Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 18:47

J’ai commencé le journalisme sous d’agités auspices : crise économique (chocs pétrolier de 1973 et 1978) violences urbaines et internationales (guerre du Vietnam, coups d’Etat en Amérique Latine financés par la C.I.A), famines au Biafra, au Bengladesh et ailleurs,  mais avec un fourmillement d’actions positives : débuts de l’humanitaire organisé, féminisme, prise de conscience écologiste relayée par « la Gueule Ouverte » et un supplément au Nouvel Obs qui s’appelait « le Sauvage » ( eh oui ! Il fut un temps où les socialistes s’intéressaient à l’écologie en dehors des périodes électorales !)

rebelle_fran_oise_1973.jpgArrivant de province, je découvrais ce métier merveilleux dont j’ai toujours pensé « quelle chance d’être payée pour me cultiver… »  A l’époque, le tarif du feuillet était de 100 francs, le SMIC à 1200francs environ. Transposé aujourd’hui, ca ferait un feuillet à environ 90 €. De quoi faire rêver les rédacteurs Internet d’aujourd’hui à qui on propose de pisser de la copie pour 15 € le feuillet… En contrepartie, on bossait comme des malades les soirs de bouclage. Qui se terminaient par un tala, pot joyeux entre journalistes, typos et ouvriers du livre. Tala, Kézaco ? On boit TALA santé d’Untel ou du journal !

nucl_aire.jpgA ELLE,  dirigé par une grande dame de la presse nommée Daisy de Galard, les journalistes proposaient des sujets, elle demandait : « C’est intéressant ? –J’ai l’impression. – Allez voir.» Il pouvait s’agir de la réforme du divorce, d’un film en tournage, de la loi sur l’avortement, du nucléaire, des problèmes des viticulteurs, de l’interview d’un braqueur repenti, des traitements du cancer du sein, du succès inquiétant de la secte Moon…. J’y ai fait tout cela… Au retour de reportage, Daisy demandait si l’enquête valait un papier, et si oui, de quelle longueur. Sans aucune limite liée au coût du papier, au frais de reportage ou aux diktats des annonceurs (genre : « ah non, rien sur le nucléaire, EDF nous achète une page de pub » comme ce fut le cas dix ou quinze ans plus tard) Le seul impératif était d’apporter de l’info nouvelle et intéressante. Et ça marchait : ELLE vendait alors 700 000 ex par semaine.

GOSSIP3.jpgSeul bémol : provinciale, je ne possédais pas les codes de langage de la capitale, tout en superlatifs. A Paris, on n’est pas surpris, on hallucine. Un objet n’est pas démodé, mais kitchissime,  un autre forcément branchouille, et telle robe « sublimissime ». C’est fort, quand elle n’est pas même sublime. Tout est superlatif aux parisiens aisés qu’on surnomme bo-bos, pour qui hors Paris point de salut, qui ne rient pas mais HUR-lent de rire et ont l’impression de partir à l’aventure dès qu’ils s’aventurent au-delà du périphérique ou dans un milieu différent du leur. Comme cette journaliste chroniqueuse qui refusa tout net d’aller faire une interview : « Je ne parle pas à des gens que je ne connais pas. » Exemple extrême… Quoique j’ai rencontré un journaliste d’un news magazine venu faire une enquête sur les difficultés des vins de Bordeaux. Il  arriva le soir après la visite des chais et des propriétaires, assista au somptueux dîner merveilleusement arrosé et repartit le lendemain matin en me disant « Je me suis fait mon idée… De toute façon,  j’ai pratiquement écrit mon papier dans l’avion en venant. »  C’était contraire à l’éthique mais pas forcément à la qualité. C’est ainsi qu’un article sur la prostitution des mères de famille dans les grands ensembles avait été unanimement remarqué et loué… alors que le journaliste n’avait pas fait la moindre enquête. Un jour, passant en voiture avec un ami devant une cité en chantier hérissée de grues, il avait murmuré : « Qu’est-ce que les femmes doivent se faire chier ici ! – Penses-tu, avait suggéré son pote, leurs maris sont au boulot… Je suis sûr qu’elles fricotent avec les beaux ouvriers immigrés. » Il avait vu juste, puisque dans le courrier des lecteurs, quelques femmes confirmèrent qu’elles trompaient l’ennui en trompant leur mari, ce qui leur permettait d’arrondir la cagnotte permettant d’acheter des babioles sans en parler à l’époux. Comme quoi l’intuition peut tenir lieu de talent…

eau.jpgDepuis, chaque fois que je lis le récit d’explorateur d’un journaliste parisien commençant sur un ton inspiré par : « Il pleut sur (Hagondange, Charleville-Mézières, Trebeurden, n’importe où hors  Paris), les rues noires sont désertes, quelques adolescents  désœuvrés sirotent une pinte dans l’unique café de la ville ouvert passé 21h… » je ne peux m’empêcher d’imaginer que le journaleux a rédigé son papier tranquillou chez lui, vu qu’en province il est vite perdu si  le réseau ne passe pas, qu’Internet a une connexion lente et qu’il n’y a aucun ami Facebook. 

Et c’est pourquoi, lasse de lire et d’entendre de doctes analystes en salon affirmer « les Grecs sont comme ci, les Grecs sont comme ça » je vais dès demain aller me faire voir chez les Grecs. Ou plutôt aller les voir, parler avec eux, contempler la mer Egée, et me réjouir de cette lumière unique du ciel Héllène qu’aucune crise financière ne pourra jamais ternir.

P1010311.jpgP1010376.jpg

 

serifos moulin

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

françoise 23/06/2012 19:37


à Azraelle: bien sûr, Azraelle, 100 francs, ça fait 15 euros environ. Mais quand le SMIC était à 1200 euros, toucher 100fr par feuillet, ça correspond à toucher environ 90 euros pour un SMIC à un
peu plus de 1000 euros. C'est une question de rapport entre le SMIC et le prix du feuillet, en francs en 1973, en euros en 2012.

AZRAELLE 23/06/2012 18:22


100 frs ça peut pas faire 90 euros puisque l'euros vaut 6 frs 55 ou quelque chose de ce genre . 100 frs ça fait 15 euros et quelques miettes ...

françoise 23/06/2012 12:54


à Agelina: Andiamo est adorable, c'est bien moi, mais à 22 ans, j'ai pris quelques années depuis


à Andiamo: merci mon Prince, je te reconnais bien là


à Marc: mon grand-père, avant de mourir avait dit "si je devais recommencer ma vie, je voudrais la même... moins les 4 ans de 14/18". Ayant eu la chance de ne pas connaître de guerre, je garde la
première proposition.

Andiamo 23/06/2012 12:11


Réponse à Angélina : Ouiiiii C'EST Françoise, une Princesse vous dis-je, et vous verriez l'original....

Marc 21/06/2012 14:42


Bonjour Françoise,


Je lis régulièrement vos commentaires et ai parcouru plusieurs de vos ouvrages. Je viens de lire un article sur les principaux regrets qu'expriment les morts au moment de succomber et j'ai
l'impression que vous ne les aurez pas car vous avez osé être heureuse et vous avez osé vous en donner les moyens. Un exemple à suivre...


Voilà le lien vers l'article s'il vous intéresse:


http://fr.news.yahoo.com/le-top-5-des-regrets-des-mourants-bronnie-ware.html


 


Bonnes vacances en Grèce!

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture