Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 19:29

P1010076Une lettre à envoyer, dans une enveloppe rapportée de chez moi, je veux dire de la maison de mon enfance à présent vendue … Instantanément, l’odeur de cette enveloppe fait ressurgir le bureau de mon père avec tous ses détails, les étiquettes sur les meubles, l’agencement des étagères, le bruit de la porte sur laquelle il fallait donner un coup de pied pour l’ouvrir…  Tout comme l’odeur d’un foulard de ma mère ressuscite le tiroir de son armoire, puis dans un travelling mémoriel, l’armoire elle-même, la chambre, la fenêtre d’où elle saluait ses voisines, et rêvait  mélancoliquement lorsque l’une d’elles disparaissait et que ses volets, en face, restaient fermés.

« Tout d’un coup le souvenir m’est apparu. Ce goût, c’était celui du petit morceau de madeleine que le dimanche matin à Combray (parce que ce jour-là je ne sortais pas avant l’heure de la messe), quand j’allais lui dire bonjour dans sa chambre, ma tante Léonie m’offrait après l’avoir trempé dans son infusion de thé ou de tilleul. La vue de la petite madeleine ne m’avait rien rappelé avant que je n’y eusse goûté. » A la recherche du temps perdu, Marcel Proust.

caf_.jpgLa madeleine de Proust est affaire d’odeur plus que de goût. Le goût est limité : sucré, salé, acide, amer, voici tout ce que nos papilles sont capables de distinguer. Ce qui donne du goût aux plats, du caractère aux vins, ce sont leurs effluves, et c’est pourquoi les gens atteint d’anosmie (perte de l’odorat) ne trouvent plus aucune saveur à ce qu’ils mangent et boivent. L’odorat est une mémoire subtile, quelques molécules parfumées suffisent pour que s’enclenchent les images :

-l’odeur de petits-beurre écrasés, limite rances : le fond de mon cartable rouge en carton bouilli du CP, quand j’y oubliais des miettes de gâteaux.

homme_nu.jpg-L’odeur tiède d’un homme, si semblable à la mienne que j’ai su d’instinct que nos peaux aussi se reconnaîtraient, comme des jumelles tactiles.

-Et celle d’un autre qui m’a incommodée bien avant que je réalise que je ne le désirais plus.

-Le parfum des Hélichryses italiennes, fleurs d’immortelles aux effluves d’anis et de curry qui m’avertissent avant la sirène du ferry que nous approchons de « mon » île grecque.

-Les senteurs mêlées d’encens et de bougies de ma petite planète, comme une douche mentale apaisante, dès que j’ouvre la porte.

P3.jpg-Les senteurs de deux ou trois eaux de toilettes masculines, réminiscence immédiate d’une démarche et d’une grâce portées par des molécules de vétiver ou d’ambre. Je me retourne désormais sur les hommes qui les portent.

photo Lars Stephan

-L’odeur des livres neufs qu’on hume avant de lire la première ligne.

-Celle d’amande amère des petits pots de colle blanche : cours de travaux manuels à l’école, on l’étalait avec une minuscule spatule striée qui laissait des traces poisseuses sur les doigts.

-L’odeur du feu de bois dans les rues des villages en hiver : quiétude, silence de rues sans aucun éclairage, longues nuits, lourdes couettes surpiquées.

tom___lou-anh_france_30_oct_2007_-_003_copie.jpg-Odeur vacancière des viandes grillées au barbecue…

-Odeur de lait caillé, de sueur dans les plis, d’eau de Cologne fraîche mêlée d’un peu de vomi : ça pourrait faire gerber et pourtant quel plaisir, cette odeur sure des bébés !

-Odeur des maisons, de n’importe quelle maison, chacune reconnaissable les yeux fermés, rien qu’en ouvrant la porte.

-Soupe de légumes et désinfectant, terrible odeur des couloirs d’hôpital à 18h.

-Odeur de cire et de pommes : escaliers parisiens, immeuble Haussmann. Je n’ai jamais su pourquoi les pommes…

-Odeur miellée de l’Amsterdamer que fumait mon prof de philo, dans le sillage de laquelle s’élançaient ses élèves féminines envoûtées comme par le petit joueur de flûte.

-Odeurs de soi : humer sa petite culotte, secouer les draps quand on pète. Ces parfums là sont comme les enfants : on n’aime que les siens !

dsc01377_cavepanayota__c__aj.jpg-L'odeur de néoprène, celle des combinaisons de plongée, qui me fait voyager dès que j'ouvre l'armoire où elles passent l'hiver.

-Celle d'eau de javel, associée pour moi non aux tâches ménagères mais aux vestiaires joyeux de la piscine.

-Et sur les lèvres, goût et parfum confondus, les embruns et le sel de la mer…

Ce monde ci est plein d’odeurs, ferment de tant d’images et de sensations. C’est peut-être pour cela que je n’aime pas le monde virtuel : je ne peux pas le sentir.

 

album-400843.jpg

 

Site livres: http://www.autresmondesdiffusion.fr


 


 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

françoise 09/05/2010 13:21



@ Pierre: et le monde vittuel prévilégie la vue, donc l'apparence, et l'ouie, donc le verbe et les sons. Au détriment des émotions archaïques portées par les trois autres sens. Sacré amputation!


0TB: l'odeur des vieilles maisons, c'est magique, ça ressucite de très anciennes années.


à Usclade: j'ai mangé des amandes d'abricot quand j'étais gamine, et on me grondiait en me disant que ça contenait un poison surtout si le noyau étaut un peu amer, mais je vis toujours...


à Marin: Internet est come les trois quart des choses, utile tant qu'il est un outil et non un objectif, inoffensif quand il n'est pas addictif. Mais il favorise tout de même l'addiction, par le
système des liiens qui conduisent à d'autres liens et d'autres encore...


à dido: je ne connaissais pas ce livre, je vais le dénicher...



dido 06/05/2010 08:24



chère françoise, je vous conseille un livre si vous ne l'avez pas déjà lu, cela vous inspirera si ce n'est déjà fait, "matière et mémoire" de bergson, qui dit sensation du monde dit un peu
phénoménologie, ah poésie quand tu nous tiens,



Marin 05/05/2010 09:37



La proposition d'un chemin.


 


(ça n'était pas passé à la fin du com)



Marin 05/05/2010 09:36




Internet dans ses malheurs de sa vertu est comme « les trois quarts de l’univers qui peuvent trouver délicieuse l’odeur d’une rose, sans que cela puisse servir de preuve, ni pour condamner
qui pourrait la trouver mauvaise, ni pour démontrer que cette odeur soit véritablement agréable » (Sade).Et internet est de ce monde moderne et factice, plastique, en ce sens que la
modernité crée la matière et les formes, comme à partir du pétrole ; » le pétrole me paraît très nettement l’odeur la plus parfaite du désespoir humain, si le désespoir humain a une
odeur »(Pierre Mac Orlan). Internet n’est qu’un nouveau support, un support immatériel à ce que les odeurs ont porté depuis des millénaires animaliers.







usclade 04/05/2010 22:48



Pourtant ce monde virtuel qu'on ne peut pas sentir, qui nous prive des odeurs, des sons, des images - ou au mieux qui nous les restitue échantillonnés, pixellisés, reconstitués... - bref ce monde
virtuel laisse passer les mots. Et ces mots là, forcément réducteurs, compactés dans la signification qu'on leur accorde, sont quand même poreux. Alors d'une certaine façon, lorsqu'on est prêt à
les recevoir, ils diffusent en nous les sons, les images, et les odeurs que les souvenirs y ont imprégnés.


Des maisons de famille vendues, on devrait conserver, au lieu de s'en débarrasser dans les dernières fournées, quelques vieux magasines empaquetés dans quelques rideaux, le tout sous vide, car
c'est peut être ceux là qui nous en feraient vivre l'odeur le plus longtemps.


Quand à la colle d'écolier, cet été, n'hésitez pas à manger goulument un bon abricot du Roussillon, avant d'en exploser le noyau avec un casse noix : vous y trouverez à l'intérieur une étonnante
amande blanche qui vous replongera dans vos rêveries sur votre pupitre d'écolier...



Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture