclusivement culturelles.

Paradoxe 2: malgré cette incertitude financière,  Causette a recruté de vrais journalistes issus de la presse généraliste ainsi que des pigistes, tous payés normalement : « On a ramé les 18 premiers mois, reconnaît Liliane Roudière, rédactrice en chef, mais on a voulu que les gens soient payés correctement, condition sine qua non pour faire du journalisme de qualité.  Depuis que ça marche, les salaires ont été augmentés, et les pigistes ont même bénéficié d’augmentations rétroactives ».  Quand je vois certains magazines, malgré la pub, être bricolés avec des stagiaires et des pigistes payés au lance-pierre, et des magazines sur Internet proposer à des blogueurs ou auteurs de céder gratuitement leurs articles en leur faisant miroiter « visibilité et notoriété », le professionnalisme de Causette est vraiment réjouissant, d’autant que la réussite est au bout de ce professionnalisme.

En effet, après un démarrage lent et une image de magazine « féministe », donc forcément, pour les détracteurs, « chiant, agressif, avec du poil aux pattes et la haine de l’homme », les lectrices ont commencé à affluer, ravies de lire des articles intelligents, informatifs, engagés, féminins et bourrés d’humour. Féministe, Causette ? Pas du tout. A moins que ce ne soit féministe de penser que les femmes peuvent s’intéresser à la politique, à l’économie et à la culture tout en aimant la bonne chère et en étant jolies…  Au bout d’un an, le magazine a fait des bénéfices et de bimestriel il est devenu mensuel en 2011 tout en préservant l’équilibre financier.

combishort_2.jpgParadoxe 3 : alors que les groupes de presse- dans le groupe Marie-Claire, c’était trois « panels » par mois- se ruinent en études de marketing pour cibler leurs lectrices : jeunes citadines branchouilles, mères de famille provinciales, divorcées bientôt Cougar, ménopausées qui n’osent l’avouer… et s’épuisent à vouloir coller aux attentes des lectrices c’est-à-dire, en gros, à leur offrir ce qu’elles ont déjà aimé au lieu de leur dénicher du nouveau et intéressant, Causette ratisse large : de 15 à 90 ans, dont un tiers d’abonnées qui pour un grand nombre ont reçu l’abonnement en cadeau… de leur chéri !  C’est la preuve que les lectrices ne s’identifient pas à un « segment de marché » mais tout simplement aiment lire ce journal pour son contenu. Comme on lit un news magazine ou un quotidien, ce qui devrait être l’objectif de n’importe quel journal.

Paradoxe n°4 : cette Publication d’Information politique et Générale ne nie aucunement sa féminité pour avoir l’air sérieux, à l’inverse des femmes politiques qui singent les manières masculines pour être prises au sérieux. Elles écrivent sur la sexualité des femmes, interrogent les candidats à la présidentielle sur l’égalité salariale entre hommes et femmes, se maquillent et s’habillent avec soin et interviewent des femmes célèbres ou inconnues.

Bref, Causette illustre merveilleusement l’idée qu’un concept réfléchi auquel on croit fermement a toutes les chances de réussir même s’il sort des sentiers battus de la logique dominante. Comme diraient mes copains de TINA : there are others alternatives. Comme je l’écris si souvent : on peut ouvrir les possibles. A moins de deux mois de la présidentielle, imaginer que d’autres projets de société sont possibles, même et surtout s’ils vont à l’encontre de la logique dominante qui ne marche plus trop bien, est particulièrement réconfortant.

Je poste ce billet le 7 mars alors que l’anniversaire de Causette est le 8 mars,  simplement parce que le 8 mars est la Journée Internationale des femmes, et que cette journée façon « espèces à protéger » m’insupporte et m’insupportera, tant qu’il n’y aura pas une Journée des hommes pour célébrer l’autre moitié de l’humanité. 


causette-copie-1.jpg

 

Repost 0
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 12:58

joueraumonde COUV4bisLe 18 janvier, sort mon roman : « Jouer au monde ». Comme le blog ? Oui. Si ce n'est que le roman n'a pas ce titre à cause du blog. C’est le blog qui s'appelle « Jouer au monde » à cause de ce livre qui me tient à cœur depuis plus de quinze ans.

Dans ces années 90, je trouvais que la vie, contrairement au vin, ne se bonifie pas avec le temps. Les uns après les autres, mes amis perdaient leurs enthousiasmes en même temps que leurs cheveux et se rangeaient dans les mêmes logements, mêmes distractions, mêmes lectures, même ennui... Conformistes et résignés à l'être. Deux chocs pétroliers et plusieurs crises– déjà!- avaient gommé les utopies  au profit de l'économie. Depuis 1986 à peu près, on avait le sentiment qu'une certaine vision du monde, utopiste et généreuse, s'écroulait, terrassée par l’argent-roi et les traders voraces déjà très « bling-bling »

fran_oise_27.jpgJe refusais cette donne si peu affriolante et me posait sérieusement la question : pour rester fidèle à soi-même et ne pas « se ranger », faut-il être forcément dérangé ? (mes choix de vie personnel et professionnel ayant été souvent qualifié de folie j’avais quelques raisons de me le demander.)

funambule.jpgAlors j’ai pris un congé sans solde de trois mois et écrit « Jouer au monde », dont les deux héros, Antoine et Marine, ont le don de créer leur propre univers pour résister à la morosité du monde adulte. Autour d’eux se sont greffés une vieille dame sensuelle et fantasque, une communiste désabusée en plein chagrin d'amour, un hôtelier homosexuel surendetté,  deux baroques émigrés d'Europe de l'Est, un businessman gréco-romain joueur et philosophe, la mère de Marine, sereine, et celle d'Antoine qui a voulu vivre plusieurs vies en une. Tous posent à leur manière deux questions : « Que faire de sa vie ? Que fait la vie de nous ? » Dans ce maelström insolite,  la rencontre d’Antoine et Marine  se joue sur le fil du désir, fragile, si fragile... A la fin de la toute première version, Marine mourait pour ne pas décevoir Antoine. Histoire d’amour tragique, forcément  tragique. J’étais alors en pleine recherche existentielle…

Je me rappelle, comme un souvenir lumineux, le coup de fil personnel de Dominique Aury, auteur d’Histoire d’Ô : « J’ai lu votre manuscrit, je voudrais vous en parler, venez me voir chez Gallimard ». C’était quelques années avant sa mort, elle avait 85, 86 ans…. Elle descendit lentement l’escalier et me dit : « J’ai beaucoup aimé votre roman, on y suit très bien le déchirement de Marine et d’Antoine, mais je voulais vous prévenir : aucun éditeur ne le prendra. – Pourquoi ? – Parce qu’il n’est pas dans l’air du temps, et aujourd’hui on publie ce qui est dans l’air du temps ». Deux autres éditeurs ayant eu la même réflexion, je rangeai mon manuscrit, tout en notant soigneusement les critiques que je trouvais intéressantes.

première couvdsirsQuand je l'ai repris, du temps avait passé.  « Aimer plusieurs hommes » et quelques autres titres m'avaient permis de trouver comment, au lieu de regretter le temps des rêves, agir pour transformer ceux-ci en réalité. « Jouer au monde », toujours, mais  pas pour le fuir. Pour y vivre pleinement. Du coup, il devenait absurde de faire mourir Marine. Une autre fin s'est imposée, certains personnages ont pris de l’importance, d’autres en ont perdu, j’ai élagué, corrigé, réécrit… et repris mon parcours des éditeurs dont je retiens deux souvenirs. Le refus le plus original que j’ai jamais eu : « J’ai lu votre manuscrit. Très bien écrit, très bien construit. Les personnages sont attachants. Et alors ? Alors je ne crois pas que je saurai le lancer. Pourquoi ? Je ne sais pas. »   Le bonheur le plus grand, bien sûr, fut l’acceptation du roman par l’éditrice, trentenaire, qui m’a dit : « Même si cette histoire se situe à une époque que j’ai peu connue, je m’y suis reconnue. On y trouve les questions que l’on se pose à l’entrée dans la vie adulte, quand on redoute la laideur des jours ordinaires. »

C’est une histoire d’amour à une époque charnière de l'Histoire, une pure fiction dont aucun des personnages n’est inspiré d’une personne réelle. Pourtant, en le lisant, mon cher et tendre m’a dit : « J’entends ta voix derrière chaque phrase, c’est le roman qui te ressemble le plus. »  C’est sans doute pour cela qu’il me tient tant à cœur…


4eme-couv--JAM.jpg

 

Repost 0
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 16:27

marais.jpegPassé quelques jours à pédaler sur les chemins du Marais Poitevin, pays de la terre et de l’eau où les gens se saluent quand ils se croisent et vaquent à de paisibles occupations au milieu d’un entrelacs de canaux et de prairies, où les écrevisses, les anguilles et les escargots pullulent, permettant à des aubergistes de vous servir des repas somptueux pour le prix d’un sandwich/demi à Paris. Certes, cela n’efface pas la crise, mais cela fait un bien fou de voir que la vie reste belle malgré les efforts conjugués des financiers, des politiciens et des journalistes pour nous la nocebo.jpgpourrir. Oui, il y a des jours où on se demande s’ils ne se sont pas donné pour mission de nous désespérer, d’ailleurs un psychiatre a écrit un livre passionnant sur le sujet : « Le mystère du nocebo », qui démontre que l’excès d’information alarmantes et alarmistes « nuit grave » à la santé, au -delà des simples anxiétés, dépressions ou insomnies.

Ce dont on a besoin, ce n’est pas d’un optimiste béat, bien sûr, ni d’incantation du genre « croissance, croissance, pouvoir d’achat ». On a besoin de croire en l’avenir, que le monde fasse rêver, que le risque et l’aventure redeviennent des valeurs positives, loin du tout-sécuritaire qui stérilise l’imaginaire et fait de l’Autre un ennemi. Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles qu’on n’ose pas, c’est parce qu’on n’ose pas qu’elles sont difficiles. Et cela ne date pas d’aujourd’hui, cela ne date pas de la crise…

P1020375« Entassez mille familles dans des cubes de brique, dix mille dans du marbre ou cinq cent mille dans l'or, l'encens ou la myrrhe, elles engendreront malgré leurs robinets en or et le thermostat super perfectionné de leur chauffage électrique intégré le même ennui qui suinte aujourd'hui des façades grises… Le petit garçon avec ses crayons et son papier veut toujours dessiner des hommes en couleurs, mais la couleur ne fait pas l'homme. Disparu, l'homme. Chasse subtile, coup de gomme radical sur son univers qui le laisse plus seul et nu qu'un exil.

Le voici chassé de la rue, parce qu'il n'y a plus de rues. Chassé de la collectivité, car il n'y a plus de collectivité. Chassé de la fête, car il n'y a plus de fête. Mais à l'homme des villes nouvelles, on crie quand même : « Attention à la rue, attention aux voisins, attention aux excès, insécurité, insécurité ! », pour transformer ses souvenirs en pièges redoutables, arracher ses nostalgies à la racine et l'inciter à se réfugier dans un décor rassurant où des fontaines artificielles éclairées au néon projettent des gouttes de polystyrène multicolores.

« A la Défense, aucun élève de maternelle ou de primaire n'aura à traverser de voirie automobile » (« Bulletin d'infor­mation Epad », n° 12). Apprenons-leur aussi à nager sur un pliant, devant une photo de la mer, de peur des embruns, et reléguons l'aventure au rang des accessoires pour fanas de western. Vive l'air conditionné, les ascenseurs ultra rapides, la mort douce par inhalation de gaz toxiques inodores, les assurances tous risques, le changement dans la continuité et pour finir, madame, mademoiselle, monsieur, comme le prévoyait le génial Boris Vian, voici la cage tout confort pour élever les enfants sans danger.

Ce texte date de 1979, il est extrait de mon livre-enquête sur l’urbanisme « Frapper les cieux d’alignement ». Il reste plus qu’actuel…

Pour finir sur une note gaie : aujourd’hui sort  « Sexe, cuisine et (in)dépendance » (J’ai Lu), un livre plus joyeux qu’érotique (quoique Thérèse, dit-on, rit quand on…) qui m’a fait éclater de rire quand j’en corrigeais les épreuves. Par les temps qui courent, y a rien de mieux pour fortifier les abdominaux et détendre les trapèzes.

 sexe cuisine

 

 

 


Repost 0
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 15:33

Un coup de flemme, ce jour. Ayant écrit un grand texte sur ce thème sur ma page "Françoise Simpère" (des nouvelles de..."  je vous en donne le lien

Et si vous avez envie de "faire le buzz", n'hésitez pas 

 

couv century3 copie

Repost 0
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 09:01

 

L’été 2009, je publiai dans mon blog un billet intitulé :himlico.jpg

Les bons contes font les bons acquis  

où je racontais combien les contes de Micheline Maurel ont enchanté mon enfance et sans doute influencé positivement l’adulte que je suis devenue, à tel point que j’avais toujours conservé ce livre, que mes filles ont également adoré. Un commentateur laissa un message, pour me dire que ce billet l’avait beaucoup ému, car Micheline Maurel était sa sœur aînée et venait de mourir à l’âge de 93 ans. Curieuse coïncidence… 

J’ai demandé à monsieur Maurel comment me procurer quelques exemplaires des contes de sa sœur, car le mien était en piteux état. Il me répondit qu’il n’y en avait plus, car personne n’avait réédité ce livre en France depuis 1958. Nous avons sympathisé et c’est ainsi, de cette rencontre inattendue qu'est née la réédition de « Him-li-co » et autres contes de Micheline Maurel, avec un conte supplémentaire, publié en Suisse mais jamais en France, « Le petit garçon qui aimait les nuages.

HIM-LI-CO-GRAND-MERE-BEBE.jpgHim-li-co,  bébé aux yeux bridés, transforme la vie de ses frères et sœurs blonds aux yeux bleus. Une fillette entre dans son livre de contes illustrés et se retrouve au XIIIè siècle. Un garçon rencontre un homme vieux de plusieurs siècles parce qu’il a su, enfant, échapper au déluge au nez et à la barbe de Dieu. Un frère et une sœur voyagent jusqu’à la Lune et au centre de la Terre avec l’ascenseur de leur immeuble. Une minute s’échappe de l’Horloge du temps et n’en fait qu’à sa tête. Un rêveur survole la terre  sur un nuage…

ASCENSEUR.jpgAvec des personnages de leur âge, capables de s’affranchir magiquement des limites de temps et d’espace, Micheline Maurel transforme la vie des enfants en conte magique, sans avoir besoin de fées, d’ogre ou de princesse. Ses héros sont curieux de tout, tolérants, fraternels et débrouillards. Des qualités dont Micheline Maurel, résistante et déportée à l’âge de 27 ans, a su très tôt l’importance. Comme « le petit Prince » ou « Harry Potter », ces contes ont plusieurs niveaux de lecture et peuvent plaire à tout âge. Pour les illustrer, j’ai fait appel à une graphiste de 23 ans, Anna Lubinski, qui les a lus et a aussitôt accepté de s’associer à ce projet. Avec enthousiasme et talent.

J’ai écrit ailleurs combien je suis déçue que « Le CDI de Dieu » ou « l’Algue fatale » n’ait pas connu le même succès auprès des lecteurs que « Aimer plusieurs hommes », car ces deux romans, l’un plein de fantaisie, l’autre thriller écologique, apportent eux aussi une vision du monde écologique et poétique, en offrant de surcroît l’évasion de la fiction. J’espère de tout cœur que « Him-li-co et autres contes »  vous donnera envie de lire pour le plaisir.  Comme les autres livres, il est disponible sur www.autresmondesdiffusion.fr  

 image-sites-400px

 illustrations et couverture ©anna lubinski, et éditions Autres Mondes, reproduction interdite sans autorisation de l’auteur

Repost 0
27 juin 2010 7 27 /06 /juin /2010 20:04

 

compijaune.jpgPendant 10, 20, 30 ans… j’ai défendu l’écologie, la combishort et les amours plurielles dans un combat quasi solitaire… et voici qu’aujourd’hui l’écologie fait la Une des medias (un peu moins depuis que NS a décrété « l’environnement ça commence à bien faire », preuve s’il en était besoin que les infos reflètent la voix de son Maître, mais tout de même… quand je pense à tous les projets d’émission sur l’écologie qu’on m’a refusés au motif que « ces sujets n’intéressent personne »…)

Depuis deux ans, les combishorts sont en bonne place dans les collections et les vitrines d’été et même d’hiver.

Depuis quelques mois les pluriamoureux sont tendance, mes chers, vous ne pouvez pas imaginer !  Toute la presse, les radios et les TV en veulent et en parlent, guettez les programmes et les sorties en kiosque J ! 

Quel avantage à précurser les tendances ? Aucun. Il m’est même arrivé de cauchemarder des faits-divers sanglants qui se sont réalisés, ça fout la trouille, non ?  Et quand on est en avance, on se sent seul, si seul…

Alors si je vous dis aujourd’hui qu’il est urgent de lire ces trois ouvrages, n’attendez pas dix ans, faites le et offrez-les à vos amis. Ils vous en remercieront quand ils pourront parader dans les apéros géants en disant « Le CDI de Dieu ? J’ai été un des premiers à le lire, c’est un roman étonnant... » « Aimer plusieurs hommes ? Mais non, il n’est pas épuisé, il a été réédité et j’en ai d’ailleurs un exemplaire dédicacé. « L’Algue fatale ? Quelle histoire, mon cher ! Savez-vous qu’il existe une autre caulerpe, Caulerpa Racemosa, encore plus envahissante, dont personne  ne parle encore mais je vais vous raconter… (seuls les acheteurs des 30 exemplaires proposés sur le site www.autresmondesdiffusion.fr  auront les infos de première main sur cette affaire.)

 

 couv century3 copieCe ne sont pas des critiques littéraires, mais des lecteurs qui disent :

Le CDI de Dieu ? Je me régale. C’est dur de faire durer le plaisir, de décider que ce ne sera qu’un chapitre par jour et de s’y tenir (Blutch)

J’ai lu le CDI de Dieu. Je vais acheter une boutique de cartes postales en espérant qu’Harro passe m’en acheter une et m’emmène avec lui. (Sandra)

C’est un livre extraordinaire… Il y a une touche de Vian dans cet auteur (Tant-Bourrin)

Un livre qu’il faudrait pouvoir lire les yeux fermés… pour se laisser envahir par les rêves qu’il suggère. Un vrai délice. (Gustavio)

Un livre étonnant dans une langue imagée, hybride de Vian et San Antonio. (Olivier)

Un vrai bonheur, cette verve à la fois poétique, imaginative et décalée (Tatie)

 

 

première couv

 

L’auteur de  référence sur le sujet (le Monde 2)

A lire cet été, des articles dans Madame Figaro.fr,  le Nouvel Obs, Envy, Libération

A écouter sur France-Inter l’émission du dimanche 4 juillet, 16h : « Un homme, une femme, un café, l’addition, avec Romain Goupil dans le rôle de l’homme)

A voir à la rentrée, un documentaire sur les pluriamoureux, dont on reparlera ici.

 

 

 

algue.jpgFiction ou pas : un sacré bouquin ! Même si l’on connaît bien le dossier, on a du mal à trouver la limite entre la fiction et la réalité. (revue Mer et Littoral)

Comment un tel phénomène (la prolifération de la caulerpa taxifolia) a-t-il pu se produire ? Les hypothèses sont nombreuses et Françoise Simpère a utilisé la forme romanesque pour pouvoir les énumérer sas risque de procès… (Sud-Ouest Dimanche)

Françoise Simpère s’interroge sur l’inertie des Pouvoirs publics, qui malgré les cris d’alarme des scientifiques, n’ont rien fait (France-Soir)

Avec Monaco, des intérêts immobiliers, des rivalités de laboratoires et quelques milliards en toile de fond, on sait bien que tout cela est possible, plausible… (Sciences-Frontières)

A partir de la menace réelle de Caulerpa Taxifolia, ce roman, développe un suspense où se mêlent services secrets français, mafia, savants, sans oublier la belle Clara (Impact Médecin)

( critiques parues lors de la parution du livre, en 1999)

En toile de fond il y a la caulerpe qui permet, à mon sens, de mettre en évidence l’un des problèmes majeurs de la société actuelle : le profit à tout prix, quelles qu’en soient les conséquences humaines ou écologiques. Ce fait… constitue pour moi une agression quotidienne ». (Jean-Pierre Lorit, interprète du rôle masculin principal de « Eaux troubles » mini série inspirée de l’Algue fatale)

 

bannière copieMerci de ne pas m’écrire directement pour commander les livres, et d’aller  

sur www.autresmondesdiffusion.fr

Et comme nous n’avons décidément pas une âme de gestionnaire, nous avons décidé de transformer ce site en plate-forme rebelle et culturelle et d’y accueillir plein d’amis et partenaires artistes, musiciens, théâtreux, poètes, éditeurs, activistes, etc… qui partagent les valeurs solidaires, ludiques, culturelles et écologiques d’Autres Mondes. Plus on est de fous, plus on rit.

 

Sur ce, je pars quelques jours loin de tout écran… à bientôt.

 

bato.jpg

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture