Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 octobre 2009 7 25 /10 /octobre /2009 18:50

En prévision de quelques jours d'hospitalisation, j'avais rédigé le billet "le dernier tabou" mercredi dernier, publication programmée pour le samedi. Mais voilà qu'entretemps, le jeune Prince consort- ou plutôt qu'on ne sort plus- a renoncé à ses ambitions. Ce n'est plus de la politique, c'est Speedy Gonzales.!!! A moins d'être fortement cocaïné, comment suivre? En tout cas, quelle rigolade de voir les pôv' ministres et autres porte-parole de l'UMP qui s'étaient évertués à répéter que Jean Sarkozy étant le fils d'un génie politique était forcément génial lui-même et le choix évident pour la présidence de l'EPAD… venir à présent affirmer que renoncer à ce poste pour lequel il n'a évidemment ni l'expérience ni la compétence indispensables était une preuve supplémentaire de son génie et de sa maturité. Si le ridicule tuait, on ferait vite place nette mais je me me demande s'il leur donne même des brûlures d'estomac. Avaler des couleuvres semble un remède souverain contre les ulcères et la honte. Reconnaissons tout de même au fils du président le mérite de nous avoir débarrassés- provisoirement- de la grippe H1N1 dont plus personne n'a parlé pendant cette semaine. Normal, les rois guérissaient les écrouelles...


Tout à fait autre chose : j’ai récupéré  mes droits sur « Aimer plusieurs hommes », livre épuisé en version brochée comme en version poche.  J’ai calculé le coût en temps et en argent de son éventuelle réédition  et m’interroge sur le choix de la publication, prévue pour fin 2009/ début 2010 : livre numérique téléchargeable à 6 euros, ou livre imprimé (et dédicacé ) à environ 12 euros ?   Quel serait a priori votre préférence ? Pour me répondre, cliquez sur « contact » en bas de la page. Merci.


 

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans En vrac
commenter cet article
26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 23:23

Participé le 18 juin à l’émission de Brigitte Lahaie sur RMC, pour le Guide des amours plurielles. Durant une pause publicitaire, Brigitte m’a confié : « Quand on a exploré sa sexualité, on sait ce qu’elle apporte et ce qu’elle n’apporte pas. On peut alors avoir avec certains hommes des relations intenses sans sexualité, car on sait que la sexualité n’est qu’un élément parmi d’autres d’une relation amoureuse. Elle prend alors sa juste place. Malheureusement, il reste tant de tabous et de craintes que beaucoup de gens se focalisent sur la question sexuelle, au détriment du relationnel. »

Reçu le lien vers cette vidéo « Sarkozy, vampire des medias » à voir absolument. Tournée par des journalistes suisses, elle montre l’inféodation des journalistes français aux stratégies de communication du président.  Le stupéfiant n’est pas que celui-ci use et abuse de la communication télévisuelle. Comme dit en substance un journaliste : « NS a moins lu que ses prédécesseurs,  mais il a passé beaucoup de temps devant la TV. Il est significatif qu’il ait plusieurs fois dit à des  vedettes de l’écran : « nous faisons un peu le même métier ». On pourrait pourtant penser que la politique ne consiste pas seulement à jouer la comédie… » Le stupéfiant est que les journalistes se prêtent à ce jeu, qu’ils aient une telle fascination pour le strass, le protocole et l’apparat qui accompagnent les princes qui nous gouvernent… D’un pays qui a aboli la monarchie, c’est étrange.

http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=500000&bcid=673809#vid=10784729


Déambulé avec ma fille aînée dans les rues de  Paris.  On regardait les soldes tout en bavardant, et c’était bien plaisant. Je lui ai demandé « Il y a des choses qui te plaisent ? », elle m’a répondu « Oui, mais aucune dont j’ai réellement besoin. » Idem pour moi. On a finalement rien acheté. Sans aucune frustration, car en cas de coup de cœur, bien sûr, on aurait succombé avec délice.  Céder à un coup de cœur, un vrai, ça ne se refuse pas. Mais en shopping comme en amour,  ils ne sont pas si nombreux, et c’est un plaisir de gourmet de rester sélectif…


Apprécié la poésie involontaire de certains spams traduits du coréen en anglais puis en français, le dernier en date avait pour objet : Gain de plus la ténacité et pour message : La puissance de votre flèche et faire de votre fille une fois de gémir! Je n’ai aucune idée du produit qu’il veut promouvoir mais à mon avis, c’est sexuel !

 

Discuté avec un lecteur de la dimension politique du Lutinage. « Imagine que les politiciens, les chefs d’entreprise, et même les citoyens travaillent sur leur ego pour être moins narcissiques, qu’ils décident de partager les ressources et le travail, cessent de se mettre en compétition systématique et troquent la domination contre le dialogue … ces principes indispensables pour vivre le Lutinage harmonieusement modifieraient considérablement la vie en société.   


Décidé de gommer de mon emploi du temps les relations qui me pèsent, les raouts professionnels (il y en a heureusement de moins en moins, crise oblige) et certains dîners qu’on accepte avec des gens dont on ne raffole pas. Cela me permettra d’avoir plus de temps pour les gens dont je raffole…


Terminé mon roman « Jouer au monde » dans la nuit de jeudi à vendredi, d’abord entre 1h30 et 3h30, puis entre 7h et 13h.  Ne reste plus qu’à lui trouver un éditeur, ou à l’éditer. 


En attendant, je m’arrache à votre affection pour partir quelques jours : vélo, nature et papotages entre copines J. J’en rêve ! Retour le 5 juillet.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans En vrac
commenter cet article
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 10:43

J’ai parlé il y a plus de deux ans ici même : http://fsimpere.over-blog.com/article-4964700.html , de ce merveilleux tapis roulant ultra rapide à Montparnasse qui ne marchait jamais. Tellement jamais qu’il va être démonté, car de pannes en chutes, il a amplement démontré son  inutilité. La RATP a tout essayé, elle a même recruté des hôtesses pour expliquer aux usagers comment utiliser la chose… quand elle daignait fonctionner,  mais c’était décidément trop rare.  Coût du fiasco : 5 millions d’euros, ce que perçoit – à la louche- un prof en vingt ans d’activité. On vit une époque formidable...

Pour les parisiens et assimilés : je serai au « Café de l’Amour » (si, si, ça existe, c’est comme un café philo sauf qu’on n’y parle que d’amour !) le 15 juin à 20h au bistrot St Antoine, 58 rue du Fbg St Antoine, près de Bastille. Pour en savoir plus : www.cafedelamour.fr . Et pour les non parisiens, émission de Brigitte Lahaie le 18 juin sur RMC, de 14h à 16h (rediff le même jour à partir de 23h)


De source bien informée, comme on dit, j’ai appris que France Télévisions a reçu comme consigne de parler au minimum de l’Europe et d’insister sur le désintérêt des français pour les élections du 7 juin et le probable fort taux d’abstentions, ce qui décourage d’avance d’aller voter. Ainsi l’UMP, avec plus de 25% des suffrages exprimés, pourra pavoiser, même si 26% de 43% (les abstentions sont estimés à 57%) représentent à peine plus de 11% des électeurs inscrits !

Mais la vraie raison de voter à ces élections est que LA MAJORITE DES DECISIONS QUI INFLUENT SUR NOTRE VIE QUOTIDIENNE SONT DESORMAIS PRISES AU NIVEAU EUROPEEN. Que par ailleurs la majorité libérale actuelle au Parlement Européen a prévu (et demandé à la France) D’ACCELERER LA PRIVATISATION DES SERVICES PUBLICS ET CE QU’ILS APPELLENT LA MODERNISATION DE L’ECONOMIE. On sait tous ce que représente cette modernisation en termes de chômage et de démantèlement social. D’où l’intérêt d’avoir un contre-pouvoir pour le social, l’écologie et la lutte contre la corruption qui gangrène tout : à Bruxelles, me disait Paul Lannoye, député européen, il y a deux lobbyistes derrière chaque député !

Plus que des politiques, il faut élire des députés bosseurs, qui étudient les dossiers, sont compétents pour le faire et vont aux séances.  Avec ce site http://www.parlorama.eu/fr/  vous pouvez voir qui est assidu ou non. Les ténors des listes françaises sont parmi les plus mal notés. Cohn-Bendit, pour l’Allemagne, a été plutôt assidu. Sa colistière Eva Joly n’a jamais été députée européenne, mais elle a donné, y compris en risquant sa peau, dans la lutte contre la corruption. Du côté d’autres « petites listes », il y a bien des personnalités intéressantes… et d’autres qui restent dans la pure stratégie politicienne.

L’important est de se rappeler que si on ne s’intéresse pas à l’Europe, l’Europe s’intéressera à nous. Autant voter pour choisir ceux qui vont le faire !

 

Juste pour le plaisir des yeux... Bon week-end!

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans En vrac
commenter cet article
28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 13:14

Très vite avant d’aller prendre l’air :

Parmi vos commentaires s’est glissée la pub d’un acheteur et revendeur d’or qui n’a rien à faire ici. C’est flatteur puisqu’il paraît que lorsque des commerçants viennent vous squatter, c’est que votre blog devient connu, voire populaire. Mais je ne suis pas là pour leur faire de la pub. J’ai donc supprimé ses commentaires et activé la modération des com’, qui retardera leur publication, mais y a pas d’autre moyen, à moins que quelqu’un m’indique comment filtrer les commentateurs et non les commentaires.


A celles et ceux qui n’ont pas encore lu « Le bonheur est un art subtil », livre sensible, d’une actualité brûlante vu la conjoncture actuelle, et d’une générosité rafraîchissante pour la même raison,  commandez-le directement aux Laboratoires de biologie marine Daniel Jouvance (oui celui là même où votre copine commande des crèmes qui sentent la mer, si bien qu’en la caressant vous avez l’impression de faire l’amour avec une sirène), car l’éditeur PANAMA est en règlement judiciaire.









Merci à Andiamo, des blogbos (lien à gauche) pour m’avoir offert ce croquis.

 

AUJOURD’HUI 28 MARS, JULIEN COUPAT, N°D’ECROU 290173, EST DETENU DEPUIS 134 JOURS, TOUJOURS SANS RAISON, SI CE N’EST LE REFUS DE « PERDRE LA FACE » DE POLITICIENS D’AUTANT PLUS OBSEDES PAR LA CONTESTATION QUE CELLE-CI DEPASSE AUJOURD’HUI DE TRES LOIN LES GROUPUSCULES ANARCHO-GAUCHO-LIBERTAIRE-ECOLOS, Y A MEME DES UMP QUI COMMENCENT A SE POSER DES QUESTIONS, C’EST DIRE …

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans En vrac
commenter cet article
30 janvier 2009 5 30 /01 /janvier /2009 19:57

J’aime beaucoup Erik Orsenna, je l’ai déjà écrit, (http://fsimpere.over-blog.com/article-6596166.html)  parce que cet homme garde au fil des années sa curiosité et sa capacité à s’émerveiller. Depuis quelques années, il scrute la mondialisation. Mais loin de pondre d’arides essais ou de sanglantes polémiques- ce qu’il pourrait faire avec sa formation d’économiste- il va voir sur le terrain, et rencontre les gens qui s’occupent du coton (le précédent ouvrage) ou de l’eau (le dernier). Responsables politiques, scientifiques, paysans, philosophes, passants… il discute avec tous, en enquêteur consciencieux. Mais en plus, comme un écrivain visiblement affectif, il les observe, note leurs gestes, décrit leur bureau, souligne un tic de langage, si bien que le moindre de ses interviewés devient un personnage romanesque. Du coup, la lecture des passages un peu arides- c’est le cas de le dire pour un livre sur l’eau- passe tout naturellement.

Orsenna a le regard tendre d’un enfant, capable de s’exclamer « Mais le roi est nu ! » Il en a fréquenté : il fût le scribe de François Mitterrand durant des années et en a tiré le roman hilarant « Grand amour ». De ce grand amour il a gardé le souvenir de ce qu’est la flatterie des courtisans, sujet ô combien d’actualité J . http://www.dailymotion.com/clybon/video/x7ejwk_interview-erik-orsenna-par-mry_news )
Il raconte que François Mitterrand a été l’objet de moult flatteries, et qu’il aimait cela. Que lui-même, en tant que proche du président, a été énormément flatté et a compris la vanité de la chose quand il a quitté l’Elysée: « La veille de mon départ, j’avais reçu 83 coups de fil. Le lendemain, j’en ai eu 2 » - C’est ainsi qu’on reconnaît ses vrais amis, remarque son interlocuteur. - Oui… Ma mère et mon frère. »

En une phrase, tout est dit de la vanité du pouvoir. Cette lucidité, cette façon de savourer les choses sans se prendre au sérieux, me parlent bien, sans doute parce que j’aime la distanciation. Dans « Longtemps », roman d’une passion éternelle, la bien-aimée du héros touille un chocolat dans une chocolatière avec un rythme et une façon de remuer l’ustensile touilleur susceptibles d’évoquer à tout homme amoureux d’autres manipulations ô combien voluptueuses. Un bijou d’érotisme sans que soit écrit un seul mot sexuel. Distance, là encore : « Et le désir s’accroît quand l’effet se recule » (que, potaches, nous écrivions « quand les fesses reculent »).

A part cela, j’ai marché trois heures à la manif de jeudi. Je craignais, au vu des commentaires larmoyants des medias sur « l’inquiétude des français qui attendent que le gouvernement fasse quelque chose pour eux », je craignais donc des slogans frileux centrés sur le pouvoir d’achat et les salaires. Au lieu de quoi- même si ces revendications ont été dites- j’ai surtout entendu une révolte MORALE. La colère contre l’injustice qui fait que les vrais responsables de la crise reçoivent des milliards pour réparer leur jouet financier exsangue et continuent de se gaver de bonus (quelques patrons y ont renoncé, pas tous, et il a fallu insister. Quant aux traders toxicomanes des jeux d’argent dangereux, ils les ont touchés), tandis qu’on demande encore des sacrifices à ceux qui bossent, ne spéculent pas et se lèvent tôt. Comme dit Barak Obama : « C’est de la totale irresponsabilité » et son vice-président : « Si je pouvais, je mettrai ces types en taule » (il parle des banquiers.)

Comment inculquer un minimum de morale aux enfants qui voient l’impunité des délinquants financiers : « Mais môman, si t’as de la thune, tu risques rien, moi plus tard, je ferai riche ou politicien, je veux pas bosser comme un con. » Comment leur dire de bien travailler à l’école quand leurs aînés, qui ont sagement fait des études et guère contesté, se retrouvent au chômage ou avec des CDD de misère ? C’est contre cette crise de malhonnêteté, d’arrogance et d’incompétence (inventer des produits financiers aussi aptes à se casser la gueule est une faute professionnelle grave !) que beaucoup ont manifesté jeudi, avec des slogans poétiques, inventifs, à la limite parfois du surréalisme comme celui-ci : « Défonce et pouvoir des chats ». C’est vrai que les chats seront sans doute les prochains maîtres de l’Univers. Ceci fera le sujet d’un prochain billet.

 

 

 

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans En vrac
commenter cet article
16 janvier 2009 5 16 /01 /janvier /2009 16:44

Semaine qui finit et commencera bien, j’espère.
Ce week-end, belgitude avec des Lutins et Lutines, Bruxelles ma belle, vas-tu Bruxeller (comme diraient respectivement Dick Annegarn et Jacques Brel) http://www.deezer.com/track/13885
http://www.deezer.com/track/2297332

Petit cadeau de ma nièce, ce lien vers une video que je vous recommande :

http://www.rue89.com/2009/01/08/sarkozy-se-prend-les-pieds-dans-le-pouvoir-de-dire-oui-ou-non
1.       On en rit et ça fait du bien
2.     On analyse les lapsus tellement linguae et l’emberlification des mots qui cachent mal l’envie de « celui qui a le plus grand pouvoir » de clouer le bec aux gens « qui ont un petit pouvoir ». Alors on rit moins, mais ça donne l’envie de :

LUNDI : aller à 13h devant le Palais de Justice (métro Cité) soutenir les étudiants arrêtés en décembre dernier lors de la manif de solidarité avec les étudiants grecs. Ayant refusé le prélèvement ADN ( au prix de ces analyses, cette paranoïa anti manifestants est une vraie gabegie, en plus du reste) et risquent 5 ans de prison. Petite marche tonique, excellente pour éliminer les nourritures riches de l’hiver et se préparer à la grande manif du 29 janvier à l’appel de 8 organisations syndicales pour une fois unies. Ce n’était pas arrivé depuis des lustres, rien que par curiosité, ça mérite le détour, avant la manif du 31 janvier à 15h (Métro St Michel/ Luxembourg ) pour la libération et la défense de Julien Coupat.
http://fsimpere.over-blog.com/article-26515462.html

Après un tel mois de janvier, on aura des gambettes de rêve et un souffle de clarinettiste, non ?

MARDI 20 : regarder si elle est retransmise l’intronisation de Barack Obama.  Quand chez nous Brice Hortefeux dit à propos de Fadela Amara « notre compatriote, je le précise parce que ça ne se voit pas. », quand un spot de pub diffusé dans les bureaux de La Poste met en scène une employée algérienne qui se réjouit de « pouvoir travailler sous son vrai nom et être embauchée malgré ses origines », on se dit que la France a un sacré retard multiculturel.

MERCREDI : anniversaire de la mort de Louis XVI, qui effraie NS, lequel aurait dit dans le Parisien : « La France est difficile à gouverner, pour Louis XVI et sa jeune femme étrangère, ça s’est fini sur le billot. » Encourageant pour Carla ! Va-t-elle proposer de la brioche aux SDF et RSAistes ?

Mais surtout, le 21 janvier, C’EST MON ANNIVERSAIRE et je vais cocher dans mon petit carnet ceux et celles qui y penseront. Je le fais depuis que je sais écrire et mon fantasme absolu est que dans 3000 ans des gens dansent autour d’un sapin décoré le 21 janvier en pensant encore à moi J J J

A propos de petit Jésus, des bus anglais portent cette inscription « Dieu n’existe probablement pas, alors cessez de vous prendre la tête et profitez de la vie".                                                                      Distribution des prix, j'ai 7 ans
Campagne financée par des athées et agnostiques et immédiatement attaquée par des croyants qui prétendent que cette pub est une allégation mensongère. Non, car le « probablement » laisse la place aux croyants. Il y a quelques années, une pub pour un café disait « Café machin, probablement le meilleur du monde » et elle n’a pas été attaquée.  Grâce au « probablement »…

JEUDI : probablement, j’écrirai un autre billet.

 

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans En vrac
commenter cet article
2 décembre 2008 2 02 /12 /décembre /2008 20:03

·        Barack Obama demande qu'on lui envoie des suggestions à travers sa page Web.: http://change.gov/page/s/yourvision. La page s'ouvre sur un formulaire à remplir. Seuls sont obligatoires les champs marqués d'un astérisque rouge. L'un d'entre eux correspond au code postal. Inutile de marquer le vôtre, ni votre pays d'origine, seuls les codes postaux des états US peuvent y figurer. A la place, entrez 1046, 10462, 10463 ou 11219. Il y a aussi des infos sur le programme d’Obama. Je ne suis pas sûre qu’il ait ouvert ce site pour tous les citoyens du monde, mais je trouve cool de lui dire ce qu’on aimerait qu’il fasse. Sa devise « laisser aux enfants un monde meilleur que celui d’aujourd’hui » me plaît bien !

·        Discuté ce matin avec « mon banquier » - un conseiller qui, comme il dit, « rame sur le bateau sans savoir ce que font ceux qui tiennent le gouvernail. » Partis pour parler sous, on a fini par refaire le monde. Peu à peu son formatage libéral s’érode sous mes coups de boutoir libertaires.

·        CE 3 DECEMBRE, VOTEZ AUX PRUD’HOMMES SI VOUS EN ETES ELECTEUR !  J’ai fait appel deux fois à eux, ai gagné deux fois, et par ces temps difficiles pour le Droit du Travail, il est essentiel de conserver une juridiction où siègent autant de représentants des salariés que de représentants du patronat.

·        Constaté sur Amazon.fr que « Aimer plusieurs hommes » (Pocket) est épuisé. Du coup, deux exemplaires d’occasion sont proposés à 19€ et 49,50 €, pour un poche valant 6€. NON à la spéculation. Attendez trois mois, un retirage est prévu au printemps, avec une couv’ bien plus belle.

·        Au Monop’, une dame voulait acheter des filets de Panga pour son petit-fils. Ce poisson est élevé au Vietnam après que les femelles aient été boostées aux hormones, nourries avec un mélange importé du Pérou, si entassées dans des enclos qu’il y a une mortalité importante : des gamins sont payés l’équivalent de 50 centimes d’euro par jour pour plonger dans l’eau sombre sans masque ni tuba, repérer à tâtons les poissons morts et les retirer. D’autres travailleurs aussi exploités taillent et congèlent les filets. Une hérésie sur le plan écolo et humain ! C’était trop long à expliquer à la dame, je lui ai dit : « Les filets de panga sont produits dans des conditions épouvantables. Pour la santé de votre petit-fils, il vaudrait mieux acheter autre chose » « Ah, me dit-elle, déjà que depuis que je suis allée en Egypte et que j’ai vu comment on les élève, je n’achète plus de filets de perche du Nil… » Finalement, elle a pris du lieu noir d’Atlantique. Chouette, on peut agir directement sur le consommateur !

·        Ecouté en boucle « Recuerdos del Alhambra » le morceau joué par le fameux guitariste Tasmanien dont je n’ai toujours pas le nom, cette fois ci par Narciso Yepes. Une merveille, ça me donne une mélancolie jubilatoire, ce sentiment si particulier que les Brésiliens appellent Saodad.



Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans En vrac
commenter cet article
25 juillet 2008 5 25 /07 /juillet /2008 10:03


Depuis quelques mois, je reçois des sollicitations pour mettre de la pub sur ce blog. J’ai jusqu’ici refusé, tout en me disant que si le mécène tarde à se manifester, il faudra bien que je trouve une solution pour gagner plus de sous qu’avec mes petits travaux alimentaires si je veux poursuivre une carrière littéraire. Ouh ouh, mécène, quand vas-tu te décider à m’ouvrir ton cœur et ton compte en banque, car un riche qui devient mécène a forcément un cœur à la place du porte-monnaie, c’est pas l’argent qui est nocif, c’est le fait de le garder rien que pour soi…

Mais voilà-t-il pas qu’on m’a proposé des publi-reportages. J’en ai écrit pour les magazines dans lesquels je travaillais, en choisissant les annonceurs.  Ainsi, mon assistante et moi avions refusé  de faire un publi sur des lingettes pour bébés, car les lingettes, sauf en voyage où c’est parfois pratique, sont anti-écologiques et la lotion mise dessus peut provoquer des réactions allergiques. On avait dit à l’annonceur : « Ce n‘est pas un produit éthique, on ne prend pas. » Vu ses yeux ébahis, il doit être encore à interroger Littré, Larousse, Robert et Wikipédia pour savoir ce que veut dire « éthique ».

J’ai donc opté pour le principe des publis sous réserve de pouvoir accepter seulement les propositions que je trouverais utiles, culturelles, rigolotes ou d’un érotisme flamboyant 
J.  Depuis, j’en ai refusé une dizaine. Mon cher et tendre se fout de mes scrupules en me parlant des volte-face des hommes politiques, des magouilles des financiers, des fraudeurs fiscaux et des écolos qui roulent en 4x4 et ont des piscines privées.  Il a raison. Moi aussi.  On verra bien la suite, peut-être que ce billet va décider des mécènes émus…

Post-scriptum qui n’a rien à voir.  Rien que la semaine dernière, en lisant « la Montagne », quotidien régional d’Auvergne, la dernière page consacrée aux faits-divers recélait : un père qui a pendu ses deux filles avant de se suicider, un autre qui a tué toute sa famille parce que sa femme le quittait,  un garçon de dix ans qui a poignardé son père alcoolique menaçant sa maman enceinte et un écolier japonais qui a pris en otage sous la menace d’un couteau les passagers d’un bus sous prétexte que ses parents l’avaient grondé.
Ca fait beaucoup de pétages de plombs, non ? S’y ajoutent les deux pères qui ont oublié leur enfant dans leur voiture au soleil, causant la mort des deux.  L’un est pharmacien, l’autre cadre chez AREVA.  Un tel oubli, qui nous semble inconcevable, révèle la fragilité du cerveau humain, même chez des gens instruits.

Alors quand AREVA, justement, prétend que la sécurité dans les centrales nucléaires fait l’objet de toutes les précautions- ce que les dizaines d’incidents par an, dont quatre tout récemment infirment- on ne peut pas y croire. Parce que ce sont des hommes, justement, qui en tiennent les commandes.  Dont le cerveau peut brutalement déconnecter, surtout si on diminue les effectifs par mesure d’économie et qu’on met sous pression ceux qui restent. Surtout si on fait appel à des sous-traitants moins bien formés que les agents EDF, en sélectionnant non pas le plus compétent, mais le moins disant, le moins cher.

Journaliste à ELLE lors du démarrage de la centrale nucléaire de Fessenheim (quand ils ont fait diverger le réacteur, comme on dit), j’avais fait un reportage avec les écolos qui campaient sur les pylônes, puis, objectivité oblige, une visite de la centrale. On m’y avait offert le grand jeu : gants, combinaison, protocole de précautions pour mettre la tenue, puis l’enlever sans toucher le moindre centimètre carré de tissu contaminé, etc.

« Etes-vous pleinement rassurée sur l’excellence de la sécurité, madame ?

-         Presque, monsieur, si ce n’est que vous avez oublié une chose… »

Silence angoissé des ingénieurs. « Vous avez juste oublié de me demander si je n’étais pas enceinte ».  (Une femme enceinte ne doit pas risquer la moindre contamination radioactive, dangereuse pour le fœtus).  Je les ai rassurés, je n’étais pas enceinte, mais ce tout petit oubli montrait simplement qu’ils ne pensaient pas à tout, contrairement à ce que la propagande pro nucléaire de l’époque prétendait.

Aujourd’hui où on veut faire passer l’énergie nucléaire pour une solution écologique sous prétexte qu’elle ne produit pas de CO2 (mais elle participe au réchauffement climatique via les vapeurs et les eaux de rejet) il n’est pas inutile de rappeler que l’humain n’est pas infaillible, surtout à une époque où les troubles psychiatriques sont devenus la première cause d’appel aux urgences et qu'un accident comme Tchernobyl, résultat d'une accumulation d'erreurs humaines, pèse encore sur la santé de milliers de personnes.

 

Les images, sans rapport avec le texte, sont juste destinées à faire joli dans ce billet un peu rude pour l'été :) 

 

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans En vrac
commenter cet article
23 juillet 2008 3 23 /07 /juillet /2008 12:30

Cette phrase qui, cela ne vous aura pas échappé, est un alexandrin (j’adore les alexandrins, j’en truffe mes livres tout à fait involontairement, c’est un rythme et une respiration qui me plaisent) cette phrase, donc clôt ma page « Humeur » dans le Nouveau consommateur, intitulée « la revanche des gentils ». Parce que la gentillesse éclôt mieux en été : la chaleur détend les corps, le repos détend les neurones et du coup, les gens se mettent à faire des choses inouïes en temps dit « normal ». Parler à leur voisin de plage, regarder la mer sans MP3 vissé à l’oreille, et même parfois éteindre leur téléphone mobile.

La gentillesse n’est pas une faiblesse malgré l’adage « trop bon, trop con ». C’est une force, celle d’être assez bien dans sa peau et sûr d’exister pour cesser de regarder son nombril et pouvoir s’intéresser réellement aux autres. Elle est contagieuse : souriez au marchand de journaux du Relay de la gare, j’ai essayé, ça le transfigure !  Elle est bonne pour la santé : la gentillesse et la joie de vivre font sécréter des endorphines, hormones du bien-être, tandis que les hormones du stress et de la colère usent l’organisme, j’en ai déjà parlé.

Donc aujourd’hui, je vais me faire du bien en parlant de gens que j’aime bien.


FLORENT NOUVEL, d’abord, ce très grand chanteur de 27 ans, déjà cité dans ce blog, vient d’autoproduire le clip de sa chanson « Vélibération », avec les moyens du bord et plein de
copains. J’aime Florent parce qu’il a du talent, parce qu’il est attentif aux autres, sait donner signe de vie, partager ses enthousiasmes et surtout parce qu’il émet des ondes positives de joie de vivre. Or par les temps qui courent, considérant que la noirceur génère la noirceur, et le bonheur stimule le bonheur, il est vital de se tourner vers des gens qui stimulent. En plus du clip, il a autoproduit un CD trois titres. Tout ça à voir et/ou commander sur son site :

http://www.myspace.com/florentnouvel
 

Autre gentil, Ezzedine El Mestiri qui se bat depuis 5 ans pour faire vivre le Nouveau Consommateur, magazine qui ne vous incite pas à consommer comme des fous mais à user du pouvoir le plus direct du citoyen pour changer le monde : consommer ceci plutôt que cela, adopter des modes de vie plus harmonieux et moins destructeurs de ressources. Le tout sans être Ayatollah de l’écologie, mais au contraire en parlant de plaisir et de bonheur. Hélas, alors que tant de gens se lamentent parce que la presse est aux mains de grands groupes industriels qui les manipulent, force est de reconnaître qu’ils achètent ces magazines sur lesquels ils crachent, et pas ceux dont ils disent du bien, exactement comme les téléspectateurs qui ne jurent que par Arte et regardent TF1.  Résultat : le NC a mis la clé sous la porte il y a deux ans et demi, Ezzedine a réussi à le faire repartir, mais il a failli fermer à nouveau il y a trois mois malgré un vrai succès d’estime, comme on dit des trucs intéressants mais pas rentables. Lisez le au moins une fois, pour voir. Si votre kiosquier ne le vend pas, allez sur le site pour connaître le point de vente le plus proche, car la distribution de petits journaux est effectivement moins fluide que celle des blockbusters de la presse.  Dans le dernier numéro (page 14/15) j’y rencontre Yves Cochet, l’un des très rares hommes politiques qui ose parler de Décroissance et pense que c’est non seulement une chance, mais qu’à terme, cela générera une société plus humaine et plus respirable. « Faire l’amour ou jouer du violon, dit-il, sont des activités épanouissantes dont l’empreinte écologique est très faible. » Il prône plus de temps de loisir contre moins de consommation de pétrole : « Travailler plus pour gagner plus est une mesure antiécologique. Tous les pays qui baissent leur temps de travail réduisent leur consommation d’énergies fossiles et leur pollution ».    www.nouveauconsommateur.com  

Enfin, pour le plaisir et la réputation érotique de ce blog 
J, une adresse gratuite à connaître, celle d’un site Québécois consacré aux plaisirs des sens : érotisme, lectures, objets, art, etc. Ca s’appelle l’Ile des Sens, c’est cornaqué par un homme que je n’ai jamais rencontré, chaleureux, enthousiaste, spontané comme savent l’être tant de Québécois (il commence ses lettres par Belle dame Simpère et les achève par « Je vous souhaite une journée bien inspirante ». Joli, non ?) Je lui ai fourni des textes et vais me promener de temps à autre sur cette île un peu fouillis, encore inachevée mais diablement sympathique, qui permet aussi de s’ouvrir à la psychologie québécoise, ni française malgré la langue, ni américaine malgré la géographie.

 

 

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans En vrac
commenter cet article
9 juin 2008 1 09 /06 /juin /2008 17:47

En Australie, il y avait des mouches, des mouches par millions se posant sur votre visage, votre bouche, vos bras dès que vous mettiez le nez dehors.  Un fléau ! Pourquoi tant de mouches en Australie ? Parce que les conquérants avaient introduits le bétail sur ce continent tout neuf sans y amener son complément indispensable : le bousier, insecte qui décompose les excréments, les transforme en engrais et empêche que les mouches viennent y pondre et proliférer.

Heureusement, un ami des bêtes et des excréments parcourut le monde et dénicha en  Afrique un bousier très actif, qu’il introduisit en Australie.  Miracle : grâce à cette solution ni chimique, ni irradiante, les mouches cessèrent de proliférer en Australie et la terre, dûment fertilisée grâce au bousier qui fait pénétrer les bonnes matières nutritives des excréments dans le sol, donna des récoltes plus belles et plus abondantes. A tel point que l’heureux importateur du bousier continue d’en expédier dans les régions- l’Australie est immense- où il n’est pas allé les implanter lui-même.

Cette sublime histoire, je l’ai découverte en visionnant deux des documentaires de la série diffusée sur Arte sous le titre « la fabuleuse histoire des excréments ». Où l’on découvre que l’américain moyen, s’il consomme environ 70l d’eau par jour n’en boit qu’un litre et consacre la majorité du reste à se débarrasser de ses déchets et excréments. L’assainissement, comme on dit, est une industrie lourde puisque roi ou manant, homme ou animal, nous avons tous en commun cette humble fonction évacuatrice. Et culturelle. Au Japon, on a le culte des chiottes high-tech avec analyseurs d’urine, bruits de chasse d’eau intégrés pour couvrir les bruits de miction et lunettes chauffantes pour garder les fesses tièdes. En Inde, il existe des urinoirs pour femmes, car celles-ci avaient l’habitude d’uriner debout sous leur sari (je m’en souviens très bien, ça m’épatait quand, petite fille, je suis allée en vacances chez mes grands-parents à Pondichéry). En Inde toujours, la collecte des excréments était jusqu’à il y a peu une tâche dévolue aux seuls intouchables. (là encore, souvenir précis de ces domestiques emportant sur leurs têtes les étrons familiaux, et souvenir des lieux, comme disait mon grand-père où trônaient des chaises percées…)  Au Canada, il existe un musée des cacas où les enfants peuvent apprendre comment, à la forme, la couleur et l’odeur de la chose on peut déduire l’animal qui l’a produit. On découvre aussi l’immense potentiel économique des cacas recyclés en engrais, matériaux de construction ou   œuvres d’art (une artiste française en expose dans un musée)  et des gaz récupérés à des fins énergétiques. Enfin, écouter un scientifique esbaudi devant ses machines capable de reproduire le cycle de la digestion de n’importe quel animal et de produire des crottes de toutes formes que les chercheurs analysent ensuite avec dévotion est un véritable plaisir intellectuel.

La semaine précédente, toujours sur Arte, nous sommes tombés sur un documentaire consacré à la recherche du froid absolu : - 273° comme chacun sait. De quoi se figer d’ennui, isn’t ? Que nenni, mes braves. Le film, tourné avec humour, érudition et passion nous tint en haleine jusqu’à une heure avancée.

On s’interroge à n’en plus finir sur ce qu’est une TV de service public ? C’est celle-ci, bonnes gens, qui procure le fin plaisir d’apprendre des choses qu’on n’enseigne pas à l’école ni dans les autres medias,  se joue des tabous et vous donne le sentiment de vous endormir un peu moins bête que la veille. Merci ARTE!

Repost 0
Published by Françoise Simpère - dans En vrac
commenter cet article

Présentation

  • : JOUER AU MONDE
  • JOUER AU MONDE
  • : "Faire d'un rêve une réalité": Humeur, humour, coups de gueule et coups de soleil.
  • Contact

AUTRES MONDES

Depuis le 31/12/2013, le site Autres Mondes n'est plus actif, mais vous pouvez toujours aller y voir   la superbe vidéo d'Himlico

et la non moins superbe vidéo sur "Aimer plusieurs hommes",  toutes deux réalisées par Douze Films Prod (www.douzefilms.fr) 

Pour être informé de la disponibilité de "Aimer plusieurs hommes"et de "Himlico et autres contes", contacter: simpere.autresmondes@gmail.com 

  "Autres désirs, autres hommes" étant épuisé en version papier, il a été réédité en ebooks regroupant les nouvelles par thèmes: Que vous aimiez le sexe entre amis (sex-potes), les aventures insolites (Belles rencontres) la transgression (Jeux et fantasmes) vous y trouverez votre compte.  En vente chez IS éditions   et sur la plupart des plate-formes de livres numériques, plus FNAC, Amazon, etc. Sexe-potes.jpg

 
 

 

 


 

Recherche

FAN-CLUB

Françoise Simpère (nouvelles de)

ma vie, mon oeuvre, mais surtout mon oeuvre

LIVRES QUE J'AIME

                                                                                                 lien-guide.jpg  

                                          
                                                                    des questions, des réponses, l'ouverture des possibles

L’érotisme est au coin de la rue

Le livre du grand Tout


Un livre indispensable
voyages torrides et beaux paysages
une belle histoire de peau et de coeur
documenté, ça énerve parfois, ça fait aussi du bien
à découvrir ou redécouvrir pour la finesse de l'analyse et de l'écriture