Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 novembre 2008 3 19 /11 /novembre /2008 00:34

Souvent dans ma tête se confondent « 1984 », de G. Orwell et « le meilleur des mondes » d’Aldous Huxley . Parce qu’ils parlent au fond du même monde, robotisé, surveillé, d’un totalitarisme pas forcément brutal, plutôt  doucereux, qui mène à la soumission, fait dire « que veux-tu, c’est comme ça ».
Envie d’éructer. Et pourquoi ? Pourquoi accepter l’inacceptable ?  Pourquoi soutenir un système économique qui a appauvri des millions de personnes et pillé l’environnement au profit d’une minorité qui demande qu’on l’aide à poursuivre dans le même sens.  

1984, c’est l‘année où je disais à une copine « avant, on manifestait pour que ça change, aujourd’hui on manifeste parce que ça ne change plus. » Après deux ans d’euphorie,  d’avancées sociales et de sentiment qu’enfin, ça y était, on l’aurait ce monde plus juste, c’était fini. Brusquement, les fonctionnaires étaient des parasites, l’entreprise une valeur sacrée, l’argent un but en soi. La bourse grimpait au milieu des années 80, les Golden boys (les mêmes qui, vieillissants, ont aujourd’hui des Golden parachutes) faisaient la Une des magazines et les Yuppies, surmenés mais riches et propres sur eux, passaient pour les héros des temps modernes.

1984, c’est l’année où j’alertais les camarades CFDTistes : « mais c’est plus la gauche qu’on a là, faut réagir » et les entendais répondre, embarrassés : « C’est vrai, mais on a tellement attendu qu’ils soient au pouvoir, on ne peut pas leur mettre de bâtons dans les roues. »  1984, c’est l’année de cette émission « Vive la crise » où Yves Montand, homme de gauche, célébrait les valeurs du capitalisme libéré et Bernard Tapie, repreneur d’entreprises à bas prix et grand spéculateur devant l’éternel devenait un modèle, puis un ministre et l’ami du président.

1984, c’est le début du processus qui permet aujourd’hui à Warren Buffet, l’homme le plus riche du monde, de ricaner : « Karl Marx avait raison, la lutte des classes  existe, elle n’a jamais cessé d'exister. Sauf qu’aujourd’hui c’est nous, les riches, qui l’avons gagné. »
Il a raison : idéologiquement, les pauvres sont devenus des assistés, les chômeurs des paresseux et les parvenus des exemples à suivre, quelles que soient les crimes et la malhonnêteté qui les ont enrichis.  Sous les milliers de morts de n'importe quel conflit, cherchez le pétrole, le gaz ou les minerais rares. Et on s'y résignerait?

Est-ce de pire en pire ? Oh que non! Il n’est même pas besoin de remonter à l’esclavage sous la Rome Antique, à la traite des noirs ou au massacre des Indiens pour en être convaincu.   « Ne jamais oublier que le bas prix de la main d’œuvre non seulement est avantageux en lui-même pour le fabricant, mais rend l’ouvrier plus laborieux, plus réglé dans ses mœurs, plus soumis aux volontés qu’on lui impose. » (P. Brisson, Histoire du travail) Ca date d’avant la guerre de 14. Pendant la guerre, on parlait de la distinction entre civilisés et sauvages, même si des « sauvages » étaient envoyés au casse-pipe pour le salut de l’occident.  L’Allemand était présenté comme un être malpropre puant la sueur…  « On peut affirmer sans se tromper que si les taux de salaires étaient beaucoup plus flexibles, le chômage se trouverait considérablement diminué. »  C’était en 1929.  Les salaires baissaient, le chômage continuait d’augmenter. Ca n'a pas changé...

1984, c’est la fin d’une très courte période, la parenthèse enchantée dont parlait Françoise Giroud, « avec pilule et
sans SIDA » mais aussi pendant laquelle dans de nombreux pays du monde on pensait que le progrès passait par l’amélioration des conditions de vie et de travail du plus grand nombre.  Peu avant sa mort, Françoise Giroud avouait qu’après avoir toute sa vie cru qu’on pouvait agir pour un monde meilleur, elle pensait que finalement, l’homme était foncièrement mauvais.

En 1984, je me souviens avoir lancé au ciel à mon Père, mort fin 83 : « T’en fais pas, papa, tu ne manques rien ». Il y a quelques jours, faisant le point avec une cousine sur l’état moral ou plutôt amoral du monde, nous nous sommes écriées en même temps : « Heureusement que nos mères ne voient pas cela ! »


Et puis, il y a la vie, toute proche. Les concerts et manifestations pour tel ou tel groupe menacé, les pétitions lancées contre le massacre en République du Congo si peu démocratique (ex-Zaïre), un garçon perdu de vue pendant deux ans, de retour à Paris et qui m’appelle,  des discussions avec des jeunes heureux de vivre qui veulent construire un monde plus doux et plus tendre, des altermondialistes actifs même si pas encartés, qui me font oublier le désabusement d’ex-militants de mon âge aujourd’hui aigris ou indifférents. Il y a des paysages intacts, quelques mots échangés dans un train avec un vieux africain, un petit-déjeuner joyeux avec des gens qui croient que prendre le temps n’est pas perdre son temps, le désir encore à fleur de peau,  ma capacité à harceler des méchants et des malhonnêtes jusqu’à ce qu’ils lâchent prise,  la révolte toujours présente…  Tout ce qui rend vivant dans un monde craintif.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans Humeur
commenter cet article

commentaires

Françoise 21/11/2008 17:26

à Philibo: heureusement on y croit encore un peu?
à TB: t'étais tout petit dans ces années là, non?
à longues jambes: et ce n'est pas fini!
à Andiamo: tu as raiso, les deux livres sont très différents et pourtant je les associe spontanément, c'est étrange.
à SF: et Fabius comme Hamon se sont fait traiter de gauchos par un journaliste du nouvel obs', ouarf, ouarf!
à Lung Ta: j'y ai pensé aussi, j'en ai lu des extraits et pense l'acheter. Ou le voler, tiens, à Warren Buffet!
à Sam: bien spur, il y a eu des progrès, mais le fond du fond de l'homme a quand même de sales recoins difficiles à récurer. Quand aux hedges funds, n'en parlons pas.
 

S@m 20/11/2008 11:18

A l'échelle de l'histoire de l'humanité, les choses m'apparaissent différement et la résistance de certains archaïsmes, comme la volonté illusoire de tout contrôler ne peut que paraître plus compréhensible. Du point de vue social, des progrès ont été fait au regard de la situation d'il y a 100 ans, nombre de ces progrès ne nécessitent plus de lutter pour les acquérir dès lors que la volonté de ces progrès s'est traduite institutionnellement. Il n'y a qu'à comparer le système de santé européen et le système de santé états-unien ou encore les systèmes de santé du reste de la planète ou encore, ce qu'il en était il y a 100 ans en Europe même. Certes, l'acquis de ces progrès reste précaire autant qu'ils sont loin d'être suffisant, mais il ne s'en est pas moins opéré quelques changements de mentalité à grande échelle au cours du dernier siècle relativement nouveau par rapport à la mentalité qui a précédé. Certes encore, ces nouveautés ont eu leurs précurseurs, mais le changement de mentalité qui s'est traduit par ces précurseurs n'avait pas du tout la même échelle. A regarder l'évolution de nos sociétés comme celle d'une personne, je ne vois pas comment ne pas se rendre compte que comme une personne, nos sociétés ne peuvent changer du jour au lendemain, que de tels changements représentent plus qu'une société ne peut sur un faible nombre de génération, qu'une telle volonté de changement implique le risque de changements débridés. D'un point de vue politique, cela fait à peine plus deux siècles que le droit divin a commencé à être abandonné en Europe, ce qui n'empêche pas les démocraties d'attendre aux plus hauts postes de leurs institutions des demi-dieux semblable à des héros, attente qui n'est pas des meilleurs si elle doit servir de critère pour un jugement politique critique. Enfin, pour ma part, je m'amuse souvent à comparer le monde adulte à celui de l'enfance. Le principale apprentissage de l'éducation consiste à apprendre à consacrer une plus de trente ou quarante heures/semaine à travailler et il n'y en a jamais un pour rendre une copie parfaite, pas même les enseignants.Je ne pense pas que l'aigreur soit une question d'âge, j'étais aigris avant l'âge quelque part, parce que les beaux discours n'étaient plus que de beaux discours nostalgiques se gargarisant d'acquis et qu'il n'y avait plus de changement majeur à attendre à ma génération, juste la maturation des changements en cours et encore.

Lung Ta 20/11/2008 08:42

voyant certaines de tes citations je repense au récent livre de François Ruffin "La Guerre des classes" chez fayardbises

Saoulfifre 20/11/2008 00:01

Peu après 84, c'est le virage à droite du PS, piloté par Fabius, qui se fait passer aujourd'hui pour le représentant de l'aile gauche. Il faut vraiment pas avoir de mémoire pour y croire plus d'une seconde !Pareil qu'Andiamo, je vois beaucoup de différences entre la construction intelectuelle lisse et très "science fiction" d'Huxley et le monde noir, totalitaire, angoissé d'Orwell, qui était un militant, un combatant (proche du Poum, dans la guerre d'Espagne) qui mettait les mains dans le cambouis politique.

Andiamo 19/11/2008 16:25

BonjourEn 1984,je me débattais dans des boîtes pas terribles, suite à la fermeture de mon entreprise. Je me présente dans une petite boîte, discussion avec l'employeur, il se lève, puis de la baie vitrée de son bureau, me désigne un homme, : voilà ce type était chef d'atelier, un gars très très compétent, sa boîte a fermée, chez moi il est P2!Et voilà résumé en quelques mots la loi de l'offre et de la demande, cet endoffé s'était offert un cheval de course pour le prix d'un âne !Mais enfin dans le monde d'Huxkley : l'amour est libre, dans celui d'Orwell, il est réprimandé (si ma mémoire est bonne) 

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture