Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 16:13

Vous en rêviez depuis des mois. Ce jour là, le cœur battant, vous avez osé franchir la porte. L’hôtesse vous a remis une serviette et une clé de vestiaire, puis informé gentiment sur le caractère « coquin » du lieu avant de reprendre sa conversation téléphonique. C’est alors que vous avez remarqué qu’elle était enceinte jusqu’aux yeux. Paradoxalement, cela vous a apaisé- une future mère, c’est rassurant- et choqué, comme si le bébé pouvait voir ce qui se passait en ces lieux. Il ne s’y passait pas grand-chose d’ailleurs.  Vous avez entendu des gémissements de plaisir et vous êtes dirigé vers eux, pour découvrir qu’ils provenaient d’un film X devant lequel s’astiquaient silencieusement trois hommes mûrs.  Au sauna, un couple nu s’embrassait et se caressait. Vous vous êtes assis près d’eux, surpris qu’ils vous laissent les observer, un peu gêné de votre érection naissante sous la serviette. Mais la femme vous a souri, a posé une main sur votre cuisse et vous a caressé quelques instants, tout en suçant son compagnon.
Ils se sont vite levés pour sortir. La chaleur du sauna les incommodait. Quelques instants après, l’homme est revenu vous voir. Il vous a demandé si vous accepteriez de « baiser sa femme comme une chienne». Vous avez suivi, hésitant. Dans la cabine fermée à clé, vous n’osiez pas regarder la femme offerte. Les deux époux ont souri : « c’est un jeu, n’ayez pas peur, a dit l’homme. Allez-y à fond, elle adore ça. » 

Dans la brasserie voisine où je prenais un café au bar, j’ai remarqué votre air troublé. Il a suffi d’un échange de regards. Très vite vous m’avez raconté combien c’était bizarre, cette femme inconnue que jamais vous n’auriez osé aborder dans la rue, écartant ses jambes pour vous sous les yeux de son mari qui l’encourageait.  Vous étiez bien loin de vos fantasmes sulfureux, loin de votre quotidien amoureux où les filles refusent presque toujours. Le sexe était devenu si simple que vous n’en reveniez pas, mais vous vous demandiez si c’était bien ou mal. 

Ni bien, ni mal. Réel. Le sexe résumé aux gestes est extrêmement banal. Filmés en gros plans génitaux- c’est tout l’ennui des films porno- le président de la république, une actrice sublime, un écrivain, un ouvrier fraiseur ou une call-girl donneraient des images similaires.  Ce n’est pas mauvais de le savoir, si cela permet aux gens de se décomplexer sur les prétendues prouesses amoureuses nécessaires pour être « un bon coup », si cela conduit les filles trop romanesques à cesser de se pâmer « je l’aiiiiiime ! » dès qu’un homme les fait jouir, parce qu’elles auront découvert que ce plaisir peut s’obtenir avec bien du monde et même des inconnus. La banalisation du sexe a l’avantage de lui  ôter son côté interdit, sulfureux, et d’apprendre à ne plus confondre plaisir et amour.

Ensuite, tout dépendra de ce que vous ferez de cette réalité.

Vous pouvez ne plus avoir envie de faire l’amour, ce qui serait dommage…

Ou alors vous dire qu’il faut augmenter les doses pour retrouver des sensations fortes, essayer des techniques de plus en plus hard, des jeux sexuels de l’extrême, des stimulants chimiques…. C’est ce qu’essaient de vous faire croire les marchands de sexe tarifé qui commercialisent de l’excitation avec la même logique que les trafiquants de drogue et le même résultat addictif, où le plaisir cesse d’être épanouissant pour devenir destructeur.

Vous pouvez enfin, débarrassé des tabous qui parasitent la sexualité (c’est mal, c’est sale) débarrassé des confusions entre sexe et amour (chantage affectif, enjeu excessif) vous interroger enfin sur son mystère, si bien résumé par Benoîte Groult dans « Les vaisseaux du cœur », que je vous engage vivement à lire si vous voulez connaître mieux les femmes : « Comment capter cet espoir de ciel qui luit entre les jambes des hommes et des femmes ? »

Cet espoir de ciel qui fait courir l’humanité depuis qu’elle existe…  A présent que vous avez constaté la banalité des gestes, il vous reste à comprendre pourquoi ces gestes peuvent être juste excitants ou totalement bouleversants. Découvrir le désir qui vous fait trembler en regardant sourire telle fille qui vous plaît et pourquoi vous avez envie de goûter sa peau et pas une autre ?

« Un désir né… à cause de son air libre et serein, sa façon d’habiter son corps, les livres qui dépassaient de sa besace, sa réaction quand il a vu que je le regardais bander… Et puis non, ce n’est même pas cela. Mon désir est né de l’émotion irrationnelle qui m’a saisie à la seconde où il est entré dans le wagon… Le désir ne s’explique pas, c’est ce qui fait son charme et sa profonde injustice. » (Ce qui trouble Lola.)

Le désir ne vous ennuiera jamais car il n’est pas répétitif. Je vous souhaite de savoir le suivre et de refuser le reste. Et, comprenant qu’il est libérateur de parfois dire « non », de respecter les refus des filles qui ne vous jugent pas, ne vous en veulent de rien mais simplement ne vous désirent pas. Vous en rencontrerez forcément qui vous désireront et que vous désirerez, et là, vous aurez la réponse à votre question : « C’est dommage que le sexe soit si banal, non ? » Oui, ça l’est si vous vous en tenez au sexe. Non, ça ne l’est pas, si cette banalisation vous délivre de vos inhibitions et vous  permet d’explorer ensemble vos fantasmes, de découvrir ce trésor qu’on appelle intimité qui n’a pas de recette autre que le temps et l’attention, et de vous amuser en faisant l'amour, car c'est aussi un jeu délicieux. 
J’espère que vous lirez ce billet, car vous ne m’avez donné ni votre nom, ni votre adresse.

 

 

 

 

 

AUJOURD’HUI 16 MARS, JULIEN COUPAT, N°D’ECROU 290173, ENTAME SON 5è MOIS DE DETENTION A LA PRISON DE LA SANTE SANS AUCUNE PREUVE QU’IL AIT COMMIS LE MOINDRE DELIT. NICOLAS S. SI PROMPT A JOUER LES LIBERATEURS (INFIRMIERES BULGARES, MEMBRES DE L’ARCHE DE ZOE, INGRID BETANCOURT, FLORENCE CASSEZ) EST BIEN INEFFICACE SUR CE DOSSIER LA.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans EROS
commenter cet article

commentaires

Ménalque 05/04/2009 03:38

Soyez-en offusquée, ce sera plus amusant, c'est juste que pour ce qui est du maniement du second degré de l'ironie, Voltaire fait figure de référence. Et, pour ce que j'ai lu et écouté de Boris Vian, c'est la liberté d'imagination de son écriture et l'engagement de ses choix de sujets. Remarquez que l'écriture de Voltaire avait elle aussi une certaine liberté d'imagination qui, à certains égards, préfigure la science-fiction - MicroMéga - à l'introduction de laquelle participera Boris Vian. Certes, Volatire est trop ironique, voire sardonique et Vian plus humoristique et lorsque vous dite que ce qui vous intéresse le plus, c'est la peau inutile qui entoure le phallus et que l'on appelle "homme", l'expression joue sur l'ironie, même si elle se veut davantage humoristique qu'ironique. Pour l'humour, ce n'est pas du Voltaire, mais pour comprendre cet humour, il faut se diriger du côté des roueries de François Arouet. Littéralement, "peau intuile qui entoure le phalus et que l'on appelle homme", c'est de l'ironie, de l'ironie méchante, soit sardonique, mais ce n'est justement pas à prendre au pied de la lettre : c'est de la fausse ironie.Pour ce qui est du côté romanesque de l'histoire réelle que vous racontez, je pense qu'il s'agit là d'un grand tort de considérer que seuls les histoires fictives ont un côté romanesque. Je ne m'étendrai pas sur le sujet, mais si la personne qui vous a transmis cette histoire réelle se laisse piéger par l'impression d'avoir été "cette peau inutile qui entoure le phalus et que l'on appelle homme", il risque de ne jamais comprendre ce qui lui est arrivé.C'est toute la complexité du désir, complexité qui s'exprime parfois avec la fulgurance d'un trait d'esprit. J'ai une fois compté pas loin de 5 à 6 figures de styles en neufs mots chez un ado de 16 ans :"Les murs tremblaient,Les chaises volaient,Le tableau souriait."(J'ai vécu cette scène alors qu'il ne l'a pas vécu, sinon au travers du récit de ses congénères, mais je n'aurais pu mieux le traduire : j'en étais vert de jalousie lorsque je lui ai expliqué l'enchaînement des figures de styles de ses quelques mots.)Il y a de cette même fulgurance dans le récit qu'il vous a transmis. Beaucoup de personnes parle de savoir vivre et d'art de vivre au figuré, sans mesurer ce que sont le savoir et l'art. Art et savoir ne signifient pas une moralité bien pensante comme le sens figuré de ces termes "savoir vivre" et "art de vivre", tout comme le savoir et l'art ne jouent pas un rôle de figuration que la moralité bien pensante le voudrait.Blablabla

françoise 04/04/2009 11:31

à Ménalque: Vous êtes la deuxième persone à me trouver "Voltairienne", étonnant, non? Moi qui me situais plutôt du coté de Boris Vian, côté humour et images, dois-je en être offusquée ou flattée?

Ménalque 04/04/2009 03:19

"Pour le reste, je suis d'accord avec vous, j'ai bien souvent écrit ici ou ailleurs que ce qui m'intéresse est toute la peau inutile qui entoure le phallus et qu'on appelle l'Homme :)"Hahaha ! Vous êtes comme çà, vous !?! Vous jouez sur le pouvoir de l'ironie à dire le contraire de ce que vous pensez, mais qui ne s'en pense pas moins autour de vous ! Voltaire jouais de la même ironie en ce sens qu'il a écrit nombre de choses qui se pensait de son époque en laissant sous-entendre qu'il pensait le contraire de ce qu'il laissait entendre.Hahaha !Je ris bien de moi-même, de l'indécrotable naïveté qui m'empêche de saisir à quelques occasions le second, voire le troisième degré de votre écriture.

paula 21/03/2009 15:39

Bravo Françoise pour ce si beau billet...la sexualité la plus "hard" peut être purement mécanique et immensément ennuyeuse s'il n'y a pas cet élément volatile et insoumis qu'est le désir....et inversement un simple frôlement de genou est absolument bouleversant et même orgasmique si c'est l'être tant désiré qui vous le procure....

longuesjambes 21/03/2009 10:22

Exactment !pas un mot de plus, pas un commentaire en plus !

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture