Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 20:05

 

TAOA Amerique Latine2

 

 

Cultivons-la-ville2-1024x381

equipeJ'avais parlé, ici, de trois jeunes diplômés de retour d'un voyage d'un an en Amérique Latine. Ils y avaient étudié les expériences d'économie solidaire- notamment  les monnaies alternatives et sociales- puis avaient créé en France l'association TAOA « there are others alternatives ». pour promouvoir d'autres formes d'échanges économiques que le capitalisme. Un an plus tard, le voyage n'est pas oublié, ni relégué au rang de super souvenir. Deux des trois protagonistes, Anne-Cécile et Matthieu, continuent de porter la « bonne parole » auprès des collectivités locales pour monter des projets financés par des monnaies alternatives, auprès des citoyens pour les inciter à agir sur leur économie quotidienne (par exemple dans un Jardin urbain) et dans les écoles pour apprendre aux gamins les bienfaits du troc et de l'échange plutôt que des jouets achetés et jetés aussi compulsivement. Ils travaillent en réseau avec les SEL, SOL et autres associations qui promeuvent un peu partout un modèle de société plus sobre et plus solidaire, où il fait bon vivre.

Si vous êtes enseignant, parent ou éducateur intéressés par cette démarche, n'hésitez pas à contacter Matthieu ou Anne-Cécile.

un million de révoAilleurs dans le monde se passent, discrètement mais efficacement, des milliers de « révolutions tranquilles » : des citoyens refusent les multinationales de l'eau et reviennent aux régies municipales nettement moins chères, en Inde et en Afrique, des femmes apprennent à d'autres femmes à fabriquer, réparer et entretenir des fours, des lampes et des chauffages solaires, ce qui leur permet à la fois d'être énergiquement indépendantes et de créer leur propre boulot, aux Etats-Unis la ville de Detroit, sinistrée de l'automobile, revit, avec des jardins potagers, des librairies, des restaurants, des cinémas... créés et gérés par les habitants. Plus radicaux, des citoyens américains quittent mafalda1discrètement la société qui les a endettés et enlisés. Quand je dis « quittent », c'est à fond ! Ils disparaissent des fichiers administratifs, des comptes clients bancaires, de tout... et se débrouillent pour vivre comme des robinsons. Moins radicaux, des millions de gens changent doucement de façon de vivre, mettent en commun leurs savoirs, créent des centres de soins, montent des sociétés coopératives de production (SCOP) qui marchent d'enfer, tandis que certaines entreprises en difficulté sont sauvées par leurs salariés en devenant des SCOP. Des paysans adoptent la permaculture et autres techniques permettant d'avoir d'excellents rendements sans OGM ni intrants chimiques. Même la FAO (Food and Drug Administration) reconnaît que cette agriculture là a plus de chances que l'agriculture intensive de nourrir les milliards de terriens - sans les empoisonner ni leur fourguer des cancers.

 

Flyer-La-Cantine-du-plan-B1

 

Acheter et cuisiner bon, bio et local- c'est aussi le pari du « Plan B » qui vient d'ouvrir une cantine de ce type à prix étudiant et qui, sachant que la nourriture intellectuelle est également primordiale pour être heureux, organise des spectacles et des animations plusieurs fois par semaine. Si vous passez à Poitiers, allez les voir, ils sont super sympas !

Et le plus surprenant, c'est que tout ceci se passe quasiment au nez et à la barbe des politiciens, des décideurs économiques et des journalistes... tout ce très petit monde continuant à raisonner et disserter pompeusement avec des schémas d'une autre époque, dépassés... tandis que « les vrais gens » comme ils disent, ont déjà inventé d'Autres Mondes plus souriants. (devise des éditions Autres Mondes:)



 

 

 

 









Partager cet article

Repost 0

commentaires

Françoise 19/01/2013 23:40


à TB: Yeah, man, and it's rock and roll :)


à Andiamo: en hiver, le jardin se repose et a terre se refait une santé (on a mis du compost et de la paille) et on se tourne vers des activités hivernales: confection d'objets et de condiments
"maison".


à Blutch: oui, il est dommage que la décroissance soit imposée par la crise et non choisie, mais je veux croire que les consuméristes fous vont découvrir ainsi d'autres joies que les achats
compulsifs, et s'apercevont qu'il existe plein de bonheurs qui ne s'achètent pas.


à Evelyne: et comme cela existe, ce ne sont déjà plus des utopies...

Saoul-Fifre 19/01/2013 23:39


A mon humble avis (je connais un peu le coin), chez "Ambiance bois" sur le plateau des Millevaches, le mot "bois" m'évoque le verbe boire au présent de l'impératif  d%~p


 


Pour l'agriculture en afrique, il est évident qu'il faut utiliser les techniques bio, plus économes en eau et enrichissant le sol en matières organiques ! Les engrais chimiques aggraveraient la
fragilité et la latérisation de leurs sols. Sans parler de leur dépendance à l'occident.

Evelyne Sinnassamy 19/01/2013 22:44


Par un heureux hasard, il y a eu aujourd'hui à 13h15 sur France 2 un reportage de Michel Monpontet (qui a fait "Mon oeil") sur des utopies réalisées dans la Sarthe (les poules), en Belgique et
sur le plateau de Millevaches avec des entreprises comme "Ambiance bois" ou une boucherie qui s'appelle "le temps des cerises", un tas d'exemples pour vivre autrement, et mieux...

Blutch 19/01/2013 14:33


Finalement, les accapareurs, les voleurs, les escrocs de la finance nous donnent, dans les pays riches, l'occasion de revoir notre mode de vie vers une façon plus saine d'exister. Je serais prêt
à les en remercier, si leur prédation n'était pas dans le registre de l'assassinat pour les pays du tiers monde et les plus faibles qui vivent à l'ombre de leurs maisons de maître.

L'objection de croissance n'est pas seulement de gaspiller le moins possible, mais aussi de  choisir à qui on achète les produits nécessaires en fonction des coûts écologiques et de la
prédation politique du pays de production.
Depuis la guerre du Viet-nam, je reste un adapte du boycott citoyen. Je me souviens que Coca-Cola n'avait pas apprécié du tout d'avoir été la cible emblématique du made in USA et avait fortement
influencé Nixon pour qu'il cesse cette guerre (30% de baisse de vente dans certains pays, tout de même...)
Comme disait Coluche: Il suffit que personne n'achète leur merde pour qu'elle ne se vende pas.

Andiamo 19/01/2013 13:13


Crois-tu que pendant et un bon moment après la guerre les gens qui possédaient un petit jardin entretenaient une pelouse et des fleurs ? 


Ils faisaient pousser des légumes oui !


Et toi ton jardinet il a bien produit tu nous avait raconté ça, as-tu des poules ? Rentre-les il fait froid. 

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture