Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 août 2008 4 07 /08 /août /2008 12:32

« Il y a des faits-divers sanglants en été… Enfants kidnappés, alpinistes emportés par une avalanche, règlements de compte à la sortie des bals du 14 juillet, émeutes dans les prisons… ce lot d’épouvantes passe en été entre deux spots de pub ensoleillés qui vous recommandent de boire modérément l’apéritif anisé dont par ailleurs on vous matraque le nom jusqu’à… plus soif ».

Ces lignes d’un billet de juillet 2007 restent d’actualité. La trêve estivale vaut pour les infos internationales ou politiques,  pour les analyses et les débats, mais pas pour le fait-divers émotionnel et cet été en est fourni. Je n’ai aucune envie de revenir sur l’atrocité des faits ni de m’appesantir sur la souffrance indicible des parents. Perdre un enfant est un drame si  indicible qu’il n’existe aucun mot pour définir ce deuil, alors qu’il existe orphelin ou veuf/ve quand on perd ses parents ou son conjoint.

En revanche, bien que journaliste moi-même, je suis atterrée par l’indécence des caméras qui traquent la famille, les larmes, les obsèques… parce que l’émotionnel, ça vend bien coco, alors qu’au niveau informatif ça n’a aucune valeur.  Je me souviens d’une réalisatrice me racontant qu’après avoir filmé une victime « digne et courageuse », elle avait appelé sa productrice qui avait questionné : « Est-ce qu’elle a pleuré ? – Non. – C’est nul, je veux des larmes, retournes –y, dis lui n’importe quelles horreurs mais arrange toi pour avoir des larmes sinon ton film, tu te le mets où je pense… » La jeune réalisatrice, en service commandé, était retournée harceler la victime… (authentique !)

Stupéfiant aussi que les victimes se prêtent au jeu des reporters qui leur disent parfois, c’est certain : « Vous pourriez nous redire, ça, le son était mauvais. Et n’oubliez pas de commencer votre phrase en reformulant la question, sinon, c’est compliqué au montage ». Et les mères en larmes obtempèrent. Le culte de l’émotionnel a aussi créé cette manie qu’un ministre se déplace immédiatement ou va aux obsèques d’une victime, histoire de montrer qu’il occupe le terrain, terrain aussitôt colonisé par des équipes de tournage pour recueillir la déclaration officielle.  Un animateur sur RMC a eu le courage de s’en indigner : « Je perdrais un enfant, j’aurais envie qu’on me foute la paix, qu’on me laisse me recueillir seul avec mes proches ! »

Le fait-divers réveille aussi les « y a qu’à » émotionnels. On découvre brusquement qu’il existe des psychotiques qui peuvent –de façon rarissime heureusement- passer à l’acte.  Or, partout dans le monde, quel que soit le pays, il y a 1% de schizophrènes et 1% de maniaco-dépressifs aussi appelés bipolaires. Ça fait rien qu’en France 1 300 000 malades mentaux contrôlables avec des traitements et un suivi psychiatrique approprié. Mais dans les faits, on manque de structures, on manque de psychiatres et les familles- j’en ai côtoyé lors d’un dossier sur la schizophrénie- sont très souvent démunies, désemparées.  « Y a qu’à les enfermer ! » Comme l’a dit justement un policier : « Si on devait enfermer tous les gens un peu bizarres, il n’y aurait plus grand monde dehors. » En dehors d’un délire, le psychotique semble normal alors que la maladie est toujours là.  Et lors de mon enquête, il m’est arrivé de me demander où était la vraie folie des hommes, tant le délire du malade lui semblait logique alors qu’il voyait notre monde si dangereux et angoissant.

Le fou psychotique, incarne l’irrationalité totale, avec l’impossibilité de prévoir s’il sera un jour ou non dangereux. Il nous met face à cette difficile vérité qu’on ne peut pas tout maîtriser et c’est pourquoi il fait si peur. En revanche, les « drames familiaux » : un père tue sa femme et ses deux enfants avant de mettre le feu à son pavillon, un père pend ses deux fillettes avant de se suicider. Un homme tue son ex et se suicide, une femme jette son bébé par la fenêtre, essaie de tuer son aînée et de se suicider… qui ont causé 15 morts, dont de nombreux enfants, rien qu’au mois de juillet, sont relégués à la page faits-divers.  Depuis toujours, les crimes dits « passionnels » bénéficient d’une relative indulgence, alors qu’on pourrait tout aussi bien penser qu’il est monstrueux de tuer des gens qu’on prétend aimer. J’ai même entendu un auditeur demander « Il va être poursuivi ? (en parlant d’un père meurtrier) mais c’était son enfant. » Entendu il y a deux jours : « Encore un enfant décédé après avoir été oublié dans une voiture ». Le « encore » signe la banalisation du fait.  D’ailleurs, une amie m’a fait frissonner en affirmant tout tranquillement qu’elle comprenait qu’on puisse oublier son enfant dans une voiture quand on est fatigué ou stressé. La folie psychotique effraie, le stress meurtrier est admis… La guerre aux milliers de morts encore plus.

Cela ne date pas d’aujourd’hui. Dans un livre découvert pendant les vacances, « l’Affaire Winston », de Howard Fast, un capitaine de l’armée américaine est chargé d’assurer la défense d’un sergent qui, sous le coup d’une crise de folie reconnue par l’expert psychiatre, a assassiné un gradé britannique. Le jeune capitaine dit à son général : « C’est étrange. Ce type va sans doute être pendu pour avoir tué un homme. Moi, j’en ai tué quinze à la guerre et on m’a décoré. » Le général lui offre aussitôt un verre d’alcool et lui dit que pour raisonner ainsi, il doit avoir petit moral…

Ce livre m’a été donné par le voileux rencontré à Serifos. Je l’avais pris sans enthousiasme- bôf, un livre de guerre- uniquement parce que je n’avais plus rien à lire, et ne l’ai plus lâché jusqu’à la fin, savourant le contraste entre l’intensité de l’écrit et la sérénité de la plage grecque. Je vous le recommande fortement.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans Humeur
commenter cet article

commentaires

S@m 08/08/2008 20:29

Vous parlez de la folie des hommes et c'est deux réponses à quelques uns de ces brins de folies.Le premier lien, à la folie d'un monde financier qui ressemble à un casino. Dans ce reportage, le monde financier se trouve explicitement comparer, voir davantage que comparé à un casino lorsqu'il remarque que la solution économique proposée par Greenspan à une certaine époque n'a fait que légaliser une pratique condamnée, pratique dont la figure principale est un financier du monde des casinos, Milken. Ainsi, ce documentaire date l'époque du décrochage de la finance de l'économie réelle pour une économie virtuelle. Par économie réelle, il entend les personnes et l'esprit humain... (Pour le reste, cela fait 80 Min de documentaire.)Pour le deuxième, le sujet des attentats du 11 septembre lasse, mais en matière de folie humaine, le monde a dépassé un certain degré de folie - avouez-le ! Or aux USA, ces événements ont donné lieu à une crise de conscience des citoyens US très peu relayée par la média traditionnelle en ce sens que cette crise de conscience supplée à ces médias sous la forme d'une autonomie critique et collective. Ainsi, n'est-ce pas tant le sujet que la forme du sujet qui me semble apporter une réponse à la folie humaine : une forme d'autonomie critique et collective. Et quelque part, cela change complètement l'idée qui se forme habituellement des USA : diverses crises de consciences citoyennes qui oeuvrent à des changements - tel est le point commun de ces deux liens.Folie ?!? Folie humaine ? Pour le reste, la folie me semble tout autre que de cultiver irrationnellement l'émotion, l'émotion face aux symptômes nombreux des déséquilibres de nos modes de vies... Quand je me sens fou, je me sens tout autre : lucide et euphorique et non, terrassé, la raison terrassée et paniquée.P.S.: Je ne prend pas pour argent comptant le contenu des liens que je vous ai communiqué, mais j'y constate un recherche de recul par rapport au culte de l'émotion facile. Recherche de recul ne signifie pas pour autant que la juste distance est trouvée...

seignez denis 08/08/2008 18:16

Salut Françoise , cela me fait très plaisir de te voir si lucidequant au métier de  journaliste  ainsi que de l'utilisation de l'émotion négative pour manipuler les gens. bisou , Denis

françoise 08/08/2008 18:15

à Sam: je n'ai pas compris le lien de votre commentaire avec le billet.

françoise 08/08/2008 18:13

à Lunairia: merci de rappeler que les schizos sont bien plus souvent en souffrance qu'agressifs, et que la maladie mentale, parce qu'elle fait peur aux autres, les met dans une terrible solitude. J'en connais, et ceux qui vivent le mieux sont ceux qui ont un noyau relationnel avec d'autres gens que des soignants ou des malades.

lunairia 08/08/2008 12:14

Petite je cotoyais une personne shizophrène sans la savoir.C'tait une cousine de mon père, sa clinique était proche de notre maison alors mes parents l'invitaient régulièrement le dimanche histoire de lui changer les idées.Elle était très attachante, je l'aimais beaucoup, j'aimais beaucoup parler avec elle.Mais elle souffrait beaucoup, et son état s'est dégradé et elle est morte tragiquement.Elle n'était aucunement dangeureuse pour les autres, c'est pour elle même qu'elle l'était.Purée j'en ai les larmes aux yeux !

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture